Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Un personnage à facettes

Texte intégral

1"Pour être mieux reçu" d'un janséniste convaincu, "je feignis d'être fort des siens", avoue l'épistolier dans la première Provinciale (p. 10). A la porte des Jacobins, raconte-t-il dans la seconde, je trouvai "un de mes bons amis, grand janséniste, car j'en ai de tous les partis" (p. 25). Quand il va, dans la cinquième lettre, "trouver un bon casuiste de la Société", "c'est, explique-t-il, une de mes vieilles connaissances que je voulus renouveler exprès". Le jésuite l'accueille en ami : "Il me fit d'abord mille caresses, car il m'aime toujours" (p. 79). L'épistolier des premières Provinciales n'est pas un partisan engagé dans les controverses, mais un honnête homme sans préjugés et qui cherche à comprendre. En soulignant d'emblée qu'il n'est pas janséniste (il ne veut pas recevoir "sur parole" les "impressions des méchants desseins des molinistes", p. 13), Pascal ménage son évolution ultérieure. Celui qui dit je dans les lettres est, comme le thomiste, le docteur politique ou le fidèle janséniste, un personnage inventé pour les besoins d'un roman épistolaire organisé autour de lui. Il en est le héros, et il doit à cette situation d'être plus complexe que les autres. Modifié par les progrès de son information, par les rencontres qu'il fait et aussi par les compte-rendus qu'il écrit, l'épistolier-enquêteur se transforme et évolue selon une courbe régulière. De la feinte initiale qui le suppose indifférent, il passe à la colère de l'homme qui a choisi son camp à la fin de la dixième lettre. Il est mûr pour devenir, dans les huit dernières, le défenseur passionné des jansénistes. Les Provinciales racontent l'histoire, ou plutôt le roman d'une conversion.

  • 1 Pour ses interlocuteurs, non pour ses lecteurs auxquels la feinte est avouée d'emblée.

2Cet être de fiction, au moins jusqu'à la onzième lettre, est aussi un être de feinte1. Pour les besoins de son enquête, il se masque afin de capter la bienveillance de ceux qu'il interroge. "Surpris de cette réponse, note-t-il dans la première lettre, je connus bien que j'avais trop fait le janséniste, comme j'avais l'autre fois été trop moliniste" (p. 11). Encore reste-t-il libre, pendant les quatre premières lettres, de se montrer lui-même et d'interroger ou de réagir ouvertement. Aussi longtemps que durent ses "conférences" avec le casuiste, il est au contraire constamment obligé de se cacher. Instruit par ce qu'il sait déjà, prévenu par les propos du janséniste, il n'est déjà plus celui que le jésuite a cru reconnaître en l'accueillant à bras ouverts. Mais le préjugé du bon père en sa faveur est si fort qu'il ne donne pas leur véritable portée à ses répliques. "Si vous parliez ainsi en des lieux où vous ne fussiez pas connu, lui dit le jésuite, il pourrait se trouver des gens qui prendraient mal vos discours, et qui vous reprocheraient de tourner les choses de la religion en raillerie " (p. 149). L'enquêteur se masque et se démasque selon ce qu'on connaît précédemment de lui. "Vous me faites souvenir de ces jansénistes", s'exclame le casuiste dès la cinquième Provinciale (p. 84). Toute l'habileté et toute l'ambiguïté de sa conduite sont là : il peut aller jusqu'à "faire souvenir" des jansénistes, non jusqu'à se déclarer ouvertement pour eux.

  • 2 "On peut juger de lui comme on veut : c'est un homme à facettes" (Mme de Sévigné).
  • 3 Supra, p. 188.

3Pendant les Provinciales morales, le personnage mis en scène présente des facettes2 sur lesquelles Pascal a joué pour faire progresser son exposé sans ennui. Il révèle, grâce aux apartés épistolaires, ses véritables sentiments : surprise, envie de rire, impatience, indignation3. Il n'en exprime au casuiste qu'une partie, dans des termes équivoques, car il doit, pour le faire parler, se présenter à lui comme un disciple attentif et empressé. Aux réactions de l'épistolier s'opposent les paroles de l'enquêteur, piège tendu au casuiste qui les reçoit comme des signes d'adhésion ou d'admiration parce qu'il est persuadé qu'elles viennent de la bouche d'un ami. Sa confiance l'empêche de découvrir le vrai sens des mots qu'on lui dit. Pendant six lettres, Pascal place ainsi le lecteur dans la situation du spectateur de théâtre lors d'un quiproquo. Le lecteur sait ce que pense l'enquêteur comme le spectateur sait que Valère croit qu'on lui reproche d'avoir enlevé la fille d'Harpagon. Le premier s'amuse de voir le jésuite ne pas comprendre ce qu'on lui dit comme le second s'amuse à voir l'Avare s'imaginer qu'on lui parle de sa cassette.

4Dès l'exposé du premier exemple, sur le jeûne, "ô que cela est divertissant !" s'écrie l'enquêteur. L'ambiguïté du mot pourrait alerter le jésuite, mais son propre enthousiasme l'aveugle. "Le bon Père, continue l'épistolier, voyant que j'y prenais plaisir, en fut ravi" (p. 82). Le casuiste s'égare sur la nature du plaisir de son interlocuteur, spontanément identifié avec le sien. Il en sera de même constamment tout au long des lettres 5 à 10. Le jésuite est si persuadé de l'approbation globale de son visiteur qu'il prend dans leur sens littéral les affirmations les plus ironiques ("Cela est de bon sens", huitième lettre, p. 149 ; "Cela est tout à fait judicieux " ; "Cela est de bon sens", neuvième lettre, p. 168). Le jésuite énonce des énormités comme des évidences. En les reprenant telles quelles à son compte pour en faire ressortir la sottise, son interlocuteur adopte une conduite humoristique dont seul le lecteur a conscience.

5On le voit, par exemple, dans l'histoire de Jean d'Alba qui termine la sixième Provinciale. Au lieu d'argumenter pour montrer l'absurdité de ce qu'on vient de lui expliquer, l'enquêteur feint d'approuver et d'en avoir compris l'intérêt. Il l'applique donc jusqu'au bout, énonçant sérieusement des conséquences inacceptables afin d'en révéler le caractère scandaleux. Mais le jésuite est si prévenu en faveur de l'enquêteur qu'il y voit la conduite d'un disciple qui se dissipe, non l'objection d'un adversaire. Il allait lui parler des maximes des casuistes sur des sujets importants, et son interlocuteur s'amuse ("à quoi vous amusez-vous ?") à l'interroger sur "des histoires hors de propos" (p. 112). Le casuiste s'aveugle volontiers sur son "ancien ami", disciple retrouvé, mais cela est rendu possible (littérairement possible, car le plaisir du jeu éloigne les bornes de la vraisemblance) par la façon dont l'enquêteur sait toujours jusqu'où il peut aller trop loin. A le juger d'un point de vue moral, il ne joue pas le beau rôle : c'est un provocateur usant constamment de l'équivoque.

6Des sentiments confiés au destinataire des lettres, la surprise et l'indignation, il ne manifeste jamais au jésuite que le premier. Employé sept fois dans les Provinciales 5 à 10, le mot surpris ne renvoie qu'une fois au casuiste (p. 137). Dans tous les autres cas, il s'applique à l'enquêteur, soit qu'il dise lui-même sa surprise (je fus surpris, je suis un peu surpris, je suis surpris, j'ai été surpris, p. 108, 131, 135,143), soit que le jésuite le prévienne (ne serez-vous pas bien surpris ?, vous serez bien surpris, p. 161, 166). Cette surprise, qu'il s'imagine approbative, est en fait un étonnement scandalisé. Il faut donc que l'enquêteur triche. Les Provinciales sur la morale ne peuvent exister qu'aussi longtemps que le personnage mis en scène par Pascal feint d'être ébloui par ce qui l'impatiente, tout en donnant à ses lecteurs quelques signes de cette impatience. D'où l'emploi constant de mots évoquant l'étonnement et l'admiration, dont le sens au xviie siècle est plus équivoque qu'aujourd'hui. L'enquêteur "admire sans le connaître" (p. 115) le moyen par lequel les casuistes rendent possible ce qui est impossible aux autres hommes. Mais tandis que le Père se plaît à lui découvrir "les subtilités admirables qui sont propres" à sa Compagnie (p. 172), son interlocuteur profite de l'équivoque du mot pour dénoncer, sans en avoir l'air, le caractère scandaleux des pratiques qu'il recouvre. L'ironie des lettres sur la morale repose sur cette constante distance de l'enquêteur par rapport à un discours dont le sens varie selon la bouche qui le prononce ou les oreilles qui l'entendent et la main qui le transcrit.

7Le capital de sympathie dont l'enquêteur dispose auprès du jésuite lui permet d'entremêler ses fausses admirations de véritables objections. Il ne cesse en particulier, dans la ligne de ce qui avait eu lieu dans les lettres précédentes, d'opposer aux affirmations des casuistes la tradition de l'Eglise et des Pères. Il expose ses doutes sur ce point dès la première entrevue (p. 90, 94, cinquième Provinciale). Mais son interlocuteur n'y voit qu'un encouragement à lui montrer comment les membres de sa Compagnie ont su tourner la loi ancienne en faveur de leurs nouveautés. Ainsi, dans la septième lettre, à propos de l'homicide : "O mon Père, demande l'enquêteur, d'où Molina a-t-il pu être éclairé pour déterminer une chose de cette importance sans aucun secours de l'Ecriture, des conciles ni des Pères ? je vois bien qu'il a eu des lumières bien particulières et bien éloignées de saint Augustin sur l'homicide, aussi bien que sur la grâce " (p. 129). Interrogation et affirmation tirent leur signification du ton sur lequel elles sont prononcées. Les prenant selon leur sens apparent quand elles sortent de la bouche d'un ami, le jésuite croit y voir une adhésion admirative, une invite à continuer son exposé en allant toujours plus loin. Le lecteur lui donne le sens qu'elles revêtent dans un récit destiné à dénoncer le laxisme ; il s'indigne de ces "lumières particulières" qui éloignent de la vraie doctrine de l'Eglise. Comme celui qui les prononce n'est pas le même vu par le jésuite ou lu par le provincial, les mêmes paroles changent de signification.

8Pendant les six lettres morales, l'interlocuteur du jésuite est inéluctablement double. Représentant la vérité face aux faussetés des casuistes, il doit, pour donner confiance au bon Père et le pousser à tout dire, jouer le rôle du disciple favorablement intéressé. Il invente donc son personnage, romancier à l'intérieur du roman. Mais il doit, en même temps, demeurer reconnaissable pour le lecteur et disséminer à son intention des signes qui lui révèlent le fond de sa pensée. Il joue, pour cela, sur la forme épistolaire, qui rend possible les apartés dans lesquels, redevenu épistolier, l'enquêteur peut exprimer le fond de son cœur. Il ne le fait que rarement, conscient qu'il briserait l'intérêt de son enquête, s'il l'interrompait trop souvent au profit de l'aveu de ses sentiments. Il préfère jouer sur le langage, confiant dans la complicité de son correspondant, qui saura entendre ses propos dans leur vraie signification.

9Il lui arrive même, très exceptionnellement, d'aller jusqu'-aux limites de cette possibilité en usant de la réplique à double entente pour adresser un important message au destinataire-lecteur. Au casuiste qui lui explique qu'il ne devrait pas railler, car ses paroles pourraient être mal interprétées de ceux qui ne le connaissent pas, l'enquêteur répond : "Je me défendrais facilement de ce reproche, mon Père, car je crois que, si on prend la peine d'examiner le véritable sens de mes paroles, on n'en trouvera aucune qui ne marque parfaitement le contraire" (p. 149). Sans que son interlocuteur le comprenne, il annonce, dès la huitième lettre, le cri d'indignation de la fin de la dixième : "Et peut-être s'offrira-t-il un jour dans nos entretiens, l'occasion de le faire amplement paraître." Le personnage condamné au paraître aspire au moment où il pourra enfin découvrir ce qu'il est. Le moment viendra en effet où le pseudo-disciple jettera le masque pour affirmer, devant le jésuite, les convictions qu'il a tirées de ces conférences et, à partir de la onzième lettre, pour ressembler de très près au véritable auteur des Provinciales.

10Car la duplicité de l'enquêteur-épistolier face au jésuite n'empêche pas l'émergence d'une autre dualité, plus essentielle et appelée à durer. Dans le même passage de la huitième lettre, celui qui dit je semble bien un moment apparaître comme le substitut de l'auteur-personne. Au jésuite qui lui a fait remarquer qu'il ne rit plus : "Je vous confesse, lui dis-je, que ce soupçon que je me voulusse railler des choses saintes me serait bien sensible, comme il serait bien injuste." Ce sera bientôt le sujet d'une lettre entière, la onzième, dans laquelle tous les rôles auront été entièrement redistribués. Mais, dans cette défense déjà, on croit entendre la voix de Pascal. Ce n'est pas (ce n'est pas seulement) l'épistolier, auteur fictif inventé par lui pour les besoins de la cause, qui s'insurge contre un soupçon jugé injuste, c'est l'auteur-personne qui défend les moyens qu'il a utilisés pour défendre la cause de Port-Royal. Il en va de même dans la neuvième lettre quand il est dit que les lettres ne sont pas destinées à ceux qui n'y chercheraient que leur divertissement (p. 166). A la fin des Provinciales morales, préparant le passage vers les lettres où l'auteur s'adressera directement aux jésuites, il y a quelques textes dans lesquels l'instance qui dit je apparaît particulièrement éclatée. Dans l'affirmation : "je me défendrais facilement ", le je désigne à la fois l'enquêteur masqué qui s'adresse au jésuite, l'épistolier-auteur supposé des lettres au provincial et l'auteur réel qui les a conçues et écrites pour le public.

  • 4 N.4 à la p. 133.

11Rien d'étonnant si, dans ces conditions, la huitième Provinciale commence en posant la question de l'identité de l'auteur des lettres précédentes : "Vous ne pensiez pas que personne eût la curiosité de savoir qui nous sommes "(p. 133). La communauté posée par le nous renvoie au couple épistolier destinataire fictifs, distinct du couple Pascal lecteur. Mais c'est de l'auteur-personne et non de l'auteur-personnage qu'il est question dans la suite : "Les uns me prennent pour un docteur de Sorbonne : les autres attribuent mes lettres à quatre ou cinq personnes qui, comme moi, ne sont ni prêtres ni ecclésiastiques". Ceux qui ont attribué les Provinciales à Antoine Arnauld ou à des laïcs comme Gomberville4 cherchent à deviner qui les a écrites et non l'identité fictive de leur pseudo-épistolier. En citant leur opinion, Pascal est entraîné, lui aussi, dans le domaine de la réalité. Dans le membre de phrase "les autres attribuent mes lettres", tous les termes renvoient au monde réel, sauf mes qui demeure ambigu. Si ce possessif continue, en principe, à désigner l'auteur-personnage, puisque c'est toujours la même instance qui dit je dans toutes les dix premières lettres, le lecteur est conduit, par le contexte, à l'identifier avec l'auteur-personne de cette correspondance dont il ne peut ignorer qu'elle est fictive.

12En affirmant "je n'ai pas mal réussi dans le dessein que j'ai eu de n'être connu que de vous et du bon Père qui souffre toujours mes visites", Pascal joue pareillement sur le statut ambigu de ses personnages. L'anonymat qu'il a su préserver est le sien dans la vie, celui auquel il doit de pouvoir continuer en liberté sa campagne contre les jésuites. Ceux qui seuls le connaissent ("vous" et le "bon Père") sont au contraire des personnages purement imaginaires, le destinataire des lettres et le casuiste, l'informé et l'informateur, êtres de fiction sur lesquels repose l'œuvre littéraire. Dire qu'ils sont seuls à connaître l'auteur des lettres est une façon plaisante de dire qu'il n'est connu de personne. Au moment même où Pascal évoque sa situation réelle d'écrivain obligé de se cacher, il s'amuse à le faire en rappelant le caractère inventé des personnages qu'il met en scène autour de lui et qui le connaissent fictivement, c'est-à-dire qui connaissent, à l'intérieur de la fiction, non l'auteur-personne que la police recherche, mais l'auteur-personnage qui, dans les Provinciales, prend la figure d'un épistolier-enquêteur. A la suite de ceux qui avaient voulu l'identifier, il semblait avoir répondu au moins négativement sur son identité véritable en affirmant ce qu'il n'était pas. Mais à la fois pour assurer la sécurité de son existence et maintenir la continuité de la fiction qu'il a créée, il se réfugie aussitôt dans l'imaginaire en se plaçant sur le même plan que le provincial et le casuiste qu'il a inventés.

13Face aux jésuites bien réels auxquels il s'adressera bientôt, le statut de l'auteur des huit dernières Provinciales restera pareillement ambigu. Il demeure un personnage fictif, puisqu'elles sont toujours, comme le souligne le titre, écrites "par l'auteur des lettres au provincial". Il demeure également anonyme. Mais il doit répondre aux attaques et défendre la légitimité des lettres précédemment écrites. Comme souvent dans les textes polémiques, l'œuvre devient son propre sujet : de nouveaux textes s'ajoutent aux anciens pour en justifier le contenu. Dans la mesure où le je prends maintenant la parole pour défendre ce qui a été précédemment écrit à la première personne, il cesse d'être celui d'un auteur-personnage pour devenir celui de l'auteur-personne, seul mis en cause par ceux qui l'ont attaqué. Sous l'effet de la dispute, le moi de Pascal et celui de l'auteur-épistolier-enquêteur des lettres précédentes tendent à se confondre.

  • 5 Tout cela personnalise le débat et cache ce qu'il est réellement : une argumentation contradictoir (...)

14La première personne employée dans les huit dernières lettres renvoie toujours désormais à la même instance. Plus de dialogues pour répartir le je entre différents personnages, mais une présence affirmée d'un moi unique et conquérant. Pour mieux interpeller les jésuites, Pascal appuie souvent le vocatif "mes Pères" sur une première personne du singulier ("je vous assure, je vous dirai, je doute, je vous dirai, je crois, je ne sais, je crois, je souhaite", onzième Provinciale). Cela dramatise la manière dont les arguments sont assumés par une subjectivité qui semble s'emparer de la collectivité des jésuites. Primitivement formule de respect et de politesse, l'expression "mes Pères" ou "mon Père" revient avec tant d'insistance que le possessif marque à la fois prise de possession et prise à partie5.

15L'abondance des je et des vous empêche les Provinciales de devenir de simples petits traités de polémique religieuse. Les idées s'y incarnent dans des hommes. Après avoir été le journaliste à l'affût de l'actualité, puis l'élève ironique du jésuite, leur auteur se fait le défenseur de la vérité contre l'erreur. Il est celui qui entreprend une œuvre de charité contre des adversaires aveugles. Nouveau personnage nécessité par la nouvelle orientation de l'œuvre, ou présence désormais affirmée d'un Pascal chrétien qui veut convertir le prochain et ramener les égarés dans la voie du salut ? Les deux sans doute, car la logique de l'œuvre conduit Pascal à parler désormais en son propre nom chaque fois que l'on y dit je. Au début de la dix-huitième lettre, l'auteur se met en scène personnellement dans un long passage pour repousser l'accusation d'hérésie et dépeindre sa situation d'homme seul, libre, détaché de tout. "Je ne suis point de Port-Royal", déclare-t-il (p. 329), reprenant une déclaration de la seizième lettre (p. 301). Ou encore : "Je n'espère rien du monde, je n'en appréhende rien, je n'en veux rien ; je n'ai besoin, par la grâce de Dieu, ni du bien, ni de l'autorité de personne. Ainsi, mon Père, j'échappe à toutes vos prises" (p. 330).

16Déclaration d'une singulière audace, qui renvoie indubitablement à une situation vécue. Pascal n'appartient pas à un corps constitué et les mesures que l'on prendrait contre Port-Royal n'atteindraient pas un simple particulier comme lui. Déclaration qu'autorise aussi la fiction épistolaire, sans laquelle elle serait impossible. Alors que les sujets désormais abordés appartiennent à la polémique en cours et que les adversaires de Pascal ont des visages connus, alors qu'il a même choisi, pour finir, de s'adresser au seul père Annat, l'épistolier continue, dans une large mesure, de rester un personnage imaginaire : d'abord support indispensable de la forme choisie, il en reçoit peu à peu une sorte d'existence autonome. Il a suffisamment de réalité pour rendre coup pour coup à ceux qui attaquent son parti ; il est suffisamment de l'ordre de la création littéraire pour demeurer inaccessible. Son anonymat le protège, qui n'est pas seulement celui de l'épistolier fictif des Provinciales, mais aussi celui d'un moi qui se découvre (qui ne se découvre que) pour donner confiance en ses lettres. Pascal profite ainsi, jusqu'au bout, des ressources de la forme qu'il a choisie. Même quand il a presque totalement abandonné la convention épistolaire, il continue de jouer du décalage entre l'auteur-personne et l'auteur-personnage.

Notes

1 Pour ses interlocuteurs, non pour ses lecteurs auxquels la feinte est avouée d'emblée.

2 "On peut juger de lui comme on veut : c'est un homme à facettes" (Mme de Sévigné).

3 Supra, p. 188.

4 N.4 à la p. 133.

5 Tout cela personnalise le débat et cache ce qu'il est réellement : une argumentation contradictoire sur un sujet donné, c'est-à-dire une dispute. Voir infra, p. 201.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540