Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

3. Seconde Lettre de M. Arnauld à un duc et pair de France

Texte intégral

A. Les Propositions censurées

1[Les passages en italique sont les extraits soumis à la censure de la Sorbonne].

2[...] Ce seigneur a fort bien jugé que cette épreuve de l'humilité et de la modération de ses amis justifiait que n'ayant défendu que la pure doctrine de saint Augustin et non ces propositions condamnées, qu'ils ont toujours regardées comme forgées par les partisans des sentiments contraires à ceux de ce grand Docteur, non seulement l'esprit de la vérité chrétienne mais celui de la charité et de l'unité catholique les avait conduits dans la défense d'une doctrine si sainte et que la solidité de leur foi avait ta pesanteur des grains de froment, selon le langage des Pères, et non ta légèreté de la paille ; puisque tous ces vents et ces tourbillons n'avaient pu non seulement tirer de leurs bouches et de leurs plumes le moindre murmure et les moindres plaintes, ni émouvoir tant soit peu leur patience, mais les avait plutôt affermis et comme fixés dans l'aire sacrée de Jésus-Christ qui est l'Eglise, par l'immobilité avec laquelle ils ont soutenu cette tempête.

3[...] Mais pourquoi donc, disent-ils, a-t-on fait deux Apologies pour Jansénius ? Parce qu'on a cru qu'il y allait de l'intérêt de Dieu et de l'honneur de l'Eglise de ne pas souffrir que sous le nom de Jansénius, on fît passer en pleine chaire les plus constantes maximes de la doctrine céleste de saint Augustin pour des impiétés et des hérésies, qu'on les combattît par des anathèmes de faux conciles, par des ignorances grossières dans l'histoire ecclésiastique, par des passages de l'Ecriture ou falsifiés dans les paroles, ou corrompus dans le sens, et qu'on imposât en plusieurs points des hérésies et des erreurs a un Evêque qui a été très éloigné de les enseigner, qui a toujours vécu et est mort dans la communion de l'Eglise catholique, et qui a même très fortement et très glorieusement défendu l'Eglise contre les hérétiques de ce temps.

4[...] Après tous ces exemples de l'histoire ecclésiastique se pourra-t-il trouver, Monseigneur, quelqu'un assez déraisonnable et assez injuste pour s'imaginer que parce que des personnes ayant lu un livre avec soin et n'ayant point trouvé des propositions qui sont attribuées à un auteur catholique après sa mort dans l'exposé de la Constitution, d'un Pape, ne peuvent déclarer contre leur conscience qu'elles s'y trouvent, quoiqu'en même temps, ils les condamnent en quelque livre qu'elles se trouvent, ce soit un prétexte suffisant de les traiter d'hérétiques, d'excommuniés et de retranchés de l'unité de l'Eglise, comme si un point de fait dont les yeux sont juges pouvait être un point de foi, qui ne peut être établi que sur une révélation divine, et une cause légitime d'accuser d'hérésie des théologiens catholiques qui embrassent tout ce qui concerne la foi dans cette Constitution et qui dans ce point de fait même ne sont point opiniâtres, étant près de se rendre aussitôt qu'on leur aura fait lire ces Propositions dans le livre d'où l'on dit qu'elles ont été tirées, ce qui doit être la chose du monde la plus facile si elles en ont été véritablement tirées , comme au contraire la plus difficile et même impossible si elles n'y furent jamais. Et cependant, quand on supposerait même qu'ils se trompent dans ce point de fait, n'est-il pas visible, Monseigneur, qu'on ne leur pourrait reprocher en aucune sorte d'être hérétiques ou de blesser la foi de l'Eglise, mais seulement de n'avoir pas de si bons yeux ou de n'entendre pas si bien le latin que ceux qui soutiendraient le contraire ?

5[...] Si dans toutes ces rencontres, on n'a point fait des propositions qu'on ait attribuées à ces auteurs pour les décrier, mais on a lu leurs écrits mêmes ou des extraits fidèles des propres paroles qui se lisaient dans leurs livres, selon la coutume de toute l'Eglise, avec quelle justice pourrait-on prétendre que le doute ou l'humble silence de la retenue d'un catholique a déclarer que des propositions qui sont attribuées dans la Constitution d'un Pape a un prélat de l'Eglise après sa mort soient véritablement de lui, n'ayant pu les y trouver, soit un légitime prétexte de le traiter d'hérétique, lors même que se contentant de ne pas agir contre sa conscience et contre le témoignage de ses yeux en un point de fait, il est résolu de s'abstenir de toute contestation sur ce fait même et d'y garder un silence respectueux, qui est la plus grande soumission qu'on doive aux Conciles même œcuméniques dans ces faits particuliers ?

6[...] Cependant, Monseigneur, cette grande vérité établie par l'Evangile et attestée par les Pères qui nous montre un juste en la personne de saint Pierre a qui la grâce, sans laquelle on ne peut rien, a manqué dans une occasion où l'on ne peut pas dire qu'il n'ait point péché, est devenu tout d'un coup l'hérésie de Calvin, si nous en croyons les disciples de Molina qui ne craignent point de dire : "Que ce point", savoir que la grâce intérieure ne manque jamais à l'homme dans toutes les occasions où il ne peut faire sans son aide ce que Dieu commande, "est un de ces deux dont généralement tous les théologiens catholiques tombent d'accord et qui ne sont contestés que par les calvinistes" (Ecrit du P. Annat).

B. Le Pape n'a pas d'autorité dans les questions de fait

7[...] Se réduiront-ils à passer de la foi et de la doctrine au fait de Jansénius ? Mais il était si peu question de ce fait dans toute la controverse qui s'est agitée à Rome que ces docteurs, qu'on dit faussement y avoir été envoyés pour défendre Jansénius, n'en ont pas dit un seul mot devant le Pape, ni dans les écrits qu'ils lui présentèrent, comme la lecture en peut convaincre les plus passionnés et les plus opiniâtres.

8Et de plus toute cette question se réduisant à savoir si ces propositions sont de lui, ou n'en sont pas, n'est-il pas constant que ce point de fait, comme tous les autres de cette nature, ne peut appartenir à la foi catholique, qui doit être nécessairement fondée sur la parole de Dieu écrite ou non écrite, c'est-à-dire sur l'Ecriture sainte ou sur la tradition, et par conséquent ne peut être alléguée pour un légitime sujet de tenir des personnes, qui sont très catholiques et très attachées à la communion de l'Eglise, pour hérétiques et corrompues dans la foi ?

9Mais s'ils n'aimaient que la vérité et la pureté de la foi catholique, et qu'ils eussent un désir sincère de la paix de l'Eglise, sans être poussés d'animosité contre les personnes, ne devaient-ils pas avoir été plus que satisfaits de la révérence profonde que j'ai témoignée sur ce fait envers la constitution du Pape, lorsque j'ai dit : Que je condamne sincèrement les cinq propositions censurées en quelque livre qu'on les puisse trouver sans exception ; et par conséquent aussi bien dans le livre de Jansénius que dans tout autre où elles se trouveront ?

10Car il n'y a que cette soumission absolue et sans aucune restriction des propositions censurées partout où elles se trouvent qui puissent appartenir à la foi et à la doctrine de l'Eglise, et sur laquelle on ait droit d'exiger des catholiques un acquiescement d'esprit et une soumission de cœur et de conscience. Et c'est cette parfaite et intérieure soumission que j'ai déclaré publiquement et à la face de toute l'Eglise que je rendais et voulais rendre à la censure que le Pape a faite de ces erreurs.

11Que si l'on n'en peut pas rendre une plus grande à un décret même d'un concile œcuménique, et si les théologiens les plus catholiques avant toutes ces disputes ont déclaré dans leurs écrits, et justifié par plusieurs exemples célèbres de l'histoire de l'Eglise, qu'on peut souvent sans manquer au respect légitime qu'on doit à ces saintes assemblées, où le Saint-Esprit préside, révoquer en doute ce qu'il y aura été exprimé, ou même jugé, non en des points de foi qui obligent la créance de tous les fidèles, mais en des points particuliers qui regardent le fait, les personnes, les écrits d'auteurs catholiques, et qui étaient dans la communion de l'Eglise, et autres semblables matières qui demandent souvent une très longue et très exacte discussion, n'est-ce pas rendre un aussi grand respect à la constitution du Pape qu'à un décret d'un concile général que de recevoir absolument ce qu'il a décidé touchant la doctrine, et de laisser seulement en quelque doute un point de fait, savoir si ces propositions sont ou ne sont pas de Jansénius, qui a été supposé pour véritable, parce qu'on l'avait ainsi exposé au Pape, sans que le Pape ait déclaré dans sa constitution qu'il l'ait fait examiner ? et de protester en même temps, que si elles sont dans son livre, on les y condamne, et qu'on ne veut, même sur ce sujet, entrer en aucune contestation, mais demeurer dans la plus grande soumission que l'on doive aux conciles même œcuméniques dans un point de fait, qui est celle d'un silence respectueux, à moins que les violences des adversaires, et une nécessité inévitable de défendre l'innocence de personnes pieuses et catholiques contre leurs persécutions ne forcent à le rompre.

12[...] Jean Pic de La Mirandole, Jacques Merlin et Genebrard docteur de Paris, et depuis peu de temps le père Binet et le père Halloix, jésuites ont-ils cessé d'être catholiques pour avoir entrepris de défendre Origène et de soutenir la pureté de sa foi et la probabilité de son salut contre tant de condamnations publiées contre ses livres et contre sa mémoire par le concile d'Alexandrie sous Théophile qui en était archevêque, par le concile de Chypre où présidait saint Epiphane, par le Pape Anastase dans le concile de Rome, et par le cinquième concile général tenu à Constantinople sous l'empereur Justinien, qui prononça tant de fois anathème à Origène ?

13Tous ces théologiens catholiques ont-ils violé par une désobéissance criminelle le respect qu'ils devaient au Saint-Siège, et à un concile qui représentait toute l'Eglise, pour avoir défendu et absous celui contre lequel tous les foudres de l'Eglise avaient été lancés tant de fois comme contre un hérésiarque, un apostat, un ennemi de l'Eglise, et digne d'exécration et d'anathème ?

14Et quoique du temps de saint Augustin, il eût été déjà condamné par trois conciles, au dernier desquels le Pape Anastase présidait, et qu'il en parle même dans La Cité de Dieu comme d'un auteur réprouvé par l'Eglise, il ne laisse pas de révoquer en doute dans le dernier de ses ouvrages, s'il était véritablement auteur d'une des principales erreurs qui lui étaient particulièrement attribuées, savoir la pénitence et la réconciliation future des démons, se contentant de dire : Que cette erreur était attribuée a Origène, mais qu'il y en avait qui prouvaient qu'il ne l'avait point soutenue, ou au moins qui le voulaient faire croire. Et dans son livre des hérésies, ce même Père distingue les sectateurs d'Origène d'avec les défenseurs d'Origène, regardant les premiers, savoir ses sectateurs, comme ceux qui suivaient les erreurs imputées à Origène, et les derniers, savoir ses défenseurs, comme des catholiques qui, ne soutenant aucune de ces erreurs, prétendaient qu'Origène même ne les avait pas enseignées.

15Ne voyons-nous pas encore, Monseigneur, que les jugements du quatrième concile général, qui est celui de Chalcédoine, et du cinquième qui fut tenu à Constantinople cent ans depuis, semblent être différents touchant les écrits de quelques personnes particulières, qui furent lus dans l'un et dans l'autre de ces conciles ? Car pour ne parler que du seul Ibas évêque d'Edesse, la lettre qu'il avait écrite à un Persan nommé Maris ayant été lue dans le concile de Chalcédoine, où elle est rapportée, les Pères de ce concile ne la censurèrent point, et ne condamnèrent point Ibas qui l'avait écrite, mais se contentèrent qu'il eût anathématisé Nestorius. Et cependant, cette même lettre ayant été lue et examinée de nouveau dans le cinquième concile général, elle y fut condamnée d'hérésie et jugée digne d'anathème, quoique le Pape Vigile et plusieurs évêques d'Occident fussent fort opposés à ce nouvel examen, parce qu'ils croyaient qu'il ne se pouvait faire sans donner lieu aux Eutychiens de décrier le concile de Chalcédoine, comme ils firent en effet depuis. Mais enfin le Pape Vigile se rendit, et confirma le cinquième concile œcuménique, comme ont fait tous ses successeurs.

16Et saint Grégoire le Grand étant secrétaire du Pape Pelage II, son prédécesseur, écrivit au nom de ce Pape une longue lettre aux évêques d'Istrie, où il montre que, dans les choses de fait et qui regardent les personnes particulières, ce qui avait été réglé dans un concile pouvait être revu et jugé autrement par un autre. Ce qu'il confirme par l'autorité de saint Léon en ces paroles : Specialis quippe synodalium conciliorum causa est fides. Quidquid ergo praeter fidem agitur Leone docente ostenditur quia nihil obstat si ad judicium revocetur. D'où ce Pape conclut : Quand les Pères du concile de Chalcédoine auraient approuvé l'épître d'Ibas par leurs souscriptions, il serait encore permis à chacun de la reprendre [...]

17Ce que M. le Président de Marca, maintenant archevêque de Toulouse, a jugé si indubitable qu'il ne l'a pas seulement renfermé dans les questions de fait dont je parle, et dont personne ne doute, mais l'a étendu même jusqu'à quelques questions de droit qui regardent la discipline. Voici ses paroles :

18"On peut tirer des lettres des Papes Vigile et Pelage II, deux règles fort utiles et très propres à décider toutes sortes de différends qui s'émeuvent dans l'Eglise.

19La première est que la règle de la foi ne se peut changer et que les disputes touchant les dogmes qui ont été une fois terminées par le jugement du concile universel ne se doivent pas renouveler. La règle de la foi, dit Tertullien, est unique, et seule immobile et irrétractable.

20La seconde est que dans les autres causes qui sont hors la foi, c'est-à-dire dans les points de discipline qui regardent non seulement le fait, mais aussi le droit, la vérité en est quelquefois cachée et quelques-fois se découvre. Et lorsqu'on l'a découverte, il faut changer les premières constitutions, soit qu'elles aient été faites par les conciles généraux, ou par les Souverains Pontifes. Et c'est ce que non seulement le Pape Vigile témoigne dans sa lettre que nous donnons au public, mais aussi Pélage II. La foi, dit ce Pape, est le sujet particulier pour lequel on assemble les conciles. C'est pourquoi tout ce qui s'y résout hors la foi peut être examiné et jugé de nouveau selon le témoignage de saint Léon".

21[...] Mais ce qui est encore plus remarquable, Monseigneur, c'est qu'après même que cette fameuse dispute des trois articles, dont l'un était le livre de Théodoret contre les anathèmes de saint Cyrille et quelques autres écrits du même auteur, a été terminée dans le cinquième concile général, et que ces écrits de Théodoret ont été condamnés comme impies [...] et composés contre la vraie foi, avec anathème contre celui qui osera les défendre : Si quis de fendit impia Theodoreti conscripta quae contra rectam fidem et contra primam Ephesinam Sanctam Synodum et S. Cyrillum et duodecim ejus capitula exposuit, talis anathema sit[...] le père Sirmond n'a pas laissé de soutenir : Que Théodoret avait toujours été éloigné de l'hérésie nestorienne, en ce qu'il a même écrit contre saint Cyrille, et que sa dispute avait été plutôt de contention et de pique que de doctrine et de dogme.

22[...] Enfin, Monseigneur, il n'y a point d'exemple plus illustre sur ce sujet que celui du Pape Honoré Ier, qui vivait en 630. Il s'émut de son temps une dispute entre Serge patriarche de Constantinople et Sophrone, alors saint religieux et depuis partriarche de Jérusalem, Serge soutenant qu'il n'y avait qu'une seule volonté en Jésus-Christ, savoir la divine, et Sophrone soutenant au contraire, selon la foi catholique, qu'il y en avait deux, l'une divine et l'autre humaine. Et le Pape Honoré s'étant entremis de leur différend, il sembla par sa réponse favoriser Serge, et pour le bien de la paix, il défendit qu'on ne parlât point ni d'une ni de deux volontés en Jésus-Christ.

23Mais environ cinquante ans depuis, le sixième concile œcuménique ayant été assemblé en 681 sous le Pape Agathon et l'empereur Constantin Pogonat, les deux lettres du Pape Honoré furent lues en plein concile, auquel présidait le Pape Agathon, par ses légats, et ayant été condamnées comme hérétiques, furent brûlées avec les autres écrits des Monothélites. Ce qui a été encore rapporté et confirmé par le septième et le huitième concile œcuménique, et par les Papes Léon II et Adrien II.

24Cependant les cardinaux Bellarmin et Baronius, après avoir dit que les actes du sixième concile ont pu être falsifiés en ce qui regarde la condamnation du Pape Honoré, jugeant bien eux-mêmes que cette réponse pouvait recevoir de grandes difficultés , et qu'il était difficile de persuader que les actes d'un concile œcuménique , dont on avait, dès lors qu'il avait été tenu, fait cinq copies authentiques pour les cinq sièges patriarcaux Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem, se fussent trouvés corrompus et falsifiés depuis en tous les exemplaires qui étaient répandus par ces églises patriarcales dans tout le monde sans que personne de toute l'antiquité se soit jamais plaint de cette falsification prétendue, ils ajoutent qu'encore que le sixième concile ait condamné d'hérésie les lettres du Pape Honoré, on peut croire néanmoins que ce concile, quoique général, a erré dans ce fait, et que ces lettres ne contiennent véritablement aucune hérésie.

25Voici les paroles du cardinal Bellarmin : Si quelqu'un a peine à croire que le sixième concile ait été corrompu, on le peut satisfaire par une autre solution, laquelle est du cardinal Jean de Turre Cremata, qui enseigne que les Pères du sixième concile ont condamné en effet le Pape Honoré, mais étant mal informés, et qu'ainsi ils se sont trompés dans ce jugement. Car encore qu'un concile général et légitime ne puisse errer en définissant les dogmes de foi, comme aussi le sixième concile n'a point erré en cela, néanmoins, il peut errer en des questions de fait. Et ainsi nous pouvons dire en toute sûreté que ces Pères furent trompés par de faux bruits, et que n'ayant pas bien entendu les lettres du Pape Honoré, ils le mirent à tort au nombre des hérétiques" [...]

26Baronius apporte la même réponse en ces paroles : "Mais quelqu'un dira, si nous demeurons d'accord que ce saint et œcuménique concile a fait véritablement ce décret touchant le Pape Honoré, il ne sera pas permis de former une dispute sur ce point et de vouloir rien déterminer de contraire à ce qui a été résolu par ce concile. A quoi je réponds que cette soumission ne regarde que les choses de la foi, n'étant obligés à rendre une religieuse et absolue déférence à tout ce qui a été défini par un saint concile que dans les points de la foi. Car pour ce qui concerne les personnes et leurs écrits, les censures qu'en ont faites les conciles ne se trouvent pas avoir été gardées avec tant de rigueur, comme on en voit un exemple clair dans le cinquième concile qui a condamné les trois articles touchant Théodore, Théodoret et Ibas, quoique le saint et sacré concile de Chalcédoine ne les eût pas condamnés. Car personne ne doute qu'il ne puisse arriver à qui que ce soit d'être trompé dans les choses qui sont de fait et qu'on ne puisse dire en ces rencontres ce que saint Paul écrit aux Corinthiens : Que nous ne pouvons rien contre la vérité, mais seulement pour la vérité" [...]

27Ainsi nous voyons, Monseigneur, que ces cardinaux n'ont pas seulement établi cette maxime que, sans perdre le titre de catholique, on peut quelquefois avoir des raisons considérables pour ne pas demeurer d'accord dans une question de fait de ce qui en aura été clairement et manifestement déterminé par la plus grande et la plus infaillible autorité qui soit dans l'Eglise, qui est celle d'un concile œcuménique où le Pape préside par ses légats, mais qu'ils en établissent même le fondement inébranlable, qui est que l'Eglise ne prétend point être infaillible dans les choses qui sont de fait, qui peuvent souvent n'être pas examinées avec assez de soin dans ces saintes assemblées, ou être altérées par des préjugés et des bruits publics.

28Ce que le cardinal Bellarmin a encore établi en un autre endroit lorsqu'il écrit : Que c'est une maxime constante parmi tous les catholiques que le Pape, même comme Pape avec l'assemblée de ses conseillers, ou même avec un concile général, peut errer dans les contro-verses particulières de fait, qui dépendent principalement de l'information et des témoignages des hommes [...]

29Et c'est avec sujet que ces cardinaux qui ont été très affectionnés au Saint-Siège ont eu un soin particulier d'autoriser cette utile et salutaire maxime, parce qu'ils ont fort bien jugé qu'elle est très nécessaire en plusieurs rencontres pour mettre à couvert l'honneur des Papes et des conciles, et pour empêcher que les hérétiques ne se prévalent des surprises, qui peuvent arriver dans le fait et en ce qui regarde les personnes, pour ébranler l'autorité infaillible de l'Eglise en ce qui regarde le droit, c'est-à-dire la foi et la doctrine catholique.

30Mais si cela peut avoir lieu, Monseigneur, c'est principalement lorsqu'il s'agit d'un fait dont il est parlé dans quelque décret de Pape, sans que le Pape témoigne dans ce décret que ce point de fait, qui regarde la personne d'un auteur particulier et catholique, ait été examiné avec soin et avec toutes les formes canoniques que les Papes ont accoutumé d'observer en ces rencontres. Car c'est alors que les Papes mêmes témoignent qu'ils peuvent avoir été surpris et que, ne parlant des choses que selon qu'elles leur ont été exposées, ils veulent toujours qu'on entende leurs récrits selon cette clause ordinaire, laquelle ils expriment souvent et qui est toujours sous-entendue, Si ita est, s'il est ainsi. Si preces veritate nitantur, si ce qu'on a exposé par la supplique est conforme à la vérité [...]

31Ils en ont même fait une loi insérée dans le droit canonique, comme il paraît par une décrétale, où le Pape Alexandre III écrivant à l'archevêque de Ravenne use de ces termes : Si quelquefois nous envoyons a votre fraternité des ordres ou des décrets qui choquent vos sentiments, vous ne devez pas vous en mettre en peine, et lorsque vous aurez considéré la qualité de l'affaire, pour laquelle nous vous écrivons, ou vous accomplirez avec respect notre mandement, ou vous nous écrirez la raison pourquoi vous croyez ne le pouvoir faire. Car nous ne trouverons point mauvais que vous n'exécutiez pas un décret qu'on aura tiré de nous par surprise ou par artifice [...]

32Et le Pape Innocent III, dans le premier livre de ses lettres imprimées avec ses œuvres, témoigne : Qu'il veut marcher sur les pas de ses prédécesseurs qui ont toujours déclaré que les jugements du Souverain Pontife peuvent être corrigés et changés en mieux quand il se trouve qu'on l'a surpris en quelque chose.

33Et c'est ce que le grand saint Bernard avait remarqué longtemps avant ce savant Pape, lorsqu'écrivant au Pape Innocent II, il relève avec éloge la justice et la modération de l'Eglise romaine, qui la porte à réformer ses jugements dans les points de fait lorsqu'on l'informe de la vérité qui lui avait été cachée. Le Siège apostolique, dit ce grand saint, a cela de propre et de recommandable dans sa conduite qu'il ne fait point de difficulté de révoquer ce qu'il reconnaît qu'on a tiré de lui par surprise et par tromperie, et non pas obtenu par raison et selon la vérité. Aussi est-ce une chose pleine de justice et de louange que personne ne puisse profiter de la fausseté, principalement a Rome et devant le saint et suprême Siège [...]

34Il n'est donc point question du fait de Jansénius, et je déclare hautement à ces écrivains qu'ils peuvent si bon leur semble faire croire à tout le monde et publier partout, comme ils ont déjà fait hardiment par des écrits imprimés : Que les propositions que le Pape a condamnées sont des propositions individuelles et singulières contenues mot pour mot TOTIDEM VERBIS dans le livre de Jansénius Pour ce qui est de mon particulier, je ne m'y oppose point, sachant que comme ils ne peuvent les y mettre si elles n'y sont pas effectivement, je ne puis aussi les en ôter si elles y sont [...]

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540