Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

1. Le concile de Trente et la doctrine catholique de la justification

Texte intégral

1Attendu qu'en ce temps, pour la perte de beaucoup d'âmes et au grave détriment de l'unité ecclésiastique, une doctrine erronée de la justification a été répandue, -pour l'honneur et la gloire du Dieu tout-puissant, pour la paix de l'Eglise et le salut des âmes, le saint concile œcuménique et général de Trente, légitimement réuni dans le Saint-Esprit, présidé, au nom de notre très saint père et seigneur dans le Christ, Paul, par la divine Providence troisième pape du nom, par les très révérends seigneurs Jean-Marie del Monte, évêque de Palestrina, et Marcel, prêtre du titre de Sainte-Croix de Jérusalem, cardinaux de la sainte Eglise romaine et légats apostoliques a latere - se propose d'exposer à tous les fidèles du Christ la vraie et saine doctrine de cette justification même, que le Christ Jésus, soleil de justice (Lam., IV, 2), auteur et consommateur de notre foi (Heb., XII, 2), a enseignée, que les apôtres ont transmise et que l'Eglise catholique, sous l'action du Saint-Esprit, a toujours conservée, en interdisant sévèrement que personne désormais ose croire, prêcher ou enseigner autrement qu'il est décidé et déclaré dans le présent décret [...]

2La justification [...] ne consiste pas seulement dans la rémission des péchés, mais encore dans la sanctification et le renouvellement de l'homme intérieur par la réception volontaire de la grâce et des dons, par quoi l'homme d'injuste devient juste et d'ennemi ami, pour être héritier, "selon l'espérance, de la vie éternelle" (Tit., III, 7).

3De cette justification, voici les causes : cause finale, la gloire de Dieu et du Christ et la vie éternelle, cause efficiente, le Dieu de miséricorde qui nous purifie et nous sanctifie gratuitement par le sceau et l'onction de l'Esprit-Saint, promis par les Ecritures et gage de notre héritage (Eph. I, 13) ; cause méritoire, son très cher Fils unique Notre-Seigneur, qui, bien que nous fussions ses ennemis, "par l'amour extrême dont il nous a aimés" (Eph., II, *f) et par sa passion très sainte sur la croix, nous a mérité la justification et a satisfait pour nous à Dieu son père ; cause instrumentale, le sacrement de baptême, qui est sacrement de la foi, sans laquelle personne n'a jamais obtenu la justification. Enfin, l'unique cause formelle est la justice de Dieu, non pas celle par laquelle il est juste lui-même, mais celle par laquelle il nous rend justes, c'est-à-dire dont il nous gratifie pour nous renouveler dans l'intérieur de notre âme : par elle non seulement nous sommes nommés justes, mais nous le sommes réellement, recevant en nous la justice, chacun selon sa mesure, selon le partage que l'Esprit-Saint en fait à chacun comme il lui plaît et selon la disposition propre et la coopération de chacun [...]

4Lorsque l'Apôtre dit que l'homme est justifié "par la loi et gratuitement" (Rom., III, 28, 24), ces paroles doivent être comprises dans le sens que le consentement perpétuel de l'Eglise a tenu et exprimé ; à savoir que nous sommes dits justifiés par la foi, parce que la foi est le commencement du salut, le fondement et la racine de toute justification, "sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu" (Heb., XI, 6) et de parvenir à la société des enfants de Dieu ; justifiés gratuitement, parce que rien de ce qui précède la justification, ni la foi, ni les œuvres, ne mérite la grâce même de la justification.

5Les hommes étant donc ainsi justifiés, et faits amis et familiers de Dieu, s'avançant en vertu, se renouvellent, comme dit l'Apôtre, de jour en jour, c'est-à-dire qu'en mortifiant les membres de leur chair et en les faisant servir à la défense de la justice, pour leur sanctification, par l'observation des commandements de Dieu et de l'Eglise, ils croissent dans la justice même reçue par la grâce du Christ, la foi coopérant aux bonnes œuvres, et ainsi deviennent de plus en plus justes, ainsi qu'il est écrit : "Que celui qui est juste soit justifié encore" (Apoc, XXII, II).

6Can. I. - Si quelqu'un dit que l'homme peut être justifié devant Dieu par ses œuvres accomplies avec les seules forces de la nature ou en vertu du seul enseignement de la loi, sans la grâce divine méritée par Jésus-Christ, qu'il soit anathème.

7Can. 2. - Si quelqu'un dit que la grâce de Dieu méritée par Jésus-Christ est conférée à l'homme seulement afin qu'il puisse plus facilement vivre dans la justice et mériter la vie éternelle, comme si, par le libre-arbitre sans la grâce, il pouvait faire l'un et l'autre, quoique cependant avec peine et difficulté, qu'il soit anathème.

8Can. 3. - Si quelqu'un dit que sans l'inspiration prévenante du Saint-Esprit et sans son secours, l'homme peut croire, espérer et aimer ou se repentir de la façon qu'il faut pour obtenir la grâce de la justification, qu'il soit anathème.

9Can. 4. - Si quelqu'un dit que le libre-arbitre de l'homme mû et excité par Dieu ne coopère aucunement en donnant son assentiment à Dieu qui l'excite et l'appelle, par où il se prépare et dispose à obtenir la grâce de la justification, et qu'il ne peut pas refuser son consentement s'il le veut, mais que, à la façon d'un être inanimé, il est absolument inerte et joue un rôle purement passif, qu'il soit anathème.

10Can. 5. - Si quelqu'un dit que depuis le péché d'Adam, le libre-arbitre de l'homme est perdu et éteint, que c'est une chose qui n'a que le nom ou plutôt un nom sans réalité, ou enfin une fiction introduite par le démon contre l'Eglise, qu'il soit anathème [...]

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540