Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

7. Lettre d'Arnauld à Denis de La Barde, évêque de Saint-Brieuc

Texte intégral

Monseigneur,

1Quoique je n'aie point d'autre intérêt, en tout ce qui se passe en Sorbonne, que celui de la vérité, et que, grâce à Dieu, j'en attende l'événement avec une très grande paix, ne pouvant douter que Dieu n'en tire sa gloire, en quelque manière que ce soit, je ne laisse pas d'avoir des sentiments particuliers de reconnaissance envers tous ceux qui ont la bonté de protéger mon innocence. Je leur en suis d'autant plus obligé qu'ils ne regardent en cela que la justice et non ma personne, et que sans avoir aucun dessein de me favoriser, le seul mouvement de leur conscience les engage à parler en ma faveur. C'est ce qui m'a porté, Monseigneur, à vous témoigner combien je vous suis redevable de l'avis que vous avez proposé dans la dernière assemblée, et de la manière si solide avec laquelle vous avez prouvé que n'ayant parlé dans le seul endroit où l'on a trouvé à redire dans ma lettre touchant la doctrine, que d'une manière entièrement conforme aux sentiments de saint Thomas, le Prince des Théologiens de l'Ecole, ma proposition ne pouvait être digne de censure. On m'a assuré, Monseigneur, que cette explication si convaincante de la doctrine de ce grand saint a touché tous ceux que la passion n'a pas entièrement préoccupés, et qu'il ne leur reste qu'un scrupule. Ils craignent que je n'entre pas dans ce sentiment, et que je ne veuille pas donner à mes paroles le sens que vous leur avez donné, selon les principes de ce saint docteur.

2C'est pourquoi, Monseigneur, je me crois obligé de vous assurer que je suis prêt à souscrire à tout ce que j'ai appris que vous aviez rapporté de la doctrine de ce saint, et que reconnaissant comme lui que l'homme a besoin de deux sortes de grâces pour bien vivre, dont l'une est celle qu'il appelle un don gratuit ajouté à la nature, qui la guérit, qui l'élève, et qui lui donne le pouvoir d'observer les commandements de Dieu, et l'autre est celle qu'il appelle le secours de Dieu, qui meut intérieurement l'âme pour lui faire faire le bien, et qui la meut infailliblement, comme dit le même saint, à cause de l'efficace de la vertu divine qui ne saurait défaillir. Je reconnais aussi, avec le même saint, que le juste a toujours le pouvoir d'observer les commandements de Dieu, qui lui est donné par la première sorte de grâce, mais qu'il n'a pas toujours cette seconde sorte de grâce, qui est le secours qui meut l'âme, sans lequel néanmoins ce saint enseigne, que l'homme, quelque juste qu'il soit, ne saurait faire le bien, et duquel même il explique cette parole de Jésus-Christ : "Sans moi, vous ne pouvez rien faire".

3Ainsi, je déclare, Monseigneur, que quand j'ai dit, après saint Chrysostome et saint Augustin, "que la grâce, sans laquelle on ne peut rien, a manqué à saint Pierre", je n'ai point entendu lui ôter par là le pouvoir d'observer le commandement et de vaincre la tentation qui lui était donné par la première grâce, dont saint Thomas parle ; ni contredire en aucune sorte la Constitution du Pape, qui déclare hérétique cette proposition : "Que quelques commandements de Dieu sont impossibles aux justes, qui veulent et qui s'efforcent selon les forces présentes qu'ils ont, et que la grâce par laquelle ils leur seraient rendus possibles leur manque". Mais j'ai entendu parler seulement de ce second secours de Dieu, dont l'homme a besoin pour bien vivre, qui consiste dans la motion divine, par laquelle Dieu touche l'âme efficacement, et qu'appliquant ce que saint Thomas après Jésus-Christ dit généralement de ce secours : "Que sans lui nous ne pouvons rien faire", au sujet particulier de la tentation de saint Pierre, j'ai voulu dire seulement, selon la doctrine des Pères, que saint Pierre, en punition de la trop grande confiance qu'il avait eue en ses propres forces, ayant été laissé à lui-même, comme parlent tous les saints, c'est-à-dire n'ayant point reçu cette grâce de la motion divine, comme l'appelle saint Thomas, il n'avait pu vaincre une si grande tentation, comme était celle de s'exposer à la mort plutôt que de renoncer Jésus-Christ.

4Certes, Monseigneur, comme je puis vous assurer devant Dieu que je n'ai jamais entendu autrement ce que j'ai rapporté des saints docteurs de l'Eglise touchant la chute de saint Pierre, et que j'ai été très éloigné de vouloir par là blesser en la moindre chose la Constitution d'Innocent X d'heureuse mémoire, je ne vois pas aussi avec quelle ombre de justice on pourrait rejeter une explication de mes paroles, si naturelle d'une part, et si catholique de l'autre, et comment on le pourrait faire sans découvrir à tout le monde que, dans le dessein qu'on a formé de me condamner à quelque prix que ce soit, on ne se met pas en peine si l'on condamne sous mon nom les plus grands docteurs de l'Eglise ; puisque d'une part on prétend censurer comme hérétique une proposition où je n'ai fait que rapporter les propres termes de saint Augustin et de saint Chrysostome, et que de l'autre, on veut encore la censurer, étant expliquée selon les principes clairs et manifestes du premier docteur des derniers temps et de l'Ange de l'Ecole.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540