Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

11. Pantheologia de Rainier de Pise, t. II, Introduction par le P. Nicolaï

Traduction de Gorce

Texte intégral

1Pour que le lecteur sensé et prudent ne lise pas à contresens ou d'une manière troublée ce que j'ai ajouté de mon cru, je veux m'en expliquer. Il importe au plus haut point qu'il se forme là-dessus un jugement sincère de peur que, les furieux et les malveillants se déchaînant, les gens sensés et prudents en soient influencés. Ils comprendront ma manière d'agir dans un débat où est en jeu l'unité, la paix, le repos, la concorde, dans le déchaînement de l'esprit de schisme. Je veux seulement chercher la vérité comme elle se présentera à ma raison sans violer en rien la charité. Dans ce domaine même où l'Église permet sans décréter rien d'obligatoire, je tempérerai mes paroles, ne voulant faire à personne les injures que je ne voudrais pas qu'on me fît. Je ne me mettrais pas en tête qu'au sujet de ce dont je parle le Souverain Pontife n'a pas le droit de définir [...]. Je ne me fais pas d'illusion. Ce que j'ai ajouté dans ce volume et dans le volume suivant contre la dogmatique janséniste déplaira à certains. Mais je ne doute pas qu'un juge impartial verra combien inepte et impuissante est la cabale calomnieuse par laquelle, parce que je suis l'adversaire de leur erreur, ils ont essayé de me nuire partout et de toutes manières, sous toutes sortes de formules injustes. Je faillis, disent-ils, au thomisme que j'avais embrassé et vais à d'autres dogmes. Je suis déserteur, transfuge, je fais défection, je fausse l'école thomiste. Naturellement, ils ont toujours à la bouche ce fameux mot que je suis moliniste. Enfin, en quête de méchancetés plus grandes, ils ont trouvé celle-ci : "Dominicain-jésuite". Eh ! plût à Dieu que, dans une large affection de charité, je puisse être l'homme de tous les ordres religieux. Ce me serait un titre de gloire car je les vénère tous. "Jésuite", ce n'est pas pour moi une insulte ; ça ne me peine point. J'ai trop de vénération pour la célèbre Société. J'ai trop de sympathie pour elle, et je veux avoir les plus larges sympathies pour tout ce qui le mérite. Je me dois en cela d'obéir aux législateurs du chapitre général de mon ordre de saint Dominique qui, en 1556, à Valence d'Espagne, fit une admonestation pour que "les dominicains d'un cœur sincère aiment tous les autres religieux et en particulier tous ceux qui ont été au premier rang pour la défense de la foi catholique et le labeur des âmes à savoir les Pères de la Compagnie de Jésus qui leur sont recommandés au plus haut point". Mais est-ce à dire que je sois le domestique de leur doctrine et leur approbateur perpétuel parce que j'ai vénération et affection pour leur Institut ? Convient-il de me dire moliniste parce que j'aurais tous les sentiments des jésuites ? A ce compte-là, je mériterai également le nom de scotiste. Mais je n'oublie nullement ma profession de dominicain et mon thomisme. Me voici donc moliniste, moi qui n'ai pas utilisé une parole ou un mot de Molina, qui n'ai pas lu un de ses livres depuis vingt-deux ans, qui ai combattu dans des thèses publiques sa science moyenne, qui ai défendu en son sens sain la grâce efficace et la prémotion physique au point que je ne pouvais l'entendre calomnier sans une protestation publique. -Que mes ennemis disent donc plutôt que, devant la Faculté de théologie de Paris réunie, comme ils voulaient s'abriter sous la protection de saint Thomas, je les ai interpelés et ai montré leur fraude. J'ai montré devant ces juges compétents comment ils dissimulaient ou tronquaient sans ambages les textes de saint Thomas. Mais c'est moi qui fais défection a saint Thomas ! C'est moi le dégénéré ! c'est moi le transfuge ! c'est moi le déserteur ! c'est moi le subversif ! En réalité c'est bien avant que j'aie été à même de me prononcer contre eux en Sorbonne et d'y être leur juge que j'avais d'avance condamné, avec mon propre jugement de thomiste, ces erreurs jansénistes dans ce que j'insérai dans la préparation de ce livre, et par la suite le jugement du Souverain Pontife m'a donné raison.

2(Traduction par M. Gorce, d'un passage dans lequel le P. Nicolaï répond en 1655, donc avant le débat des Provinciales, aux attaques dont il avait déjà été l'objet de la part des jansénistes).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540