Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Citation, trahison

Texte intégral

1Excellent "bricoleur", le professeur de casuistique mis en scène par Pascal est aussi un excellent traducteur. On oublie, en lisant les Provinciales morales, que la plupart des textes cités (700 lignes sur 892, soit 78 %) proviennent de gros livres en latin. Comme leurs titres n'apparaissent en général qu'en abrégé dans les références, ou, plus rarement, traduits ou plutôt résumés en français, le lecteur ne s'en rend pas compte. Ce sont les auteurs des extraits cités qui sont mis en valeur, non leurs ouvrages. On le voit particulièrement dans le cas du Liber theologiae moralis d'Escobar, toujours désigné par le nom de celui qui l'a écrit ou par ses garants, les vingt-quatre vieillards. On retient plus facilement Diana, Sanchez et Lessius que Resolutionum moralium partes duodecim, Opus morale in praecepta decalogi et De justitia et jure actionum humanorum. Vaste effort collectif pour élucider tous les cas de conscience, la casuistique se réduit dans les Provinciales à des morceaux choisis de quelques individus transformés en vedettes. L'ensemble des extraits provient d'une trentaine d'auteurs, mais Escobar (232 lignes), Bauny (142), Sanchez (51), Diana (51), Lessius (45) et Filiutius (46), soit six auteurs seulement, totalisent quasi les deux tiers des textes cités (567 lignes sur 892, 64 %).

2Disséminé dans le texte, le latin rappelle l'origine à la fois ecclésiastique et savante des livres que Pascal met à la portée des mondains. Occupant 1,6 % de l'ensemble du texte des Provinciales morales, 5,6 % des citations, 7,10 % de celles dont l'original est dans cette langue, il n'est en général pas dissimulé, mais assimilé. "Et les bêtes brutes mêmes, bruta animalia, répète le casuiste, seraient changées en prêtres pour célébrer la messe" (p.108). La reprise de l'expression latine, aisément compréhensible de tout le monde, souligne l'étrangeté de l'idée, comme elle marque ailleurs l'énormité de "la conclusion des conclusions, conclusionum conclusio" (p. 130). Le casuiste a pour rôle de traduire à livre ouvert, avec une aisance suffisante pour qu'on ne s'aperçoive pas qu'il traduit, sauf quand il le souligne lui-même. Chaque apparition du latin est l'occasion d'un effet de style ou d'une mise en valeur du sens.

3Même mauvais latiniste, tout lecteur cultivé apprécie, aussitôt après la traduction française, la concision de l'original de ce passage du père Cellot : le pénitent "tomba sur son cas et y apprit qu'il n'était point obligé à restituer : de sorte que, s'étant déchargé du fardeau de son scrupule, et demeurant toujours chargé du poids de son argent, il s'en retourna bien plus léger en sa maison : abjecta scrupuli sarcina, retento auri pondere, levior domum repetiit." Tout honnête homme sera doublement révolté de relire partiellement en latin l'affirmation scandaleuse qu'il vient de découvrir en français : "Celui qui tue son ennemi n'est pas dit le tuer en trahison, quoique ce soit par derrière ou dans une embûche : licet per insidias, aut a tergo percutiat" (p. 122). A deux reprises, à propos des moines quittant leurs habits pour aller au lupanar et de la différence du prix à payer aux femmes selon qu'elles se prostituent publiquement ou en cachette, pendant deux lignes de la sixième Provinciale et six de la huitième, le casuiste cite le latin sans en donner l'équivalent français, pour des raisons de bienséance. Que le lecteur comprenne le texte ou non, l'absence de traduction le lui désigne comme particulièrement horrible et le confirme dans l'idée que la morale des jésuites est si corrompue qu'on ne peut pas même l'exprimer tout entière dans le langage des honnêtes gens.

  • 1 Sur le texte de Bauny, voir supra , p. 152 et la note.

4A ces divers effets, qui varient au fil des pages, la présence du latin en ajoute un autre, permanent et plus fondamental. Elle authentifie la transcription de tout ce dont le casuiste ne donne pas l'original. En voyant de temps à autre le français à côté du latin, on oublie à quel point le passage d'une langue à une autre fausse aisément le sens d'un texte. Il est licite, selon Bauny, de donner l'absolution aux valets coopérant matériellement aux péchés de leurs maîtres, si id fieret propter temporalem commoditatem ", s'ils le font, traduit le bon Père, "pour leur commodité temporelle " (p. 110). Bien que calquée sur l'original, l'expression reçoit de la langue mondaine une signification trop forte. On dirait que les valets sont autorisés à continuer d'en prendre à leur aise, à jouir des facilités de la vie, alors qu'on leur permet seulement, dans le latin, de garder de quoi vivre. "S'ils le font, signifie le texte, en vue de conserver ce qui leur est nécessaire à la vie de chaque jour", nous dirions le pain quotidien ou le minimum vital. Parce qu'elles sont de Pascal, les traductions du jésuite cherchent moins à dégager le véritable sens du texte que celui qui convient à la thèse générale des Provinciales1.

  • 2 P. 76. Même ambiguïté de traduction dans la douzième Provinciale, p. 218 où l'expression "cela ne (...)
  • 3 Glissement du sens analogue à celui dont l'importance a été montrée à propos de la grâce suffisant (...)

5On le découvre dès la cinquième lettre, dans la présentation de la "doctrine des opinions probables", à l'occasion d'une expression apparemment très anodine. "Et la restriction qu'y apportent certains auteurs ne me plaît pas ", déclare Sanchez. C'est oublier que le placet latin ne marque pas le bon plaisir, mais l'intime conviction2. Il aurait fallu traduire : "je ne partage pas l'avis de certains casuistes sur la restriction que certains auteurs apportent". Le changement de sens est d'autant plus grave que le jésuite reprend bientôt l'expression, en dehors de toute traduction cette fois, dans un passage où il dialogue avec l'enquêteur : "Nous répondons aussi ce qui nous plaît, ou plutôt ce qu'il plaît à ceux qui nous interrogent" (p. 87). Il va même jusqu'à dire : "Il n'y a qu'à suivre l'avis qui agrée le plus". A la faveur d'une traduction qui néglige l'évolution du sens des expressions françaises correspondant mot à mot au latin3, le bon plaisir, domaine des choix capricieux, a pris la place des avis, des opinions motivées entre lesquelles il faut décider selon des options raisonnables et raisonnées.

  • 4 N.1 à la p. 85.

6Ces glissements dans la traduction d'une expression ou d'un passage peuvent être doublés par la manière dont le jésuite garantit de son autorité une interprétation abusive de l'enquêteur. Il lui traduit littéralement le texte d'Escobar sur l'opinion probable, opinion "fondée sur des raisons de quelque considération. D'où il arrive quelquefois qu'un seul docteur fort grave peut rendre une opinion probable" (p. 85). La formulation est très prudente. Elle insiste sur le caractère relativement rare du fait (il arrive, quelquefois) et sur la qualité exceptionnelle du docteur concerné (un docteur fort grave). L'enquêteur néglige tout cela, qui s'écrie, scandalisé : "Et ainsi, un seul docteur peut tourner les consciences et les bouleverser à son gré, et toujours en sûreté." L'éventualité rare s'est transformée en banale possibilité, le docteur a perdu tout le poids de son autorité particulière en la matière controversée. Mieux encore, l'opinion qu'il a soutenue, et qui a peut-être été très sévère et traditionnelle, se transforme nécessairement en un arbitraire bouleversement de la morale. L'interlocuteur du casuiste a manifestement mal compris le texte qu'on vient de lui traduire. Loin de s'en offusquer, le bon Père se contente de répondre : "Il n'en faut pas rire ni penser combattre cette doctrine. Quand les jansénistes l'ont voulu faire, ils ont perdu leur temps. Elle est trop bien établie." A la compréhension tendancieuse de l'enquêteur, le casuiste apporte la fausse garantie de sa compétence de traducteur. "La traduction est littérale", note l'abbé Cognet à propos du texte d'Escobar4. Il aurait fallu ajouter qu'elle ne le demeure pas. La traduction a été aussitôt retraduite de façon à imposer à l'esprit du lecteur une certaine interprétation du texte.

  • 5 N.3 à la p. 86.

7Résultat du dialogue, cette interprétation rejaillit sur la suite du passage. Le casuiste de Pascal y cite Thomas Sanchez, dont l'extrait retenu va dans le même sens que celui d'Escobar (son docteur est "bon et savant", "savant et pieux"). Le lecteur, qui le trouve après le commentaire de l'enquêteur, le perçoit au contraire comme une confirmation de ce que celui-ci vient de dire, comme une nouvelle preuve de la justesse de sa "traduction". Et il ne manque pas de se scandaliser en lisant : "Si le témoignage d'un tel homme est de grand poids pour nous assurer qu'une chose se soit passée, par exemple, à Rome, pourquoi ne le sera-t-il pas de même dans un doute de morale ? (p. 86). "Dans l'ensemble, commente l'abbé Cognet, la traduction est exacte, quoique légèrement modifiée à la fin"5. Cette modification, qui n'est pas innocente, importe moins que le changement de contexte. Sanchez réfléchissait, après beaucoup d'autres, sur les limites de l'autorité et se demandait, de façon traditionnelle, si on pouvait raisonner pareillement dans le domaine des choses humaines et dans celui des choses divines. Il répondait qu'on le pouvait, conformément à l'opinion généralement admise. Débat alors sérieux, que Pascal transforme en raisonnement cocasse : "La plaisante comparaison, s'exclame l'enquêteur, des choses du monde à celles de la conscience." (p. 86). Rien d'étonnant si, pour ridiculiser cette façon de penser, l'auteur des Provinciales a omis le renvoi de Sanchez à saint Thomas, qui "favorise cette opinion-là, où il dit qu'en ce qui concerne les mœurs, on peut suivre l'opinion qu'on tient de la bouche d'un maître". Tout cela n'est que vétille si l'on se place, comme le voudrait Nicole, du point de vue littéraire. Le développement pascalien sur l'opinion probable est terriblement efficace, et sans doute dénonce-t-il, grâce à un effet de grossissement, un danger réellement existant dans les textes mis en cause. Mais Pascal obtient ce résultat, grâce à l'ignorance de ses lecteurs, à partir de méthodes inadmissibles selon les usages traditionnels en théologie. L'imposture est de les utiliser en les masquant derrière la compétence d'un jésuite supposé excellent traducteur et scrupuleux casuiste.

  • 6 P. 177 et p. 180 de l'édition Cognet.

8Ce jésuite ne se contente pas de traduire. Il amalgame des extraits, latins ou français, de ses diverses sources. Traitant dans la dixième Provinciale des conditions de l'absolution, il cite successivement Filiutius, Filiutius d'après Suarez, le père Bauny et de nouveau Filiutius. Il continue avec le père Peteau et revient sept fois à Bauny, auquel il entremêle des passages du père Caussin, de l'Imago et d'Escobar. Non content d'intervertir l'ordre des citations françaises de la Somme des péchés (p. 1090, 1091, 1092 d'abord ; p. 1082 et p. 1089 ensuite; p. 1083 et p. 1084 enfin), il y ajoute des traductions du traité latin de Bauny sur la pénitence, avec des interversions du même genre puisqu'il en tire successivement des textes provenant des questions 15, 22, 15, 14 et 136. Ces mélanges, ces allées et venues à travers des extraits qui diffèrent par leur nature, leur forme et même leur langue, conviennent parfaitement à la réussite littéraire d'un développement organisé selon une progression voulue par Pascal. Ils sont peu compatibles avec un exposé minutieux du mouvement de la pensée d'autrui.

9A l'enquêteur s'étonnant que le confesseur soit, selon Filiutius, obligé de croire le pénitent sur parole à propos de ses dispositions intérieures, le casuiste répond par un passage du père Bauny, "qui a traité cette question à fond dans sa Somme des péchés et qui "conclut que toutes les fois que ceux qui récidivent souvent, sans qu'on y voie aucun amendement, se présentent au confesseur, et lui disent qu'ils ont regret du passé et bon dessein pour l'avenir, il les en doit croire sur ce qu'ils le disent, quoiqu'il soit à présumer telles résolutions ne passer pas le bout des lèvres. Et quoiqu'ils se portent ensuite avec plus de liberté et d'excès que jamais dans les mêmes fautes, on peut néanmoins leur donner l'absolution selon mon opinion" (p. 177). Que reste-t-il du sacrement de pénitence s'il suffit de paroles auxquelles ne croient ni celui qui confesse ni celui qui est confessé ?

  • 7 N.1 à la p. 177. Le texte de Bauny, notamment celui de la "question" 6 sur les signes du regret, e (...)
  • 8 "Etant donné qu'ils sont en l'affaire à la fois les accusateurs, les avocats et les témoins", form (...)

10"Le texte de Pascal, note l'abbé Cognet, n'est pas une citation, mais un centon d'expressions empruntées à Bauny, qui résume exactement sa pensée"7. Ce n'est pas si sûr. L'auteur de la Somme des péchés consacre toute une "question" à détailler les signes auxquels on reconnaît que les pénitents "sont dedans le regret qu'il faut pour pouvoir être absous". Loin d'être mise de côté, la notion de regret est posée comme un préalable nécessaire. Les preuves d'amendement depuis la dernière confession en sont évidemment le meilleur témoignage, et le confesseur, en ce cas, devra "recevoir au sacrement" les pénitents qui les lui rapportent. "Et quand elles manqueraient, continue Bauny, néanmoins on les pourrait absoudre si en effet on les y voyait disposés par le regret desdites fautes, accompagné de résolution de s'en garder à l'avenir avec l'aide de Dieu (Bela, t.I, cas. 39). En quoi l'on les doit croire, s'ils le disent, cum ipsi sint sui accusatores, defensores et testes,8 bien que souvent il est (sic) à présumer telles résolutions ne passer pas le bout des lèvres, comme il arriverait si, nonobstant tout ce qu'ils auraient dit et promis par le passé audit confesseur, ils n'auraient laissé de se porter avec excès et liberté plus grande dedans les mêmes fautes que devant." Malgré l'avis de ceux qui pensent qu'il faudrait, en ce cas, différer l'absolution, le père Bauny conclut : "Ce n'est pas mon opinion, car nonobstant ces si grandes et fréquentes rechutes, le pénitent peut être touché d'un si puissant regret de son crime que le confesseur n'ait sujet avec raison de révoquer en doute s'il se veut amender."

  • 9 Il faudrait plutôt traduire : "bien qu'il ne donne aucune marque extérieure d'amendement", car c'e (...)

11La Somme des péchés est en français. Pascal n'en a pas moins complètement "retraduit" le passage qu'il en a retenu dans sa dixième lettre. Le rapport au temps, capital en ce genre de question, s'y trouve totalement inversé. Le père Bauny ne dit pas qu'il faut absoudre les pénitents même s'ils sont résolus à se porter ensuite dans les mêmes fautes, mais bien qu'ils soient souvent jusque-là retombés dans les mêmes fautes. Le passé ne suffit pas pour préjuger de l'avenir. Il serait tout à fait désespérant de penser qu'avec la grâce de Dieu, promesses et résolutions ne finissent pas quelquefois par être tenues. Ce qui importe, c'est donc la sincérité du regret au moment de la confession. "Ledit pénitent vero proposito affecta, qui se résout aux pieds du prêtre de mettre fin à ses péchés passés, dignus est absolutione toties quoties, mérite d'en recevoir pardon quantumcumque nulla notetur emendatio, bien qu'il ne s'en amende"9. Ce que Bauny soutient, avec presque tous les casuistes, c'est que l'amendement effectif n'est pas la seule preuve de la volonté d'amendement, qui reste le préalable toujours indispensable à l'absolution. Mieux vaut profiter de la confession pour obtenir au moins un éclair de repentir et de bonne résolution que de désespérer le pécheur en refusant de l'absoudre au risque d'en faire un pécheur irrémédiablement endurci. Contrairement à ce qu'insinue Pascal, il n'y a, dans cette façon de faire, aucune place pour la mauvaise foi du pénitent.

12Il n'y en a pas non plus chez le confesseur, même s'il est sans illusion. Il sait que les pécheurs sont souvent plus malades qu'ils ne le croient et qu'ils arrivent rarement à tenir leurs promesses, surtout quand il s'agit de péchés d'habitude. C'est en ce sens qu'il soupçonne "leurs résolutions ne passer pas le bout des lèvres". Mais il ne prétend pas, par cette formule, autoriser l'usage de paroles sans signification. Il ne peut pas absoudre s'il n'est pas sûr de la sincérité, au moins provisoire, des propos de celui qu'il écoute. C'est pourquoi il doit vérifier que le pénitent déteste effectivement son péché : "Si actuellement il y est attaché pendant qu'il se confesse et prétend retourner dedans l'occasion, sa douleur n'est telle que de nom, nullement par effet, parce qu'il n'est moralement pas possible de sérieusement détester son péché qu'on n'ait envie formelle, ou au moins virtuelle, de le fuir à l'avenir."

13Au texte de la Somme des péchés, Pascal ajoute fort habilement un long texte de la Theologia moralis, également de Bauny : "Il y a des auteurs qui disent qu'on doit refuser l'absolution à ceux qui retombent souvent dans les mêmes péchés, et principalement lorsque, après les avoir plusieurs fois absous, il n'en paraît aucun amendement : et d'autres disent que non. Mais la seule véritable opinion est qu'il ne faut point leur refuser l'absolution : et encore qu'ils ne profitent point de tous les avis qu'on leur a souvent donnés, qu'ils n'aient pas gardé les promesses qu'ils ont faites de changer de vie, qu'ils n'aient pas travaillé à se purifier, il n'importe : et quoi qu'en disent les autres, la véritable opinion, et laquelle on doit suivre, est que, même en tous ces cas, on les doit absoudre" (p. 178). La progression est très habile : seule subsiste ici l'absence d'amendement du pénitent, dont on n'entend même plus les résolutions de ne plus retomber dans son péché. L'absolution paraît donnée de façon purement mécanique et comme une sorte d'encouragement à persévérer dans le mal, puisqu'on en obtient automatiquement

  • 10 N.3 à la p. 10. Les textes de Bauny sur l'absolution à ceux qui se trouvent dans l'occasion procha (...)

14le pardon. Mais, contrairement à l'apparence, le casuiste des Provinciales ne traduit pas ici le père Bauny, il en fait une adaptation : "Pascal, note l'abbé Cognet, résume en les réunissant un certain nombre de textes empruntés à un long passage de Bauny." Et d'ajouter : "La pensée de ce dernier est exactement respectée"10. Il n'en est rien. A chaque fois, Bauny a pris soin d'insister sur les dispositions intérieures du pénitent, oubliées au contraire par son traducteur. On ne doit pas, explique l'original, refuser l'absolution à qui, par faiblesse ou autrement, retombe souvent dans le même péché, pourvu que le pécheur soit contrit et qu'il se propose de s'amender à l'avenir ("modo sit contritas, cum proposito emendandi sui in posterum"). On absoudra donc un jeune homme aux nombreuses pollutions volontaires s'il montre "une vraie douleur de ses fautes" et du zèle pour s'en corriger.

15Mais, objecte Bauny, que faut-il faire si le pénitent, malgré de fréquents avertissements, continue à se mal comporter ? S'il ne tient pas ses promesses d'amendement ? S'il ne s'efforce pas de purifier son âme et de s'arracher à ses mauvaises habitudes ? "Certains disent, répond-il, qu'il se montre indigne d'accéder à la grâce de l'absolution. Mais la seule véritable opinion, à laquelle il faut se tenir, est que même alors il ne faut pas lui refuser l'absolution." On reconnaît le texte adapté par Pascal, qui a fort habilement inversé l'ordre du passage en présentant comme des objections auxquelles il refuserait tout intérêt (il n'importe) ce que Bauny avait au contraire mentionné d'abord comme les circonstances de la faute. Pis encore, l'auteur des Provinciales a omis ce qui suivait, sur les sentiments du pécheur, auquel on ne doit pas refuser l'absolution "pourvu que, affligé d'une douleur nécessaire, il vienne se confesser dans le dessein d'une vie meilleure". Seuls cette douleur et ce dessein rendent le pardon possible. Une citation qui omet ces lignes, essentielles chez Bauny et chez les casuistes qu'il représente, ressemble fort à une trahison.

16Pascal attaque la doctrine de Bauny en dénonçant, dans la Somme des péchés, la légèreté des signes de repentir auxquels le confesseur doit se fier, puis leur absence dans sa Theologia moralis. Fausse progression, puisque la doctrine du jésuite est la même dans ses deux ouvrages. Elle n'a en soi rien de scandaleux, car l'Église reconnaît traditionnellement, et saint Thomas avec elle, que "la miséricorde de Dieu surpasse tout nombre et toute grandeur du péché, et par conséquent aux pécheurs, par la pénitence, donne le pardon sans limites." Les rechutes passées ne sont pas en soi une preuve suffisante de non disposition actuelle à l'absolution. L'Église admet également, avec le même docteur, que l'on doit croire ce que dit le pénitent qui, dans la confession, parle à la fois pro et contra, accusateur et avocat en sa propre cause. Le différend, sur ce point, était profond entre les jansénistes et la pratique ordinaire du temps. Don de Dieu, la contrition doit, selon eux, être parfaite. Refusant de se contenter de paroles pour les fautes graves ou en cas de récidives, ils exigent des preuves matérielles de conversion. Ils considèrent les promesses cent fois violées comme autant de supercheries. De l'attitude inverse, ils concluent, à tort, à la mauvaise foi non seulement des pénitents, mais aussi de leurs confesseurs, plus soucieux et plus conscients de la faiblesse de l'homme, plus désireux de ménager en lui l'espoir de progrès, même infimes. Ils oublient que ces adversaires, défenseurs de l'attrition, soutiennent une doctrine qui s'inscrit dans la droite ligne du concile de Trente et qu'ils ne sont pas, tant s'en faut, tous jésuites.

  • 11 Aux démonstrations pesantes du père Nouet succèderont, plus légères et mieux adaptées au monde mai (...)
  • 12 Après avoir noté qu'il y a dans les Provinciales quelques erreurs vénielles de références et que l (...)

17On pourrait multiplier les exemples de cas où, malgré l'exactitude apparente de la citation ou du résumé, la pensée des casuistes a été profondément déformée. Les jésuites n'ont pas manqué de le montrer sur un grand nombre de points précis11. Mais ce genre de démonstration, toujours longue et pesante, ne suscita guère l'intérêt des mondains, amateurs de lettres galantes, et il reste entendu que ces sortes de chicanes sont indignes du chef-d'œuvre pascalien. Dans la droite ligne de ce qu'écrivait Nicole, on continue de taxer de mauvais goût l'examen minutieux d'une question supposée pour toujours résolue dans un sens favorable à Pascal12. Il devrait au contraire être a priori évident que celui-ci ne pouvait citer exactement sans ennuyer les femmes et les cavaliers auxquels il s'adressait, que les extraits qu'il a choisis pour en truffer ses lettres sont des moyens d'en soutenir l'intérêt littéraire autant et plus que des preuves et des documents, et qu'il était conduit, par les nécessités de la polémique, à les placer dans un éclairage favorable à la cause qu'il défendait, forcément différent de celui qu'ils recevaient de leur contexte originel.

  • 13 Supra, p. 96 sq.

18Cette exigence littéraire apparaît plus nettement encore si du contenu des extraits, on passe à la forme que Pascal leur a donnée. Comme ils sont à la base de la démonstration du coupable laxisme des jésuites, il les a retenus comme des preuves, pour leur sens, et la citation littérale aurait été de meilleure méthode. Mais elle n'était guère d'usage de son temps, et l'abondance même des passages d'autrui insérés dans le sien (29 % dans les Provinciales 5 à 10) l'obligeait à les fondre dans son propre texte sous peine de le pulvériser. Des deux options possibles, l'une et l'autre expérimentées dès la quatrième Provincial13, il a le plus habituellement choisi la seule qui lui permettait de conserver à ses lettres une nécessaire unité : réécrire les textes de façon à ce qu'ils se distinguent le moins possible de ses dialogues ou de ses récits. De tant de styles et d'auteurs différents, il a tiré du vrai et beau Pascal. C'est le cas par exemple des textes de Bauny sur les conditions de l'absolution. L'auteur des Provinciales n'a pas joué ici avec la saveur archaïque du texte du jésuite comme il s'était plu à le faire en le citant pour la première fois, à propos des conditions du péché. Dans les lettres morales, l'accent est habituellement mis sur la pensée des jésuites plus que sur son mode d'expression.

  • 14 Entre l'assimilation des textes d'autrui et leur mise en valeur comique, il y a toute une gamme de (...)

19Le rôle du casuiste qui choisit, traduit et présente les textes est donc de les homogénéiser dans une forme moyenne, aisément compréhensible de son interlocuteur et, à travers lui, du grand public. A propos des valets, à la fin de la sixième lettre, on passe sans s'en apercevoir d'un texte de Bauny traduit de son traité latin à un texte également traduit du latin mais figurant cette fois dans son ouvrage français (le jésuite ayant voulu le rendre inaccessible à ceux dont il parlait), puis à la suite du même texte de la Somme des péchés, reproduisant mot à mot l'original dans sa première moitié et le résumant dans la seconde. Conserver toutes ces nuances aurait rendu les lettres ridicules ou illisibles. Elles n'en avaient pas moins leur importance chez les casuistes. Parce que l'auteur des Provinciales ne s'adresse pas à des spécialistes et qu'il doit donner une forme séduisante à sa démonstration, il est obligé de simplifier, de clarifier, de transformer l'expression de ceux qu'il prétend citer. Il les trahit nécessairement en les rendant semblables à lui14.

20Il ne les trahit pas moins quand, sur ce fond d'homogénéité, il se permet quelques écarts dont, à l'aide de quelques citations exactes, il tire les meilleurs effets littéraires. Avant même d'avoir fait connaissance avec le professeur de casuistique, on découvre collectivement les jésuites organisés dans leur célèbre Compagnie. Le janséniste de la cinquième Provinciale montre plaisamment à son interlocuteur comment ils se sont eux-mêmes représentés. Il traduit quasi mot à mot de brefs passages de l'Imago primi saeculi, magnifique in-folio publié par les Pères à l'occasion du centenaire de leur fondation. Jouant sur le décalage entre le goût baroque auquel cet ouvrage répond et le goût classique qui est en train de se former, Pascal se moque de cet adversaire qui chante hyperboliquement et métaphoriquement sa propre gloire. Entre jésuites et jansénistes, l'opposition littéraire n'est pas moins grande que l'opposition doctrinale. Avant d'être condamnés pour leur morale, les bons Pères sont déconsidérés pour leur outrance et leur mauvais goût, ce qui est peut-être pire aux yeux des mondains auxquels s'adressent les Provinciales. Malgré le sérieux de leur projet, les lettres sur la morale demeurent des lettres galantes, qui agissent en amusant le lecteur. En initiant l'enquêteur aux manières des jésuites, le janséniste ridiculise d'emblée ces "hommes éminents en doctrine et en sagesse", comme ils s'appellent, mais au style suranné.

21La présentation d'Escobar commence de même par la présentation de sa manière d'écrire. "Il fait, dans la préface, rappelle le casuiste, une allégorie de ce livre à celui de l'Apocalypse qui était scellé de sept sceaux. Et il dit que Jésus l'offre ainsi scellé aux quatre animaux, Suarez, Vasquez, Molina, Valentia, en présence de vingt-quatre jésuites qui représentent les vingt-quatre vieillards" (p.80-81). Le casuiste, souligne l'enquêteur, "lut toute cette allégorie qu'il trouvait bien juste, et par où il me donnait une grande idée de l'excellence de cet ouvrage". Au moment où se forme le goût classique, le lecteur des Provinciales ne manque pas de trouver bizarre la métaphore dont se réjouit le jésuite formé par le baroque cher à son ordre. A la différence de doctrine s'ajoute une différence de goût dont Pascal sait jouer à l'occasion.

22Il en joue notamment au début de la neuvième lettre. Le jésuite s'empresse auprès de l'enquêteur, et après lui avoir lu quatre lignes : "Ce sont les premières paroles d'un beau livre du père Barry de notre Société." Le jugement littéraire (un beau livre) l'emporte sur le jugement moral (un bon livre). Le Paradis ouvert à Philagie n'est ni l'un ni l'autre selon Pascal, qui en ridiculise la forme avant d'en vilipender la doctrine. "Qui vous ouvrirait le paradis, lit complaisamment son casuiste, ne vous obligerait-il pas parfaitement ? Ne donneriez-vous pas les millions d'or pour en avoir une clef, et entrer dedans quand bon vous semblerait ? Il ne faut point entrer en de si grands frais ; en voici une, voire cent, à meilleur compte " (p. 153). Egrenant pendant quatre pages des extraits du père Barry, Pascal y moque la façon dont est reprise avec outrance et mauvais goût cette image de la clé pour vanter de curieuses dévotions qui procurent "les bonnes grâces de Marie" (p. 153-157). Autant que l'idée, c'est le style qui est soumis à la critique du lecteur.

23On oublie que, pour les besoins de la cause janséniste, un auteur d'ouvrages de piété populaire, qui a connu un grand succès et maintes rééditions, se trouve confondu et amalgamé avec ceux des traités de casuistique. D'un livre dont le but était d'encourager la dévotion, tous les genres de dévotion, notamment à la Vierge Marie, on donne grâce à quelques extraits bien choisis, non l'image d'une bonne volonté quelquefois maladroite s'exprimant dans une forme désuète (celle qui convenait sans doute encore au public simple auquel Barry s'adressait, en retard par rapport au goût des élites), mais l'idée d'un dessein pervers et d'une trompeuse facilité exprimés dans un style dévalorisant la religion. Ce double jeu, sur la forme et sur le fond, apparaît pleinement dans la double citation du père Binet, puis du père Barry, sur l'efficacité des dévotions à la Vierge. "Qu'importe, avait dit le premier, par où nous entrions dans le Paradis, moyennant que nous y entrions ?" La citation du second n'ajoute rien, que la saveur comique d'une forme démodée : "Soit de bond ou de volée, que nous en chaut-il, pourvu que nous prenions la ville de gloire ?"

24Rien de plus facile à manipuler que la citation. Insérée dans un nouveau contexte, elle peut trahir la pensée de son auteur aussi bien en étant formellement respectée que pour avoir été infidèlement remaniée ou traduite. Maître d'œuvre de la présentation de la casuistique, le jésuite de Pascal autorise de sa compétence et de son goût tous les amalgames et toutes les trahisons. Placé là pour garantir la forme aussi bien que le fond de ceux qu'il cite avec admiration, il joue parfaitement son rôle à contresens. Contrairement à ce que Pascal réussit à faire croire au lecteur qui n'y prend pas garde, il n'est pas le fidèle reflet des livres qu'il divulgue dans le public, mais l'instrument docile des volontés de l'auteur des Provinciales, le moyen de ses impostures.

Notes

1 Sur le texte de Bauny, voir supra , p. 152 et la note.

2 P. 76. Même ambiguïté de traduction dans la douzième Provinciale, p. 218 où l'expression "cela ne me plaît pas" se trouve soulignée par la typographie.

3 Glissement du sens analogue à celui dont l'importance a été montrée à propos de la grâce suffisante, supra , p. 69.

4 N.1 à la p. 85.

5 N.3 à la p. 86.

6 P. 177 et p. 180 de l'édition Cognet.

7 N.1 à la p. 177. Le texte de Bauny, notamment celui de la "question" 6 sur les signes du regret, est reproduit dans les Oeuvres (GEF), t.V, p. 235-237.

8 "Etant donné qu'ils sont en l'affaire à la fois les accusateurs, les avocats et les témoins", formule consacrée pour marquer la situation originale du pécheur au tribunal de la pénitence.

9 Il faudrait plutôt traduire : "bien qu'il ne donne aucune marque extérieure d'amendement", car c'est du décalage entre la volonté de ne plus pécher (la résolution vraie dans l'âme) et l'absence d'amendements manifestes que résulte la doctrine exprimée par Bauny.

10 N.3 à la p. 10. Les textes de Bauny sur l'absolution à ceux qui se trouvent dans l'occasion prochaine de pécher sont partiellement reproduits dans les Œuvres (GEF), t. V, p. 229-233. Voir particulièrement les "doutes" n° 2 et 5 sur les habitudinaires.

11 Aux démonstrations pesantes du père Nouet succèderont, plus légères et mieux adaptées au monde mais tardives, les réfutations du père Daniel dans les Entretiens de Cléandre et d'Eudoxe (1694). Son argumentation vaut bien celle des Provinciales, mais son livre n'en eut pas l'audience, faute d'avoir les mêmes qualités littéraires.

12 Après avoir noté qu'il y a dans les Provinciales quelques erreurs vénielles de références et que le texte des casuistes a été littérairement amélioré, G. Ferreyrolles note : "La seule question est de savoir si Pascal a respecté le sens originel des passages qu'il dénonce : or c'est ce que, à deux ou trois exceptions près, on ne peut pas lui contester", op. cit. , p.34. C'est le contraire qu'il faudrait dire. Même quand Pascal cite en respectant la lettre du texte, il en modifie quasi toujours le sens originel en le plaçant dans un contexte qui en change l'esprit. La seule excuse des Provinciales (intérêt littéraire mis à part) vient de ce que, comme souvent dans les débats polémiques, à partir d'une foule de mauvaises querelles, leur auteur ouvre des débats essentiels et oblige tout le monde, ceux qu'il défend comme ceux qu'il attaque, à s'interroger sur des évidences qui, grâce à lui, apparaîtront ensuite fausses ou dépassées.

13 Supra, p. 96 sq.

14 Entre l'assimilation des textes d'autrui et leur mise en valeur comique, il y a toute une gamme de possibilités, dont Pascal joue parfaitement. Dans le passage sur les domestiques, on reconnaît un instant la façon d'écrire de Bauny en voyant les valets "croître" d'eux-mêmes leurs gages "en se garnissant les mains" (p.110). Clin d'œil complice au lecteur de la quatrième lettre, qui connaît le style du jésuite, l'expression retenue sert aussi à authentifier l'ensemble du texte rapporté.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540