Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Dispute et dialogues

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 14

1Les Provinciales se présentent comme des lettres, des "petites lettres", comme disait Mme de Sévigné. Ce sont aussi des récits : Pascal le dit cinq fois dans trois d'entre elles. Mais ce sont encore des dialogues. Aux interviewes des premières lettres succèdent les "conférences" des Provinciales morales, sans parler des controverses entre le janséniste et le dominicain ou des "instructions" données par le premier et par le docteur politique à l'enquêteur-épistolier. Surtout, et plus profondément, la dispute (au sens technique du mot1 dans la controverse) structure l'ensemble de l'œuvre. La réussite des Provinciales vient de la manière dont Pascal a su jouer des rapports entre leur structure profonde et plusieurs genres littéraires apparents, moduler le passage d'une dispute cachée a une dispute avouée, de la lettre familière au provincial ami à la lettre ouverte aux tenants du parti adverse.

2Le nous, le je, le vous des premières phrases de la première lettre ne fondent pas le dialogue épistolaire sur la dispute, mais sur la communication d'un savoir qui conserve l'accord des deux correspondants. Ce qui est en question, le débat en Sorbonne, est réduit à un simple objet, à une troisième personne apparemment neutre (ce "à quoi se termine un si grand éclat"). Les deux questions en cause constituent l'objet de la lettre ; elles ne la structurent pas. L'auteur allant et venant entre le janséniste et ses adversaires, l'affrontement des doctrines n'est pas direct. Un tiers sert à la fois de témoin et de possible médiateur. La dispute, cause de débats ayant réellement eu lieu entre adversaires et par suite essentielle à l'existence de la lettre, est masquée par la présence d'un dialogue second, le seul à se réclamer ouvertement du genre du dialogue, dont il utilise les moyens -style indirect, mais aussi style direct avec ses phrases interrogatives et ses "dit-il".

3Entre la deuxième et la troisième Provinciale, l'insertion de la réponse du provincial privilégie le dialogue épistolaire. En soulignant l'existence des lecteurs, elle révèle un autre type de dialogue, inhérent à toute œuvre littéraire, le dialogue de l'auteur avec son public. Sortie du cadre étroit des débats entre théologiens, la controverse religieuse devient occasion de s'adresser à autrui. L'habileté de celui qui mène le dialogue l'emporte sur la compétence éventuelle de l'antagoniste, et la réussite des effets sur la vérité de l'argumentation. Dirigées contre un adversaire, les Provinciales ne cherchent pas (ou peu) à le convaincre, mais à séduire le public témoin du combat. La dispute se fait spectacle à l'intention des tiers. D'une situation initialement simple, le docteur Arnauld n'est pas d'accord avec molinistes et thomistes de la Sorbonne, on est passé à une situation complexe. La dispute donne lieu à une œuvre qui prétend en rendre compte, mais qui la fausse pour conquérir l'opinion.

4Dans la quatrième lettre, la présence aux côtés de l'auteur d'un janséniste qui le seconde laisse apparaître la structure de dispute, préfigurant la transformation qui aura lieu avec la onzième. Les deux camps opposés se trouvent un moment face à face. Il ne suffit plus à chacun de rapporter son opinion ; tous deux doivent argumenter et justifier leurs discours. Même vaincu, le jésuite ne cède pas : "J'en parlerai à nos Pères. Ils y trouveront bien quelque réponse. Nous en avons ici de bien subtils". La dispute a tellement envahi le texte qu'on y retrouve l'atmosphère du collège : l'intelligence de l'argumentation vaut en soi, indépendamment de la défense de la vérité.

5La cinquième Provinciale commence par un faux dialogue : la doctrine des jésuites y est rapportée par un de leurs ennemis. Convaincu, l'interlocuteur reste silencieux. La dispute ne peut avoir lieu, faute d'avocat de la partie adverse. Il y a, dans l'ensemble de la lettre, une symétrie apparente. A l'exposé initial du janséniste correspond la leçon du jésuite, qui le suit. Mais cette deuxième partie n'est qu'une confirmation de la première : les paroles du casuiste justifient les propos qu'on vient d'entendre. Cela découvre la vraie structure de l'œuvre. Malgré les apparences, c'est toujours le janséniste qui parle, même lorsqu'on a l'air de donner la parole à son adversaire. Le jésuite, dans les Provinciales, n'est jamais qu'une fiction littéraire. Les dialogues sont toujours faussés, au moins dans les dix premières lettres, puisque c'est toujours Pascal seul qui y fait les demandes et les réponses.

  • 2 Dominique Maingueneau a consacré à "un intertexte polémique du xviie siècle" c'est-à-dire aux Prov (...)

6La vraie dispute n'est pas celle que l'auteur a choisi de représenter dans son œuvre, mais celle qui apparaîtrait à la lecture conjointe de cette œuvre et des réponses qui y ont été faites par les jésuites. Cela est si vrai qu'après la onzième lettre, ces réponses finiront par investir les Provinciales elles-mêmes. Mais la dispute existe dès les six premières littérairement : un auteur a pris soin de mettre en scène la controverse qui opposait jansénistes et jésuites. Dialogue truqué, puisqu'il ne feint de laisser parler l'adversaire que pour mieux le combattre. Dialogue tout de même, puisqu'il en emprunte la forme aux yeux des lecteurs. La dispute, dans les Provinciales, est donc à la fois fondamentale, puisqu'elles n'auraient pas d'objet sans elle, et purement fictive puisqu'elles ne transmettent au lecteur que son expression réorganisée en vue de l'effet à produire, une interprétation des faits et des pensées destinée à ruiner la cause adverse. Pascal ne donne d'existence à son jésuite que pour faire oublier qu'il est entièrement inventé pour les besoins de la cause2.

7A partir de la deuxième moitié de la cinquième lettre et jusqu'à la fin de la dixième, la dispute se présente sous la forme d' " un récit de conférences". Pour redonner vie aux controverses qui avaient, une dizaine d'années plus tôt, opposé jansénistes et jésuites sur la théologie morale, Pascal rapporte une série de conversations. Conférence est ambiguë. Richelet le définit comme "entretien qu'on a avec une ou plusieurs personnes", puis comme "dispute de personnes savantes en quelque matière épineuse". L'auteur des Provinciales ne se présente pas en savant. Le lecteur croit au premier sens, mais c'est le second qui est le bon. Pascal fusionne fort habilement la forme épistolaire et la forme du dialogue, genre hérité de l'antiquité et mis à la mode par la conversation de salon. Mlle de Scudéry vient d'en faire la théorie dans un de ses romans, parallèlement à celle de la lettre. C'est un genre double : la conversation peut n'être qu'un échange amical d'idées ou d'informations, mais elle peut devenir facilement une forme larvée de la dispute, un moyen de confondre l'adversaire sous couleur de le laisser parler.

8Dans les Provinciales cinq à dix, le genre du dialogue se trouve vivifié. L'enquêteur n'a plus en face de lui un ami janséniste ou un thomiste quelconque mais un interlocuteur fortement typé, un jésuite à la fois professeur, confesseur et casuiste. Le professeur aime parler. Il répond abondamment aux questions posées et prend plaisir à étaler son savoir et sa subtilité. Le casuiste aime citer. Il ouvre volontiers ses livres et, en révélant ses sources, il fournit une matière abondante à la dispute. Devenu sans le vouloir le porte-parole de tout un groupe puisqu'il fait parler les autres, il sert à mettre en cause tout son ordre. A travers lui, l'enquêteur de Pascal dialogue avec tous les casuistes, assimilés faussement à tous les jésuites.

  • 3 Michel Le Guern, dans un article très neuf "Sur le genre du dialogue" (L'automne de la Renaissance (...)

9On est ainsi placé devant une situation toute nouvelle, qui contribue à renouveler l'intérêt de l'œuvre autant que le changement de matière. La structure fondamentale de dispute prend l'apparence d'un entretien de maître à élève. Le second n'intervient que pour faire parler l'autre. Il lui pose des questions, énonce des objections destinées à être réfutées, fait semblant de partager son enthousiasme et d'être convaincu. Il joue la comédie en se présentant comme un disciple désireux d'apprendre. Ce dialogue apparent repose sur une situation comique, celle du pédant invité à étaler ses connaissances et qui tombe naïvement dans le panneau. Personne sauf le jésuite n'en est dupe, car l'épistolier la signale au destinataire par ses interventions à double entente. Il ne s'efface donc que pour obliger le lecteur à réagir à sa place et à condamner le casuiste pour lui. Les prétendues conférences n'ont servi qu'à donner à la dispute une autre forme, dans laquelle on s'adresse aux sentiments autant qu'à la raison de celui qui les lit. Après avoir pris la parole à la fin de la dixième lettre pour une protestation indignée, l'enquêteur n'attend et n'écoute pas de réponse (p. 191-192). Malgré des entretiens étalés sur six lettres, entre le jésuite et lui, il n'y a eu qu'un dialogue menteur, destiné seulement à produire les pièces du dossier de la vraie dispute, qui est d'ailleurs, dans la conscience du lecteur3. Le casuiste en a trop dit pour qu'il soit besoin de lui répliquer.

10Tout change avec la onzième lettre. La structure de dispute qui sous-tendait diverses formes de dialogue apparaît pleinement au grand jour. Depuis la cinquième Provinciale, le jésuite était, face à l'enquêteur, et, indirectement, au destinataire provincial, le seul personnage conservé. L'enquêteur l'a quitté "sans apparence d'y retourner". Il n'a plus personne à interroger. Personne non plus à qui raconter : Pascal fait disparaître aussi le destinataire. Il a fusionné les deux rôles. Au lieu de mettre en scène devant le provincial un jésuite fictif, l'épistolier s'adresse désormais directement aux jésuites réels, à tous les Pères de la Compagnie. Faute d'interlocuteurs, le dialogue est devenu impossible sous les formes d'interviewés, d'instructions ou de conférences qu'il avait prises jusqu'alors. Faute de destinataire, la lettre familière cède le pas à la lettre ouverte. On a changé de genre littéraire.

11C'est pourquoi les marques du genre, soigneusement conservées jusque là, disparaissent à peu près totalement des huit dernières Provinciales. Plus de signes de complicité en fin de lettre ; plus même

qui, "si elles appartiennent par leur énonciation au cadre fictif, lui échappent par leur valeur de vérité qui se prend sur l'univers réel". C'est bien le cas des Provinciales. Quand "le protagoniste est une représentation de l'auteur, le second personnage peut avoir pour fonction de figurer l'adversaire. Le lecteur est alors convié à prendre le rôle de témoin, et même d'arbitre. La stratégie consiste à le faire glisser d'une situation de neutralité à celle de complicité avec le protagoniste, c'est-à-dire en fin de compte avec l'auteur, mais sans qu'il ait conscience de se départir de son impartialité. On aura alors le dialogue polémique. Les Provinciales, de la cinquième lettre à la douzième, en constituent sans doute le parangon." Michel Le Guern propose de distinguer dialogues dialogiques et dialogues qui ne le sont pas. L'originalité des Provinciales est de présenter des dialogues apparemment dialogiques et fondamentalement monologiques. Autrement dit : la dispute est présentée sous forme de dialogue, mais c'est toujours le même parti qui parle, même par la bouche des personnages de la partie adverse.

12d'embryon de formule de politesse, tel le "je suis etc." qui revenait comme un refrain dans toutes les précédentes. Seuls deux post-scriptum, à la fin de la quatorzième et de la seizième lettre, utilisent et maintiennent la fiction épistolaire. Au début de ses lettres, Pascal entre maintenant directement dans le vif du sujet. Ecrire est employé de façon ambiguë au début de la douzième ("j'étais prêt à vous écrire sur le sujet des injures...") et répondre pareillement au commencement des treizième, quatorzième et seizième ("à combien d'impostures j'ai à répondre", "si je n'avais qu'à répondre aux trois impostures", "la suite de vos calomnies, où je répondrai d'abord"). La quatorzième lettre parle seulement de "découvrir un mystère" et la dix-septième de "détruire" un "reproche d'hérésie", affichant leur caractère de réfutation et non de dialogue épistolaire. Lettre, dans la dix-huitième, n'est employé qu'en référence au découpage de la matière traitée ("J'ai fait voir dans ma dernière lettre", "en répondant à ma lettre", p. 355-356), et renvoie globalement, dans la dix-septième, aux seize lettres précédentes et particulièrement à la quatorzième et à la seizième (p. 329). A partir de la onzième lettre, Pascal n'utilise plus les ressources de la vraie lettre, mais celles de la lettre ouverte et du pamphlet. C'est seulement par commodité et a des fins publicitaires qu'il a, malgré cette rupture, employé une numérotation continue.

13"Mai vu les lettres que vous débitez contre celles que j'ai écrites à un de mes amis sur le sujet de votre morale". Dans la phrase initiale de la onzième Provinciale, seul le précédent destinataire ("un de mes amis") appartient totalement au domaine de la fiction. Tout le reste s'inscrit largement dans la réalité. Echelonnées entre le 23 janvier et le 2 août 1656, les textes des dix lettres de Pascal existent bel et bien au moment où il commence la onzième, et il en est de même des lettres débitées contre elles. Aux réponses que le provincial imaginaire n'a pas écrites se sont substituées celles des jésuites. Ce n'est plus, comme dans la troisième Provinciale, à des messages fictifs contenant seulement des louanges que l'auteur répond désormais, mais à ce qu'on lui a précédemment objecté. Abandonnant le dialogue épistolaire, il doit s'installer ouvertement dans la dispute.

14Le vous collectif auquel il s'adresse maintenant n'est plus de son invention. Il désigne des personnes réelles, des auteurs qui lui ont répondu en adoptant comme lui la forme épistolaire. Bientôt, dans les deux dernières Provinciales, la personnification sera encore plus grande puisque le vous désignera un destinataire unique, le père Annat. Plus question désormais d'un nous qui marquerait une communauté de sentiments entre l'auteur et le destinataire : la séparation des première et deuxième personnes ne signifie plus un éloignement dans l'espace qu'on espère combler par l'écriture, mais une divergence d'opinions, une différence de camp, une opposition que la lettre souligne au lieu de l'abolir. Le destinataire n'est plus un ami à informer, mais un adversaire à réduire. Il n'est plus ce témoin auquel le lecteur pouvait et devait s'identifier. C'est le lecteur qui est maintenant le seul témoin. La lettre ne s'adresse plus au public par l'intermédiaire d'un correspondant ; elle le fait directement juge de la controverse.

15Le destinataire complice a été remplacé par un destinataire ennemi, que l'on veut convaincre d'erreur et d'imposture. Le vous a changé de signe. La lettre ne repose plus sur le désir de maintenir une communauté de pensée, favorable à l'allusion et au sous-entendu. Elle traduit les mouvements de l'indignation et la volonté de confondre. L'indignation, qui s'était enfin donnée cours à la fin de la dixième Provinciale, devient dans les suivantes le mode d'expression habituel. On n'est plus dans le même registre. Un exposé paisible s'est transformé en diatribe virulente. L'éloquence des exhortations publiques remplace le ton calme des dialogues en tête à tête. Masquée jusque-là sous la bonhomie et l'apparente objectivité, la polémique éclate au grand jour. A la différence du provincial, qui n'était quasi jamais invoqué dans le corps de la lettre, les jésuites ou le père Annat sont constamment mis en cause par des "Mes Pères" ou des "Mon Père". Dans la onzième Provinciale, le vocatif "Mes Pères" apparaît trente et une fois dans une lettre de 540 lignes, soit en moyenne presque deux fois par page.

16Exceptionnels dans les Provinciales précédentes, interrogations au destinataire et impératifs se multiplient. Dès le second paragraphe de la même lettre, on trouve quatre phrases interrogatives, et trois dans le suivant. Le cinquième paragraphe s'organise autour d'un "je vous prie de considérer", le sixième s'ouvre sur "Ne prétendez donc pas, mes Pères", le septième a recours à une interrogative négative : "Car ne voyons-nous pas que Dieu[...]" Le neuvième conclut : "Vous voyez donc, mes Pères" (p. 197, repris p. 198). A la présence absente du provincial, destinataire fictif, s'oppose désormais l'omniprésence d'un adversaire constamment pris à partie dans un débat auquel la lettre ouverte offre une forme commode. Cette omniprésence a un sens. Il s'agit de ne pas l'emporter sur des ombres. Puisque l'on dispute, la victoire sera d'autant plus exemplaire qu'on aura donné l'illusion de confondre de véritables interlocuteurs.

17Dans les lettres au père Annat, où le vous ne désigne qu'un seul destinataire, le ton se fait moins violent, et la diatribe s'estompe pour laisser place à la "dispute" réglée. L'homme d'un parti s'adresse à l'homme d'un autre parti. Le secrétaire de Port-Royal s'adresse au porte-parole des jésuites. C'est la situation du docteur Saint-Amour défendant Arnauld à la Sorbonne contre Le Moyne et Nicolaï. Il tâchait de conquérir les suffrages des autres docteurs. Pascal s'efforce de convaincre le public. Une fois disparus tous les artifices de présentation, l'opposition fondamentale sur laquelle reposent toutes les lettres se révèle presque à nu. Le dialogue épistolaire fictif cède la place à une vraie dispute. A moins que, pendant un instant, l'adversaire cesse d'être considéré comme le représentant d'un parti pour être interpellé individuellement. A la fin de la dix-septième lettre, Pascal oublie apparemment le champion de la Compagnie pour ne considérer que l'homme : "Que je vous connais bien, mon Père, et que j'ai de douleur de voir que Dieu vous abandonne jusqu'à vous faire réussir si heureusement dans une conduite si malheureuse" (p. 352-353). Mais cela même, sans doute, est un effet. Dans la dispute aussi, on fait appel au cœur de l'adversaire. A défaut de le convaincre, cela peut toucher les lecteurs.

18La dispute, tout au long des dix-huit Provinciales, se masque autant qu'elle peut sous divers visages. C'est qu'il est essentiel au projet de Pascal que son intervention apparaisse d'un bout à l'autre comme une entreprise de vérité. Dans un jeu continuel entre fiction et réalité, il utilise, dans les dix premières Provinciales, toutes les ressources du genre de la lettre pour les faire ressembler à de vraies lettres familières. Cela ne lui apporte pas seulement une forme commode d'exposition, mais beaucoup plus : une façon de se rendre crédible. La fiction épistolaire est un moyen de persuasion autant et plus que d'information. Les Provinciales, aujourd'hui encore, ne sont pas lues comme un discours inventé à plaisir par un auteur partisan, mais comme si elles étaient vraiment des lettres apportant le témoignage d'un être véridique sur des faits et des êtres réels. Les huit dernières lettres devraient démystifier le public, puisque la place et l'importance de la dispute en dévoilent la véritable nature et les révèlent comme fictions polémiques. Mais Pascal y donne en même temps aux jésuites, puis au père Annat, une sorte de présence morale qui personnalise le débat et cache ce qu'elles sont en fait : une argumentation faussement contradictoire, c'est-à-dire une dispute truquée. Plus encore que celle de ses adversaires, la présence ambiguë de l'auteur des Provinciales contribue à masquer qu'il s'agit d'une argumentation destinée à forcer l'adhésion intellectuelle des lecteurs. Séduits par l'art de Pascal qui leur donne l'impression d'entendre enfin sa véritable voix, ceux-ci oublient que ce sont des lettres ouvertes pour y voir uniquement de vivants témoignages.

Notes

1 Voir supra, p. 14

2 Dominique Maingueneau a consacré à "un intertexte polémique du xviie siècle" c'est-à-dire aux Provinciales de Pascal une thèse intitulée Essai de construction d'une sémantique discursive, Paris X-Nanterre, 1974. Il y insiste à juste titre sur l'existence d'un double discours : discours agent des Provinciales, discours patient de ceux qu'elles ne font parler qu'afin de les réfuter ("discours déconstruit par le discours agent"). Pour reprendre le vocabulaire de Bakhtine et son utilisation par D. Maingueneau, les dix premières Provinciales présentent la particularité d'instaurer un dialogue qui est non dialogique, "c'est-à-dire qu'il n'est qu'une modalité efficace du monologisme". L'idée d'autrui n'y est pas représentée, mais refusée, absorbée, "ou cesse d'être une idée". Discours monologique (c'est-à-dire discours qui "se caractérise par l'absence d'interaction réelle entre les consciences"), les Provinciales ne peuvent à elles seules mettre en scène toute la dispute. Mais elles font mine de le faire, et, selon nous, c'est cela qui structure les entretiens et conférences, car il faut que le lecteur croie à cette interaction, qui s'exerce en fait sur lui. D'où l'énorme place des dialogues.

3 Michel Le Guern, dans un article très neuf "Sur le genre du dialogue" (L'automne de la Renaissance 1580-1630, Etudes réunies par J. Lafond et A. Stegmann, 1981), définit le dialogue par l'existence de paroles

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540