Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

9. Avis délibératif du docteur Jean Nicolaï

Texte intégral

a. Première partie, II

1[...] Mettons un exemple ici qui nous fasse voir la différence de ces deux expressions que nous avons remarquées dans les paroles de saint Chrysostome, et celles de M. Arnauld. Prenons cet exemple en la personne de ce pauvre homme qui descendait de Jérusalem en Jéricho plus mystiquement que selon la lettre, comme il est porté dans l'Evangile. Considérons-le outragé par les voleurs, tout meurtri de coups et de blessures, laissé demi-mort dans la campagne, rencontré par un Lévite qui passa outre, et ne daigna point le secourir, puis rencontré par un prêtre qui ne se mit pas plus en devoir de lui apporter secours que l'autre, enfin rencontré par un troisième, qui était Samaritain, et qui se sentant ému de compassion pour sa misère, se mit avec un grand soin à le panser, à lui essuyer ses plaies, à les raffermir et les bander. Posons, ce qui n'est pas arrivé mais pouvait arriver facilement en cette rencontre, que ce misérable estropié eût été si follement ennuyé de vivre ou si enrage contre soi-même que quand le Samaritain bandait ses plaies ou s'appliquait à le secourir, il eût repoussé sa main, il eût rejeté tous ses remèdes, il eût rompu ses bandages et il eût versé par terre ce qu'il employait pour soulager ou pour adoucir son mal ; à cause de quoi le Samaritain, par une juste indignation, se fût retiré de lui et l'eût laissé là dans son désespoir, en désistant de continuer ses soins pour lui procurer la guérison : ne dirions-nous pas en ce cas là que cet enragé acariâtre eût été abandonné du Samaritain ou privé de son secours, mais tout cela par sa faute ? Et dirions-nous cependant que le secours du Samaritain lui eût manqué, comme il se peut dire de celui du prêtre et du Lévite qui ne lui rendirent aucune assistance ? Pourquoi donc aussi ne dirons-nous pas qu'il y a bien de la différence entre cette proposition de saint Chrysostome : Saint Pierre a été privé ou destitué du secours de Dieu, et celle-ci de VI. Arnauld, la grâce de Dieu a manqué à saint Pierre ? Parce qu'en l'une est signifiée la privation d'un aide [sic] qu'avait eu saint Pierre et qu'il a perdu par son démérite ou par son inadvertance, en l'autre est signifié un défaut total de ce même aide que n'ait jamais eu saint Pierre pour éviter le pêche qu'il a commis. Et pourquoi par conséquent ne reconnaîtrais-je pas comme catholique ce qu'a dit saint Chrysostome, parce qu'il l'a dit avec une expression qui est sans fraude, sans déguisement et sans fallace. Quoi que je rejette comme hérétique ce qu'a dit M. Arnauld, parce qu'il en a détourné le sens par un changement fallacieux et par une captieuse expression ?

b. Première partie, XI et XII.

2XI [...] J'ai donc proposé de commencer par celui [Navarette] des deux qui est vraiment nôtre par profession et qui dès l'entrée de nos délibérations a été cité par M. Coppin, avec tant d'émotion et de chaleur qu'il en prit sujet de nous faire insulte et de nous traiter non sans indignation en déserteurs de thomistes et en partisans de Molina ; lisant neuf articles d'une longue suite pris de cet auteur dont il se faisait si fort, et qui sont les mêmes qu'a insérés dans son livre De la Grâce victorieuse M. l'abbé de Lalane, avec un empressement non moindre que M. Coppin, pour prouver que Molina ne s'accorde pas avec les thomistes, ce qui est assez notoire sans se mettre en peine de le prouver, quoiqu'ils ne sont [sic] pas différents entre eux dans la défense de cette grâce que nous nommons suffisante, mais dans la manière de la défendre, comme il verra manifestement par les paroles que je vais produire du même auteur que M. Coppin nous a produit [...]

3XII. Que Navarette rejette la grâce dont on attribue l'invention à Molina, s'il est vrai qu'elle soit telle que le bruit commun la fait (puisque je n'en ai pas lu l'auteur). Nous la rejetons aussi. Qu'il extermine cette manière de grâce que la volonté rend efficace par le consentement qu'elle y donne, c'est-à-dire cette manière de grâce qui emprunte ou qui reçoit de la volonté quelque vertu partiale pour en devenir plus forte. Nous l'exterminons. Qu'il bannisse ou refuse d'admettre cette manière de grâce qui s'accommode en telle façon au libre arbitre qu'elle vient à lui quand elle voit qu'il est prêt de la recevoir (non autrement) ou qu'elle concourt comme une cause incomplète ou partiale avec lui quand il est prêt d'opérer, c'est-à-dire qui n'a de la vertu qu'à demi pour opérer d'elle-même et qui en reçoit l'accomplissement par le concours de la volonté. Nous la bannissons de même et ne voulons point l'admettre.

4Qu'il reconnaisse une grâce qui donne à la volonté toute la force qu'elle a pour agir dans les opérations surnaturelles, une grâce qui d'elle-même et par elle-même soit efficace (ou qui ait pouvoir d'agir indépendamment d'aucune force d'ailleurs survenante ou empruntée), une grâce qui produise par son efficace et par sa vertu l'effet total, une grâce qui prévienne par une réelle ou physique prémotion celui qui opère ou qui le pousse effectivement à opérer, une grâce qui nous inspire toutes les bonnes pensées que nous concevons ou qui excite au dedans de nous tous les bons desseins que nous formons, les bons mouvements que nous sentons, les bons sentiments que nous commençons d'avoir et l'affection qui nous porte au bien. Nous reconnaissons et nous voulons cette grâce de la même sorte qu'il la reconnaît et qu'il la veut.

5Cependant nous rejetons celle-là et nous reconnaissons celle-ci de telle sorte que nous n'allons pas au delà des bornes qui nous sont prescrites par les statuts de l'Eglise. Nous faisons cela de telle sorte que nous laissions demeurer inviolable ce qu'elle a laissé entier, nous ne touchions pas où elle n'a point touché, nous nous débattions par nos raisons sur les points qu'elle a permis d'enseigner ou de défendre avec liberté de part et d'autre, nous nous gardions bien de condamner ce qu'elle a voulu être exempt de blâme et de condamnation, nous ne détestions que cela seul comme non catholique et non légitime qu'elle a déclaré par ses décrets être digne d'exécration, d'aversion et d'horreur. Mais quoique nous soyons différents les uns des autres en la manière d'expliquer nos sentiments, parce qu'il nous est permis de nous combattre et contrarier ainsi sans préjudice de ce que tient la religion comme certain, nous sommes d'accord dans la chose même que chacun de nous tâche d'expliquer diversement selon la portée de son esprit et l'abondance de son propre sens, parce que nous ne pouvons nous contrarier en ce point là sans détriment de la foi et sans intérêt de la vérité de ses principes.

6Nous reconnaissons de part et d'autre par un consentement unanime, et nous professons avec un même langage une grâce de telle nature qu'elle remédie suffisamment à l'infirmité de notre état naturel, qu'elle n'emporte avec soi et n'impose à l'homme aucune nécessité d'opérer, qu'elle peut absolument être rejetée par la volonté, que par son moyen la volonté peut agir si elle veut, et peut cependant ne pas agir si l'ayant présente elle ne veut pas agir, qu'elle rend coupable de négligence la volonté si elle refuse d'agir, qu'elle aide la volonté pour ne pas pécher en telle façon que celui qui pèche est supposé lui manquer, non pas qu'elle-même lui manque volontairement de son côté, qu'elle est tellement présente au juste pour accomplir les commandements qu'il ne lui arrive jamais de s'en éloigner si le juste même ne la bannit par sa faute, ni elle ne lui est jamais déniée s'il la demande humblement par ses prières, et partant qu'elle ne peut avoir manqué à saint Pierre sinon d'autant que saint Pierre a démérité qu'elle lui manquât, ou d'autant que présumant de soi-même il ne l'a pas demandée avec une humble soumission et avec un légitime sentiment de sa faiblesse. Voilà ce que nous tenons de catholique, ce que nous professons d'orthodoxe et de légitime, ce que nous avouons de sincère, ce que nous reconnaissons avoir été déclaré, ratifié, affermi par les décrets des sacrés Canons ou des conciles. Et ni Navarette n'a rien voulu de contraire, ni aucun autre thomiste, s'il est véritablement ce qu'il professe, ne peut rien tenir qui n'y rapporte.

c. Deuxième partie, V

7Et je ne veux pas parcourir ni m'arrêter ponctuellement à déchiffrer les passages qui peuvent servir à établir selon lui la grâce que nous nommons suffisante. Je n'effleurerai que ceux qui ont un rapport particulier à la question que nous traitons afin d'établir la grâce qui, dans la nécessité de confesser Jésus-Christ, n'a point manqué à saint Pierre, qui jamais ne manque au juste pour accomplir le précepte et qui est toujours présente pour aider celui à qui en est imputée la transgression, ou qui est censé coupable pour n'avoir pas accompli ce qu'il ordonne.

8Or je les rapporterai de telle façon qu'il soit facile à chacun d'entendre comment les derniers s'accordent avec le sens des premiers, comment saint Thomas n'est pas discordant d'avec soi-même en ce qu'il a fait dans son jeune âge et qu'il a continué dans son âge mûr, comment il n'a point écrit d'autre manière quand il commença d'écrire, et quand il a mis la fin à ses écrits, afin que de l'uniformité des uns aux autres on puisse conclure comme très constant et très manifeste ce que je distribuerai en plusieurs classes, que ç'a été la pensée perpétuelle et l'invention de saint Thomas en toutes ses œuvres et dans tous les états de sa vie, premièrement que Dieu ne manque à personne dans le besoin qu'il en a pour son salut, ou ne manque point de faire les choses qui sont nécessaires à l'homme du côté de Dieu pour le sauver. Secondement, que Dieu est présent à l'homme suffisamment pour le secourir à éviter le péché, principalement au juste et au fidèle. En troisième lieu, que jamais Dieu ne commande aucune chose impossible et jamais n'oblige à des préceptes que l'on ne peut accomplir, ni jamais n'impute à quelque péché la transgression d'aucun précepte qui ne puisse être accompli. En quatrième lieu, que toute grâce actuelle intérieure ne doit pas être estimée ni reconnue efficace au sens qu'elle ait son effet en toutes rencontres et en tout temps, mais qu'il y a une grâce à laquelle l'homme peut tellement résister qu'il en empêche l'effet par sa négligence ou par sa faute. En cinquième lieu, qu'il ne faut jamais attribuer la première cause du manquement de la grâce ou de son effet à la volonté de Dieu, mais absolument à celle de l'homme, et par conséquent que l'efficace a manqué de telle sorte à saint Pierre pour accomplir le précepte qu'il a omis, ou pour éviter le péché qu'il a commis, que c'est par la faute seule de saint Pierre non par le défaut de Dieu qu'elle a manqué, joint qu'il en a eu d'ailleurs une suffisante (au moins antécédemment) par le moyen de laquelle il pût éviter la faute qu'il a commise, ou pût accomplir le commandement qu'il a omis.

d. Deuxième partie, cinquième classe des autorités de saint Thomas pour prouver la grâce que nous nommons suffisante, II

9Après cela nous passons pour apostats de l'Ecole et pour déserteurs de la doctrine de saint Thomas, quand nous résistons aux perfidies et aux erreurs de ces corrupteurs qui le dépravent ! Nous sommes calomniés ridiculement et décriés comme des nouveaux et faux thomistes qui abandonnons les véritables et les anciens par une espèce de trahison, aussi diffamante et aussi perfide qu'indigne de notre profession, pour gratifier les molinistes et pour embrasser le molinisme par une flatterie des plus honteuses aussi bien que des plus basses et des plus lâches. Après cela (pour parler en particulier de moi qui ai plus qu'aucun des nôtres servi de butte à leurs calomnies impertinentes) je suis un traître de la doctrine et de l'Ecole de saint Thomas, parce que je suis contraire et l'ai toujours constamment été à la cabale des jansénistes ! Je suis moliniste, parce que Jansénius ne l'est pas ! et que je combats Jansénius, parce qu'il est hérétique en sa doctrine, sans vouloir toucher à sa personne. Mais combien de fois j'ai renvoyé au moulin ceux qui m'imputaient ces perfidies et ces sentiments imaginaires, sans qu'il me fût arrivé jamais de dire un seul mot de Molina telle que puisse être son opinion, ni d'avoir voulu l'examiner ou même la lire ! Je suis tout cela, si on veut croire ces nouveaux oracles de fausseté qui ont eu l'honneur de donner lieu à l'usage de ce glorieux proverbe, Menteur comme un janséniste. Et je me fais fort de les en convaincre en plusieurs chefs quand il leur plaira de l'éprouver ! J'ai fait un grand déshonneur à toute l'Ecole de saint Thomas et j'ai terni la splendeur de l'Ordre dont j'ai professé la règle, en abandonnant (à ce qu'ils prétendent) la principale prérogative et la plus singulière gloire qu'il s'était acquis dans ses disputes sur le sujet de la grâce ! [...] Pourquoi suis-je si traître ? Pourquoi déserteur de saint Thomas ? [...] Pour ce que j'ai approuvé sous ma signature le livre de M. Habert, alors théologal de Paris et qui est depuis longtemps évêque de Vabres, quoique dans ce livre il établît des principes et des maximes tout à fait contraires aux nôtres touchant la grâce, mais ce n'est pas là l'égratignure qui leur démange, c'est que dans ce livre sont réfutées leurs erreurs et leurs fondements sont renversés. Me voilà donc non thomiste, pour avoir signé ce livre, parce qu'il n'est pas conforme à notre doctrine, mais qu'il y pose des sentiments tout contraires. Le grand péché d'avoir approuvé un livre de cette nature ! Un livre qui ne contient rien d'orthodoxe ! Un livre où il n'y a pas un point qui ne soit reçu pour catholique ! Un livre où eux-mêmes n'ont pu trouver à redire quant à la foi [...] Je l'ai approuvé au reste comme un docteur catholique et comme un docteur de la Faculté de théologie de Paris. Je n'ai souscrit dans cette Approbation sinon que le livre ne contenait rien qui fût contraire ni à la foi catholique ni aux bonnes mœurs. 3e n'y ai souscrit ni approuvé que ce que l'Eglise n'improuve point et ce que la Faculté de Paris ne rejette point [...] S'ils disaient au moins que j'ai approuvé des hérésies, puisque les mensonges ne leur coûtent rien ! Mais me reprocher que j'ai approuvé en catholique des sentiments qui ne sont pas ceux de saint Thomas dans une matière que l'Eglise passe pour problématique jusqu'à présent, que la Faculté soutient ou permet de soutenir ordinairement dans ses écoles, et contre laquelle pouvant contester par mes raisons comme je le fais partout, je n'ai aucun droit de prononcer jugement pour la condamner moi-même comme erronée par mes principes, ni partant aucun sujet légitime en qualité de docteur de lui refuser ma signature. Et pour cela me qualifier du nom de traître, ou de déserteur et d'apostat !

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540