Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

L'art de faire plus court

Texte intégral

  • 1 Nous avons utilisé la deuxième édition de la Seconde Lettre a un duc et pair (1655). Voir à la not (...)
  • 2 Les tableaux, présentés p. 164 et 165, montrent à l'évidence la similitude du contenu des textes e (...)

1La Fontaine s'inspire d'Esope. Racine prétend suivre Aristote et Euripide. Pascal, dans la dix-septième Provinciale, reprend le sixième chapitre de la deuxième partie de la Lettre d'Arnauld à un duc et pair1. L'art classique est un art d'imitation. La symétrie, pourtant, n'est qu'apparente. A l'abri de leurs modèles, Racine et La Fontaine, ou La Bruyère et Molière, peuvent inventer et transformer : les Anciens n'ont pour s'exprimer que le truchement des doctes et, en matière d'orthodoxie littéraire, les applaudissements du public tiennent lieu de profession de foi. Il n'en est pas de même lorsque Pascal utilise un texte d'Arnauld2, dont l'auteur est là, bien vivant, docteur de Sorbonne qualifié pour surveiller la plume de celui que ses adversaires rabaissent au rang de simple "secrétaire de Port-Royal". Dernier venu dans l'entreprise collective de défense de Jansénius, il sait que ses lettres ne seront livrées à l'impression qu'une fois reconnues conformes à l'orthodoxie des amis de saint Augustin. C'est pour eux et non sur le fond de l'affaire qu'il en appelle au public, non pour lui et en vue de la réussite de son œuvre. Ainsi, de tous côtés, sa liberté se trouve-t-elle bornée : l'imitation, pour lui, est devenue esclavage. On en saisira mieux ce qui seul lui demeure en propre, l'originalité de sa méthode.

  • 3 Sur la longueur des Provinciales, voir aux Documents n° 16, p. 302, celle des diverses lettres, be (...)
  • 4 Voir la note 4 des deux tableaux.
  • 5 L'Apologie pour M. de Saint-Cyran (Provinciales, n. 1, p. 339).

2Pascal change le point de vue. Arnauld avait pris à témoin un duc et pair gagné à sa cause ; il s'attaque à un membre éminent du parti adverse, le P. Annat, confesseur du Roi. La différence d'interlocuteur entraîne un changement de ton : l'un s'explique devant un ami, l'autre accuse un ennemi. L'auteur des Petites Lettres est de plus condamné à la brièveté. La dix-septième lettre, augmentée comme la seizième de huit à douze pages in-4°, correspond à peu près aux douze pages (sur deux cent cinquante-quatre) consacrées par Arnauld à "la différence entre les points de foi et de doctrine qu'on appelle de droit et ceux qui regardent le fait et les personnes"3. Mais Pascal ne consacre qu'environ la moitié de sa lettre à cette distinction : il a commencé par se défendre d'être hérétique puis il a rappelé les variations des jésuites dans leurs accusations contre Arnauld et Port-Royal ; il finira en dénonçant la "politique" de ses adversaires visant à faire condamner saint Augustin sous couleur d'attaquer Jansénius. Il dispose donc de beaucoup moins de place qu'Arnauld pour exposer les mêmes arguments ; les exemples, qui occupent deux cent soixante-dix-neuf lignes chez celui-ci, n'en occupent chez lui que cent douze4. Il n'en supprime pourtant qu'un, le premier et d'ailleurs le moins long. Bien plus, il en ajoute un, emprunté à un autre ouvrage d'Arnauld5, qu'il place en tête de sa propre argumentation.

3Cet exemple-là en effet a le mérite de la simplicité : un saint (Basile) s'oppose à un autre saint (Athanase) au sujet d'un troisième saint (Denis d'Alexandrie). Si les deux premiers entendaient de la même façon la pensée du troisième, cette situation serait impossible, puisque la doctrine de l'Eglise catholique est une. Elle se comprend au contraire si l'un des saints s'est trompé (simple erreur de fait) dans son interprétation de la pensée de Denis. Pascal, on le voit, ne se contente pas de rapporter un précédent : il démonte un mécanisme.

4Son but est pédagogique. Il ne vise pas seulement, comme Arnauld, à montrer le bien fonde historique de la distinction du fait et du droit en s'appuyant sur une collection d'exemples ; il cherche à faire saisir la nature de cette distinction et combien elle est logiquement nécessaire. Arnauld part du principe que son attitude envers le Pape est calquée sur celle de nombreux catholiques envers des conciles, comme

  • 6 Revenant à son attitude (p. 149), Arnauld met nettement en forme ce type de raisonnement. A partir (...)
  • 7 Lignes non schématisées dans les tableaux, mais rappelées dans les notes 2 : leur importance relat (...)

5il le montre "par plusieurs exemples célèbres de l'histoire de l'Eglise" ; il conclut par un raisonnement a fortiori6 : si des catholiques ont pu se comporter de la sorte envers des conciles, comment cesserait-il d'être bon catholique, lui qui garde un silence respectueux envers la simple constitution d'un Pape ? Son argumentation lui paraît si évidente qu'il n'éprouve pas le besoin d'insister à chaque instant sur la similitude de son cas et des exemples qu'il a accumulés. L'actualité, qui est la raison d'être du développement, n'apparaît que dans les lignes initiales et finales7. Arnauld procède à la façon des juristes en accumulant les précédents et en oubliant en quelque sorte la raison pour laquelle il est allé à leur recherche : c'est de leur existence, indépendamment du présent, qu'ils tirent leur poids.

6L'attitude de Pascal est toute différente. Il parts du présent pour retourner dès que possible au présent. Le passé n'intervient que pour éclairer la distinction qu'il veut utiliser. Les jansénistes, rappelle-t-il, ne seraient pas hérétiques quand même ils se tromperaient dans leur interprétation de Jansénius, et à cette affirmation, il rattache le développement sur saint Basile et saint Athanase : "Et pour expliquer cela par un exemple, commence-t-il, je prendrai la diversité de sentiments [...].Il achève en revenant à la cause présente pour y découvrir ce qui y est semblable : "Je vous en dis de même, mon Père." Le paragraphe qui analyse le précédent, est suivi de quatre paragraphes dans lesquels ce qui vient d'être montré est appliqué au cas particulier des défenseurs de Jansénius. Ainsi Pascal peut-il atteindre un double résultat, pédagogique et logique : faire comprendre sur deux exemples successifs la distinction du fait et du droit, qu'Arnauld supposait connue et, par la similitude des deux cas envisagés, persuader le lecteur qu'il est légitime de raisonner pour Jansénius comme pour saint Denis d'Alexandrie.

7Ce résultat obtenu, passant au second point de son exposé, Pascal délaisse les exemples historiques pour ne retenir que les justifications données par des théologiens qui ont pris le parti d'auteurs condamnés en prétendant que la condamnation reposait sur une erreur d'interprétation. Abandonnant (provisoirement) les jésuites de peu d'autorité, alors qu'Arnauld commençait en citant le P. Pétau, Pascal ne retient que trois noms : Bellarmin, Baronius et Marca, un cardinal jésuite dont ses adversaires ne peuvent refuser l'autorité, un cardinal oratorien, ce qui montre l'unité de l'Eglise, un célèbre prélat contemporain dont on sait l'hostilité aux jansénistes. Une fois le mécanisme démonté à partir d'exemples, il s'agit maintenant d'énoncer la loi et de lui apporter l'autorité des meilleurs garants.

8Pascal leur donne donc la parole, mais en séparant ce qu'ils ont dit des exemples qu'ils commentaient, alors que, chez Arnauld, les citations leur étaient toujours directement rattachées : celle de Marca à l'exemple 3, puis, à l'exemple 5, celles de Bellarmin, de Baronius et encore de Bellarmin. A la répétition, l'auteur des Provinciales a préféré l'accumulation. Il a choisi aussi la généralisation. On le voit bien dans la façon dont il cite Bellarmin. Arnauld traduisait fort exactement au singulier : "Car encore qu'un concile général et légitime ne puisse errer en définissant les dogmes de foi, comme aussi le Vie concile n’à point erré en cela. Néanmoins, il peut errer en des questions de fait". Pascal traduit au pluriel : "Les conciles généraux et légitimes ne peuvent errer en définissant les dogmes de foi, mais ils peuvent errer en des questions de fait". Dans toutes les citations, qui toutes proviennent d'Arnauld (et de passages qu'il a non seulement traduits mais donnés aussi en latin), on constaterait le même travail de simplification, de clarification, de généralisation. En vingt lignes, sous couleur de montrer que le même principe a été énoncé par plusieurs auteurs, Pascal énonce quatre fois l'opposition proposée par Arnauld, selon un procédé de répétition cher aux publicistes modernes. Non sans varier pourtant avec habileté le point d'application du principe : possibilité d'erreur d'un concile, possibilité d'erreur d'un Pape, possibilité de désobéir à un concile, possibilité de libre examen pour ce qui ne regarde pas la foi. Ainsi Pascal éclaire-t-il l'idée sous ses différentes facettes tout en donnant l'impression d'une profusion de preuves et d'une multiplicité de garants.

  • 8 Le second de ces exemples ne vient pas de la Seconde Lettre a un duc et pair. L'abbé Cognet (n. 3, (...)
  • 9 Autre preuve de la filiation de Pascal à Arnauld : le premier ne cite pas le passage de saint Augu (...)

9Il revient alors aux exemples, regroupant dans son point 3 l'opposition des IVe et Ve conciles à propos d'Ibas et celle des Papes Hormisdas et Jean II à propos des moines de Scythie8. Là où Arnauld racontait les détails de l'affaire et citait saint Grégoire et saint Léon, Marca, Vigile, Pélage II, Tertullien et même saint Augustin9, Pascal ne donne pas même le sujet des propositions contestées et néglige de donner le nom (Ibas) de l'auteur mis en cause dans la première affaire. Ce qui l'intéresse, c'est le fait que de telles oppositions aient existé, et aussi que la première ait été expliquée par Marca. Curieusement en effet le paragraphe consacré au point 3 commence par une seconde traduction du texte de Marca qui vient d'être cité dans le point 2, cette reprise servant de transition insensible vers ce qui suit. Arnauld rapportait la variation des conciles au sujet d'Ibas, et citait ensuite plusieurs autorités qui l'expliquaient par une erreur de fait. Pascal choisit l'ordre inverse. Il passe du principe, énoncé par des citations d'auteurs graves (point 2), à la nécessité de son application à deux cas particuliers (point 3). Il peut dès lors poser la loi dans toute sa généralité, indépendamment des précédents comme des garants. Dans un texte d'une lenteur extrême, quoique masquée, l'auteur a procédé à la fois à une explication qui fait comprendre ce qui est en cause, à une affirmation fondée sur le principe d'autorité et, par induction, à l'établissement d'un principe à partir d'exemples.

  • 10 Les dates sont nombreuses chez Arnauld, qui suit l'ordre chronologique des faits sauf dans son pre (...)

10A la différence du texte d'Arnauld, celui des Provinciales doit donc se lire à plusieurs niveaux : au lieu de composer par juxtaposition, en gardant l'ordre de la chronologie10, Pascal a suivi un ordre logique qui lui a permis d'atteindre plusieurs buts à la fois. Parvenu à cette étape de son développement, il ne craint pas d'ailleurs de faire le point : "J'ai voulu, mon Père, vous accoutumer à ces contrariétés qui arrivent entre les catholiques sur des questions de fait touchant l'intelligence du sens d'un auteur." Le verbe accoutumer est significatif : il traduit bien l'originalité de la méthode de Pascal. Les exemples n'ont pas seulement fait comprendre de quoi il s'agit, ils montrent aussi que l'attitude des gens de Port-Royal n'est pas une nouveauté. C'est pourquoi, une nouvelle fois, Pascal revient à la situation présente, au principe actuellement défendu par Arnauld et ses amis. Au lieu d'accumuler, tel son modèle, une collection d'exemples comme l'on fait entre spécialistes en train de soupeser des précédents, il tire de ceux-ci un mécanisme, qui va devenir une force contraignante. Il pourra maintenant mener son adversaire "de là à d'autres exemples d'une pareille opposition, mais plus disproportionnée". Ce qu'il a recherché jusqu'alors, c'est, dans une situation apparemment contradictoire, la structure logique qui permet de rendre compte de tous les exemples possibles. D'où l'ordre qu'il a suivi et le caractère extrêmement simple, voire schématique, des cas retenus dans les points 1 et 3. Par là encore, il diffère d'Arnauld dont les exemples se succèdent sans fonder leur propre nécessité.

11Pascal n'a donc pas de peine à jouer du mécanisme qu'il a mis en valeur pour résumer ce qui précède et annoncer ce qui va venir. Il a montré "sur cela un Père de l'Eglise contre un autre, un Pape contre un Pape, et un concile contre un concile" ; il va montrer "des conciles et des Papes d'un côté, et des jésuites de l'autre". Alors seulement, sur l'exemple d'Origène, auquel il joint celui de Théodoret (points 2 et 4 d'Arnauld), il adopte une attitude polémique, égratignant au passage le P. Halloix et le P. Sirmond. Puis il passe pour finir au dernier exemple d'Arnauld, celui du Pape Honorius : "Enfin, Monseigneur, déclarait celui-là, il n'y a point d'exemple plus illustre sur ce sujet que celui du Pape Honoré 1er, qui vivait en 630". Et Pascal : "Et ainsi je finirai ces exemples par celui du Pape Honorius, dont l'histoire est si connue". Comme Arnauld, il semble achever sur le plus célèbre des précédents.

  • 11 On a déjà plusieurs fois rencontré, et dès la première Provinciale, cette méthode, familière à Pas (...)

12A y regarder de près, les raisons de l'ordre qu'il a adopté paraissent plus complexes. L'exemple du Pape Honorius est susceptible d'au moins deux lectures. Parce qu'Honorius est Pape, on y trouve une variante du schéma du point 3 : des conciles et des Papes prennent parti contre un Pape. D'autre part un jésuite, le cardinal Bellarmin, y prend parti contre des conciles et des Papes : c'est la reprise du schéma polémique du point 4. Enfin, à propos d'Honorius, Pascal cite de nouveau une autorité comme dans le point 2, empruntant de nouveau une citation à Bellarmin. Or, à notre surprise, il n'hésite pas à reprendre sous une forme différente, et d'ailleurs beaucoup plus fidèle, le texte qu'il avait déjà cité en le disjoignant du cas d'Honorius. Mêlant cette fois habilement le pluriel et le singulier, il fait l'application d'un principe général à un cas particulier. Naguère base dogmatique de l'exposé, le passage de Bellarmin devient ici confirmation d'un exemple. Ainsi, à deux reprises, Pascal a-t-il traduit deux fois un même texte, celui de Marca puis celui de Bellarmin, les présentant d'abord à titre de principes, puis pour servir de conclusion ou de présentation d'une situation particulière. Pascal, et c'est un point important de sa méthode, ne craint pas de se répéter, ou plutôt d'avancer par des sortes de petits bonds, à l'aide de menues variations autour d'une même idée, voire d'un même texte11. Cette méthode de la reprise est à la base de sa démonstration : elle introduit dans le texte, sur un sujet difficile, clarté et progression. Pour faire avancer l'exposé, l'auteur des Provinciales se plaît à présenter une même idée sous des lumières différentes. C'est un élément à la fois de sa pédagogie et de son style.

13Il ne lui reste plus qu'à appliquer au cas particulier des jansénistes ce qui a été montré sur d'autres exemples. Le raisonnement a fortiori d'Arnauld se trouve chez lui fondé sur la structure découverte devant nous à partir d'exemples. Au lieu d'énoncer la position janséniste, puis d'en énumérer les garants, Pascal a établi le fonctionnement d'un mécanisme et conquis le droit de le faire fonctionner à plus forte raison dans le cas de la contestation particulière d'une constitution papale. Sa démonstration n'est pas constituée par une succession d'exemples comme celle d'Arnauld ; elle repose sur une progression. Au lieu d'être statique, simple collection de précédents, elle s'est élaborée selon sa dynamique propre. D'un exemple pédagogique, on est passé à des citations dogmatiques pour en venir à l'élucidation d'un mécanisme ; un exemple polémique a préparé un exemple à la fois dogmatique, pédagogique et polémique, qui a laissé à son tour la place à un exemple apologétique. La diversité apparente n'est là que pour empêcher le lecteur visé à travers le père Annat de s'ennuyer tandis que l'auteur de la dix-septième Provinciale le conduit, d'une main sûre, à travers l'unité de sa démonstration.

  • 12 En octobre 1656, la bulle Ad Sacram d'Alexandre VII avait de nouveau condamné les cinq proposition (...)

14Dans la première Provinciale, Pascal refuse la controverse théologique sur la question de fait, car il dit : "Ce point-là est peu important, puisqu'il ne s'y agit point de la foi". C'était le 23 janvier 1656. Un an plus tard, le 23 janvier 1657, Pascal abandonne les casuistes pour revenir aux cinq propositions et consacrer cette fois la majeure partie de sa dix-septième Provinciale à ce qu'il présentait comme une évidence dans la première. C'est qu'entre-temps un formulaire avait été préparé dont la signature allait être rendue obligatoire12 ; dès lors, la distinction entre l'acceptation de la condamnation des cinq propositions et le refus de les reconnaître dans Jansénius n'était plus la seule affaire d'Arnauld, mais celle de tous ceux qui n'acceptaient de signer qu'à condition de distinguer le fait et le droit. Pascal, dans sa dix-septième Provinciale, rappelle ce qu'il a dit dans la première du peu d'intérêt de disputer si les propositions sont ou non "mot à mot" dans Jansénius ; l'essentiel n'est pas là, mais dans l'accusation qui en résulte : "L'on veut qu'ils soient hérétiques, s'ils ne signent que le sens de la doctrine de Jansénius se trouve dans le sens de ces cinq propositions." La légèreté avec laquelle était présentée l'affaire d'Arnauld dans la première Provinciale n'est plus de mise maintenant qu'il s'agit d'une accusation générale d'hérésie.

15Pascal est donc allé chercher son argumentation chez le plus solide des théologiens de Port-Royal. Il ne le copie pas pourtant ; il le transforme en l'adaptant doublement. Il met l'argumentation à la portée du public mondain, public de non-spécialistes et notamment de femmes : on y retrouve la même lenteur d'exposition, les mêmes soucis de ne rien sous-entendre, les mêmes répétitions que dans Clélie. Mais cette adaptation est faite par un esprit d'une grande vivacité et soucieux de logique : la rigueur de la démonstration et la richesse d'une construction à plusieurs étages en masquent les lenteurs. Alors qu'Arnauld s'adressait à des gens imbus comme lui de culture classique, Pascal écrit en moderne, s'adressant à des modernes.

  • 13 "Et je gagerais que c'est l'imprimeur qui l'a mis au titre des Lettres au Provincial", Pascal, Pen (...)
  • 14 Revue d'Histoire littéraire de la France, mars-avril 1971.

16Montalte est une invention d'imprimeur. Du moins Pascal le dit13, et Nicole avant ou après lui. On a fini par attribuer un texte préexistant à un auteur fictif. Cela mettrait en question "la notion même d'auteur" selon P. Kuentz qui, dans un article intitulé "Un Discours nommé Montalte", a eu le mérite de s'intéresser le premier en 197114 au "fonctionnement" du "réseau discursif" des Provinciales : discours épistolaire, discours dialogué, discours cité. "C'est, affirme-t-il, de l'interaction de ces trois types de discours que se constitue le tissu des Provinciales et la figure de leur auteur". Nulle cohérence dans l'ensemble formé quasi accidentellement par les Petites Lettres : "Aucune nécessité interne ne semble constituer cette série en système clos". L'unité de "l'œuvre" n'est donc pas à chercher "au niveau immédiat de l'énoncé, mais dans son mode de production". Montalte est "une manière d'écrire". L'adoption d'un pseudonyme est révélatrice : "Loin de nommer une source dont procéderait le texte, ce qu'il désigne, c'est l'aboutissement d'un discours qui construit peu à peu à son auteur".

17En écrivant la première lettre, Pascal ne savait pas en effet "qu'il inaugurait une série où il s'engagerait aussi totalement". Et il est vrai qu'en rédigeant la dix-huitième, il ne savait pas qu'il n'y en aurait pas de dix neuvième, puisqu'il alla jusqu'à la commencer. "L'œuvre" n'a certainement pas été conçue d'avance comme une totalité. Mais cela implique-t-il qu'elle ait constitué son auteur et non l'inverse ? Conséquence du départ de Mme de Grignan, produit de l'organisation postale du temps, libres par rapport aux règles du genre épistolaire et à l'attente d'un public auquel elles ne sont pas destinées, les lettres de Marie de Rabutin, autre ensemble commencé et clos par le hasard, ne sont-elles pour autant qu'un "discours nommé Sévigné" ? On ne peut le dire sans oublier tout le réseau, autrement complexe que celui du tissu épistolaire, qui relie dans son cas la lettre à la réalité vécue et l'auteur à son temps. Et l'on ne peut dire que le discours de Montalte a construit son auteur qu'en oubliant tout ce qui ne cesse, tout au fil du texte, de montrer "la main de Pascal".

18Il est vrai que le type de discours employé, lettre familière ou lettre ouverte, dialogue fictif avec un tiers ou dispute réelle avec les jésuites, modifie le mode d'existence de celui qui dit je dans les Provinciales, auteur, épistolier, enquêteur, accusé présentant sa défense, chrétien exhortant son prochain. Mais, pour n'avoir pas été concertée d'avance, cette évolution du personnage principal des lettres n'en a pas moins finalement été choisie par un auteur.

19Si "Montalte" change selon les modes de fonctionnement du texte, c'est Pascal, non le texte lui-même qui en a programmé et réalisé le changement. Ce n'est pas parce que le premier, pour les besoins de la fiction épistolaire, a créé un personnage d'auteur que l'on prend de plus en plus (et qui veut de plus en plus se faire prendre) pour la personne de l'auteur que celui-ci a cessé d'organiser la suite des lettres et d'en surveiller la progression. La complexité même du système mis en place pour acquérir la confiance du lecteur envers le personnage qui dit je suppose l'intelligence organisatrice de quelqu'un dont nous savons qu'il s'appelait Pascal. Il en va de même de la complexité du discours. La façon d'en élaborer et d'en utiliser le réseau a peut-être en partie produit l'existence de "Montalte", mais elle a été librement conçue. C'est cette liberté qui a construit le texte, non l'inverse.

20Les Provinciales sont une œuvre d'actualité. Les trois premières au moins et les huit dernières ont été écrites en fonction des événements. Leur contenu et leur forme (lettres familières puis lettres ouvertes) ont été largement déterminés par les circonstances et aussi, pour les dix premières, leur ton de lettres galantes. Ce n'est pas Montalte mais Pascal qui, à partir de ces données, a inventé le fonctionnement d'un texte capable d'agir sur le lecteur mondain. L'actualité impose sa présence au journaliste, mais celui-ci la façonne. Il fait l'actualité par la manière dont il la rapporte. Cela s'applique à Pascal, qui met librement le pouvoir prochain ou la grâce actuelle à la une. Il choisit, dans les réponses des jésuites, celles qui lui fournissent les meilleurs sujets de répliques. Et, pendant toutes les Provinciales morales, du 20 mars au 2 août 1656, il a orienté le débat à sa guise, sur le terrain de son choix. Peu importe qui lui a confié ou imposé cette diversion. En fonction de la situation, en fonction des textes déjà écrits, en fonction d'un effet à produire, c'est Pascal et non Montalte qui a décidé comment elle se ferait. Malgré toutes les contraintes que l'on voudra, c'est lui seul qui a donné forme à chaque lettre et à leur succession.

21S'il est vrai que les Provinciales n'ont pas été pensées d'avance par un auteur sachant exactement quels sujets il traiterait et jusqu'où il irait, Pascal a sûrement prévu dès la lettre initiale la possibilité d'une suite et vraisemblablement celle d'une série. Très tôt aussi se sont constitués des ensembles : la quatrième lettre a été conçue et écrite comme une charnière entre Provinciales sur la grâce et Provinciales sur la casuistique. Les six lettres consacrées à ce sujet comportent un ordre, une organisation, une progression, une cohérence qui rende manifeste la réalisation d'un projet. En décidant de s'adresser au père Annat, après s'être adressé aux révérends pères jésuites, Pascal n'ignorait pas qu'il achevait une série de six lettres exactement symétrique à la précédente. La succession des dix-huit lettres s'organise curieusement autour du chiffre trois : 1.2.3. / 4 / 5.6.7.8.9.10. / 11.12.13.14.15.16. / 17.18., c'est-à-dire 3 + 1 + 3 x 2 + 3 x 2 + 2. Sans aller jusqu'à souligner que la quatrième Provinciale et les dix-septième et dix-huitième constituent elles aussi, à leur façon, une série de trois, on peut légitimement affirmer que le groupement des lettres n'est pas le résultat du hasard ni du libre fonctionnement de textes qui s'ordonneraient tout seuls. Ce n'est pas parce que le romancier n'a pas prévu d'emblée la longueur de son roman, l'ordre de ses chapitres et le dénouement final qu'il a cessé d'être l'auteur d'un roman qu'il a fini par organiser au point d'équilibre des exigences de son projet et des résistances de son propre texte. Le roman épistolaire de Pascal ressemble à un recueil de nouvelles dont l'unité serait tantôt à chercher dans chacune d'elles et tantôt dans la réunion de plusieurs.

22Si, comme l'écrit P. Kuentz, "le fonctionnement du texte n'est pas homogène", il n'est pas incohérent. Il est constamment progressif. Mme de Sévigné l'a parfaitement senti qui écrit : "Peut-on avoir un style plus parfait, une raillerie plus fine, plus naturelle, plus délicate, plus digne fille des dialogues de Platon, qui sont si beaux ? Mais après les dix premières lettres, quel sérieux, quelle solidité, quelle force, quelle éloquence, quel amour pour Dieu et pour la vérité. Quelle manière de la soutenir et de la faire entendre ne trouve-t-on point dans les huit dernières lettres, qui sont sur un ton tout différent." (21 décembre 1689). Les lettres sur la casuistique ont besoin, pour n'être pas totalement gratuites, d'être préparées et fondées sur les lettres consacrées à la grâce, et l'approfondissement dans le dix-septième et dix-huitième Provinciales des querelles traitées dès la première ne ferme pas un cercle. Il ouvre le débat sur une vision de plus en plus savante des notions en cause. De l'anecdote, Pascal conduit le lecteur à la théologie. Ce n'est pas si facile que cela puisse se faire tout seul. On fermerait le livre si l'auteur n'avait pas été là pour doser savamment les leçons.

23Cette présence, on la sent tout particulièrement dans la méthode utilisée lettre après lettre. Presque toutes les Provinciales, on l'a vu, imitent des textes choisis parmi des documents préexistants. Pacal n'invente guère. Mais il recrée tout, puisque la disposition est entièrement de lui, qu'il s'agisse du pouvoir prochain, de la grâce actuelle, de l'opinion probable, du rire, ou bien du fait et du droit. On saisit d'autant mieux l'existence d'un auteur qui organise le fonctionnement du texte, et non l'inverse, qu'on retrouve partout la même méthode d'organisation, alors que les sources, diverses et disparates, fonctionnaient selon d'autres systèmes comme dans certaines pages d'Arnauld, ou se juxtaposaient en fragments séparés comme dans sa Théologie morale des jésuites. La diversité des manières dont s'entremêlent et s'entrecroisent sans désordre lettres, dialogues, récits, citations, allusions, transpositions témoigne d'une volonté organisatrice, celle d'un homme qui connaît le public mondain auquel Il s'adresse, vite lassé, avide de changement, sensible à l'art des variations.

24Peut-être parce qu'il n'avait pas suivi l'enseignement traditionnel, Pascal ne respecte pas l'ordre régulier de la démonstration rhétorique. S'il a pu donner l'impression que son texte fonctionne sans auteur, c'est parce qu'il tire de son sujet la structure et la trame de ce qu'il veut faire comprendre ou savoir. Ordre dramatique et ordre logique de la preuve se superposent sans que le lecteur ait toujours claire conscience qu'il ne s'agit pas seulement d'un récit. Le soin de mettre à sa portée une matière particulièrement délicate et difficile oblige Pascal à procéder pas à pas, en assurant constamment l'acquisition des bases qui permettront d'aller plus loin. Masquée par divers artifices, la répétition pédagogique aide à comprendre de quoi il s'agit et grave dans la mémoire les idées que le lecteur doit garder une fois le livre fermé. Pour avancer si lentement et entendre si souvent les mêmes leçons sans s'en apercevoir, il faut être conduit de main de maître. La supériorité de Pascal sur ses amis qui lui fournissent sa documentation, mais aussi sur les jésuites qui lui ont répondu fort précisément, c'est qu'il a su cacher son projet didactique derrière la réussite de l'œuvre d'art.

25Les Provinciales ont gardé leur efficacité, continuant non seulement de séduire, mais encore de persuader le lecteur d'aujourd'hui. Elles nous embarquent malgré nous dans une cause qui n'est plus. Ainsi participe-t-on à l'aventure d'un héros de roman. Nous partageons les ambitions de Rastignac. Nous partageons la foi janséniste de Montalte. Mais alors que nous savons Rastignac distinct de Balzac, nous voyons toujours Pascal en Montalte. Nous oublions leurs différences. L'un n'en a pas moins créé l'autre. L'imposture littéraire, qui donne aux Provinciales une apparente valeur de vérité, fait oublier leur auteur au profit de Montalte ou de la personne de Pascal, tous deux engagés dans les luttes de leur temps. On ne comprend ce détournement qu'en étudiant le fonctionnement du texte. Entre l'auteur-personnage et l'auteur-personne, il dévoile l'auteur-écrivain.

Notes

1 Nous avons utilisé la deuxième édition de la Seconde Lettre a un duc et pair (1655). Voir à la note 4 des deux tableaux l'indication des parties précises de ces œuvres sur lesquelles a porté notre comparaison.

2 Les tableaux, présentés p. 164 et 165, montrent à l'évidence la similitude du contenu des textes et, par suite, la dépendance de Pascal par rapport à Antoine Arnauld. On y ajoutera une preuve incontestable : Pascal renvoie à Cavilli, p. 39, au lieu de renvoyer au chapitre 39. L'abbé Cognet souligne : "En réalité, Pascal emprunte sans la vérifier cette référence à Arnauld, qui a commis la même erreur en citant le texte dans sa Seconde Lettre", Provinciales, n. 2, p. 337. On y ajoutera que, lorsque Pascal traduit du latin, les passages cités correspondent toujours à des textes cités aussi par Arnauld. Voir également n. 2, p. 166.

3 Sur la longueur des Provinciales, voir aux Documents n° 16, p. 302, celle des diverses lettres, beaucoup moins uniformes qu'on ne le croit d'ordinaire.

4 Voir la note 4 des deux tableaux.

5 L'Apologie pour M. de Saint-Cyran (Provinciales, n. 1, p. 339).

6 Revenant à son attitude (p. 149), Arnauld met nettement en forme ce type de raisonnement. A partir d'un si, il reprend rapidement les exemples précédemment développés et souligne d'un à plus forte raison leur application à son cas personnel.

7 Lignes non schématisées dans les tableaux, mais rappelées dans les notes 2 : leur importance relative se déduit par soustraction des chiffres donnés dans les notes 3. On opposera de ce point de vue le blanc de la sixième colonne du tableau concernant Arnauld à l'importance des développements de la même colonne du tableau concernant Pascal.

8 Le second de ces exemples ne vient pas de la Seconde Lettre a un duc et pair. L'abbé Cognet (n. 3, p. 344) n'en donne pas la source. Le premier exemple est tellement resumé qu'il n'est explicite que si l'on se réfère au texte d'Arnauld qui donne le sujet de l'opposition des deux conciles et le texte de Marca s'y rapportant.

9 Autre preuve de la filiation de Pascal à Arnauld : le premier ne cite pas le passage de saint Augustin invoqué par le second dans son point 3, mais il en tire le mécanisme et quasi la formation de son propre point 3.

10 Les dates sont nombreuses chez Arnauld, qui suit l'ordre chronologique des faits sauf dans son premier exemple qui est ad hominem et polémique. Il n'y a pas de date chez Pascal, qui suit l'ordre réclamé par sa démonstration.

11 On a déjà plusieurs fois rencontré, et dès la première Provinciale, cette méthode, familière à Pascal, qui joint l'exposition (répétée) à la démonstration (progressive).

12 En octobre 1656, la bulle Ad Sacram d'Alexandre VII avait de nouveau condamné les cinq propositions et, cette fois, au sens de Jansénius. La même année, l'assemblée du clergé de France (et non plus une assemblée d'évêques) prescrivit la signature d'un formulaire.

13 "Et je gagerais que c'est l'imprimeur qui l'a mis au titre des Lettres au Provincial", Pascal, Pensées.

14 Revue d'Histoire littéraire de la France, mars-avril 1971.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 961k

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540