Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Rire avec Pascal

Texte intégral

  • 1 L'œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, 1976, p. (...)

1Rire au xviie siècle est un acte sérieux. Tout le monde n'a pas le droit de rire, et La Fontaine n'ose "en bonne foi" affirmer "qu'un pape rie". On ne peut rire en toutes occasions ni sur toutes sortes de sujets. Molière est voué au feu éternel pour avoir fait rire de Tartuffe et s'être, dit-on, moqué de la religion. Comme le souligne Mikhaïl Bakhtine, au xviie siècle, "ce qui est essentiel et important ne peut être comique ; l'histoire et les hommes qui l'incarnent (rois, chefs d'armée, héros) ne peuvent être comiques ; le domaine du comique est restreint et spécifique (vices des individus et de la société) ; on ne peut exprimer dans la langue du rire la vérité primordiale sur le monde et l'homme, seul le ton sérieux est de rigueur"1. Il faut pourtant plaire au public, et rien n'est meilleur pour cela que l'ironie, la moquerie, l'esprit qui le feront rire ou sourire : le rire est l'un des moyens les plus sûrs d'attirer et de retenir l'attention. Il peut aussi devenir une arme, une façon de ruiner l'opinion de l'adversaire et, en fin de compte, un moyen de découvrir ou de rétablir la vérité. Son efficacité pourrait lui rendre une dignité apparemment contraire à sa nature si le fait entraînait le droit. Mais il faut, pour passer de l'un à l'autre, raisonner sérieusement sur le rire. C'est ce qu’ont fait Antoine Arnauld, et Pascal après lui.

  • 2 Selon le titre de l'ouvrage : Réponse a la lettre d'une personne de condition touchant les régies (...)
  • 3 Les Enluminures du fameux Almanach des pères jésuites intitulé la Déroute ou la Confusion des jans (...)

2Arnauld n'écrit pas sur un ton polémique pour défendre une de ses œuvres. Il répond à une "personne de condition"2 qui lui a exprimé, à l'occasion des Enluminures de Sacy3, des "doutes" qui ne l'étonnent pas : un sujet aussi sérieux que la religion paraît à première vue ne pouvoir être traité que sur le mode sérieux. Les Pères, reconnaît-il, ont noté "la gravité merveilleuse" de Jésus-Christ, "dans ses actions et dans ses paroles", et "marqué de plus qu'il est bien écrit qu'il a pleuré, mais qu'il n'est point écrit qu'il ait jamais ri". Les scrupules de "l'homme pieux" auquel s'adresse Arnauld reflètent clairement le préjugé commun : l'absence de sérieux apparaît quasi comme une faute, comme une imperfection dont le Christ n'a pu être affligé. Le rire semble devoir être rangé du côté de la nature déchue.

3Mais Arnauld, qui veut sauver la raillerie et, avec elle, les Enluminures, commence par distinguer le vécu de l'écrit : "Jésus-Christ, explique-t-il, a plutôt fait dans l'Evangile la fonction de docteur et de prédicateur de la justice que celle d'écrivain et de défenseur de la vérité contre ceux qui la combattent, puisque les anciens Pères ont marqué particulièrement qu'il n'a jamais écrit". Puisqu'il s'agit de la raillerie dans les œuvres littéraires, ce n'est donc pas son exemple qu'on doit considérer, mais "la tradition de son Eglise". L'homme est fait d'un corps et d'une âme, et le rire n'a pas la même signification selon qu'il vient de l'un ou de l'autre. Jésus "a condamné les fausses joies du corps et de la sensualité et les ris de dissolution et de débauche", mais non "les joies de l'esprit et les ris de jugement et de raison, lesquels au contraire le Saint-Esprit semble approuver dans l'Ecriture lorsqu'il dit "qu'il y a un temps de pleurer et un temps de rire". Avant de le justifier, Arnauld soumet donc le rire à une double hiérarchie : il est au-dessous du sérieux, et il n'est acceptable que dans sa meilleure partie, celle qui vient de l'âme. "Les ris des fous et les bouffonneries déréglées" sont condamnés, mais non "les ris des sages et des vertueux qui viennent de la lumière de la prudence et du discernement de l'esprit". La justification du rire est donc loin d'être absolue. Il n'est pas toujours licite. Son domaine est borné. Il n'est pas aussi noble que le sérieux.

4Puisqu'il faut justifier la légitimité d'un certain rire et apaiser les scrupules de son interlocuteur, Arnauld recourt au seul argument acceptable sur un point de morale : l'enseignement de la tradition de l'Eglise. Il y découvre d'abord que des prophètes ont ri : Jérémie, Elie, Daniel. "C'est, explique Arnauld, la sagesse de Dieu même qui est le premier modèle de ces ris des prophètes et des saints". Deux passages, tirés des Proverbes et des Psaumes, lui servent à étayer cette affirmation. La sagesse de Dieu "déclare qu'elle usera de moqueries et d'insultes dans la perte des méchants. In interitu vestro ridebo et subsannabo. Elle inspire aux justes d'en user de même. Ils riront et se moqueront, super eum ridebunt, dit le Saint-Esprit, en voyant la vengeance divine tomber sur le fou, qui n'a pas mis sa confiance au Seigneur". Mieux, selon saint Basile, c'est Jésus-Christ lui-même qui se moque du riche en l'appelant fou et "cette moquerie, dit ce Père, lui est plus sensible que le châtiment". Saint Paul aussi, selon saint Augustin, s'est moqué du pontife qui l'interrogeait. Arnauld, dans tout ce développement, suit l'ordre chronologique : des prophètes à saint Paul en passant par le Christ. Dieu lui-même n'est pas invoqué, mais sa "sagesse", inspiratrice des rieurs. Les exemples renvoient tous à des situations vécues, non à des conduites d'écrivain.

  • 4 Arnauld cite le texte en traduction et donne en marge le texte latin ; Pascal, qui cite exactement (...)

5C'est pourtant à ces exemples qu'Arnauld rattache ensuite les attitudes des Pères dans leurs écrits apologétiques. "Ce principe, ajoute-t-il, que vous voyez, Monsieur, être établi sur les Ecritures saintes, a porté les saints Pères à mêler avec adresse des rencontres agréables et qui font rire avec les raisons les plus fortes et les discours les plus ecclésiastiques". Et il cite en exemples les lettres de saint Paulin, "des plus dévotes de l'antiquité", celles de saint Jérôme qui a "le plus usé" du rire, "quoiqu'il fût si austère et si pénitent", celles aussi de saint Bernard qui "se sert même des termes de l'Ecriture" pour exprimer ses railleries. Puis il ajoute que les Pères n'ont pas limité l'emploi du rire à leurs lettres publiées ; ils s'en sont également servi "dans des ouvrages publics où ils défendaient les vérités de l'Eglise" : c'est le cas de saint Irénée, saint Jérôme et surtout Tertullien, dont l'auteur cite fort longuement "un excellent passage"4.

6Curieusement, parmi tous ces Pères, Arnauld ne craint pas, pour étayer sa démonstration, de citer Horace, auteur profane, et de rattacher leur conduite à l'enseignement des rhéteurs païens. Ils ont, explique-t-il, "appris des maîtres de l'art de parler et des plus sages Romains que les plus grands excès sont quelquefois mieux détruits par des paroles agréables et qui font rire les plus sérieux et les plus graves que par les plus fortes exagérations". A l'argument d'autorité utilisé jusqu'alors s'ajoute ici un argument de convenance : mieux vaut parfois rire que discuter sérieusement et fortement. Le sérieux n'est pas toujours la meilleure méthode pour réfuter l'adversaire. A l'excès doit répondre la raillerie. Le rire se trouve ainsi justifié non seulement par les précédents venant de l'Ecriture et des Pères, mais par un argument rationnel qui définit en même temps son domaine. Il est fondé sur l'efficacité et appelé en quelque sorte par la nature du sujet de la controverse. Les Pères, précise Arnauld, n'ont cru blesser "ni la gravité ecclésiastique ni la charité chrétienne, mais garder l'une et l'autre puisqu'ils ont employé des jeux et des rencontres d'esprit agréables ou pour humilier la vanité, ou pour décrier l'erreur, ou pour détruire des choses basses et extravagantes, ou pour repousser les impostures les plus outrageuses". Conservant son statut d'infériorité, le rire se trouve lié à la vanité et à l'erreur, à la bassesse et à l'extravagance, aux impostures et à l'outrage. Même si son emploi est licite, il reste mêlé à l'excès, sorte de mal utilisé pour détruire le mal.

7Les précédents établis, Arnauld donne trois raisons de "la conduite des Pères". La première, c'est "qu'il y a plusieurs choses qui doivent être réfutées avec raillerie, parce qu'on leur donnerait du poids et de la solidité en les traitant d'une manière toute sérieuse". Cette attitude, "conforme à la lumière naturelle", a été employée par "les anciens orateurs", écrit Arnauld, qui renvoie à Quintilien et cite des exemples tirés de Tertullien, avant d'appliquer "la règle des Pères" à l'Almanach moqué par Sacy. Passant alors à la deuxième raison, Arnauld soutient que les Pères ont employé le rire "par justice", car celle-ci "consiste à rendre à chacun ce qui lui est dû, et il n'y a rien, dit Tertullien, qui soit plus dû à la vanité des hommes que d'être raillée". Enfin, troisième raison, ils ont ri par "charité", car elle consiste parfois "à humilier les présomptueux par de judicieuses railleries" : "l'indiscrétion, l'imposture et l'insolence sont des maux dont on ne peut guérir sans qu'on les sente, et rien ne les fait sentir davantage que de charitables et judicieuses railleries, qui en représentent la vanité et les rendent méprisables".

8Arnauld, pour justifier en raison la conduite des Pères, mêle des arguments d'ordre différent. Ses deux dernières raisons, tirées de la justice et de la charité, sont d'ordre moral : elles portent sur la légitimité d'une conduite envers le prochain. La première au contraire est tirée du sujet même de la raillerie et liée à son effet immédiat : le rire se trouve fondé sur son efficacité. Il détruit l'argument de l'adversaire en l'empêchant d'être pris au sérieux. La référence à Quintilien et "au sens commun de tous les sages" est ici fort significative : elle marque la provenance de l'argument, simple conséquence de ce qu'Arnauld, citant Horace, avait dit précédemment sur le rire comme réponse à l'excès. Et c'est aussi cette notion d'excès, prise ensuite au sens moral, qui fonde la justice et la charité de la conduite du railleur. La vanité n'est qu'un cas particulier de l'excès, dont elle est comme la forme négative. L'ambiguïté du sens du mot permet le passage du sujet du rire au jugement moral sur le rire. On rit de la vanité en tant que bagatelle, excès d'insignifiance qui ne mérite pas d'autre réponse. Mais cette vanité est prise aussi bientôt comme le signe de l'enflure et de l'orgueil des hommes et donc de leur démesure morale. La détruire devient alors acte de justice et de charité. Par le biais du vocabulaire, on passe du mécanisme du rire (utiliser une démesure contre une autre démesure) à une conduite morale (ruiner la dérision par la dérision même).

  • 5 Dans la Réponse, Arnauld expose aussi les raisons pour lesquelles on doit préférer la controverse (...)

9Arnauld termine en donnant deux règles "pour le juste emploi de la raillerie", d'abord "qu'elle soit fondée dans la vérité, et non appuyée sur le mensonge et sur l'imposture", ensuite "que, quelque sujet que nous ayons d'employer la raillerie pour défendre la vérité, il faut prendre garde qu'elle ne soit jamais indigne de la vérité et qu'elle ne la fasse pas rougir sous prétexte de la défendre". "je pense, Monsieur, conclut l'auteur, avoir satisfait selon la doctrine des saints Pères à votre première question touchant l'usage de la raillerie5, et qu'après cela vous demeurerez d'accord, puisque vous témoignez vouloir déférer entièrement au sentiment de ces grands saints, que le sujet du petit livre, qui a donné occasion à votre lettre, ne pouvait guère être mieux traité que par cet agréable mélange de l'agréable et du sérieux où il paraît qu'on a eu grand soin de ne point s'écarter des bornes que les Pères ont marquées en traitant noblement et sérieusement les choses graves et saintes, comme la grâce et les autres points qui la regardent, et agréablement les choses plaisantes". On ne saurait opposer plus nettement les domaines du plaisant et du sérieux, mais rien ne les a préalablement définis, sinon l'appel à l'évidence, toujours facilement contestable quand il s'agit de notions aussi subjectives que l'excès ou la vanité.

10La construction du texte de la Réponse à la lettre d'une personne de condition est extrêmement simple : un préambule sur le statut du rire, les exemples qui établissent la légitimité de la raillerie, les raisons qui ont conduit les Pères à l'employer, les limites de cet emploi. De nature juridique, la méthode d'Arnauld est toute entière fondée sur les précédents. Citations et références sont très nombreuses, non seulement quand l'auteur rapporte les textes utilisant la raillerie, mais encore dans les autres points, notamment les trois "raisons des Pères". Il n'applique qu'une seule fois ce qu'il est en train de démontrer au livre de Sacy qui en a été l'occasion, dans un développement particulier placé entre la première et la deuxième de ces raisons. Seule une digression sur la formation rhétorique des Pères interrompt un peu le déroulement de l'argumentation, mais c'est pour préciser le domaine du rire en l'identifiant à celui de l'excès. On ne peut guère, de tout cela, tirer une théorie sur le mécanisme du rire.

11La situation de Pascal, dans la onzième Provinciale, n'est pas tout à fait la même que celle d'Arnauld. Pour celui-ci, il s'agissait de justifier d'une façon générale l'emploi de la raillerie dans les controverses religieuses ; pour celui-là, de se défendre de l'accusation d'impiété pour avoir "tourne les choses de la religion en raillerie" (p.149). L'auteur de la Réponse bornait l'emploi du rire à certains domaines, ceux de l'excès et de la vanité ; il concluait en distinguant "les choses graves et saintes, comme la grâce", dont le rire est exclu, et "les choses plaisantes", où il est permis. A définir ainsi le domaine de la moquerie par l'opposition du grave et du plaisant dans le sujet même, les Provinciales risquaient d'être difficiles à défendre, notamment les premières, précisément consacrées aux problèmes de la grâce. Pascal a besoin d'une distinction plus précise, plus théorique et aussi plus théologique.

  • 6 La marque de l'erreur est précisément dans la nouveauté, dans l'invention de "l'esprit de l'homme" (...)

12Il la trouve dans l'opposition de Dieu et des hommes : "En vérité, mes Pères, il y a bien de la différence entre rire de la religion, et rire de ceux qui la profanent par leurs opinions extravagantes. Ce serait une impiété de manquer de respect pour les vérités que l'esprit de Dieu nous a révélées : mais ce serait une autre impiété de manquer de mépris pour les faussetés que l'esprit de l'homme leur oppose". La hiérarchie, qui place le rire à un niveau inférieur, est conservée : Dieu, le respect, le sérieux d'un côté ; l'homme, les faussetés et les extravagances, le rire de l'autre. La parole divine, l'Ecriture seules sont mises hors de cause ; tout le reste, qui est humain, est susceptible de devenir objet de rire. Ainsi Pascal étend-il beaucoup plus loin qu'Arnauld le domaine de la raillerie. L'opposition de l'esprit de Dieu et de l'esprit de l'homme se confond, selon lui, avec celle de la vérité et de l'erreur. Au lieu de poser, comme Arnauld, la question de savoir si l'on peut employer le rire pour défendre "les mystères de la foi", Pascal soutient que la raillerie est toujours licite contre l'erreur, exclue d'avance et par définition du domaine de la religion. Tout ce que l'homme invente6 à propos de la religion est rejeté dans le domaine du profane.

13Ce qui légitime le rire, c'est l'erreur de l'adversaire, pour laquelle le chrétien doit éprouver un double sentiment "de mépris et de haine". Arnauld, à la fin de son préambule, alléguait le "discernement de l'esprit qui se rit et se moque aussi légitimement des choses vaines et ridicules comme il est touché d'indignation pour les méchantes et les criminelles". Pascal, lui, attribue ce double effet à toutes les erreurs. Il y a "deux choses" en elles : "l'impiété qui les rend horribles, et l'impertinence qui les rend ridicules". Et encore : "Les saints ont [...] pour l'erreur ces sentiments de haine et de mépris, et leur zèle s'emploie également à repousser avec force la malice des impies, et à confondre avec risée leur égarement et leur folie". Par le rire ou l'indignation, on mène donc un même combat contre l'erreur. Le choix de l'arme dépend seulement de la façon dont on considère la faute, comme malice ou comme égarement. Pascal va plus loin qu'Arnauld dans la justification du rire, moyen de combattre qui ne dépend pas du contenu (les "choses" dont parle la Réponse) mais de l'objet du combat (la "malice" ou l'"égarement"). C'est pourquoi la question de savoir si l'on peut employer le rire dans la controverse religieuse se transforme avec les Provinciales en affirmation que l'on peut, et même que l'on doit, utiliser la moquerie contre l'erreur. Cette destination disculpe d'avance l'auteur d'avoir "raillé les choses saintes" et suffit à elle seule à rendre légitime l'emploi du rire. Au préambule d'Arnauld, Pascal a substitué une argumentation préalable. Tout le reste, qui était l'essentiel dans sa source, vient en quelque sorte par surcroît.

14Il reprend néanmoins, en les développant, les précédents fournis par Arnauld à l'occasion des Enluminures de Sacy : "Ne prétendez donc pas, mes Pères, de faire accroire au monde que ce soit une chose indigne d'un chrétien de traiter les erreurs avec mépris, puisqu'il est aisé de faire connaître à ceux qui ne le sauraient pas que cette pratique est juste, qu'elle est commune aux Pères de l'Eglise, et qu'elle est autorisée par l'Ecriture, par l'exemple des plus grands saints, et par celui de Dieu même". Tous les garants énumérés ici l'ont été aussi par Arnauld et, dans le détail, Pascal utilise les mêmes exemples et les mêmes références que son prédécesseur. Sa démonstration reste la même dans les grandes lignes. Mais l'esprit en est profondément modifié comme on le devine à la façon dont il a ménagé la progression des précédents de façon à conclure sa phrase par celui de "Dieu même".

  • 7 Au lieu d'une dizaine de lignes reprenant les passages des Psaumes et des Proverbes cités ci-dessu (...)

15Arnauld commençait par citer les prophètes, puis il fondait leur attitude sur "la sagesse de Dieu". Pascal met le second point en tête de son développement, et place dans la bouche même de Dieu les propos de sa sagesse. Il le met en scène face aux pécheurs et le montre qui les "hait et méprise" au point de se moquer d'eux en même temps qu'il les condamne au supplice éternel. A cet exemple, Pascal ajoute, tirés d'un autre passage d'Arnauld, les moqueries de Dieu envers Adam après sa désobéissance, ainsi que les commentaires de saint Chrysostome, Rupert et Hugues de Saint-Victor. L'équilibre du texte de la Réponse est entièrement modifié, qualitativement et quantitativement7. Dieu prend pour ainsi dire toute la place qu'il ne trouvait chez Arnauld que par l'intermédiaire des prophètes. A l'erreur du pécheur, il oppose son mépris et sa haine. Celle-ci fonde la punition et celui-là la moquerie. Pour l'auteur des Provinciales, à la différence d'Arnauld, il ne s'agit pas seulement de dénoncer un précédent, mais de manifester un mécanisme. Ainsi s'élabore une sorte de théorie du rire, lié à l'erreur. Adam, sur la promesse du démon, croyait devenir semblable à Dieu, et le voilà trompé et puni. La moquerie dénonce le décalage entre l'attente et la réalité. Celui qui sait vraiment se moque de celui qui a cru savoir. Si Pascal met en scène Dieu lui-même, c'est sans doute pour donner plus de relief à la scène, mais aussi parce qu'en face de l'ignorance de l'homme et de "sa sotte crédulité", il apparaît comme le Savoir par excellence. Le rire est l'expression de la supériorité du savoir sur l'erreur.

  • 8 Arnauld, après avoir souligné la gravité du personnage de Jésus dans l'Evangile, se bornait à avan (...)

16Pascal centre ensuite un second développement autour de l'exemple du Christ. Revenant en apparence à la démonstration d'Arnauld, il cite comme lui le précédent des "prophètes remplis de l'esprit de Dieu" qui ont usé de moquerie. Mais il se contente de mentionner "les exemples de Daniel et d'Elie" sans en rien détailler et passe à ceux que l'on trouve "dans les discours de Jésus-Christ même". Sans retenir les exemples qu'Arnauld donnait juste après avoir évoqué les paroles de la sagesse divine, il va en chercher un qu'il avait placé vers la fin de sa démonstration, dans un texte servant de preuve à la "troisième raison des Pères". On y voit Nicodème rabroué par Jésus pour son ignorance. Alors que son modèle n'osait quasi pas mettre le Christ au nombre des railleurs, Pascal substitue en fait son exemple à ceux des prophètes8. Et le rire, comme dans le cas de Dieu, naît cette fois encore du décalage entre le projet et la réalisation. Nicodème croit savoir et ne peut répondre à son divin interlocuteur. Si le précédent justifie la possibilité de la moquerie pour l'auteur chrétien, l'exemple retenu montre sur quoi elle repose. De nouveau, celui qui sait se moque de celui qui croyait savoir et qui en fait ne savait point. Le rire est lié à une erreur sur le savoir : "Prince superbe, dit le Christ selon Pascal, reconnaissez que vous ne savez rien".

  • 9 Chez Arnauld cette citation de Jérémie figure en tête du développement, avant celles d'Elie et de (...)

17Fidèle à sa méthode pédagogique, Pascal n'accumule pas les précédents sans en tirer de conclusions pour le sujet du débat en cours. Chacun des deux développements est suivi d'un paragraphe qui commence pareillement par "Vous voyez donc, mes Pères[...]". Le premier emprunte à Arnauld une citation de Jérémie9 et l'idée que la moquerie est acte de justice (deuxième "raison des Pères"), puis une citation de saint Augustin montre les sages riant des insensés à l'image de Dieu dont ils tirent leur sagesse. Il s'agit de prouver aux jésuites que "la moquerie est quelquefois plus propre à faire revenir les hommes de leurs égarements, et qu'elle est alors une action de justice". Le second développement renvoie plus directement à l'attitude des jésuites qui, comme Nicodème, parlent sans savoir. Pascal, par ces exemples, veut montrer la valeur correctrice du rire. Dans la mesure où il dénonce l'erreur, il doit servir à en faire prendre conscience et aider à s'en corriger. Celui qui ne sait pas doit reconnaître son ignorance.

  • 10 Il y a sur ces écrits dix lignes chez Pascal contre cent dix chez Arnauld (Tertullien non compté d (...)

18Les exemples cités jusqu'ici portent tous sur des modèles de conduite. Pascal les applique alors, comme Arnauld, à l'utilisation du rire dans les œuvres écrites. Il le fait en soulignant beaucoup moins nettement que lui le changement de point de vue : "Ce n'est pas une conduite contraire à celle des saints de rire des erreurs et des égarements des hommes : autrement, il faudrait blâmer celle des plus grands docteurs de l'Eglise qui l'ont pratiquée". Et l'on trouve, rassemblés en quelques lignes, les exemples de saint Jérôme, Tertullien, saint Irénée, saint Bernard, qui occupaient plusieurs pages chez Arnauld10. Pascal y ajoute même celui de saint Augustin. Au lieu d'analyser les exemples, il cherche, par l'accumulation des noms, à donner l'impression que les garants ne lui manquent pas.

  • 11 L'exemple de Tertullien occupe quarante lignes chez Arnauld et à peu près autant chez Pascal, mais (...)
  • 12 Arnauld traduit ainsi le même passade : "Il y a plusieurs choses qu'on est obligé de réfuter en ce (...)

19Comme Arnauld, il privilégie l'un d'eux, Tertullien, dont il traduit à son tour le même passage du Contre les Valentiniens11. Mais la citation dans la Provinciale s'accorde moins bien au contexte que chez Arnauld, puisqu'elle légitime la raillerie par rapport à la vanité des affirmations de l'adversaire, et non par rapport à l'erreur. On y lit par exemple : "Il y a beaucoup de choses qui méritent d'être moquées et jouées de la sorte, de peur de leur donner du poids en les combattant sérieusement. Rien n'est plus dû à la vanité que la risée"12. C'est pourquoi Pascal ne se sert pas de Tertullien pour justifier théoriquement le rire, mais son propre "procédé" envers les jésuites. Il en applique le passage cité à sa propre situation. Il n'a fait, jusqu'ici, que jouer avant "le véritable combat", se contentant d'exposer "simplement" les passages des casuistes "sans y faire presque de réflexion". Dans ces conditions, conclut-il en reprenant les mots mêmes de Tertullien, "Que si on y a été excité à rire, c'est parce que les sujets y portaient d'eux-mêmes". Le rire a été l'effet de la surprise. On avait une "si haute attente" des maximes de conduite prétendument révélées par Jésus-Christ aux Pères de la Société qu'on ne peut s'empêcher de rire quand on prend connaissance de leur vanité. A entendre "ces décisions et autres semblables, il est impossible que cette surprise ne fasse rire, parce que rien n'y porte davantage qu'une disproportion surprenante entre ce qu'on attend et ce qu'on voit".

  • 13 Arnauld traduit ainsi le même passade : "Il y a plusieurs choses qu'on est obligé de réfuter en ce (...)

20De nouveau Pascal définit ici le mécanisme du rire, mais cette fois du point de vue de son fonctionnement par rapport au lecteur. Le rire résulte d'une attente déçue, d'un décalage entre ce qu'on croyait et ce qui se passe effectivement13.On supposait que les jésuites allaient dire d'importantes vérités morales, on les voit en train de soutenir des opinions extravagantes - et on rit. Dans la justification théorique de la raillerie, Dieu ou Jésus-Christ riait de l'erreur du pécheur ou du docteur outrecuidant ; dans l'explication de notre attitude envers les casuistes, le rieur est celui qui, après s'être trompé, s'aperçoit ensuite de son erreur. Erreur et rire demeurent liés, mais le rieur n'est plus un témoin omniscient ou inspiré qui dénonce l'outrecuidance de celui qui s'est trompe ; c'est un lecteur à qui l'on fait prendre conscience de son erreur. Pour les précédents concernant la conduite de Dieu et des Pères et pour les exemples tirés des écrits des seconds, et particulièrement de Tertullien, le mécanisme est resté le même - surprise, attente trompée - mais non son point d'application. Et le but du rire aussi a changé : punition dans un cas et, dans l'autre, moyen salutaire de découvrir la vérité.

  • 14 Il n'est cité par Arnauld dans la Réponse que beaucoup plus loin et dans un développement sur un a (...)

21La suite du texte accentue encore le glissement de la pensée. Pascal, reprenant ici la "troisième raison des Pères", expose que l'on peut rire "sans blesser la charité". Et en effet, conclut-il, citant saint Augustin14 : "Qui oserait dire que la vérité doit demeurer désarmée contre le mensonge, et qu'il sera permis aux ennemis de la foi d'effrayer les fidèles par des paroles fortes, et de les réjouir par des rencontres d'esprit agréables ; mais que les catholiques ne doivent écrire qu'avec une froideur de style qui endorme les lecteurs ?" On retrouve certes, dans ce passage, l'opposition posée initialement entre la vérité et l'erreur et le rappel des deux moyens ("paroles fortes" ou "rencontres d'esprit") à employer contre celle-ci. Mais le rire est cette fois justifié surtout par son efficacité littéraire. Il fait partie des techniques d'écriture, moyen de divertir le lecteur et de l'intéresser au sujet traité. Il s'agit d'utiliser, avec les meilleurs chances de succès, les armes de l'adversaire. Mis au service de la charité, le rire se définit par des procédés de présentation et par des moyens d'expression. Même si, dans le paragraphe suivant, Pascal revient aux fondements théoriques du rire, le mépris pour l'erreur, ce qui correspond au statut théologique et moral qu'il lui donne, il a dû faire un instant la part de son effet sur le lecteur, c'est-à-dire à son statut esthétique.

22Pour justifier le ton des Petites Lettres, Pascal a été conduit à ébaucher une théorie du rire, développée à plusieurs niveaux. Quand il affirme après Arnauld que Dieu, les saints et les prophètes ont usé de raillerie, il renvoie à des situations vécues. Le rire est, en ce cas, une conduite, un geste envers autrui, une parole rapportée comme ayant été véritablement dite. Il apparaît alors comme une sanction morale : le pécheur s'est trompé sur le bien et le mal. Adam a commis la faute de croire pouvoir désobéir à Dieu. Erreur et vérité ne sont donc pas définies selon des critères rationnels, mais selon l'ordre du salut ou de la damnation. La raillerie est dirigée contre le "méchant", contre celui qui n'a pas la "sagesse". Elle ne dénonce pas une attitude intellectuelle, mais la folie du pécheur. Quand Pascal, à la suite d'Arnauld, passe de la moquerie dans la conduite à l'emploi de la raillerie dans des textes polémiques, le statut du rire change : il devient un moyen au service d'une fin, la défense de la vérité contre l'erreur. Mais cette fois encore, tout en ayant changé de sens, ces deux notions ne se définissent pas selon des critères rationnels. Identifiée à "l'esprit de Dieu", la vérité repose sur la tradition correctement interprétée, l'erreur provenant de l'invention de l'homme. Elles prennent donc leur sens au sein d'une doctrine religieuse et doivent être jugées du point de vue d'une orthodoxie. Dans les deux cas, l'opposition apparemment si nette qu'avait posée Pascal pour fonder son raisonnement est loin d'être dépourvue de préjugés ou de subjectivité. Elle n'existe qu'à condition d'accepter le système de valeurs auquel il se réfère, non moins contestable.que l'opposition du sérieux et du grave chez Antoine Arnauld. Et dans ce système même, seul Dieu peut (avec ses élus) légitimement railler, puisque lui seul est sûr de posséder la vérité. En fait, le mépris de l'erreur n'est le plus souvent que le mépris de la position de l'adversaire, chacun des deux camps prétendant lutter au nom de la vérité.

23Mais, à ces bases prétendues, Pascal ajoute une troisième façon d'expliquer le rire, beaucoup plus opérationnelle. Sans le dire clairement, il identifie le domaine de l'erreur avec celui de la vanité, du, grotesque, de l'incohérence, retrouvant ainsi Tertullien et Arnauld. Mais il va plus loin qu'eux, tirant le mécanisme du rire de ce qui est défini comme sa matière. Juger de la vanité d'une affirmation, c'est constater un décalage entre le sérieux avec lequel on aurait dû traiter un sujet et le peu de sérieux avec lequel il a été traité en fait. Railler, c'est rendre ce décalage manifeste, si bien que la définition du domaine du rire se confond finalement avec celle de la technique du rire. Il n'y a donc plus, comme chez Arnauld, des sujets sérieux, que l'on traite sérieusement, et des sujets plaisants, que l'on traite plaisamment. Tout, dans la religion, ne peut être que grave et saint. Ce qui n'a pas ces qualités et prétend pourtant appartenir à la religion porte en soi la marque de l'erreur et le moyen de la railler. Constater par exemple le décalage entre ce que les jésuites ont écrit et ce qu'on attendait d'eux, c'est avoir en même temps de quoi faire rire et de quoi justifier l'emploi du rire.

24Pour rigoureuse qu'elle apparaisse, l'argumentation de Pascal n'en est pas moins paradoxale. Il oublie en effet d'y relever sa propre part, la mise en scène ou, si l'on préfère, la mise en rapport du décalage. Si en effet les œuvres des casuistes auxquels il s'en prend n'étaient que des "imaginations grotesques", il suffirait de les lire pour avoir envie de rire. Or ce sont des ouvrages forts sérieux, voire ennuyeux. Les Provinciales donnent une idée fort inexacte du ton et du contenu des livres qui y sont cités et commentés. C'est l'auteur qui, par la façon dont il les fait connaître, transforme des traités savants et construits en ouvrages grotesques et comiques. C'est sa mise en œuvre qui fait rire dans la mesure où elle suppose choix parmi les textes, rapprochements de citations, construction et même reconstruction des œuvres citées. La vanité n'est pas dans Escobar ou Bauny, c'est Pascal qui rend vains et plaisants les traités de ces auteurs "graves" par la façon dont il les présente au lecteur. Le décalage entre son attente et ce qu'on lui montre, la surprise qui déclenche le rire, c'est l'auteur qui les a fait apparaître.

25On pourrait continuer à comparer Pascal et Arnauld, et remarquer par exemple la façon dont le premier reprend, en les portant à quatre, les deux "règles" posées par le second pour limiter l'emploi de la raillerie. Les conclusions resteraient les mêmes. L'auteur des Provinciales utilise le contenu de la Réponse à une personne de condition. Il suit à peu près le même plan et reprend les mêmes citations, donnant à Tertullien la même place privilégiée. Et pourtant tout est différent. Le texte de la Provinciale n'est pas seulement un développement théorique, énumérant des précédents et fondant sur la tradition la légitimité de la raillerie. Entremêlant théorie et pratique par de constantes applications des exemples passés à la situation présente, Pascal donne à sa lettre le frémissement de l'actualité. Il développe ce qui frappe -le rire de Dieu, le rire de Jésus-Christ, à peine évoqués chez Arnauld- et, pour le reste, procède par allusion : les noms des prophètes lui suffisent. Sa démonstration, plus rapide, est aussi plus pédagogique, mieux adaptée à ce public de gentilshommes, de courtisans et de femmes, dont il faut savoir retenir et ménager l'attention.

26Mais surtout, à partir des mêmes textes et quasi dans le même cadre, Pascal introduit une toute autre façon de penser la raillerie. Arnauld, pour l'expliquer, se contente de la notion d'excès, empruntée à Aristote, et il l'étend à l'excès de vanité. Pascal emprunte peut-être au. De Oratore de Cicéron l'idée que le rire est lié à la surprise, à l'attente déçue. Mais il fait surtout penser à Platon affirmant dans le Philèbe que le ridicule est lié à l'ignorance de celui qui croit se connaître et qui ne se connaît pas. On rit de la fausse opinion que les hommes ont d'eux-mêmes. Mais ce qui est peut-être le plus original dans la façon dont Pascal justifie le rire, c'est l'importance qu'il donne au "mépris", même s'il borne ce mépris à l'erreur. Par ce biais, il fait penser à Hobbes qui fonde le rire sur la découverte subite d'une supériorité. Ainsi agit le Dieu de Pascal, agressif envers la créature qui a péché, bien différent du généreux de Descartes pour lequel la vraie supériorité se marque par la protection accordée à autrui, non par le mépris ou la haine. Pour l'auteur des Provinciales, au contraire, mépris ou haine sont deux façons de répondre à l'erreur, deux façons de la combattre. Contre toute la pensée antique, il met le mépris de l'erreur sur le même plan que l'indignation, et la critique par le rire en parallèle avec l'argumentation sérieuse. Pour les besoins de sa cause, il est l'auteur du xviie siècle qui donne au rire le statut théorique le plus favorable, étendant largement son domaine à tout ce qui n'est pas Vérité.

Notes

1 L'œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, 1976, p. 76

2 Selon le titre de l'ouvrage : Réponse a la lettre d'une personne de condition touchant les régies de la conduite des Saints Péres dans la composition de leurs ouvrages pour la défense des vérités combattues ou de l'innocence calomniée. Publié à Paris sans nom d'auteur, le livre est daté du 20 mars 1654. Les citations d'Antoine Arnauld qui suivent proviennent toutes de cet ouvrage.

3 Les Enluminures du fameux Almanach des pères jésuites intitulé la Déroute ou la Confusion des jansénistes, ou Triomphe de Molina jésuite sur saint Augustin. Une lettre datée du 18 février 1654 sert d'introduction au volume paru anonymement. Sur le lien entre les Enluminures et la Réponse d'Arnauld, voir l'article de Marcel Israël : "Les Enluminures de Le Mestre de Sacy : réflexions sur un poème en Porte-à-faux", Bulletin de la Faculté des Lettres de Mulhouse, fasc. 5, 1973. L'auteur définit les Enluminures comme "une sorte de commentaire explicatif et critique de la gravure de Gainière, une mise en couleurs qui s'efforce d'être tour à tour sarcastique, éloquente, ironique, réaliste, amusée, véhémente, noble ou cocasse, suivant la nature du détail à colorier".

4 Arnauld cite le texte en traduction et donne en marge le texte latin ; Pascal, qui cite exactement le même passage, n'a pas eu besoin de recourir à l'original pour en faire sa propre traduction.

5 Dans la Réponse, Arnauld expose aussi les raisons pour lesquelles on doit préférer la controverse au silence en matière de religion et ne pas se contenter de dissimuler les excès de livres comme l'Almanach.

6 La marque de l'erreur est précisément dans la nouveauté, dans l'invention de "l'esprit de l'homme", alors que celle de la vérité réside dans la conformité à la tradition, qui seule garde l'esprit de Dieu.

7 Au lieu d'une dizaine de lignes reprenant les passages des Psaumes et des Proverbes cités ci-dessus, faisant eux-mêmes suite à vingt-cinq lignes développant les exemples des prophètes Jérémie, Elie et Daniel, et précédant un développement sur ce qu'ont écrit saint Basile et saint Augustin de la moquerie du Christ sur la folie des riches (vingt lignes), on a chez Pascal trente lignes consacrées au rire de Dieu, dans lesquelles les exemples cités par Arnauld dans ce point de sa Réponse n'occupent que dix lignes.

8 Arnauld, après avoir souligné la gravité du personnage de Jésus dans l'Evangile, se bornait à avancer : "Saint Basile et saint Augustin témoignent, comme on le verra ci-après, qu'il n'a pas été éloigné d'établir par son propre exemple la pratique qu'ont suivie les Pères de l'Eglise". Il citait dans la suite saint Basile et saint Augustin (vingt lignes) et, plusieurs pages plus loin, l'exemple de Jésus raillant Nicodème d'après saint Augustin.

9 Chez Arnauld cette citation de Jérémie figure en tête du développement, avant celles d'Elie et de Daniel, ces trois citations précédant le développement sur la sagesse de Dieu.

10 Il y a sur ces écrits dix lignes chez Pascal contre cent dix chez Arnauld (Tertullien non compté dans les deux cas)

11 L'exemple de Tertullien occupe quarante lignes chez Arnauld et à peu près autant chez Pascal, mais chez le premier la traduction du texte est précédée de considérations sur l'autorité de Tertullien et sur son but ; chez le second, elle est suivie de l'application de son texte aux élucubrations des jésuites.

12 Arnauld traduit ainsi le même passade : "Il y a plusieurs choses qu'on est obligé de réfuter en cette manière, de peur qu'étant proposées en des termes graves et sérieux, on ne leur donne du poids et on ne les rende dignes de quelque respect. Il n'y a rien qui ne soit plus dû à la vanité des hommes que d'être raillée".

13 Arnauld traduit ainsi le même passade : "Il y a plusieurs choses qu'on est obligé de réfuter en cette manière, de peur qu'étant proposées en des termes graves et sérieux, on ne leur donne du poids et on ne les rende dignes de quelque respect. Il n'y a rien qui ne soit plus dû à la vanité des hommes que d'être raillée".

14 Il n'est cité par Arnauld dans la Réponse que beaucoup plus loin et dans un développement sur un autre sujet.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540