Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

De la somme au système

Texte intégral

  • 1 De Meyer, op. cit. , p.360-369.

1Quand il commence, en mars 1656, à dénoncer le laxisme des jésuites, Pascal reprend une ancienne querelle. Dès 1919, A. de Meyer a raconté, en la présentant comme une diversion dans la lutte qu'on menait alors pour les écarter de l'Université, "la première poursuite de la morale relâchée des jésuites", entre 1641 et 1645, avec les condamnations encourues par les pères Garasse, Knott, Floyd, Cellot, Bauny, la publication de la Théologie morale des jésuites d'Antoine Arnauld en 1643 et les réponses des pères Caussin, Le Moyne, Annat et Pinthereau1. Presque tous ces ouvrages étaient en français. L'affaire passa pourtant ignorée du grand public. Elle le resta au point qu'on ne rapprocha pas l'attaque des Provinciales de la querelle précédente et des livres qu'elle avait suscités.

  • 2 Voir Documents n° 14, B.

2G. Lanson a, le premier, rappelé en 1900, dans une étude parue dans la Revue d'Histoire littéraire de la France, l'importance du livre d'Arnauld, source principale des Provinciales. Si nous les regardons en elles-mêmes, conclut-il, "si nous les suivons dans leur ordre en y apportant la Théologie morale [dans la deuxième édition, 1644] et les deux Lettres [Lettre de Polémarque à Eusèbe, Lettre d'un théologien à Polémarque, répliques jansénistes aux réponses jésuites], nous verrons les extraits et citations de 1644 former le tissu de l'ouvrage de Pascal". Puis, plaçant en regard les sujets des sept Provinciales morales et les textes qui y correspondent dans le livre d'Arnauld2, Lanson conclut : "Ne suffit-il pas de regarder ce tableau pour apercevoir que toute la matière des Provinciales IV-X est dans la Théologie morale et dans les deux Lettres qui la complètent ? La Théologie morale, avec son complément, fournit aisément le canevas des sept lettres dès qu'on dispose les citations dans l'ordre que Pascal leur a donné". Il y a, continue-t-il, ajouté Escobar : "Les amis de Pascal, comme on sait, lisaient pour lui ces gros livres, et lui apportaient les extraits. Lui, il regardait le petit Escobar, et l'on s'aperçoit de la différence. Car les autres casuistes ne figurent dans les Provinciales que par leurs pensées ; Escobar, au contraire, y entre dans sa forme sensible".

  • 3 D'abord parue en espagnol, la Petite Somme des cas de conscience avait déjà connu 37 éditions quan (...)

3Cette présence du casuiste espagnol3 est une nouveauté, mais l'apport essentiel de Pascal, c'est d'avoir remplacé le "bel ordre théologique, analytique, exact, instructif, aride et froid" d'Arnauld par une présentation critique et amusante de quelques extraits, choisis de façon à scandaliser le lecteur et organisés dans une suite de dialogues comiques. "A cet égrènement de propositions sans lien, juxtaposées sous une même étiquette, et rattachées seulement par la série de chiffres qui les notent, il substitue l'unité aisée de la lettre qui entraîne dans la continuité de son mouvement et groupe sous une idée générale les maximes, les citations, les discussions, les preuves". Dès la première Provinciale, en adaptant le passage de la lettre de Nicole à Chamillart sur le pouvoir prochain, Pascal avait déjà procédé de la même façon.

4A ces judicieuses conclusions, soutenues par d'excellents exemples, G. Lanson aurait pu ajouter que Pascal a tiré du livre d'Arnauld la matière d'un exposé progressif, centré sur des sujets clés. La cinquième Provinciale expose la doctrine des opinions probables, la sixième la technique des interprétations et des circonstances favorables, la septième la méthode de la direction d'intention. Sur chacun de ces points, des exemples bien choisis illustrent les définitions et montrent comment les principes s'appliquent dans la pratique. Pascal suscite l'intérêt en projetant la lumière sur des notions jusque-là inconnues du grand public. Il lui révèle comment elles fonctionnent. Puis, très pédagogiquement, dans les lettres suivantes, il confirme sa démonstration sur des exemples nouveaux, qui prouvent que le même mécanisme marche dans toutes sortes de cas.

5Au milieu de la sixième lettre, Pascal annonce par le truchement de ses personnages que les Provinciales vont montrer l'application de la casuistique à toutes les conditions sociales. "Nous avons, explique le jésuite, des maximes pour toutes sortes de personnes, pour les bénéficiers, pour les prêtres, pour les religieux, pour les gentilshommes, pour les domestiques, pour les riches, pour ceux qui sont dans le commerce, pour ceux qui sont mal dans leurs affaires, pour ceux qui sont dans l'indigence, pour les femmes dévotes, pour celles qui ne le sont pas, pour les gens mariés, pour les gens déréglés". A quoi l'enquêteur répond plaisamment : "C'est-à-dire qu'il y en a pour le Clergé, la Noblesse et le Tiers-État" (p. 104). Et l'on commence par les bénéficiers. Dans la huitième lettre, le jésuite rappelle ce plan : "Dès le commencement de nos entretiens, je me suis engagé à vous expliquer les maximes de nos auteurs, pour toutes sortes de conditions. Vous avez déjà vu celles qui touchent les bénéficiers, les prêtres, les religieux, les domestiques et les gentilshommes : parcourons maintenant les autres, et commençons par les juges" (p. 135). Pascal s'est souvenu du titre du père Bauny, Somme des péchés qui se commettent en tous états. Un ordre fondé sur la hiérarchie sociale se superpose presque constamment à l'ordre fondé sur l'exposé des principaux principes de la casuistique.

6Il s'y ajoute une progression par approfondissement. La cinquième Provinciale est datée du 20 mars, troisième lundi du carême. L'enquêteur en profite pour poser la question du jeûne. Il glisse de là, par le biais des occasions prochaines du péché, à "la doctrine des opinions probables" et aux conditions de l'absolution. En ce moment de l'année où tout catholique devait faire ses pâques après s'être confessé, Pascal commence les Provinciales morales par une question d'actualité sur les rapports du pénitent et du confesseur. Il retrouvera la confession dans la dernière de ces Provinciales pour traiter, à propos de la controverse sur l'attrition et la contrition, une question essentielle : la place et le rôle de l'amour de Dieu dans la vie du chrétien. En même temps qu'on découvre les astuces de la casuistique, on va d'anecdotes sur le jeûne au fondement même de la foi. A l'élucidation des procédés d'une méthode pernicieuse de direction de conscience et au pittoresque des exemples tirés des différentes catégories sociales s'ajoute une leçon de christianisme.

  • 4 Voir Documents n° 4, C.

7Les Provinciales sont, de ce point de vue, fort différentes de la Théologie morale des jésuites. Arnauld avait écrit un livre technique, composé par juxtaposition de chapitres groupés selon un ordre théologique (morale chrétienne, commandements de Dieu, sacrements, Église et hiérarchie), et même par juxtaposition de fragments : chaque article ne comprend que quelques lignes suivies de références, sans lien avec ce qui précède ou ce qui suit4. Il procède comme on procédera avec son propre livre, en détachant de leur contexte des extraits jugés scandaleux afin de les exposer à la censure. Il relève, dans son énumération, des maximes où interviennent des opinions probables, des interprétations, de la direction d'intention. Il n'en fait pas l'idée directrice d'une démonstration. Dans les Provinciales, ces termes apparaissent comme autant de ruses inventées à dessein pour tromper Dieu. Pascal a construit un système là où il n'y avait, chez son modèle, qu'une suite de cas particuliers.

  • 5 Ses distinctions, notamment des diverses sortes de consciences, erronée, douteuse, scrupuleuse, so (...)

8Rien de moins organisé non plus que la pensée de ceux qu'il attaque. L'ordre du Liber theologiae moralis d'Escobar est tout scolastique5. Un livre préliminaire, divisé en quatre points ou "examens", traite de la fin dernière de l'homme et de son bonheur, des actions humaines en général et des circonstances qui les rendent ou non libres, de la conscience et de sa part dans la responsabilité, de la grâce et du mérite. L'auteur procède par questions et réponses, et c'est dans la troisième partie, sur la conscience, qu'il définit la probabilité, au chapitre III, De conscientia probabili. Il n'y accorde ni plus ni moins d'importance, quantitativement et qualitativement, qu'aux chapitres précédents, De conscientia erronea, et suivants, De conscientia dubia, De conscientia scrupulosa. Suivent sept traités, sur la loi, sur les péchés, sur la justice, sur la censure, sur les vertus, sur le statut des clercs, sur les sacrements. Chaque traité se ramifie en plusieurs examens, eux-mêmes subdivisés en chapitres. Le premier traité, sur les lois et préceptes du Décalogue, traite de l'homicide dans l'examen 7, avant l'examen 6 sur le culte des parents et les 8 et 9 sur la luxure et sur le vol. Il comprend trois parties : ce qui est défendu par le cinquième commandement, les différentes sortes de meurtres, les résolutions pratiques sur les cas précédemment exprimés.

9C'est là que se trouvent, parmi 116 résolutions formant autant de paragraphes numérotés, les exemples retenus par Pascal comme particulièrement révélateurs de la doctrine des jésuites sur l'homicide. Nulle idée générale ne vient jamais chez Escobar justifier un ensemble de décisions regroupées selon une perspective commune. Il expose et résout des suites de cas particuliers, tous distincts les uns des autres, à la lumière des décisions des vingt-quatre casuistes énumérés en tête de son livre. Il présente leur avis, et aussi le sien, dans une somme, sans avoir même l'idée d'en faire la synthèse et d'en tirer une doctrine. Il s'agit simplement d'une pratique, comme le souligne le sous-titre qui revient comme un leitmotiv, à la fin de chaque section : Praticae resolutiones circa praedicta.

10La Somme des péchés qui se commettent en tous états, livre du père Bauny, deuxième victime privilégiée de Pascal, se présente pareillement comme une succession de 46 chapitres entre lesquels il est difficile de trouver des liens logiques : on passe des péchés contre la charité (7) aux péchés contre la chasteté (8 et 9), puis aux larcins, aux restitutions et à l'usure (10-15), et de là au jeûne et à l'ivrognerie (16). Il est encore plus difficile d'y trouver des idées directrices qui en révéleraient l'esprit subversif. "Tu y verras, écrit l'auteur à son lecteur dans un avis initial, les résolutions en fait de conscience qu'il te convient tenir pour vivre en paix, ce que tu peux omettre ou faire sans reproche [...] de quelles armes il faut se prévaloir contre Satan [...] quels remèdes apporter aux peines de l'esprit qui arrivent en tout genre de vie, à quelles offenses on est jugé selon la qualité de sa profession, quand elles sont mortelles quand vénielles". Si le livre a évidemment été écrit pour apaiser et non pour inquiéter, rien n'autorise à y voir un ouvrage visant à autoriser le pécheur à persévérer dans ses fautes selon l'interprétation de Pascal. La place donnée par l'auteur aux censures ecclésiastiques, aux obligations des bénéficiers, aux péchés réservés et aux querelles de juridiction entre réguliers et séculiers montre que, malgré l'emploi du français, il s'adresse principalement aux clercs sans intention d'innover ni de scandaliser. La table analytique qui finit le volume en marque le caractère pratique. Moins savant que ne le sera Escobar et d'une manière plus appropriée à la société française, le père Bauny a cherché, une dizaine d'années avant lui (la première édition de son livre est de 1634), à clarifier ce qu'on enseignait communément autour de lui, sans y mettre plus d'ordre que les autres et sans arrière-pensée révélatrice de la politique dominatrice de son ordre. Ni la Somme des péchés de Bauny ni la Théologie morale d'Escobar ni les Résolutions morales de Diana ni aucun des ouvrages analogues cités par Pascal ne se présentent comme des systèmes théoriques originaux. Ce sont des recueils de cas particuliers disparates, dont la résolution peut être utile aux confesseurs et à leurs pénitents.

  • 6 Il ne considéra pas ces censures comme des condamnations globales de sa pensée, qui reprend le plu (...)
  • 7 De Meyer, op. cit., p. 365-366. "La Faculté de Théologie ne s'occupa pas de ce principe [la connai (...)

11A la différence d'Escobar, le père Bauny a, il est vrai, été plusieurs fois censuré6. En 1640, la congrégation de l'Index condamne sa Theologia moralis, sa Somme des péchés et sa Pratique du droit canonique au gouvernement de l'Église. L'assemblée du clergé de France approuve cette condamnation en la copiant sur ses registres et en portant un jugement sévère sur les livres incriminés : "Ils portent les âmes au libertinage, à la corruption des bonnes mœurs, violent l'équité naturelle et le droit des gens, excusent les blasphèmes, usures, simonies, et plusieurs autres péchés des plus énormes comme légers, et jettent des semences de division entre les prélats de l'Église desquels ils tâchent d'anéantir toute l'autorité." En juillet 1641, la Sorbonne censure plusieurs des propositions de Bauny, lui reprochant par exemple d' "excuser de tout péché, même véniel, les aversions et les marques de haine" manifestées au prochain, de supprimer l'obligation de restituer les dommages injustement causés par un tiers complice, d'autoriser le placement de l'argent à intérêt, etc... Mais, comme les évêques, la Faculté de théologie de Paris se contente de rejeter les affirmations de Bauny qui lui paraissent laxistes, sans jamais relever dans son ouvrage ce qui semblera plus tard à Pascal jeter les principes d'une nouvelle moralité et les bases du probabilisme7.

  • 8 De Meyer, op. cit. , p. 396.

12Les casuistes présentent leurs ouvrages comme des collections de cas particuliers, et les adversaires qualifiés des propositions relâchées ne les traitent pas autrement en les proposant séparément à la censure. Les jansénistes franchirent une étape en prétendant dénoncer collectivement la théologie particulière d'un ordre distinct. Regroupant des avis tirés de différents auteurs de la Société, Arnauld avait, dès 1641, prétendu dénoncer "la théologie morale des jésuites". En 1645, G. Hermant attaque violemment dans ses thèses leur relâchement. Il le rappelle dans ses Mémoires en y insérant une longue énumération de décisions inacceptables, dont plusieurs seront reprises par Pascal8. A aucun moment, il ne présente ces erreurs comme la conséquence d'une politique ni comme les éléments d'un système cohérent et organisé. Il parle seulement de "trompeuse indulgence".

13L'auteur des Provinciales commence au contraire par affirmer d'emblée que les propositions relâchées des casuistes jésuites sont solidairement et collectivement celles de tout l'ordre, et le moyen qu'ils ont découvert pour régner sur les esprits. Toute affirmation hasardeuse d'un membre de la Société se transforme de ce fait en élément significatif d'une doctrine d'ensemble et en preuve d'un complot généralisé. Une accumulation de décisions laxistes devient entre ses mains une organisation complexe d'opinions destinées à subvertir sciemment et progressivement la morale traditionnelle de l'Église. Mettant globalement en cause la pensée de ceux qu'il attaque, Pascal ne se contente pas, comme ses prédécesseurs, de juxtaposer des propositions précédemment condamnées, il en fait un montage destiné à montrer comment fonctionne la casuistique jésuite.

14Cela pose la question de la légitimité de son entreprise. La condamnation de quelques propositions partiellement tirées d'un livre ne mettait pas en cause l'ensemble de la doctrine de son auteur. Elles pouvaient, hors de tout contexte, avoir un sens orthodoxe et un autre qui ne l'était pas, selon la façon dont on les interprétait. C'est ainsi que les jansénistes ont justifié Jansénius, puis Arnauld lui-même. Elles pouvaient aussi n'avoir pris un caractère scandaleux que dans la mesure où on omettait ce qui était rappelé ailleurs, dans un autre endroit du même livre ou même dans un passage immédiatement suivant qu'on n'avait pas cité. De telles censures, portant sur des propositions et non sur l'ensemble d'une pensée, n'étaient pas des condamnations générales. Celui qui les avait formulées se contentait souvent de les supprimer ou de les modifier à l'occasion d'une réimpression de son traité. Pascal, dans les Provinciales, ne se contente pas de dénoncer des propositions scandaleuses et isolées. Il les installe dans un nouveau contexte, qui est censé les éclairer et leur donner tout leur sens. La pensée de ceux qu'il cite se trouve ainsi globalement mise en cause et, au delà, celle de toute la Compagnie. Mais avait-il le droit de présenter comme des certitudes les hypothèses qu'il avance pour donner aux propos et à la conduite des jésuites une cohérence qu'ils n'avaient sûrement pas ? Et à supposer même qu'il avait vu juste et mis à jour les tendances sous-jacentes d'une pernicieuse logique implicite, il faussait gravement le débat en les présentant non comme les conséquences d'une pensée maladroite et aventureuse, mais comme les résultats d'un projet collectif dont l'ordre tout entier aurait consciemment et délibérément assuré la réalisation progressive.

15Parmi les centaines et les centaines de pages de ses adversaires, Pascal n'a pas eu de peine à trouver suffisamment d'affirmations hasardeuses et ridicules pour remplir, dans les Provinciales 5 à 10, quelques dizaines des siennes. Il prétend exposer la morale des jésuites. Mais la morale n'est pas la casuistique. La première est principe d'action : on doit faire le bien et éviter le mal. La seconde est une sorte de jurisprudence, qui aide à juger les actes après qu'ils ont été accomplis et à décider, compte tenu des circonstances, de leur qualité bonne ou mauvaise, et éventuellement, de la gravité de la faute. Il n'est donc point question pour les casuistes de diriger les consciences : les directeurs au xviie siècle ne sont pas les confesseurs. Il s'agit très concrètement de savoir ce qui est absous et de fixer la pénitence en fonction des fautes commises et reconnues pour telles. A la base de l'exposé pascalien, qui a repris l'ouvrage d'Arnauld, il y a donc un malentendu fondamental. Le lecteur, et peut-être l'auteur, se trompent constamment de sujet.

Notes

1 De Meyer, op. cit. , p.360-369.

2 Voir Documents n° 14, B.

3 D'abord parue en espagnol, la Petite Somme des cas de conscience avait déjà connu 37 éditions quand Escobar, en 1644, en fit publier à Lyon une édition en latin. "Sa doctrine est loin de tendre, comme Pascal a essayé de le faire croire, à corrompre toute la morale chrétienne", J. Brucker, article Escobar du Dictionnaire de Théologie catholique.

4 Voir Documents n° 4, C.

5 Ses distinctions, notamment des diverses sortes de consciences, erronée, douteuse, scrupuleuse, sont exactement les mêmes que celles des traités de morale des disciples de saint Thomas (voir l'article Probabilisme du Dictionnaire de Théologie catholique).

6 Il ne considéra pas ces censures comme des condamnations globales de sa pensée, qui reprend le plus souvent celle de ses devanciers. C'est pourquoi il réédita son ouvrage après l'avoir remanié, modifiant les passages incriminés.

7 De Meyer, op. cit., p. 365-366. "La Faculté de Théologie ne s'occupa pas de ce principe [la connaissance du bien et du mal de l'action comme condition de la culpabilité, attaquée par Pascal dans la quatrième Provinciale] et encore moins du probabilisme." Richelieu intervint en faveur de Bauny et enjoignit à la Faculté de différer la condamnation de la Somme des péchés.

8 De Meyer, op. cit. , p. 396.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540