Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

12. Apologie pour les saints Pères, par A. Arnauld

Texte intégral

1Article XVI. Plusieurs exemples qui font voir que selon la doctrine de M. Le Moyne les plus grands crimes que les hommes aient commis, et qu'ils commettent tous les jours, ne sont que des péchés matériels et que Dieu ne peut pas imputer a péché[...]

2Voici donc encore une fois la doctrine de M. Le Moyne, car il est important de la bien considérer. On ne commet point, dit-il, de péché qui soit proprement péché, et que Dieu puisse punir comme tel, que par un libre consentement de la volonté, et afin que ce consentement de la volonté soit libre, il faut que ces choses se passent en l'âme avant qu'elle consente au péché.

  1. Dieu lui inspire quelque amour envers la chose qui lui est commandée, comme envers la chasteté, s'il s'agit d'un péché d'incontinence.
  2. Il se fait un combat entre cet amour et la concupiscence de la chair.
  3. Dieu donne a l'âme la connaissance de sa faiblesse, c'est-à-dire il lui fait connaître que sans secours, elle ne saurait éviter de tomber dans le péché.
  4. Il lui donne aussi la connaissance du médecin, auquel elle doit avoir recours pour trouver remède aux maux qui l'accablent.
  5. Il la porte en même temps à désirer sa guérison.
  6. Et il lui inspire un mouvement d'implorer le secours divin, afin d'être délivrée de la tentation qui la presse.
  7. L'âme néglige de prier et d'avoir recours au médecin.
  8. Cette négligence fait qu'elle mérite d'être abandonnée de Dieu.
  9. Etant abandonnée, elle tombe dans le péché et viole le commandement.

3Voilà ce que M. Le Moyne juge nécessaire, afin que ce que fait un homme contre la loi de Dieu lui puisse être imputé à péché, parce qu'il prétend que si tout cela ne s'était passé de la sorte dans l'âme de celui qui pèche, et surtout si Dieu ne lui avait donné un mouvement de le prier, son péché n'aurait pas été commis librement, le violement du précepte n'étant pas libre, selon sa doctrine[...]

4Article XIX. Que les philosophes en général et les épicuriens en particulier qui niaient la Providence, ayant été les plus éloignés de tous les hommes de prier Dieu qu'il les préservât de pécher, tous les crimes qu'ils ont commis n'ont pu leur être imputés a péché selon les principes de M. Le Moyne.

5Des philosophes en général.

6[...] Bien loin d'avoir eu quelque connaissance de la faiblesse de notre nature en ce qui est de son impuissance à faire le bien et à éviter le mal,[les plus sages d'entre les païens] ont témoigné que les hommes ne pouvaient suivre de meilleur guide que la nature et qu'ils avaient tort de se plaindre d'elle, comme si elle ne leur avait pas donné tout ce qui leur était nécessaire pour se rendre heureux. Bien loin d'avoir la moindre pensée, qu'il fallût avoir recours à un médecin céleste, pour obtenir la délivrance de leurs passions, et de leurs vices, ils ont rejeté tout ce qui pouvait approcher de cette pensée comme une erreur manifeste, ayant osé soutenir, qu'il ne s'était jamais rencontré personne qui eût rendu grâce aux dieux de ce qu'il était homme de bien[...] Nam quis quod vir bonus esset, gratias diis egit unquam ? At quod dives, quod honoratus, quod incolumis. Jovemque optimum maximum ob eas res appellant, non quod nos justos, temperantes, sapientes efficiat. lib. de nat. Deor. 1.3. Bien loin de désirer la santé de leur âme, comme un bien qui leur eût manqué, et qu'ils eussent besoin de recevoir d'ailleurs que d'eux-mêmes, ils ont enseigné avec une confiance merveilleuse que ce qu'il y a de précieux et de magnifique dans la sagesse (qui est la vraie santé de notre âme), c'est qu'elle ne nous vient point d'ailleurs, que chacun se la doit a soi-même, qu'il ne la faut point demander a autrui, et qu'elle n'aurait rien qui fût digne d'admiration si elle dépendait du bienfait d'un autre. Hoc in sapientia pretiosum atque magnificum est, quod non obvenit, quod illam sibi quisque debet, quod non ab alio petitur. Quid haberes quod in philosophia suspiceres, si beneficiaria res esset. Seneca Ep. 9. Bien loin enfin d'avoir quelque mouvement de prier Dieu afin qu'il leur fît la grâce d'être vertueux, ils n'ont rien combattu avec tant de faste que ce sentiment d'humilité, ayant déclaré hautement que c'est le sentiment général de tous les hommes, que nous devons demander à Dieu la bonne fortune, et nous donner à nous-mêmes la sagesse et la bonne vie[...] Judicium hoc omnium mortalium est, fortunam a Deo petendam, a se ipso sumendam esse sapientiam. Cicero lib. 3.de natura Deorum. Virtutem nemo unquam acceptam Deo retulit. Nimirum recte, propter virtutem enim jure laudamur, et in virtute recte gloriamur, quod non contingeret, si id donum a Deo, non a nobis haberemus. Cicero ibidem.

7Article XXI. De ceux qui vivant dans l'Eglise sont pires que les palens et ayant banni de leur coeur toute crainte de Dieu, s'abandonnent à toutes sortes de vices et de désordres. Qu'on ne peut dire sans folie que ces personnes ne commettent jamais de crimes, sans avoir quelque mouvement de prier Dieu.

8Quant [à ceux] qui vivent dans le libertinage et dans un entier abandonnement aux vices et aux désordres, ne serait-ce pas une extravagance incroyable de s'imaginer que ces perdus ne fissent jamais de débauches ; ne déshonorassent jamais Dieu par leurs blasphèmes horribles ; ne violassent jamais la sainteté de son nom par leurs parjures; ne fissent jamais de desseins sur la chasteté des femmes, qui sont des adultères intérieurs, selon l'Evangile ; n'assouvissent jamais leurs passions brutales et criminelles ; ne formassent jamais de désirs de haine et de vengeance ; n'exerçassent jamais de violences et d'outrages ; ne commissent jamais d'injustices, de rapines, et de voleries ; ne déchirassent jamais par leurs médisances et leurs calomnies la réputation de ceux qu'ils haïssent ; ne négligeassent jamais de satisfaire aux devoirs d'un chrétien, comme d'observer les jeûnes et de recevoir les sacrements au temps commandé ; et enfin ne fissent jamais le mal qu'ils sont obligés de fuir, et n'omissent jamais le bien qu'ils sont obligés de faire, sans avoir actuellement dans l'esprit ce que M. Le Moyne juge nécessaire, afin qu'une action puisse être véritablement péché, qui est de penser qu'étant faibles, ils ont besoin de prier Dieu afin qu'il les assiste de sa grâce ?[...]

9Article XXIII. Des justes qui pèchent par ignorance ou par surprise. Réfutation en passant de l'hérésie qu'il avance contre le concile de Trente qu'absolument parlant tous les justes peuvent éviter tous les péchés même véniels avec les secours ordinaires de la grâce actuelle.

10[...] C'est ce qui fait que M. Le Moyne prétend que ce qu'il enseigne généralement de tous les hommes, qu'ils ont toujours une grâce suffisante, qui est la grâce de la prière, pour ne point tomber dans le péché, laquelle s'ils n'avaient pas, ils ne seraient pas coupables dans leurs péchés, est particulièrement vrai des justes, et c'est aussi ce que nous ferons voir aisément ne se pouvoir dire, sans excuser dans les justes la plus grande partie des péchés, dont les vrais sentiments de la piété chrétienne les obligent de se reconnaître coupables[...]

11Il faut que ceux qui s'imaginent que les justes ne tombent jamais dans aucun péché qu'ils n'aient une grâce suffisante pour ne point pécher, et que cette grâce suffisante est une inspiration de Dieu qui leur donne la pensée de le prier, ou ne s'étudient guère eux-mêmes, et ne fassent guère de réflexion sur ce qui se passe dans leur esprit, ou qu'ils se croient bien innocents s'ils se persuadent n'avoir à rendre compte à Dieu que des péchés qu'ils font en résistant à la pensée et au mouvement qu'ils auraient eu d'implorer la grâce. Car combien les plus justes font-ils tous les jours des fautes par ignorance ou par surprise[...] la plupart des fautes venant de surprise et d'infirmité, qui les fait plutôt tomber qu'ils n'y ont pris garde, ou d'ignorance de défaut de lumière, qui les engage dans des actions qu'ils croient bonnes, et que souvent après ils reconnaissent n'avoir pas été agréables à Dieu [...]

12Si M. Le Moyne est exempt de ces faiblesses, s'il est tellement éclairé qu'il ne fasse jamais de faute par ignorance, s'il ne manque jamais de ressentir en lui-même quelque mouvement de prier Dieu toutes les fois qu'il se trouve en quelque occasion de l'offenser, s'il ne s'est jamais vu [...] ému par une promptitude de colère[...] sans être pressé intérieurement d'avoir recours à Dieu par la prière, nous ne lui envierons pas un bonheur si rare, et nous prierons Dieu qu'il en use bien.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540