Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

8. Avis d'Alphonse Le Moyne, prononcé en Sorbonne le 21 janvier 1656

Texte intégral

1M. Alphonse Le Moyne, professeur en théologie, l'un des députés pour examiner les propositions en question, dit que, comme il avait remarqué que dans la dernière séance où avait opiné M. Cornet, on avait désiré qu'on exposât clairement le sentiment de saint Thomas, il croyait qu'il lui convenait de le faire lorsqu'il aurait réfuté ce que M. Meusnier venait d'avancer pour la défense de la proposition de M. Arnauld. 11 protesta qu'il n'était pas véritable qu'on qualifiât d'hérésie sa proposition parce qu'il avait nié que saint Pierre eût la grâce par laquelle il pouvait immédiatement ou d'un pouvoir prochain confesser Jésus-Christ, mais parce qu'il avait dit que cet apôtre n'avait aucune grâce qui lui donnât le pouvoir prochain et immédiat de confesser le nom de Jésus-Christ, puisque Curmel avouait que si l'homme n'avait pas la grâce, il ne pécherait jamais. Or celui qui nie que saint Pierre ait eu aucun secours efficace ni suffisant ni actuel ni habituel pour le mettre en état d'avoir le pouvoir efficace nie par conséquent que les commandements lui aient été possibles, étant contraire a la décision du concile de Trente.

2Mais, avant que je prouve, dit-il, que M. Arnauld a nié toute grâce à saint Pierre, il faut répondre à une proposition avancée par M. Meusnier que tous les anciens hérétiques ont été condamnés pour avoir soutenu l'impossibilité des commandements même avec la grâce, ce qui est faux, car saint Augustin, lib. 3, Contre les Manichéens, de lib.arb. cap. 19, répondant à l'objection qu'ils faisaient de ce que l'excès de la concupiscence qu'avait produit en nous la chute d'Adam empêchait les hommes d'accomplir les préceptes leur dit : "Cela serait véritable s'il n'y avait point d'exemples aussi d'hommes qui eussent en effet accompli la loi, mais comme il y en a plusieurs, il s'ensuit que cette désobéissance vient d'une ignorance volontaire, d'une négligence pour la guérison". Ainsi le Père supposait que l'impossibilité qu'ils alléguaient ne venait pas de ce qu'ils n'avaient pas la grâce, mais de ce que l'ayant, ils n'en usaient pas. M. Chaillou, s'apercevant que M. Le Moyne embrassait une trop ample matière, il l'avertit d'abréger et lui cria : "Pressez-vous, pressez-vous". M. Le Moyne continuant dit que saint Augustin soutenait la même chose en réfutant les Pélagiens et dit en passant à M. Meusnier qu'il avait tort de supposer que les Pélagiens eussent accusé les disciples de saint Augustin de dire et de croire que les commandements sont impossibles à ceux-mêmes qui ont la grâce, que c'est leur imposer puisque saint Augustin (lib. De natura et gratia,cap. 67) assure que les commandements ne sont pas impossibles, parce que Dieu donne à tous sa grâce, principe qui est nié par M. Arnauld puisqu'il suppose que le juste même n'a pas la grâce nécessaire pour agir ni même les moyens de se la procurer, et ainsi, il est contraire à la décision du concile et à la constitution d'Innocent X, et c'est, dit-il, ce que j'ai à présent à prouver.

3Il est certain premièrement qu'il refuse à saint Pierre la grâce efficace comme il l'avoue dans son Apologétique, deuxièmement qu'il nie aussi qu'il ait eu une grâce suffisante actuelle et habituelle. Il rejette la grâce suffisante actuelle puisqu'il dit dans la même Apologétique que la motion divine selon saint Thomas est la même chose que la grâce efficace. "Lisons l'endroit, dit-il à M. Meusnier. Je vous adresse la parole, Monsieur, non pour vous contredire, mais pour éclairer la vérité". M. Arnauld, afin de paraître catholique, a suivi l'explication que Monsieur de Saint-Brieuc avait donnée en opinant sur sa proposition de la question de fait. Il est vrai qu'il distingue deux sortes de grâces avec saint Thomas, l'une habituelle qu'il appelle gratuitum naturae super additum et l'autre actuelle, qui est efficace, et cette première grâce n'est pas tel (sic) qu'il puisse conduire à obtenir la grâce efficace, on en convient, mais M. Arnauld devrait admettre outre ce secours, une grâce suffisante qui quelquefois serait séparée des effets, mais avec laquelle néanmoins on serait toujours en pouvoir d'acquérir le pouvoir efficace, et alors son sentiment serait catholique. "Voilà donc, dit-il, le crime de M. Arnauld. Il soutient que saint Thomas dit que la motion intérieure de la grâce a toujours infailliblement son effet, que la grâce actuelle intérieure ne manque jamais d'avoir son effet, qu'elle est toujours efficace. Or il est aisé de lui prouver le contraire par saint Thomas même. Le sentiment de M. Arnauld paraît clairement dans la troisième partie de son Apologie, de la première Apologie pour Jansénius, où il enseigne qu'il n'y a aucune grâce à laquelle l'homme puisse résister". Une telle calomnie ne put éviter de la contradiction. Il se fit un murmure, et ayant jeté la vue sur ceux qu'il connaissait être dans les sentiments de M. Arnauld, il leur dit : "Cela n'est-il pas vrai ?" Et aussitôt M. de Lalane et M. de Saint-Amour lui répondirent non, et que M. Arnauld disait seulement qu'il n'y avait aucune grâce qui n'eût son effet, et il y a bien de la différence entre l'un et l'autre.

4M. Le Moyne continua son discours et dit qu'à l'égard de la grâce habituelle, M. Arnauld ne serait pas encore excusable [ ?] de lui accorder un pouvoir d'accomplir les commandements, puisque Jansénius, duquel il fait profession de suivre la doctrine, n'a pas laissé d'être condamné quoiqu'il ait reconnu ce pouvoir dans les justes. Il est vrai que M. Arnauld serait catholique s'il voulait avouer que la grâce habituelle suffit pour agir comme l'ont enseigné quelques anciens et nouveaux thomistes, mais c'est ce qu'il affecte de nier. Enfin, pour prouver ce que l'on vient de dire, il n'y a qu'à lire sa proposition : "Cependant, Monseigneur, cette grande vérité etc. sans laquelle on ne peut rien prochainement", si vous le voulez, dit M. Le Moyne aux docteurs du parti de M. Arnauld. Or on ne peut prochainement selon votre sens sans la grâce efficace, et la puissance éloignée par la grâce habituelle ne suffit pas.

5A l'égard de ce que j'ai avancé, qu'il est faux selon saint Thomas que toute motion actuelle qui meut l'âme soit efficace, il est aisé de le prouver, lib. 3, Contra gentes, cap. 159, où il dit que ii soli gratta privantur qui gratiae impedimentum praestant. Selon François Ferrier, il entend ici la grâce habituelle ou une motion extérieure ou intérieure, et il accorde cette motion à tous. C'est ce qui sert à quelques-uns de ceux qui la suivent de préparation à la grâce. Comme quelques-uns s'aperçurent que ce n'était pas là le style de saint Thomas ni sa doctrine, on demanda à M. Le Moyne si ces dernières paroles étaient de saint Thomas. Il répondit que non, mais de Ferrier, et aussitôt on lui répartit : "Il s'agit de saint Thomas et non de François Ferrier", ce qui obligea M. Le Moyne à passer à autre chose. Il cita la Quaest. 106, art. 2, De la première seconde de saint Thomas, où il dit que la loi est d'elle-même un secours suffisant et demanda à la Faculté si ce secours suffisant était habituel. Plusieurs répondirent qu'il était habituel et que Silvius l'appelait ainsi. Il ajouta que M. Arnauld avait abusé des trois passages qu'il cite de ce maître de l'Ecole, et surtout de cet endroit où il dit que la préparation qui se fait par la motion divine a infailliblement son effet, dont il tire cette fausse conséquence que toute motion divine est toujours efficace, et c'est où en effet il se trompe, car saint Thomas proposant cette question si Dieu donne la grâce habituelle à celui qui s'y prépare par une grâce actuelle, il y répond que celui qui s'y prépare par une motion divine acquiert infailliblement la grâce si c'est l'intention de la motion divine, et ainsi il attribue l'infaillibilité à l'acquisition de la grâce habituelle mais non pas à la motion divine, c'est-à-dire que la grâce sanctifiante est infailliblement donnée à celui qui s'y prépare, mais non pas que l'homme qui est mu de Dieu s'y prépare infailliblement. Et sur cela, il s'écria : "Voyez quelle fausseté et quelle malice."

6Il passa ensuite à l'examen du premier passage de saint Thomas cité par M. Arnauld, sur lequel M. Meusnier fit observer qu'il omettait de citer le passage de saint Jean Omnis qui audiverit, ainsi au second extrait de l'article 3 ad. 3, ce qu'il avoua pouvoir souffrir quelque difficulté, et pour en sortir, il rapporta l'explication que Médina y a donnée, qui distingue : Oui, si Dieu meut la volonté efficacement par la prémotion, et non autrement, car le secours suffisant est donné à tous [suivent quatre lignes de références et de citations en latin]. Et il conclut que la proposition de M. Arnauld peut être condamnée sans intéresser saint Chrysostome et saint Augustin, puisqu'ils n'ont pas dit que la grâce a manqué à saint Pierre, si ce n'est de celle qui donne le pouvoir prochain au plus fort, et non pas pour exclure cette grâce par laquelle l'homme peut se préparer à recevoir l'efficace. Ainsi je déclare que je suis entièrement du sentiment des évêques à la censure.

7(Mémoires de Beaubrun, Bibliothèque nationale, ms. fonds français 13895, f° 262 sq.)

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540