Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Le jeu épistolaire

Texte intégral

1"Voici ce que je vous ai promis. Voici les premiers traits de la morale des bons Pères jésuites", écrit Pascal au début de la cinquième Provinciale. La deuxième phrase annonce le sujet qu'il traitera jusqu'à la fin de la dixième. La première rappelle la structure épistolaire en plaçant côte à côte l'objet de la lettre, l'épistolier, le destinataire (ce que je vous). Celui-ci, quasi oublié dans la quatrième lettre, apparaît ici cinq fois dans les 21 premières lignes. "Je ne me suis pas fié à ce que notre ami m'en avait appris [...]. Vous le verrez par le récit de ces conférences". Double mouvement, qui replace le contenu à venir dans le cadre épistolaire, mais annonce en même temps l'existence de deux autres genres littéraires : la relation ou récit, la conférence ou dialogue. Comme dans les quatre premières lettres, le destinataire s'éloigne bientôt, présence absente que l'on peut toujours rappeler pour la prendre à témoin. Et, comme dans les consultations des précédentes Provinciales, au lieu de désigner l'épistolier en train d'écrire, les premières personnes du singulier représentent habituellement l'enquêteur face au jésuite. La lettre reste surtout le moyen du dialogue et le lieu de sa mise en scène.

  • 1 Supra, p. 111.

2Elle ne pourrait jouer ce rôle si elle cessait d'exister. Malgré la place prépondérante des "conférences", Pascal s'est bien gardé de supprimer dans les Provinciales sur la casuistique les signes qui en rappellent le caractère épistolaire. Il en place au début de chacune d'elles. Seule la septième reprend ex-abrupto le récit qu'on avait laissé à la fin de la sixième. La neuvième joue sur l'absence de l'introduction habituelle : "je ne vous ferai pas plus de compliment que le bon Père m'en fit la dernière fois que je le vis." La dixième ne mentionne le destinataire que d'un mot : "Vous y verrez les adoucissements de la confession", mais elle lui justifie pendant sept lignes le sujet qu'elle va traiter. Comme la onzième, quoique plus brièvement (six lignes), la cinquième et la sixième lettres mettent l'accent sur la continuité de la correspondance: "Voici ce que je vous ai promis" (p. 72) ; "je vous ai dit à la fin de ma dernière lettre" (p. 95). Comme la cinquième encore, la huitième s'ouvre sur une ample introduction (30 lignes), qui souligne la relation de l'épistolier et du destinataire : "Vous ne pensiez pas que personne eût la curiosité de savoir qui nous sommes" (p. 133-134). Communauté (qui nous sommes) et différence (vous ne pensiez pas), voici de nouveau explicitement réaffirmée, à la charnière des six Provinciales morales (3 plus 3), la structure épistolaire qu'avaient déjà fort nettement posée les premières lignes de la première lettre1.

3Plus qu'encore qu'en tête, Pascal a maintenu en fin de lettre la présence du destinataire, toujours explicitement mentionné dans les Provinciales morales, sauf dans la neuvième où elle est implicite. Ne l'ayant pas fait dans le corps de la huitième, l'épistolier s'adresse à lui dans un prétendu post-scriptum : "J'ai toujours oublié à vous dire qu'il y a des Escobars de différentes impressions." Il feint même de reprendre encore sa lettre pour ajouter : "Depuis tout ceci, on en a imprimé une nouvelle édition à Paris" (p. 151). On dirait que l'auteur veut multiplier les signes qui marquent que son texte n'a pas cessé d'être épistolaire. Comme les premières, les dernières lignes marquent à plusieurs reprises la continuité des lettres, annonçant ou laissant espérer les suivantes : "En voilà bien assez pour une lettre. Je m'assure que vous en serez satisfait en attendant la suite" (cinquième Provinciale). Ou : "Voilà tout ce que vous aurez pour aujourd'hui, car il faut plus qu'une lettre pour vous mander tout ce que j'ai appris en une seule conversation" (sixième Provinciale). Ou encore : "Le papier me manque toujours et non pas les passages. Car il y en a tant d'autres, et de si forts, qu'il faudrait des volumes pour tout dire" (septième Provinciale). A une allusion précise aux conditions concrètes de l'écriture et à la matérialité de la lettre (la seule des dix premières lettres), Pascal joint le rappel d'un lieu commun : nécessairement courte, la lettre oblige toujours à choisir. Il en tire la justification de son œuvre. Le tri qu'il a fallu faire, pour des raisons d'efficacité, parmi les innombrables décisions de multiples casuistes, se trouve littérairement justifié par la structure épistolaire des Provinciales.

4La neuvième s'achève sur une prévision : "Nous nous séparâmes là-dessus ; et aussi je m'imagine que notre première conversation sera de leur politique". La dixième commence sur le constat d'une erreur : "Ce n'est pas encore ici la politique de la Société, mais c'en est un des plus grands principes. Vous y verrez les adoucissements de la confession". Les dernières lignes de la même lettre, qui annoncent la rupture des "conférences" avec le jésuite, ménagent la possibilité d'une continuation de la correspondance avec le provincial qui n'aura pas lieu. L'épistolier n'a "guère d'apparence" de retourner chez le casuiste. "Mais, dit-il, n'y ayez pas de regret, car s'il était nécessaire de vous entretenir encore de leurs maximes, j'ai assez lu leurs livres pour pouvoir vous en dire à peu près autant de leur morale, et peut-être plus de leur politique, qu'il n'eût fait lui-même" (p. 192). La nouvelle orientation des Provinciales n'est pas encore totalement décidée au moment où s'achève la dixième lettre. Le texte épistolaire ignore son avenir, et la situation de l'auteur par rapport à ses lettres fictives rejoint, sur ce point, celle de quiconque termine une vraie lettre. Pascal ne se contente donc pas, dans les six lettres morales, de maintenir les signes qui en marquent le caractère épistolaire, il joue sur la ressemblance du réel et de l'imaginaire. Car comment décider si la fausse prévision ou les hésitations sur la suite, exprimées à la fin de la neuvième et de la dixième Provinciales, traduisent véritablement ses incertitudes ou seulement celles, fictives, du personnage de l'épistolier, impostures destinées à donner au lecteur l'illusion qu'il lit des lettres et non des imitations de lettres ?

5Les apparitions du narrateur ne se bornent pas à ces interventions quasi régulières en début et en fin de lettre. Semblables à des apartés de théâtre, elles interviennent aussi au fil du texte pour le rythmer et le commenter. Elles marquent, dans la cinquième lettre, les étapes du récit : début de l'enseignement du jésuite (p. 79), ou bien changement de sujet : "Je fus ravi de le voir tombé dans ce que je souhaitais, et le lui ayant témoigné, je le priai de m'expliquer ce que c'était qu'une opinion probable" (p. 85). Elles fournissent dans la suite, à trois reprises, le moyen de résumer ou de suggérer ce qu'on ne peut ou ne veut pas dire. "Je n'ose vous le rapporter, car c'est une chose effroyable", écrit-il à propos des clercs sodomites (sixième lettre, p.99). Sur les péchés de luxure : "Il me fit voir ensuite, dans ses auteurs, des choses de cette nature si infâmes, que je n'oserais les rapporter[...]"(huitième lettre, p. 146). Ou, en tête d'un développement plus précis, à propos des "personnes mariées ou fiancées" : "J'appris sur cela les questions les plus extraordinaires que l'on puisse s'imaginer […], mais je ne veux pas seulement en marquer les citations [en donner les références]" (neuvième lettre, p. 166). Dans tous ces cas, le moi qui n'ose écrire ce qu'il a appris (moi de l'épistolier) se superpose et se substitue un instant à celui qui a entendu le jésuite (le moi de l'enquêteur). Ainsi se trouve rappelé, dans le corps du texte, son statut épistolaire avec, dans la neuvième Provinciale, une prise à témoin du destinataire ("La seule chose que je puis vous marquer de ce qu'il me montra dans leurs livres [...] et vous serez surpris d'y trouver [...]"). Les bienséances interdisent de rapporter par écrit une conversation trop appuyée sur des sujets trop délicats. En rappelant une des règles de toute lettre écrite par un honnête homme, Pascal apporte une fois de plus à la fiction littéraire la caution de la structure épistolaire, en même temps qu'il insinue chez son lecteur de la curiosité et de l'horreur pour ce qu'on est obligé de lui cacher.

6On le voit par cet exemple, les interventions de l'épistolier ne sont pas neutres : elles révèlent les sentiments qu'il éprouvait au fond de lui-même en écoutant le jésuite. Elles en marquent les fluctuations. "Pour moi, avait d'abord déclaré l'enquêteur, j'estimai les bons Pères de l'excellence de leur politique" (p. 79). Il a tôt fait de déchanter : "Cela me fit pitié", dit-il à la fin de la cinquième lettre, après avoir entendu énumérer les nouveaux casuistes (p. 93). Il oscille dans la sixième lettre entre l'étonnement amusé ("j'ai peine à croire cela", p. 98 ; "je fus si surpris de la bizarrerie de cette imagination", p. 108) et l'étonnement scandalisé (les "choses effroyables"). La septième lettre marque un tournant : de la surprise ("j'admirai sur ces passages", p. 121) l'enquêteur passe à l'indignation : "Cela me parut si horrible que j'eus peine à me retenir" (p. 124). L'évolution est désormais inéluctable vers l'explosion et la rupture finales (p. 190).

7Elle l'est à tel point que Pascal a cru bon, au début de la hutième Provinciale, d'en justifier le retard. L'épistolier y déclare avoir "bien de la peine" à souffrir les discours du bon Père. "Mais, explique-t-il, je suis obligé à me contraindre ; car il ne les continuerait pas, s'il s'apercevait que j'en fusse si choqué ; et ainsi je ne pourrais m'acquitter de la parole que je vous ai donnée, de vous faire savoir leur morale. je vous assure que vous devez compter pour quelque chose la violence que je me fais " (p. 134). C'est sur cette promesse d'écrire, affirmée dès les premiers mots de la cinquième lettre ("voici ce que je vous ai promis") qu'est fondée la difficile patience de l'enquêteur face au casuiste. Le lettre n'est pas seulement une forme commode ; elle justifie l'attitude morale de l'enquêteur, inexplicable sans cela. Pour informer le provincial, il doit cacher ses vrais sentiments le plus longtemps possible. "Mais, après avoir tant enduré pour votre satisfaction, je pense qu'à la fin j'éclaterai pour la mienne, quand il n'aura plus rien à me dire." Nulle part dans les Provinciales, le choix du moyen d'exposition (une suite de lettres) n'est aussi intimement et fondamentalement lié à l'aventure psychologique du narrateur.

8Malgré l'indignation qui le soulève, l'enquêteur reste longtemps partagé entre l'envie de se révolter et celle de rire. "Ce passage pensa rompre notre entretien", avoue l'épistolier au milieu de la huitième lettre (p. 142), mais, cette fois, parce qu'il a failli ne pas pouvoir tenir son sérieux. "Car je fus sur le point d'éclater de rire de la bonté et douceur d'un brûleur de grange". Et, dans la dixième lettre, peu avant la rupture : "je laissai passer tout ce babillage, où l'esprit de l'homme se joue si insolemment de l'amour de Dieu" (p. 188). Parce qu'il s'agit de lettres galantes, Pascal joue jusqu'à la fin sur le double registre d'une surprise amusée et indignée. Quand il parle à la fois de "babillage" et d"'insolence", l'épistolier vient de confesser une nouvelle fois sa révolte continue. Les passages de Bauny et de B. Ponce cités par le jésuite sur la possibilité de fréquenter des lieux de débauche sans se sentir coupable pour s'être mis dans une occasion prochaine de péché "me firent, dit-il, tant d'horreur que je pensai rompre là-dessus ; mais je me retins, afin de le laisser aller jusqu'au bout " (p. 181). Les variations des sentiments du narrateur accompagnent les différentes phases de son enquête et en marquent la progression vers l'invective finale. Alors, délivré de sa promesse envers le provincial, l'épistolier peut enfin redevenir lui-même. Cadre du récit, la convention épistolaire en est également plus d'une fois l'instrument ou le moteur.

9Elle devient, à plusieurs reprises, l'objet d'une sorte de jeu entre Pascal et son public. Si, dans la neuvième Provinciale, l'épistolier refuse de donner les références des passages concernant les rapports sexuels, c'est qu'il sait que son correspondant "fait voir [ses] lettres à toutes sortes de personnes" (p. 166). Au delà du destinataire fictif, ses apartés éclairent donc, sur ses vrais sentiments, les lecteurs auxquels elles sont effectivement adressées. En prenant le premier à témoin de ce qui le surprend et l'indigne, il oriente les réactions de tous les autres.

10Il s'en estime responsable : "je ne voudrais pas donner l'occasion de cette lecture à ceux qui n'y chercheraient que leur divertissement." Texte ambigu, dont le caractère épistolaire est réaffirmé au moment où le narrateur-personnage qui écrit au provincial cède manifestement la place à l'auteur-personne qui s'adresse directement au public pour proclamer le sérieux d'une œuvre d'information qui n'accepte le divertissement qu'à titre de moyen et non de fin. A l'inverse de tant de passages destinés essentiellement à donner l'illusion qu'il s'agit de vraies lettres, Pascal se sert ici de la forme épistolaire pour commenter son propre texte et en fournir le mode d'emploi.

11A deux reprises déjà, il avait pareillement joué des ambiguïtés de cette forme. S'inquiétant des opinions de Lamy et de Caramuel sur le meurtre, "c'est, explique l'enquêteur au jésuite dans la septième Provinciale, que j'écris de temps en temps à un de mes amis de la campagne ce que j'apprends des maximes de vos Pères" (p. 131). Et dans la huitième : "Vous devez continuer à m'en instruire, car je vous assure que celui à qui je les envoie les fait voir à bien des gens" (p. 151). Evoqué une première fois dans la réponse qui précède la troisième Provinciale, le public apparaît de nouveau à l'horizon des dernières Provinciales morales (7, 8, 9). A l'unité du destinataire (un de mes amis) succède la multiplicité des lecteurs (bien des gens) et leur diversité (toutes sortes de personnes). Prétendument lettres familières de caractère privé, les Provinciales sont des lettres fictives répandues partout grâce à l'imprimerie. Au risque de découvrir cette imposture, Pascal parie sur la complicité ironique de leurs destinataires réels. L'accueil qu'elles ont déjà reçu dans le monde est une autre façon d'établir leur vérité : elles sont crédibles puisqu'on y croit.

12Dans les Provinciales 7 et 8, le jeu n'est pas tout à fait le même que dans la neuvième. Celle-ci utilise des apartés fondés sur le décalage entre l'enquête et son récit épistolaire. Dans les deux autres, l'enquêteur mentionne ses propres lettres dans la relation qu'il fait de son entretien avec le casuiste. Alors que ses "conférences" avec lui sont d'ordinaire le sujet des lettres, elles fournissent à deux reprises l'objet de la conversation avec le jésuite, devenant leur propre sujet par un effet de mise en abîme. A la limite du raisonnable, car le bon Père paraît être le seul à ne pas connaître le but de la divulgation dont on lui parle, ces allusions ne sont possibles que maintenant que les Provinciales ont un passé. A ce moment de l'enquête, il importe moins qu'elles soient perçues comme de vraies lettre s que reconnues par le lecteur comme la suite de ce qu'il a déjà lu. Il se soucie moins de l'invraisemblance de la naïveté prêt é e au casuiste qu'il ne prend de plaisir à le voir mystifié et moqué. Pour emporter l'adhésion du public, Pascal emploie tous les artifices. Trichant avec la convention épistolaire, il n'hésite pas, au moment même où l'épistolier qu'il met en scène la rappelle en évoquant ses lettres, à la court - circuiter pour faire à son public le clin d'œil qui le séduira.

13Au lieu de décroître et même de disparaître comme on aurait pu le penser, les références au code épistolaire ont été partout maintenues dans les six Provinciales morales. Pascal les a même particulièrement multipliées dans la septième et la huitième, qui en forment le centre, et il en a mis plus dans les neuvième et dixième que dans les cinquième et sixième. Il en résulte que le personnage de l'épistolier prend de plus en plus d'épaisseur au fil des lettres, à mesure qu'il est censé, par son évolution intellectuelle et morale révélée par ses apartés, influencer celle du destinataire et, par lui, celle du public. La forme de la lettre n'a donc pas seulement servi à découper une nouvelle matière en tranches à peu près égales et à justifier l'arbitraire d'un choix et d'une disposition tout subjectifs. Elle permet d'éclairer les réactions de l'enquêteur-épistolier, qui rendent vraisemblables les narrations et les dialogues qui y occupent presque toute la place. Grâce à sa présence et à celle du destinataire, les "conférences" semblent échapper à la fiction, puisqu'elles ont toujours apparemment lieu devant témoins. La convention épistolaire fonde à la fois l'existence et le sérieux de l'enquête. Seul l'auteur la rompt quelquefois pour mesurer son charme sur le lecteur conquis.

Notes

1 Supra, p. 111.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540