Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

5. Note première sur la seconde lettre, par P. Nicole. Du terme de grâce suffisante. Qui sont les dominicains que cette lettre condamne ?

Texte intégral

1Comme la première lettre combat fortement le terme de pouvoir prochain, celle-ci combat de même celui de grâce suffisante. Je dis le terme, car il faut bien distinguer ici le terme de la chose qu'il signifie, Montalte rejetant absolument le terme et ne rejetant pas de même les différentes idées qu'on y peut attacher.

2Les molinistes entendent par grâce suffisante une grâce qui renferme tout ce qui est nécessaire pour agir et qui sans autre secours a quelquefois son effet. Montalte rejette entièrement cette notion avec le terme. Et en cela, il a tous les thomistes pour lui. Ainsi il dispute avec les molinistes pour le terme et pour la chose.

3Il dispute aussi avec les nouveaux thomistes, mais bien différemment. Car il est presque d'accord avec eux pour la chose et il dispute seulement du nom. Ceux-ci par le terme de grâce suffisante n'entendent pas une grâce qui n'a besoin de rien pour agir et qui peut quelquefois produire seule l'action, mais une grâce qui donne une certaine vertu intérieure, qui excite des actes imparfaits, qui attire la volonté vers le bien sans néanmoins la fléchir, si elle n'est accompagnée d'une grâce efficace. Or, qui n'avouera pas que cette grâce se trouve souvent dans les justes, même lorsqu'ils pèchent ? Aussi Montalte ne le nie point et il ferait encore moins de difficulté de l'admettre dans les justes qui veulent et qui tâchent de faire le bien. Mais la question est de savoir si on doit appeler ou ne pas appeler cette grâce suffisante, ce qui n'est qu'une pure question de nom, qui convient mieux à la légèreté d'un Grec oisif qu'à la gravité des théologiens à moins que la nécessité ne les oblige d'entrer dans ces sortes de disputes.

4Car qu'importe que je nomme cette grâce suffisante ou non pourvu que je ne diminue rien de sa force ? Je ne veux nommer suffisant que ce qui l'est en toutes manières et qui suffit seul. Ne trouvant pas cela dans cette grâce, je lui ôte le nom de grâce suffisante. Pourquoi les thomistes s'en offensent-ils ? Sont-ils établis juges souverains du langage ? Mais peut-être que j'en change le sens ? Qu'ils prennent garde que cela ne leur arrive plutôt qu'à moi, car j'ai l'usage de mon côté, qui décide des termes et des noms.

5Mais je m'éloigne du langage ordinaire des théologiens !

6Je demande qui sont ces théologiens ? car on ne prouvera pas que l'Ecriture, les conciles, les Pères, ni les anciens théologiens se soient jamais servi du terme de grâce suffisante en ce sens. Qui m'empêchera de parler comme eux ayant les mêmes sentiments qu'eux ? C'est donc trop entreprendre que de vouloir commander l'usage d'un terme qui n'est prescrit par aucune autorité.

7Voilà tout le sujet de cette lettre. Voilà tout ce que Montalte y traite avec tant d'érudition, non qu'il rejette entièrement la chose même que les thomistes expriment par le terme de grâce suffisante, mais il fait voir que le nom est dangereux, qu'il entretient une erreur populaire, que c'est indiscrètement que quelques personnes s'en servent dans les entretiens particuliers, et injustement qu'on veut contraindre les théologiens à s'en servir. Il n'empêche néanmoins personne d'en user sur les bancs et dans l'école, pourvu que les professeurs aient soin d'en détacher le sens des molinistes. Mais il s'indigne avec raison qu'on en use indifféremment, en parlant au peuple ignorant et aux simples femmes, ce que ceux qui l'ont inventé n'ont même jamais fait.

8De plus il faut remarquer qu'il ne condamne pas tous les dominicains dont la plus grande partie n'a vu qu'avec indignation la lâcheté de leurs confrères, mais seulement un certain parti du couvent de Paris, dont le père Nicolai est le chef, et qui dans ces disputes, avait abandonné les sentiments de son ordre et s'était lié avec les jésuites pour abolir la doctrine de saint Thomas.

9(Sur l'édition latine des Provinciales par P. Nicole et les notes qu'il y a ajoutées, voir supra, p. 8, n. 1).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540