Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

La grande méthode de la direction d'intention

Texte intégral

1Les casuistes jésuites ne manquent pas de moyens pour aider leurs pénitents à tourner la loi. Aux "opinions probables" s'ajoutent, dans la sixième lettre, "l'interprétation" du sens des mots et "la remarque des circonstances favorables " (p.96, 98). La septième Provinciale lance une nouvelle expression : la direction d'intention. Direction apparaît sept fois dans cette lettre, et onze fois les diverses formes du verbe diriger. Quant au mot intention, apparu seulement dans la sixième lettre où il est utilisé deux fois, il l'est cinquante dans les six Provinciales morales, dont trente et une dans la septième. Comme pour les opinions probables des cinquième et sixième lettres, il s'agit bien, dans la septième, de ce qu'on appellerait maintenant un matraquage publicitaire : tout l'espace se trouve brusquement occupé par une expression-clé qui s'imposera à la mémoire du lecteur à la manière des slogans d'aujourd'hui. Pascal a compris la nécessité de renouveler les centres d'intérêt : au dénigrement des opinions probables succède la campagne contre la direction d'intention.

2L'auteur souligne lui-même la continuité de son propos à travers le changement de cible. Pour "conserver tout ensemble deux choses aussi opposées en apparence que la piété et l'honneur", la Compagnie a trouvé "ce principe merveilleux". C'est, explique le casuiste, "notre grande méthode de diriger l'intention, dont l'importance est telle dans notre morale, que j'oserais quasi la comparer à la doctrine de la probabilité" (p. 115). Et comme pour celle-ci en effet, il ne se contente pas d'énoncer quelques décisions portant sur des points particuliers, il annonce une théorie, reposant sur un "principe". Il l'illustre aussitôt en renvoyant à des cas - les valets, les simoniaques - dont il s'est précédemment servi. Il la développe sur un nouvel exemple, particulièrement scandaleux. "Mais je veux maintenant vous faire voir cette grande méthode dans tout son lustre sur le sujet de l'homicide, qu'elle justifie en mille rencontres, afin que vous jugiez par un tel effet tout ce qu'elle est capable de produire" (p. 116). Nul doute après cela qu'il y ait chez les jésuites non seulement volonté de tout excuser, mais construction consciente et volontaire d'un système cohérent afin d'y parvenir en toutes circonstances.

3L'exposé de cette construction en entraîne la ruine. Il suffit de la rapporter pour la ridiculiser. En l'énonçant sérieusement sans s'apercevoir de l'énormité de son propos, le casuiste aboutit à un irrésistible effet d'humour : "Car, pour vous témoigner que nous ne permettons pas tout, sachez que, par exemple, nous ne souffrons jamais d'avoir l'intention formelle de pécher pour le seul dessein de pécher ; et que quiconque s'obstine à n'avoir point d'autre fin dans le mal que le mal même, nous rompons avec lui ; cela est diabolique : voilà qui est sans exception d'âge, de sexe, de qualité " (p.116). L'exception posée par le jésuite semble de pure forme et, par conséquent, absurde : qui serait assez vicieux pour faire le mal pour le mal ? Tout le monde se précipite dans les nouvelles facilités : "Quand nous ne pouvons pas empêcher l'action, nous purifions au moins l'intention ; et ainsi nous corrigeons le vice du moyen par la pureté de la fin".

  • 1 Voir l'article Intention du Dictionnaire de Théologie catholique.

4Pascal reprend ici, en le simplifiant à l'extrême, un vieux et important débat sur la place de l'intention dans l'action morale. Faut-il imputer à péché une faute commise par un homme qui n'a pas eu l'intention de la commettre ? Ne lui doit-on pas au moins des circonstances atténuantes ? Idées qui paraissent aujourd'hui de simple bon sens, mais dont Pascal nous fait rire en les présentant sous une autre forme. Idées qui alors n'allaient pas de soi. Considérée comme seconde par rapport à l'action, la qualité de l'intention est déterminée par la qualité de cette action. Elle sera bonne ou mauvaise selon que l'acte est, en soi, bon ou mauvais. Elle ne pourra intervenir et déterminer à son tour la nature de l'action que dans le cas d'actes indifférents1. Cela suppose que le sujet connaisse la nature de ses actes et la vérité sur ses mobiles. Les jansénistes s'opposaient aux jésuites sur les deux points. Ils admettaient l'existence d'une ignorance invincible du droit naturel que leurs adversaires refusaient. Ils croyaient à la possibilité pour chacun de connaître ses raisons d'agir, alors que leurs contempteurs affirmaient volontiers qu'elles sont inaccessibles et que Dieu seul sait ce qui seul importe : la présence ou l'absence de la charité comme source et principe de notre conduite. Il existait donc bien, sur le rôle et la place de l'intention, un problème délicat qui aurait pu être l'occasion d'un débat difficile et précis.

5Pascal a préféré s'en prendre à la façon dont les jésuites auraient mis en place un savant mécanisme pour excuser tous les péchés. D'emblée, il en pervertit le mode d'emploi. L'expression qu'il utilise, la "direction d'intention", est caractéristique à cet égard. Elle suppose une action à venir alors qu'il est au contraire question de savoir comment l'intention du sujet était effectivement dirigée au moment d'un acte accompli. Les Provinciales placent le casuiste dans la situation de l'avocat qui expliquerait à un malfaiteur comment utiliser le code à son profit pour exécuter un mauvais coup avec le minimum de risques ; il est seulement le conseiller du juge (le confesseur), qui doit tenir compte de tous les éléments d'un geste passé afin de déterminer aussi précisément que possible la nature et la gravité de ce geste. On peut sourire des précisions données par exemple sur la quantité d'argent qu'il faut avoir volé pour que, de véniel, le péché devienne mortel. Elles sont de même nature que celles qui décident aujourd'hui si un prévenu est coupable d'un délit ou d'un crime, et doit en conséquence être jugé en correctionnelle ou aux assises. Si perversion il y avait, elle était dans le fait d'avoir introduit dans la confession les minuties de l'esprit juridique et d'avoir oublié que l'essentiel était, comme le rappellent les jansénistes, dans l'absence ou dans la présence de la charité, c'est-à-dire de l'amour de Dieu. Mais on avait voulu, contre la Réforme, conserver la nécessité de la médiation de l'Église entre Dieu et le pénitent. Dans leurs sommes des péchés et dans leurs manuels pratiques de théologie morale, les jésuites, comme les autres ordres, allaient dans le sens du concile de Trente, qui avait insisté sur l'importance du tribunal de la pénitence. Il valait la peine de montrer le danger et les excès des recueils de décisions qui en consignaient la jurisprudence. Il était injuste de ne pas les replacer dans leur contexte, d'en faire une sorte de domaine réservé à la Compagnie de Jésus et de les présenter comme des instruments systématiques d'une volontaire domination des consciences.

6On chercherait en vain chez les casuistes une présentation cohérente d'une "méthode de la direction d'intention" analogue à celle qu'expose le jésuite de Pascal. Même l'expression "direction d'intention" ne leur est pas familière. On ne la trouve pas chez le père Bauny, que Pascal présente comme un de ses champions. L'auteur de la Somme des péchés étudie les intentions, bonnes ou mauvaises, comme des faits qui, dans certains cas, rendent le pénitent plus ou moins coupable. Il ne s'agit pas de l'aider à tricher avec soi-même ni de lui permettre d'agir mal en refusant de le savoir, mais de replacer l'action dans un ensemble psychologique et moral. Et le vrai débat, entre jésuites et jansénistes, porterait à plus juste titre sur l'extension par les premiers du domaine des actions indifférentes, dans lesquelles il faut considérer l'intention, que sur une utilisation pernicieuse de cette notion.

  • 2 Le texte de Bauny est cité dans la Théologie morale d'Arnauld, p. 15. Sur les diverses versions de (...)

7On le voit bien en se reportant à la source de l'exemple donné dans la septième lettre : "Lorsque je vous ai fait entendre comment les valets peuvent en conscience faire de certains messages fâcheux, n'avez-vous pas pris garde, dit le casuiste, que c'était en détournant leur intention du mal dont ils sont les entremetteurs pour la porter au gain qu'il leur en revient ? Voilà ce que c'est que diriger l'intention " (p. 116). Pascal avait en effet résumé, dans la sixième lettre, ce que le père Bauny avait écrit dans la première édition de sa Somme des péchés (1634) : "Que les confesseurs remarquent bien qu'on ne peut absoudre les valets qui font des messages déshonnêtes, s'ils consentent aux péchés de leurs maîtres ; mais il faut dire le contraire, s'ils le font pour leur commodité temporelle " (p.110). Reprochant aux jésuites de permettre "aux valets et aux servantes de servir d'instruments aux débauches de leurs maîtres et maîtresses", Arnauld avait plus exactement cité le texte : "Bauny soutient qu'un valet ou une servante peuvent porter des poulets, donner des assignations et entretenir tout le reste de ces mauvaises pratiques pourvu qu'en cela ils ne regardent que leur commodité temporelle, modo id fiat propter temporalem commoditatem"2. Nulle mention, dans ces deux passages, d'intention à diriger, mais d'intention à constater. Cela reste clairement visible dans la version des Provinciales, puisqu' il y est explicitement question d'absoudre, et donc d'une faute déjà commise.

8Mais Pascal avait habilement introduit la direction d'intention avant de citer le texte, dans la présentation qu'en fait son casuiste : "Notre père Bauny a encore bien appris aux valets à rendre tous ces devoirs-là innocemment à leurs maîtres, en faisant qu'ils portent leur intention, non pas aux péchés dont ils sont les entremetteurs, mais seulement au gain qu'il leur en revient" (p.110). On dirait que le jésuite a voulu "apprendre" aux domestiques une méthode commode pour agir sans péché. Il avait, au contraire, pris soin de rédiger en latin ce passage délicat : "Voilà, explique-t-il, en reprenant le français, les choses que j'ai jugées devoir être insérées en ce lieu, et ce en langue non vulgaire, crainte que sues et connues du menu peuple, elles ne lui baillassent sujet de quelque liberté non louable." L'auteur de la Somme des péchés ne cherche donc pas à donner au pénitent une recette pour effacer sa faute comme par magie, mais au confesseur, auquel il s'adresse seul, un élément dont il doit tenir compte pour décider de l'existence ou de l'absence de péché selon l'état d'esprit de son pénitent pendant l'action.

9Quand Bauny traduira le texte en français, dans l'édition de 1646, il adoucira l'expression afin de ne pas risquer le scandale : "Si les valets peuvent être absous, qui servent à leurs maîtres et maîtresses en choses dont ils savent qu'ils abusent à leur ruine ? - Les valets qui consentent aux péchés de leurs maîtres et s'y plaisent pèchent comme eux. Ceux qui les servent en choses de soi indifférentes, que lesdits maîtres rendent mauvaises par le mauvais usage qu'ils en font, sont excusables et exempts de crimes." La pensée reste la même : le péché consiste dans l'acceptation du péché, non dans l'acte lui-même, à condition toutefois qu'il s'agisse d'actions indifférentes. Puisque ce n'est pas en soi une faute de porter des lettres, le valet ne commet pas de péché en portant celle que lui confie son maître, même s'il sait qu'elle donne un rendez-vous galant et qu'elle précède un adultère, dès lors qu'il ne se complaît pas dans son geste. Il suffit de songer à Sganarelle et à la façon dont il participe aux séductions de Don Juan pour comprendre que le problème n'est pas théorique. Pascal ironise à tort sur ce consentement au péché pour le péché, sur le plaisir qu'on peut trouver à faire le mal par l'intermédiaire d'autrui. Distinguer le port d'une lettre de l'état d'esprit dans lequel il a été fait et vérifier si le domestique s'est borné ou non à la simple obéissance n'est pas de la vaine casuistique, encore moins de la direction d'intention, mais le seul moyen pour le confesseur de décider s'il y a eu ou non péché de sa part.

  • 3 Et que d'ailleurs ils n'incitent ni n'aident directement au péché.

10A l'exemple du valet portant le poulet galant de son maître, Bauny en associe un autre, celui du cuisinier dont on demande s'il est ou non responsable de ce qui pourra se passer pendant le repas qu'il prépare, si d'aventure il dégénère en orgie. Il ne l'est pas, répond le casuiste, puisque son service porte sur une matière de soi indifférente. "De ce principe, explique-t-il, on infère que ceux et celles que la fortune assujettit aux volontés d'autrui en qualité de serviteurs peuvent apporter à boire et à manger à leurs maîtres et maîtresses, quoique probablement d'autres y dussent prendre part qui n'ont leur conversation qu'à très mauvaise fin. D'autant que les services de ces gens ne s'y rapportent point, et que d'ailleurs non inducunt nec juvant directe peccatum"3. Ceux que leur condition sociale assujettit à la volonté d'autrui ont le droit de conserver leurs moyens de subsistance, du moment que les ordres qu'ils reçoivent ne les obligent pas à faire des actes mauvais en eux-mêmes. Cette fois encore, Bauny ne parle pas d'une méthode à suivre ; il tire les conséquences d'une situation. Il ne conseille pas au domestique de porter son intention ici ou là, il conseille au confesseur d'examiner si le domestique s'est ou non comporté dans un esprit de complicité. Il n'oublie pas que celui qui n'obéit pas risque d'être renvoyé et de perdre ainsi le vivre et le couvert. Cette contrainte seule justifie la prise en compte de l'intention, qui ne joue plus le même rôle quand les valets et gens de maison ont la possibilité d'abandonner le maître qui leur fait commettre, en vue de ses péchés, les actes moralement neutres dont il vient d'être question : "S'ils pouvaient, lit-on dans la Somme des péchés, sans intérêt notable de leur commodité temporelle, s'en dispenser, il les y faudrait convier. "

11La position d'Etienne Bauny est donc nuancée et, en fin de compte, plus prudente que celle que l'on trouve par exemple dans la Lettre écrite à une personne de condition au sujet de celles que les jansénistes publient contre les jésuites, qui rappelle en quels termes, selon le pasteur Dumoulin, certains casuistes posaient tout crûment la question : "La servante d'une putain publique ne pèche point mortellement quand elle ouvre la porte aux hommes, ou porte les billets, ou accoutre le lit, parce qu'en cela elle n'a d'autre fin que de gagner sa vie." Telle est en effet la question : où est la limite des actes permis pour assurer sa subsistance ? Participe-t-on aux péchés de son employeur si on en facilite l'exercice par des actes matériels en principe neutres ? Ce ne sont pas là, comme Pascal essaie de le faire croire, de faux problèmes que les jésuites résoudraient avec légèreté. Condamner le domestique n'est pas une solution : sans ressources, il risque de se perdre bien davantage. Toute dépendance économique est susceptible de susciter ainsi de difficiles cas de conscience.

  • 4 Op.cit. p.45.

12Pascal revient, dans la neuvième Provinciale, sur la direction d'intention et sur les facilités qu'elle apporte "pour le commerce du monde". Elle excuse notamment "certaines petites privautés" entre les sexes et l'impudeur des femmes que leur parure transforme en tentatrices. Si elles le font "sans mauvaise intention, mais seulement pour l'inclination naturelle qu'on a à la vanité", c'est au plus un péché véniel selon Escobar, et le père Bauny va jusqu'à prétendre "que bien que la femme eût connaissance du mauvais effet que sa diligence à se parer opérerait et au corps et en l'âme de ceux qui la contempleraient ornée de riches et précieux habits, qu'elle ne pècherait néanmoins en s'en servant (p.167). Arnauld avait lui aussi relevé ce texte de la Somme des péchés dans sa Théologie morale des jésuites : "Ils ne trouvent, écrit-il, aucun péché à une femme qui se pare avec une curiosité excessive encore qu'elle ait connaissance du mauvais effet que sa diligence à se parer opérerait et au corps et en l'âme de ceux qui la contempleraient ornée de riches et précieux habits, pourvu qu'elle n'ait pas formellement intention de les porter au mal, méprisant ainsi les oracles de deux princes des apôtres qui défendent si expressément aux femmes chrétiennes de rechercher ces vains ornements"4. A Bauny et à Escobar, les Provinciales objectent pareillement : Mais, mon Père, que répondent donc vos auteurs aux passages de l'Écriture, qui parlent avec tant de véhémence contre les moindres choses de cette sorte ?"

13Ni Arnauld, ni Pascal ne tiennent compte de ce qui, dans la Somme des péchés, précède immédiatement ce qu'ils rapportent: "La femme qui s'attife et s'agence pour plaire à son mari n'en doit être blâmée, non plus que quand elle le fait pour satisfaire à la coutume de son pays et n'être pas en cela dissemblable à celles de son sexe, qu'on n'a coutume de blâmer pour ne se pas trop négliger". C'est de cette femme-là que parle Bauny dans le passage incriminé ("ladite femme", dit-il), non de la femme en général. Il y a, selon lui, une limite de décence fondée sur la coutume du pays, car la mode et les bienséances dépendent des temps et des lieux. Il fait confiance à l'usage. Mais il condamne ensuite sévèrement "celles qui passent la modestie, le devoir, et comme pour ainsi dire la nécessité de bienséance en leurs habits pour ce qu'elles y recherchent des curiosités peu sortables à leurs états". Et il déclare plus sévèrement encore "péchés honteux et mortels" ceux de la femme qui a "usé d'habits attirant à luxure" ou qui a "découvert sa poitrine" ou "son sein pour exciter à concupiscence charnelle". Et Bauny cite lui-même, à cette occasion, les textes de l'Ecriture auxquels renverront ses ennemis.

  • 5 Chapitre XLVI, p. 1094.

14Il y a les usages sociaux et il y a les intentions. Les casuistes se refusent à poser des règles absolues dans tout ce qui touche aux premiers, les règles en ce domaine ne pouvant être universelles et immuables. Il suffit d'éviter la provocation ou le scandale : "Pour obvier aux offenses d'autrui, la femme n'est tenue de se priver de ce que les lois du pays et de la nature lui permettent." A l'idée d'une bienséance historiquement et géographiquement définie par la coutume et le pays, Bauny ajoute l'idée d'une bienséance qui correspond aux réalités physiologiques de la femme ("les lois de la nature"). Et c'est en ce sens qu'il conclut "qu'encore qu'en la voyant ornée plus qu'à l'accoutumée quelques-uns en dussent prendre matière à péché, qu'elle n'en est néanmoins cause, d'autant que les effets qui ne sont attachés à nos œuvres ainsi qu'en la cause de leur être, mais fortuitement en résultent ne nous tournent à blâme ni ne sont imputés à péché"5. Ce qui apparaît chez Pascal comme une méthode destinée à tout permettre n'est qu'une permission de respecter les bienséances définies par le temps, le lieu et le sexe. Encore faut-il ne pas pervertir ces données en les utilisant dans "une intention impure".

15Les exemples des valets et de la parure vont dans le même sens : le père Bauny tient compte des circonstances, qu'elles résultent de la structure de la société, des us et des coutumes d'un pays ou de la "nature" d'un sexe. Il relativise la morale, et l'on peut, selon le point de vue adopté, l'en féliciter pour son ouverture d'esprit ou l'en blâmer pour son laxisme. Les Provinciales auraient pu ouvrir un débat sur ce point. Mais il est en revanche évident que l'auteur de la Somme des péchés ne propose aucune "grande méthode pour diriger l'intention". Pascal s'est trompé de cible en le prenant plusieurs fois pour exemple à ce sujet. Et sans doute faudrait-il raisonner de façon analogue pour les autres casuistes cités à l'appui de la thèse qu'il défend. En se reportant aux textes originaux, on s'aperçoit que les décisions les plus inattendues et les plus scandaleuses, celles par exemple qui concernent l'homicide dans la sixième lettre, n'y sont excusées qu'en fonction de multiples circonstances de temps, de lieu et de personne. Ces circonstances y ont en général autant ou plus de part que l'intention, dans l'idée que ces deux éléments définissent conjointement l'action et en limitent souvent la responsabilité. La meilleure preuve qu'il n'y a pas, chez ces casuistes, une "doctrine" de l'intention, c'est que ce mot n'apparaît d'ordinaire que dans la traduction de Pascal, qui le déduit d'un ut ou d'un ad latin marquant les conditions extérieures de l'acte bien plutôt que l'état intérieur de la conscience en train de sécréter une mauvaise foi salvatrice.

16Sorties de leur contexte et des précisions qui les entourent, les décisions des casuistes prennent aisément une allure scandaleuse, qu'elles ont et n'ont pas à la fois. Elles l'ont quand on les compare aux exigences absolues d'un christianisme conçu comme un élan vers Dieu consécutif à la grâce, comme un irrésistible mouvement de charité, comme une transformation subite du vieil homme en homme nouveau. Elles ne l'ont pas dans le système juridique qui les a vu naître et dans le souci légitime de leurs auteurs de ne juger le pénitent qu'en fonction de tout ce qui entoure son action. On retrouve, à propos de l'intention, ou plutôt de la place à donner en général aux circonstances de l'action et aux dispositions intérieures du pénitent, la même opposition fondamentale qu'au sujet de la grâce actuelle. Il y a d'un côté un catholicisme vécu dans le monde, qui en accepte les contraintes et en reconnaît les impuretés ; même s'il ne les justifie pas, il en tient compte dès qu'il s'agit d'apprécier les actions individuelles. Et il y a, d'un autre côté, un catholicisme qui favorise la solitude, la retraite, la fuite et qui condamne les compromis, oubliant volontiers que cette attitude est loin d'être possible pour tout un chacun.

17Chez ceux qui adhèrent à ce catholicisme, on rappelle volontiers les rigueurs d'une loi dont la parfaite observation reste subordonnée à l'obtention d'une grâce divine. Les autres préfèrent inciter à appliquer la loi en l'adaptant aux circonstances. Ils en soulignent la facilité, quitte à inviter ensuite à un lent perfectionnement. Puisque Dieu donne à tous une grâce suffisante, chacun doit en profiter pour en faire son salut, même mesquinement. D'où l'importance, chez les jésuites et chez presque tous les casuistes, non d'une méthode pour diriger l'intention, mais pour définir minutieusement la responsabilité individuelle et formuler sur elle un jugement objectif de culpabilité ou de non culpabilité fondé sur les conditions de l'action. Cette attitude suppose une certaine confiance chez l'homme, défini comme liberté au sein même des contraintes de la vie en société et même dans l'assujettissement à autrui comme domestique. Elle apparaît absurde et scandaleuse si l'on croit la nature irrémédiablement corrompue et la connaissance de soi et de ses mobiles radicalement impossible.

18Il y avait, entre jansénistes et jésuites, un débat de fond : admettre la casuistique, c'est-à-dire l'existence d'un code destiné à apprécier la gravité des péchés, c'est substituer à Dieu, qui seul sonde les reins et les cœurs, des juges qui n'ont que leur raison pour décider de la nature des actions humaines. Il s'y ajoutait une question pratique. A supposer que cette appréciation fût possible au tribunal de la pénitence, elle comportait un danger : à force de tenir compte des circonstances et des usages, on finit par oublier l'essentiel de la foi chrétienne, réduite par le laxisme à l'étroitesse d'une pratique sans âme. Négligeant le débat de fond, les Provinciales ont vigoureusement et utilement mis en lumière cette perversion. Leur imposture est d'avoir, pour les besoins de la lutte contre la Compagnie de Jésus, présenté comme un but concerté ce qui n'était qu'une déviation involontaire. Elle est surtout d'avoir en conséquence inventé une prétendue méthode de la Compagnie pour diriger l'intention, alors que ses casuistes, comme ceux des autres ordres, avaient parfois le tort (et quelquefois raison) de donner tout leur poids aux exigences du monde. Il fallait à Pascal, pour organiser sa matière, quelques idées simples et fortes, faciles à comprendre, vite gravées dans les mémoires. A la complexité des problèmes soulevés par la casuistique, il a préféré l'efficacité d'une construction littéraire. La prétendue méthode de la direction d'intention présentait l'immense avantage d'offrir un moyen commode de regrouper et d'exposer galamment des cas de conscience pittoresques. Malgré la place occupée dans les Provinciales morales par tant de citations et d'exemples concrets, la fiction y envahit la réalité tout autant qu'elle l'avait remplacée dans les Provinciales sur la grâce.

Notes

1 Voir l'article Intention du Dictionnaire de Théologie catholique.

2 Le texte de Bauny est cité dans la Théologie morale d'Arnauld, p. 15. Sur les diverses versions de ce passage, voir, dans l'édition Cognet, la note 1 à la page 110. Elles sont reproduites dans les Œuvres de Pascal (GEF, t. V, p. 16-18).

3 Et que d'ailleurs ils n'incitent ni n'aident directement au péché.

4 Op.cit. p.45.

5 Chapitre XLVI, p. 1094.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540