Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

La doctrine des opinions probables

Texte intégral

  • 1 Op.cit.. p.12.

1Le janséniste, dans sa leçon préalable aux Provinciales morales, dénonce l'importance de la "doctrine des opinions probables", source et base, selon lui, du "dérèglement" grâce auquel les jésuites se sont "répandus par toute la terre" (p.78). Introduit chez le casuiste, l'enquêteur est "ravi" de le voir "tomber dans ce qu'[il] souhaitait" quand, après avoir traité du jeûne et des occasions prochaines de péché, il lui annonce enfin le secret de sa Compagnie :"Je vois bien , [lui] dit le bon Père, que vous ne savez pas ce que c'est que la doctrine des opinions probables, vous parleriez autrement si vous le saviez [...]. C'est le fondement et l'ABC de toute notre morale" (p. 85). On lit encore, dans un livre tout récent : "Si on cherche l'élément qui a introduit le laxisme dans la casuistique jésuite, on pourra aisément l'identifier dans la doctrine du probabilisme", et l'auteur, G. Ferreyrolles, de citer comme une vérité établie la pseudo-confidence du jésuite de la cinquième lettre1.

2Nulle trace dans les quatre premières Provinciales d'une quelconque doctrine des opinions probables ni même de l'adjectif probable ou du nom probabilité. Ils envahissent le texte en même temps que les jésuites et leur casuistique : on les trouve 86 fois dans les quatorze dernières lettres, dont 67 avant la onzième, les occurrences étant surtout groupées dans les cinquième et sixième Provinciales où ils sont répétés 54 fois. Les développements correspondants y occupent 165 et 133 lignes, le tiers final de l'une et près du quart de l'autre - tout son début. Après ce double développement, que la succession des lettres rend continu, il suffira de procéder par allusion. Le réflexe est créé : les jésuites sont devenus les champions de la probabilité, inventée à seule fin de pervertir la morale que l'Église avait reçue de l'Ecriture et des Pères.

  • 2 Voir notamment les colonnes 430 à 530.

3A "l'entrée" de son livre, remarque admirativement le casuiste, Diana a énuméré 296 garants, "dont le plus ancien est depuis quatre-vingts ans". Et l'enquêteur de souligner : "Cela est donc venu au monde depuis votre Société" (p.91). Après, donc à cause de la Société, pense le lecteur. Il Ignore qu'au xvie siècle et jusqu'au milieu du xviie, dans la ligne des travaux du dominicain Barthélemy de Medina et des jésuites Vasquez et Suarez, le probabilisme a été une façon de penser quasi universellement répandue et partagée par tous les ordres religieux sans exception : "Les théologiens du temps sont unanimement gagnés à la nouvelle doctrine morale", écrit Th. Deman, dans l'article pourtant très critique qu'il consacre au probabilisme dans le Dictionnaire de Théologie catholique2. Et s'il classe, "au premier rang" des moralistes novateurs, des jésuites comme Azor, Sanchez et Layman, comme modèles des casuistes stricto sensu, il cite principalement le théatin Diana, dont le livre connut un succès "inégalé", et le cistercien Caramuel, "l'enfant terrible des doctrines nouvelles et de la probabilité". Les auteurs de la Société n'avaient pas tort d'objecter à Pascal que ses membres n'étaient ni les seuls inventeurs ni les seuls tenants des opinions probables. Des quarante-six noms retenus dans la longue liste de Diana, sept ou huit seulement appartiennent à la Compagnie.

4A l'enquêteur qui lui demande, après l'avoir entendue, "si tous ces auteurs-là étaient jésuites", Pascal fait astucieusement répondre :"Non, mais il n'importe". L'important est que tous "citent nos Pères à toute heure et avec éloge " (p.93). D'une énumération qui devrait apporter à la Compagnie la garantie de tant de religieux qui ne se scandalisent pas des écrits de ses membres, puisqu'ils les citent, Pascal fait une arme contre les jésuites, seuls responsables puisqu'ils sont à la source de toute casuistique. Ils annexent à l'en croire ceux-là mêmes dont ils puisent les idées, tel ce "bon Diana" dont les Pères "se servent fort souvent". Pascal le présente en fin de lettre, après Escobar dont il paraît une sorte de double ou de complément. On oublie, grâce à cette habile inversion, que le livre du théatin, publié de 1629 à 1643, est antérieur à la première édition latine du jésuite espagnol, parue seulement en 1644. On oublie plus encore que son œuvre (20.000 cas, 6.500 résolutions) est parfaitement autonome par rapport à la casuistique des jésuites, et qu'elle ne peut être réduite, comme on le suggère, ni à un simple produit de leur probabilité ni à une sorte de source où ils iraient à leur gré chercher des opinions probables.

5En annexant Diana, les Provinciales assimilent en sa personne les multiples ouvrages des casuistes qui ne sont pas jésuites à ceux des membres de la Compagnie. Et paradoxalement, cette association se fait en présentant indifféremment les jésuites comme ceux que l'on copie ("Ce n'est pas que la plupart ne les aient prises ou imitées des nôtres") et comme ceux qui copient les autres ("quand quelque auteur que ce soit en a avancé une, nous avons le droit de la prendre, si nous le voulons, par la doctrine des opinions probables"). La meilleure preuve que casuistique et opinions probables n'appartiennent pas en propre aux jésuites devient, sous la plume de Pascal, un moyen de lier indissolublement et quasi exclusivement dans l'esprit de son lecteur probabilité et Compagnie de Jésus.

6Opposée à la sûreté, la notion d'opinion probable est d'emblée présentée comme suspecte. "Je ne me contente pas du probable, dit l'enquêteur, je cherche le sûr" (p. 84). C'est oublier qu'en morale, les conditions concrètes de l'action empêchent parfois d'agir en toute sécurité. On l'avait constaté bien avant la création de la Compagnie de Jésus. Dès l'époque de saint Thomas, on distinguait divers états de la conscience - conscience douteuse, conscience probable, conscience scrupuleuse. Dans le cas du doute, c'est-à-dire de l'hésitation entre deux solutions dont l'une apparaît incontestablement sûre et l'autre non, il est obligatoire de choisir le plus sûr. Mais il existe aussi un domaine du probable : quand il est impossible d'atteindre à coup sûr la vérité absolue, on a le droit d'en conjecturer une. "Est probable, explique Th. Deman, ce qui, grâce aux chances de vérité qu'il porte en soi, est digne d'obtenir l'adhésion de l'esprit [...]. La différence du probable et du certain n'est pas que, dans un cas, on cède à la vérité, dans l'autre à quelque motif d'une nature nouvelle, mais seulement que, dans un cas, la vérité est manifeste et emporte irrésistiblement l'adhésion, au lieu que, dans l'autre, elle ne se livre que sous des vraisemblances". La probabilité tient compte de la contingence dans laquelle se réalise l'acte humain : "Où fait défaut l'entière certitude, il y a place encore pour une règle d'action qui n'est pas à tout coup la sécurité. La sécurité s'impose dans le cas du doute, où elle est le remède pratique à l'impuissance de l'esprit. Mais lorsque, cédant à sa nature et suivant ses lois, l'esprit accède à la vérité sous l'espèce même du probable, il n'y a pas de raison pour qu'on envisage une autre règle que cette vérité." Il est alors tout à fait licite de se comporter selon cette opinion probable. Saint Thomas accepte de faire siennes des opinions moins sûres quand il y a reconnu la probabilité, conçue comme une sorte d'accès inférieur au savoir.

7Puisque cet accès résulte de l'examen d'une action à la lumière de la raison, il n'y a rien de surprenant dans la définition d'Escobar reproduite dans les Provinciales : "Une opinion est appelée probable, lorsqu'elle est fondée sur des raisons de quelques considération" (p.85). Reprise des vingt-quatre vieillards et présentée par le jésuite comme exprimant l'avis des auteurs de sa Compagnie, cette définition remonte en fait à la tradition scolastique. Elle est tellement reçue de tout le monde que le casuiste espagnol n'éprouve pas le besoin de l'appuyer sur des autorités. Il en va de même pour la suite, dénoncée comme particulièrement scandaleuse dans les Provinciales : "D'où il arrive quelquefois qu'un seul docteur fort grave peut rendre une opinion probable. Et en voici la raison : car un homme adonné particulièrement à l'étude ne s'attacherait pas à une opinion, s'il n'y était attiré par une raison bonne et suffisante." Le jésuite Sanchez, cité ensuite, soutient la même idée et en donne pour garants deux jésuites, mais aussi deux théologiens qui n'appartiennent pas à la Compagnie, et même saint Thomas, curieusement oublié par Pascal.

8Le point délicat de la probabilité tient évidemment au sérieux de l'examen qui précède l'acceptation ou le rejet d'une opinion. "Un seul docteur bon et savant" écrit Sanchez, qui parle ensuite d'"un homme savant et pieux". "Un seul docteur fort grave" qui "s'adonne à l'étude" dit Escobar, et se fonde "sur des raisons de quelque considération" pour décider en connaissance de cause d'un cas particulier. On est dans le domaine de la décision logique, fondée sur la vraisemblance. Pascal place son lecteur dans celui de la fantaisie, guidée par le désir de tout bouleverser. "Et ainsi, résume l'enquêteur, un seul docteur peut tourner les consciences et les bouleverser à son gré, et toujours en sûreté". Au lieu de dénoncer un danger réel, la possibilité d'erreur existant en tout homme, même sérieux, Pascal présente à tort la probabilité comme le pouvoir donné à n'importe qui de soutenir n'importe quoi.

9A l'en croire, les jésuites se grisent de leur propre système. Il n'y aurait pas grand mérite à rendre probable une opinion qui l'est visiblement. "La difficulté est de trouver de la probabilité dans le contraire des opinions qui sont manifestement bonnes, et c'est ce qui n'appartient qu'aux grands personnages. Le père Bauny y excelle" (p. 106). Le casuiste se plaît à des tours de passe-passe qui lui permettent de donner "quelque probabilité" à "l'affirmative et à la négative de la plupart des opinions" (p. 99). Pascal tient son lecteur en haleine en le conduisant de surprise en surprise. Il le scandalise aisément en donnant la parole à un personnage qui se plaît à l'étonner par la nouveauté et l'inattendu des décisions de ses confrères dans un domaine où devraient au contraire prévaloir la prudence et la tradition. Il y a du magicien dans le casuiste qui semble, à tout moment, par le seul pouvoir des noms de ceux qu'il cite et des avis qu'ils ont prononcés ou écrits, renverser les vérités les mieux établies au gré d'une sorte de délire verbal.

10On est bien étonné, en ouvrant un casuiste quelconque, de ne rien trouver qui ressemble à cette ostentation du jamais vu et à ce plaisir de jouer avec les mots et avec les idées. Ni Escobar ni le père Bauny, ni Diana, les trois vedettes des cinquième et sixième Provinciales, n'ont écrit leurs ouvrages pour jongler avec la probabilité. Leur esthétique n'est pas, comme celle de Pascal, fondée sur l'inattendu et la bizarrerie de quelques décisions stupéfiantes, mais sur l'énumération exhaustive des situations possibles et sur la compilation minutieuse des opinions déjà énoncées. On attendait la légèreté, la rapidité, le saugrenu des Provinciales. On trouve la pesante et ennuyeuse lenteur des longues suites de cas particuliers examinés avec érudition. Et si telles opinions sont parfois déclarées probables pour décider de tel d'entre eux, si parfois certaines décisions apparaissent suspectes ou relâchées, elles sont toujours présentées pour ce qu'elles sont, des avis, plus ou moins autorisés selon la personnalité de ceux qui les ont prononcés - et toujours susceptibles d'être révisés , puisque l'auteur du livre ne se prive pas, en maintes occasions, de juger à son tour. La façon dont Pascal a mis en scène la notion qu'il attaque a beau être destinée à en montrer le venin, on reste stupéfait de l'écart qui sépare sa trop brillante présentation de la morne réalité.

  • 3 Op.cit. p. 13.
  • 4 Article Laxisme par A. Molien.

11C'est qu'il a constamment et volontairement confondu probabilité et probabilisme. Tous les théologiens ont de tout temps reconnu la nécessité d'une "doctrine des opinions probables" dans le premier sens. Ils se divisent sur cette doctrine quand on la prend dans le second sens, c'est-à-dire comme la théorie des moralistes qui jugent légitime de considérer qu'une opinion probable demeure probable quand même a cours sur le point débattu une opinion plus probable. Historiquement datée du milieu du xvie siècle, cette façon de penser provenait des conclusions tirées dans son commentaire de saint Thomas par Barthélemy de Medina, qui n'était pas jésuite : "Mihi videtur quod si est opinio probabilis, licitum est eam sequi licet opposita probabilior sit" (Je crois que dès qu'une opinion est probable, il est permis de la suivre même si l'opinion opposée est plus probable). Ce que G. Ferreyrolles transpose, dans le pur esprit des Provinciales : "En substance, de deux opinions probables, on peut choisir celle qui a le moins de chances d'être vraie"3. Il faut seulement comprendre, selon la juste interprétation du Dictionnaire de Théologie catholique, que "si une opinion a pour elle de bonnes raisons, on peut la suivre même quand l'opinion contraire a pour elle de meilleures raisons"4. La probabilité étant par nature un mode d'accès inférieur à la vérité, là où la certitude "scientifique" s'avère impossible, elle entraîne l'éventualité d'une double solution. Mais elle ne l'entraîne que dans son domaine, et la difficulté consiste à le délimiter afin de ne pas laisser proliférer toutes sortes d'opinions probables sur toutes sortes de sujets.

  • 5 Op.cit, p. 13.

12Pascal pose donc d'abord fort pertinemment la question essentielle : "Qui m'a assuré que dans la liberté que vos docteurs se donnent d'examiner les choses par la raison, ce qui paraîtra sûr à l'un le paraisse à tous les autres ? La diversité des jugements est si grande [...]" (p.86). Mais son casuiste en tire une conclusion surprenante : si les auteurs ne sont presque jamais du même avis, "cela n'en est que mieux", car le pénitent y trouve la possibilité de "suivre l'avis qui lui agrée le plus" (p.87). La "doctrine des opinions probables" provoque le règne de la fantaisie. "Nous répondons [...] ce qu'il nous plaît, ou plutôt ce qu'il plaît à ceux qui nous interrogent", explique le jésuite, qui cite Layman et renvoie à Vasquez et à Sanchez. Les opinions probables produisent le pire des laxismes ("Nous voici bien au large") et laissent chacun choisir selon son bon plaisir ("Nous avons une belle liberté de conscience"). A en croire les Provinciales, dont G. Ferreyrolles reprend les conclusions : "Entre deux opinions contraires, dont l'une par définition est fausse, c'est la concupiscence qui tranche"5. Rien n'est moins sûr, car il s'agit par hypothèse non d'une opinion vraie et d'une fausse, mais de deux opinions (inégalement) probables, c'est-à-dire reconnues toutes deux comme moralement acceptables à l'aide de bons et raisonnables arguments soutenus par des auteurs sérieux.

  • 6 Donner la priorité à la conscience individuelle préférée aux autorités est une attitude moderne, q (...)

13Le recours à ce genre d'autorité n'est pas, il est vrai, sans dangers. Au lieu de se conduire selon des raisons intrinsèques, c'est-à-dire de rechercher la vérité à la lumière de sa conscience, on décide, explique Th. Deman dans son article du Dictionnaire de Théologie catholique, extrinsèquement, selon des raisons étrangères, celles des garants qui ont en quelque sorte mission de penser pour autrui. A choisir entre des opinions garanties de l'extérieur, "on se passe de l'adhésion intellectuelle. On adopte une morale sans pensée." On aboutit au "divorce de l'action et de la conviction intérieure", notamment chez les jésuites Vasquez et Suarez, successeurs de Medina. Mais cette apparente démission est peut-être la conséquence d'une nouvelle attitude de l'esprit. A la période médiévale, pendant laquelle le clerc apparaît comme le dépositaire d'une vérité unique, succède une époque désormais plus sensible à la diversité des opinions, et aussi à leur fragilité. Les fondateurs du probabilisme ont, à juste titre, pensé que, dans bien des cas, il valait mieux choisir après s'être informé des diverses solutions possibles qu'en se fiant à l'adhésion de la conscience à une vérité dont l'évidence n'est pas toujours aussi éclatante qu'on aurait pu le croire. Il peut y avoir plus de responsabilité à choisir extrinsèquement, après s'être informé des opinions probables des auteurs graves, qu'à choisir intrinsèquement, selon une information partielle et routinière ou au gré des caprices de la conscience6. La probabilité, dans son principe, ne cherche pas à encourager le caprice ou la cupidité ; elle reconnaît seulement la diversité des solutions quand il y en a plus d'une qui puisse être fondée sur des arguments raisonnables.

14Cette "doctrine" est née de la constatation d'un fait : il arrive que, sur certains points, deux personnes qualifiées et de bonne foi soient d'opinions contraires. Il peut même en résulter un conflit entre le pénitent et son confesseur. B. de Medina était parti de là pour avancer la thèse probabiliste. On avait jusque-là favorisé l'autorité du second qui était censé avoir plus de savoir que le premier. On objecte maintenant les droits du pénitent à soutenir son avis de bonnes raisons et surtout à renvoyer à l'autorité d'un homme pieux et compétent. Le confesseur doit en ce cas l'absoudre contre son propre avis, qui n'est, lui aussi, que probable. C'est l'opinion que Pascal ridiculise en citant la Somme des péchés du père Bauny : "Quand le pénitent [...] suit une opinion probable, le confesseur le doit absoudre, quoique son opinion soit contraire à celle du pénitent" et il le doit sous peine de péché mortel. "Trois des plus fameux de nos Pères", dit le jésuite, confirment ce sentiment, et il cite Suarez, Vasquez et Sanchez (p. 89).

15La proposition de Bauny n'a en soi rien de scandaleux. Elle n'a pas été retenue parmi les propositions censurées dans ses livres, et deux au moins des trois jésuites qu'il donne pour garants n'ont jamais été condamnés ni même suspectés. Le père Nouet, dans sa douzième Imposture, n'a pas tort de reprocher à Pascal de faire un crime au père Bauny "d'avoir inventé une opinion que quarante-six auteurs, entre lesquels saint Antonin tient le premier rang, avaient enseignée devant lui". Après avoir privilégié l'opinion du confesseur, dont la science garantissait les décisions, on avait au xive siècle, voulu protéger le pénitent contre son arbitraire. Quand deux opinions pouvaient être raisonnablement défendues, il ne devait pas, estimait-on désormais, donner force de loi à sa conviction personnelle. Il lui fallait reconnaître la liberté morale de l'être humain qui se trouvait en face de lui, quand elle se trouvait garantie par l'autorité d'une opinion probable. Le scandale vient de ce que, dans les Provinciales, cette sorte d'opinion apparaît dévalorisée par les abus des casuistes. Elle semble n'être qu'une ruse pour tromper Dieu.

  • 7 Tractatus IV, De paenitentia, q.13, p.93. Sans doute Pascal n'a-t-il pas lu le livre, qu'il cite d (...)

16Rien de tel si l'on se reporte au chapitre de la Theologia moralis dont le jésuite de Pascal a cité un bref extrait7. Le père Bauny y étudie longuement les devoirs du confesseur. Il se demande si celui-ci peut sans faute donner plus d'importance à l'opinion d'autrui qu'à la sienne et conclut par la négative : agir contre sa conscience et contre sa raison est toujours un mal. Cependant, le confesseur est un juge. Il doit prendre du recul, et tenir compte d'opinions qu'il ne partage point. Il doit même en informer le pénitent, lui expliquer pourquoi il trouve telle solution préférable et l'inviter à suivre son avis. Mais il doit aussi, par honnêteté, lui indiquer les autres opinions et reconnaître au pénitent le droit de les suivre si elles ont été soutenues par de grands théologiens, des docteurs graves. Ces décisions ne cherchent pas à ruiner l'autorité du confesseur, mais à en empêcher l'abus. La liberté du pénitent reste contenue dans des limites raisonnables : si son opinion est notablement douteuse ou s'il méprise le savoir du confesseur et lui préfère son ignorance, il est indigne de l'absolution et on peut la lui refuser.

  • 8 Op.cit, p.14. Pascal présente comme scandaleuse la réponse du jésuite : "3e ne parlais pas en cela (...)

17Point question chez Bauny de laisser le pénitent se conduire selon l'avis qui lui "agrée le plus". Un homme qui, dans un cas difficile, suivrait, contrairement à la conviction qu'il se serait formée dans son for intérieur, un avis "plus agréable" trouvé chez un auteur grave, pécherait contre sa conscience. Le pénitent est libre de choisir une opinion qu'on peut légitimement défendre après examen, mais à condition qu'il y ait, de sa part, adhésion morale et intellectuelle à cette opinion. Le devoir du confesseur, rappelle Bauny, est de vérifier cette adhésion en examinant ses raisons intérieures. Il ne doit pas l'absoudre si le recours à une opinion probable n'est que le moyen d'égoïstes faux-fuyants. Dans le cas de Bauny du moins, les craintes de l'auteur du Dictionnaire de Théologie catholique ne se vérifient pas, et l'on ne peut dire, avec G. Ferreyrolles : "Les probabilistes, qui paraissent les champions des droits de la conscience, sont en fait ses pires ennemis puisqu'ils permettent au sujet moral de quitter l'opinion la plus probable à ses yeux pour suivre une opinion décrétée probable par d'autres"8. Loin d'ôter son autonomie au sujet moral, les probabilités l'augmentent en le mettant dans le cas de choisir. Mais le choix, même garanti par un auteur grave, reste toujours l'affaire de la conscience, qui n'a pas le droit de tricher et d'adopter une solution qu'elle considérerait comme un péché. Il ne s'agit donc pas, comme le suggère Pascal, de changer le mal en bien par un subterfuge. En négligeant le contexte de l'affirmation du jésuite, il caricature sa pensée et transforme en machine de guerre une attitude d'esprit qui n'a en soi rien de scandaleux.

  • 9 Sur l'opinion probable, p.1 ; sur l'absolution et la probabilité, p.28.

18Il se comporte envers les opinions probables comme envers la casuistique en général : il attaque un système là où il y a seulement accumulation de décisions dont certaines maladroites ou mal déduites. Arnauld commence sa Théologie morale des jésuites en dénonçant la volonté de leur Compagnie de "réduire toutes choses à la probabilité". Il dénonce également les conditions dans lesquelles ils reconnaissent une opinion comme probable : ils soutiennent qu'elle le devient "aussitôt que deux docteurs l'enseignent, voire même un seul". Mais il oublie bientôt la probabilité et ne la retrouve que dans la quatrième section de son ouvrage "Sur la pénitence", à propos de l'absolution : "Ils sont passés jusqu'à cet excès d'extravagance de condamner de péché mortel un confesseur qui ne voudrait pas absoudre son pénitent après l'avoir ouï, ne pouvant le faire qu'en suivant une opinion qu'il croit fausse, mais que d'autres tiennent probable. De sorte que, dans l'étendue qu'ils ont donnée à ces probabilités, il n'y a presque plus personne, quelque indisposée qu'elle puisse être, qui ne puisse obliger son confesseur à l'absoudre sous peine de péché mortel"9. Arnauld insiste sur l'utilisation abusive d'un principe. Il n'en fait ni le fondement du laxisme qu'il dénonce, ni la base d'une politique de domination des consciences. En organisant autour de lui son exposé de la morale des jésuites, Pascal change l'esprit de l'œuvre de son prédécesseur et plus encore celui des auteurs qu'il attaque.

  • 10 Preuve du caractère non systématique de ce genre de traité : Cajétan, en 1523, va jusqu'à présente (...)

19Contrairement à ce qu'il laisse entendre, les casuistes en effet ne sont pas des théoriciens. Bien qu'il les ait mis sur le même plan, il ne faut pas confondre un Vasquez ou un Suarez, continuateurs de Medina dans leurs commentaires de saint Thomas et auteurs d'importants ouvrages de vraie théologie morale, avec un Bauny, un Diana ou un Escobar, simples compilateurs de recueils de cas de conscience avec leurs résolutions par des auteurs réputés sérieux. Le Dictionnaire de Théologie catholique distingue nettement les théologiens, les moralistes et, au dernier degré, les casuistes, qui s'inscrivent à la suite de ceux qui, dès le xiv e siècle, avaient écrit des "Sommes de cas de conscience" destinées aux confesseurs10. Les titres prêtent à confusion, car de simples casuistes ont parfois appelé leurs livres "traités de théologie morale" en omettant l'adjectif "pratique", qui en aurait circonscrit le vrai domaine. Mais le contenu de ces sortes de manuels est bien différent de celui des commentaires des grands théologiens. Le jésuite de Pascal développe la théorie et le mode d'emploi de l'opinion probable. Rien de tel chez les humbles casuistes. Escobar se contente d'en donner la définition, à sa place parmi les notions du même genre, sans la mettre autrement en vedette. Le père Bauny, qui la suppose connue, l'emploie sans même songer à la définir.

  • 11 Escobar et Diana n'ont jamais été censurés par Rome ni par aucune autre instance de l'Église, et l (...)

20La probabilité, chez les casuistes, n'occupe qu'une place restreinte, dans des sortes de cas limites. Elle n'est pas, comme le prétend Pascal, la base et le moyen d'un nouveau système moral. Nul d'entre eux n'a jamais développé avant lui une "doctrine des opinions probables". Cette expression semble même n'avoir jamais été employée avant d'avoir été mise à la mode par l'auteur des Provinciales11. Loin de trouver dans les casuistes une subtile théorie de la probabilité, on n'en découvre que la dégradation par la pratique. En énumérant les cas de conscience, en rapportant comment leurs prédécesseurs les ont résolus et en indiquant dans quel sens ils proposent de les résoudre eux-mêmes, ils finissent par fausser le sens du mot probable qui, dans ce contexte tout pratique, en vient à signifier seulement "susceptible d'approbation". Une opinion probable se confond ainsi plus ou moins avec une opinion qui a été soutenue par un casuiste quelconque, quasi indépendamment du domaine et des conditions de la décision. Tout ce qui devrait relever du douteux (où le sûr demeure toujours obligatoire) se trouve progressivement envahi par des décisions toutes faites, dont on oublie qu'elles doivent éclairer et non endormir la conscience. Ces risques devaient être dénoncés, et l'œuvre de Pascal a eu le mérite de les révéler au public brusquement et même brutalement. Mais il ne l'a pas fait sans imposture, puisque pour frapper l'imagination de ses lecteurs, il s'en est pris à une pseudo-"doctrine" dont l'habileté n'a d'égale que la perversité. Inventée pour les besoins de sa campagne contre les jésuites et transformée en apanage exclusif de leur Compagnie, sa prétendue fondatrice, cette doctrine, qui confond probabilité et probabilisme, doit son succès et son efficacité polémique à une cohérence et à une simplicité qu'elle ne tire pas de son objet mais de son mode d'exposition littéraire.

21Dans les deux premières Provinciales, Pascal a jeté le ridicule sur des notions techniques aussi sérieuses et généralement admises par les théologiens que pouvoir prochain ou grâce suffisante. Il opère de la même manière dans la cinquième et la sixième lettres en prétendant rapporter "la doctrine des opinions probables". Il profite, cette fois encore, du décalage existant entre le sens que chacun donne spontanément à un mot très courant et la signification très précise que ce même mot possède chez les spécialistes de théologie morale. De susceptible d'être défendu par de bonnes et solides raisons ou, dans un sens un peu dévalué par les casuistes, de susceptible d'être approuvé par un ou plusieurs moralistes compétents, on passe chez les mondains au sens de ce qui doit être vrai, ou même seulement de ce qui risque de l'être. Ignorant que l'opinion est une des formes de l'accès au savoir, on confond l'opinion probable avec n'importe quelle idée passant par la tête d'un casuiste, même et surtout celle qui a le moins de chance d'être vraie. En plaçant, sans l'avoir préalablement définie, la notion d'opinion probable dans un contexte qui la dévalorise, Pascal déclenche sans peine les sarcasmes du monde. Il excelle à développer la polémique autour de quelques mots savants, qu'il met brusquement à la mode en les faisant fonctionner dans l'absurde. Mais parce qu'il tire cette fois l'absurde des livres des jésuites et qu'il prétend livrer le secret de leur morale, c'est-à-dire de ce qui gouverne la vie de tous les jours, le bruit fait autour des opinions probables aura beaucoup plus de retentissement que celui précédemment fait autour de notions qui avaient moins de prolongements pratiques. L'affaire intéressait cette fois toutes les consciences.

  • 12 Selon Th. Deman (op.cit), la première intervention théologique contre le probabilisme semble être (...)

22La "doctrine" mise en question n'était pourtant pas si scandaleuse : l'Église ne l'a jamais condamnée. Il y avait seulement eu, chez presque tous les casuistes, une tendance à accepter trop légèrement un certain nombre d'opinions relâchées, que les Papes Alexandre VII et Innocent XI condamnèrent en 1665-1666 et en 1679. Il convenait aussi de donner au probabilisme les strictes bornes qui empêcheraient d'en abuser. Ce sera, au xviii e siècle, l'œuvre de saint Alphonse de Liguori. Mais il était injuste de faire des opinions probables une machine de guerre contre un ordre particulier et d'attribuer à la Compagnie de Jésus une doctrine cohérente et astucieuse dans un domaine où, comme l'avaient fait aussi des théatins et des cisterciens, plusieurs de ses membres avaient seulement voulu réunir, en les juxtaposant sans les systématiser, les divers éléments d'une pratique qui n'était ni celle de toute la Société ni exclusivement la sienne12.

Notes

1 Op.cit.. p.12.

2 Voir notamment les colonnes 430 à 530.

3 Op.cit. p. 13.

4 Article Laxisme par A. Molien.

5 Op.cit, p. 13.

6 Donner la priorité à la conscience individuelle préférée aux autorités est une attitude moderne, qui nous paraît toute naturelle. Elle ne l'a pas toujours été, et l'on ne peut a priori accuser de mauvaise foi des théologiens qui, fort traditionnellement, choisissent de comparer le poids de diverses autorités. Sur ce point, voir E. Baudin, Pascal et la casuistique, p.81 sa.

7 Tractatus IV, De paenitentia, q.13, p.93. Sans doute Pascal n'a-t-il pas lu le livre, qu'il cite d'après la Lettre à un duc et pair d'Arnauld (Œuvres, XIX, p. 185), à laquelle il emprunte sa traduction.

8 Op.cit, p.14. Pascal présente comme scandaleuse la réponse du jésuite : "3e ne parlais pas en cela selon ma conscience, mais selon celle de Ponce et du P. Bauny, et vous pourriez les suivre en sûreté car ce sont d'habiles gens", p.84. En fait, le débat ne se pose pas du point de vue de la conscience mais, dans un domaine qui relève de l'opinion (et non du savoir), du point de vue de l'autorité (et non de l'habileté) des juges compétents. La mauvaise foi serait de suivre l'opinion d'un docteur par simple intérêt personnel, non par confiance en sa gravité et en ses arguments.

9 Sur l'opinion probable, p.1 ; sur l'absolution et la probabilité, p.28.

10 Preuve du caractère non systématique de ce genre de traité : Cajétan, en 1523, va jusqu'à présenter sa Somme des péchés dans l'ordre alphabétique.

11 Escobar et Diana n'ont jamais été censurés par Rome ni par aucune autre instance de l'Église, et le père Bauny, qui l'a été, ne s'est pas vu reprocher une prétendue "doctrine des opinions probables", mais des décisions relâchées.

12 Selon Th. Deman (op.cit), la première intervention théologique contre le probabilisme semble être celle du jésuite italien Paul Comitolus (mort en 1626) et "la première publication exclusivement consacréée" à attaquer cette doctrine est un "petit livre" d'André Bianchi, également jésuite, publié à Gênes en 1642. Sur l'influence des querelles jansénistes et des Provinciales sur la confession en France, voir l'article de M. Bernos dans Pratiques de la confession, publié par le groupe de la Bussière : selon cet auteur, le rigorisme du clergé français viendrait autant d'une lecture sévère de Charles Borromée, "récupéré" par Arnauld, que du jansénisme proprement dit.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540