Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Un enquêteur prévenu

Texte intégral

1La cinquième Provinciale peut se lire de deux façons. Elle est une lettre à part, avec son unité propre, mais elle est aussi la première d'une série qui, à l'inverse des précédentes, forme un ensemble homogène. A la considérer en elle-même, elle comporte deux parties, deux récits successifs et quasi-symétriques de deux "conférences" que l'auteur vient d'avoir avec le janséniste de la quatrième lettre, puis avec un jésuite spécialiste de casuistique. Après la série d'interviewes de la première Provinciale, le dialogue avec M.N. suivi d'une discussion à trois de la deuxième, le récit de l'épistolier complété par l'entretien avec le docteur politique de la troisième, la visite en compagnie d'un janséniste à un jésuite mondain dans la quatrième, Pascal dispose ses personnages selon une nouvelle et dernière figure : après une conversation préalable avec le janséniste, l'auteur dialogue seul à seul avec le jésuite. Ces situations sortent tout naturellement de celle de la lettre précédente : ce sont (structurellement) les mêmes personnages, réduits à deux par la sortie et l'entrée successive des deux interlocuteurs. Cette figure simplifie celle de la quatrième lettre (on parle seulement deux à deux) et elle la dédouble (il y a deux entretiens).

  • 1 165 lignes sur 493, soit 33, 46 %.

2Elle s'apparente encore davantage à celle de la deuxième. L'enquêteur n'allait aux Jacobins disputer avec un thomiste sur la grâce suffisante qu'après avoir reçu en tête à tête une initiation préalable de M.N. (p. 21-25). Semblable initiation lui est donnée ici avant qu'il n'aille rencontrer le casuiste : elle occupe le tiers de la lettre1. Elle répond à l'annonce faite à la fin de la précédente et prépare le destinataire, et donc le public, à l'entretien avec le jésuite. Mais cette initiation déborde le contenu de la cinquième lettre et s'étend à celui de l'ensemble des Provinciales morales. Simple panneau d'un diptyque et apparemment semblable à d'autres entretiens du même genre, elle est en même temps beaucoup plus si l'on change d'échelle : l'introduction d'une série de lettres. Elle ne trouvera sa pleine signification qu'à la fin de la dixième Provinciale, quand l'auteur explosera : "O mon Père 1 lui dis-je, il n'y a point de patience que vous ne mettiez à bout, et on ne peut ouïr sans horreur les choses que je viens d'entendre." Le janséniste n'avait pas tort. Tout ce qu'il avait dit s'est trouvé confirmé. Le plus patient des interlocuteurs, le plus ouvert des destinataires ne peut désormais en douter. Ce qu'il a entendu ou lu lui a définitivement prouvé que la leçon initiale ne l'avait pas trompé. A la différence des précédentes, les six Provinciales consacrées à la morale des jésuites comportent introduction et conclusion, l'une et l'autre étapes et moyens de la persuasion du lecteur.

3A tout ce qui donne à la quatrième Provinciale le caractère d'une lettre de transition (supra, p. 94 sq.), s'oppose ce qui fait de la cinquième le point de départ d'une nouvelle série. C'est ainsi qu'elle commence en réaffirmant l'intention déjà proclamée en tête des deux premières de puiser aux bonnes sources pour informer un correspondant éloigné. Avant de lui écrire à nouveau, l'épistolier s'est "instruit de bonne sorte". Il a tiré de la conversation du janséniste, puis de l'enseignement du casuiste, un savoir tout neuf, qu'il se montre impatient de transmettre. Devant un sujet nouveau, dont il devine le pittoresque et le piquant, il retrouve la curiosité et le zèle qui l'animaient dans la Provinciale initiale. Il terminait la première lettre sur son intention de continuer d'écrire, subordonnée seulement au plaisir du destinataire. Il achève la cinquième sur la confiance dans ce plaisir et sur l'annonce ferme des Provinciales à venir : "En voilà bien assez pour une lettre. Je m'assure que vous en serez satisfait en attendant la suite".

  • 2 D. Descotes a le premier souligné, dans son étude sur la "fonction argumentative de la satire dans (...)

4Pascal reste fidèle, pour cette nouvelle enquête, à la méthode du récit. Employé trois fois dans la première lettre, oublié depuis, le mot revient spontanément sous la plume du narrateur dans la cinquième, à la fin de l'introduction. Le destinataire jugera, "par le récit des conférences" qu'il vient d'avoir avec un jésuite, de la vérité de ce que le janséniste lui a exposé. Au début de la sixième lettre, il annonce qu'il traitera des sujets abordés "dans [sa] seconde visite, dont voici le récit". Il finit en soulignant qu'il n'a pu, dans une seule lettre, rapporter tout ce qu'il a appris "en une seule conversation"2. Comme les Provinciales sur la grâce, les Provinciales morales s'inscrivent à la rencontre de la lettre, du dialogue et du récit.

  • 3 Voir, dans l'édition Cognet, la note 3 à la page 95 et, p. 486, la variante à la page 96.

5Mais les "conférences" rapportées maintenant diffèrent des rapides interviewes de l'enquêteur novice. Elles supposent le recours aux livres. Le jésuite de la quatrième Provinciale allait chercher les siens pour définir les conditions du péché (p.56). Il donnait quelques références, et montrait notamment l'ouvrage de Bauny, ouvert à "la page 34 où il y a une oreille". Les premiers tirages de la cinquième Provinciale ne donnaient pas ces sortes de précisions, ajoutées au contraire de façon systématique à partir de la sixième lettre, en abrégé, comme des notes en bas de page. Retourné chez le jésuite, "j'y portai des tablettes, explique le narrateur, pour marquer les citations des passages, et je fus bien fâché de n'en avoir point apporté dès la première fois"3. On supprima l'explication dans les éditions définitives, en même temps qu'on introduisit dans la cinquième lettre les mêmes sortes de références que dans les suivantes. Pascal a hésité entre deux sortes de crédibilité, la crédibilité littéraire, qui le poussait à garder à son personnage l'apparence d'un visiteur honnête homme, non d'un disciple appliqué a prendre des notes, la crédibilité polémique, qui l'a conduit, au risque de nuire à la cohérence de la fiction, à prouver sa bonne foi en fournissant au lecteur le moyen de vérifier l'exactitude de ses extraits.

  • 4 Il apparaîtra 57 fois dans les huit dernières.
  • 5 Sur la place quantitative des citations dans les Provinciales, voir à l'appendice n° 16, p. 302.

6Il voulait en effet présenter la pensée adverse en donnant l'illusion de l'objectivité. Comment mieux garantir la vérité des propos prêtés au casuiste interviewé qu'en les tirant des casuistes eux-mêmes ? Les textes sont là, avec les renvois permettant de retourner aux sources. Les "conférences" ont lieu symboliquement parmi les livres :. "Je ne veux pas que vous m'en croyez, dit le jésuite à l'enquêteur dès le début de la première rencontre, venez à la bibliothèque." Signe de l'importance de ce lieu, le mot livre intervient quarante fois dans les six Provinciales morales, alors qu'il n'était apparu que seize fois dans les quatre premières4. L'importance quantitative des citations (29 % du texte des lettres 5 à 10) apporte apparemment au lecteur la preuve indubitable de l'authenticité du témoignage qu'on lui fournit5.

  • 6 Supra , p.40.

7Mieux encore, ce témoignage sur la casuistique des bons Pères est porté par un membre de la Société. C'est lui qui conduit l'enquêteur dans sa bibliothèque, lui qui choisit les extraits, lui qui se plaît à les placer sous les yeux ébahis de son visiteur. Comme ce sont de vrais textes, tirés de vrais livres, on oublie vite que celui qui les cite n'est qu'une invention de l'auteur, une pièce de sa démonstration, une fiction nécessaire à l'organisation d'une invention littéraire. Pascal avait ainsi procédé dès la deuxième partie de sa première lettre en présentant comme réels les disciples de Le Moyne et de Nicolaï dans une scène imitée de Nicole, qui en avait au contraire souligné le caractère imaginaire6. Il avait ensuite continué à garantir la vérité de ses prétendus reportages en donnant à son enquêteur des interlocuteurs particulièrement représentatifs, le thomiste de la deuxième Provinciale, le docteur politique de la troisième, le jésuite mondain de la quatrième. Mais ce dernier était le seul dont les dires étaient en partie garantis par le recours aux ouvrages d'autrui (6 % de citations). Tous les autres devaient leur apparente réalité aux événements de Sorbonne dans lesquels ils avaient été impliqués plus ou moins directement, aux paroles qu'on leur prêtait dans la dispute ou à son occasion. Le casuiste des Provinciales morales a sur eux la supériorité de renvoyer à des livres, à des textes, à des références. Il en tire, pense-t-on, ses moindres propos.

8Au début de la neuvième lettre, il s'empresse auprès de l'enquêteur : "Il vint à moi et me dit, en regardant dans un livre qu'il tenait à la main..." Et après un extrait de quatre lignes: "Je ne savais si le bon Père lisait, ou s'il parlait de lui-même". Mais le casuiste n'est jamais que l'écho des autres : "Il m'ôta de peine en disant : "Ce sont les premières paroles d'un beau livre du P. Barry de notre Société, car je ne dis jamais rien de moi-même" (p.153-154). Dès la cinquième Provinciale, le jésuite a rejeté une intervention de l'enquêteur contestant une citation du père Bauny : "Je vous fais un récit et vous contestez contre moi. Il ne faut jamais disputer sur un fait" (p. 102). Il rapporte les opinions d'autrui sans les juger, les considérant comme des données objectives. Il leur doit l'être et sa façon d'être. Comme l'épistolier de Pascal tire son existence du récit de ses enquêtes, il tire la sienne du récit des opinions des casuistes dont il est le porte-parole.

  • 7 Dans l'ensemble des Provinciales, Escobar est cité 83 fois, Lessius 66, Bauny 62, Vasquez 48, Moli (...)

9Il en résulte un prodigieux renouvellement des personnages. On allait apparemment vers le dépouillement d'un tête-à-tête entre l'enquêteur et le casuiste. Grâce aux livres, une foule d'auteurs surgit entre eux : dix-huit dès la cinquième Provinciale, dont trois seulement ont été nommés une fois ou deux auparavant. Ils seront une bonne quarantaine dans l'ensemble des Provinciales morales, dont neuf cités plus de dix fois : après Escobar, qui apparaît 58 fois, viennent Bauny (31 occurrences), Diana (19), Sanchez (19), Lessius (18), Filiutius (17), Vasquez (16), Molina (15), Suarez (11). Derrière le personnage du casuiste se profile la troupe des auteurs qu'il cite, personnages qui existent ou qui ont réellement existé et qui semblent de ce fait lui communiquer une partie de leur existence7.

10Ce n'est pas tout. Invoquer autrui est dans la nature du casuiste. Le jésuite de la cinquième Provinciale cite-t-il Sanchez ? Il y trouve aussitôt des renvois à Angelus, à Sylvius, à Navarre et à E. Sa (p.85-86). Toute décision sur un point suscite le rappel des avis de ceux qui ont donné le leur sur le même sujet. Escobar, l'incontestable vedette des Provinciales morales, n'a rien fait d'autre que de recueillir dans sa Théologie morale les opinions de vingt-quatre jésuites dont il l'a compilée. Cités dix-sept fois collectivement, ces "vingt-quatre vieillards" figurent continuellement à ses côtés pour le soutenir, comme les garants invoqués par le jésuite restent toujours sous sa main dans sa bibliothèque. Du bon Père à Escobar, et de celui-ci aux vingt-quatre vieillards et à leurs décisions, il y a une sorte de mise en abîme d'autant plus vertigineuse que les noms et les chiffres du manuel d'Escobar renvoient précisément aux pages des livres qui sont censés s'étaler en grandeur naturelle sur les rayons qui entourent l'enquêteur et son casuiste.

11Pascal a joué une seconde fois sur le même effet dans la même lettre. "Voyez Diana qui a tant écrit, dit le jésuite. Il a mis à l'entrée de ses livres la liste des auteurs qu'il rapporte. Il y en a 296." Et il en cite 46, comme s'il lisait un extrait du catalogue de sa bibliothèque. A la mise en abîme s'ajoutent le redoublement et l'envahissement. Tout se passe comme si le casuiste pouvait sans cesse ajouter citations à citations et juxtaposer indéfiniment de nouveaux garants. Comme Escobar se présente comme le porte-parole de vingt-quatre vieillards et Diana de deux cent quatre-vingt-seize auteurs graves, il apparaît lui-même comme le porte-parole d'Escobar, de Diana, de tous ceux qu'il a cités et aussi de tous ceux auxquels ses prédécesseurs ont renvoyé, bref de tous les "nouveaux casuistes" possibles. Double d'Escobar, le jésuite de Pascal est celui qui renvoie aux autres, centre et lieu d'une parole qui peut se multiplier à l'infini dans une sorte d'immense jeu de miroir.

12Mais la quantité n'est pas la qualité. Le tort du casuiste est d'être l'homme de la compilation, c'est-à-dire du nombre, au lieu d'être celui de la tradition, c'est-à-dire des Pères choisis dès l'origine pour transmettre la parole de Dieu. Pascal tire un effet comique de l'opposition de tant de noms inconnus et de ceux des quatre grands saints (Augustin, Chrysostome, Ambroise, Jérôme) que les jésuites prétendent avoir fait disparaître "pour ce qui est de la morale" (p.91).

13Ces gens qu'ils prétendent "bien habiles et bien célèbres" ne sont que de "nouveaux casuistes", de "nouveaux auteurs", "venus au monde seulement depuis quatre-vingts ans", depuis la création de la Société de Jésus. Le bon Père n'a pas su choisir ses auteurs. Reflet d'une pensée moderne et sans fondement authentique, il se laisse égarer par ceux qu'il prend pour des garants parce qu'ils se sont déclares tels. Il n'est qu'un faux savant, qui confond l'abondance et l'autorité.

14Pascal a ainsi glissé le ridicule dans le ressort de son casuiste. La bibliothèque dans laquelle il vit fonde son existence, mais elle le transforme en même temps en personnage de comédie. Parce qu'il vit parmi les mots, dans un monde purement livresque, il fait inévitablement penser au pédant que Furetière définira bientôt comme "celui qui fait un mauvais usage des sciences, qui les corrompt et altère, qui fait de méchantes critiques et observations comme font la plupart des gens de collège". Où étiez-vous en 1647, demande l'enquêteur au bon Père à la fin de la sixième Provinciale ? "J'enseignais les cas de conscience dans un de nos collèges assez éloigné de Paris" (p. 111). Le jésuite des Provinciales est un pédant de province, nouvellement arrivé dans la capitale. Et comme tous les pédants, grisé de citations et de raisonnements, il se laisse aisément manipuler par l'enquêteur qui tient la place de l'élève se plaisant à "brancher" le maître sur son sujet favori. Fort de son savoir et fier de son rôle, il ne s'aperçoit pas qu'on s'amuse à le faire parler, qu'on le pousse à choisir et à soutenir les thèses les plus extravagantes pour le seul plaisir d'enseigner et de déduire.

  • 8 Selon l'expression de P. Kuentz, "Un discours nommé Montalte", RHLF, 1971.

15Les membres de la Compagnie, dans leurs répliques, ont protesté contre l'invraisemblance du confrère qu'on leur imposait. Ils ont raison : même la naïveté du professeur a ses limites. Mais elle avait depuis longtemps cessé d'en avoir dans la tradition littéraire, des fabliaux du Moyen Age au tout récent Pédant joué de Cyrano (1654) en passant par-l'Herminius du Francion de Sorel et surtout par le docteur de la Commedia dell'arte que Molière va bientôt mettre à la mode sur la scène parisienne. Invraisemblable si on veut y voir une peinture de la réalité contemporaine, le personnage du casuiste joué reste possible littérairement. Les cavaliers et les dames l'acceptent parce qu'il s'accorde parfaitement à leur attente : ils y retrouvent un modèle culturel traditionnel et caricatural. L'habileté de Pascal a été de fonder sur ce type connu l'existence imaginaire du jésuite dont il avait besoin, personnage qui, comme dans la farce, n'a pas besoin d'être crédible du moment qu'il exerce la fonction pour laquelle il a été inventé : choisir, classer et rapporter le sottisier de la casuistique8.

16L'absence de sérieux de ce jésuite "fonctionnel" vient incontestablement de la façon dont il admire inconditionnellement les textes surprenants ou odieux de ceux qu'il cite. Mais dans la mesure où Pascal en a fait le porte-parole de la Compagnie, il projette à son tour sur les livres et les auteurs qu'il mentionne son comique de casuiste comblé. Il transforme à sa suite Escobar et les autres, pourtant docteurs graves par définition, en personnages plaisants. Chargé de présenter leurs thèses et de garantir l'objectivité de cette présentation en sa qualité de jésuite spécialiste des cas de conscience, il sert en fait à les disqualifier d'avance. Double ridicule d'Escobar, il l'entraîne dans son propre discrédit en même temps que tous les auteurs de traités de casuistique dont ils sont conjointement devenus les symboles. Objet de farce, puisqu'elle est racontée par un docteur de comédie, la théologie morale des jésuites est tout entière projetée dans le domaine de la fantaisie et du burlesque par celui que Pascal a choisi pour la présenter à l'enquêteur et, à travers lui, au destinataire-public.

17Cette mise en scène burlesque du discours des casuistes contraste avec la gravité de l'avertissement du janséniste placé en tête de la cinquième lettre pour servir de préambule à l'ensemble des Provinciales morales. A la logique littéraire de l'œuvre, qui oblige Pascal à illustrer les théories de l'adversaire de façon plaisante afin d'en conserver le caractère galant, s'oppose sa logique polémique, qui le conduit à reconnaître, pour les dénoncer, l'importance, la puissance et le prestige des jésuites. Les jansénistes ne luttent pas contre des docteurs en comédie ; ils utilisent cette sorte de personnage comme une machine de guerre contre un ordre puissant. D'où l'intérêt de l'entretien initial : il contrebalance le comique à venir du casuiste par l'exposé sérieux de la volonté subversive de la Société. Il fallait le faire d'emblée, puisque l'épistolier, dans la suite, ne monologue guère au début ou en fin de lettre, puisque ses apartés sont rares et qu'il n'a pas d'autre interlocuteur.

18Le seul but de la Compagnie, dévoile préalablement le janséniste, est de dominer les consciences. Renversant les valeurs, les jésuites se fient à leurs manœuvres au lieu de faire confiance à la seule grâce de Dieu. Le goût de la domination est devenu chez eux plus fort que le soin du salut des âmes. Il explique leur soumission aux caprices de leurs pénitents ("Il faut avoir de quoi satisfaire tout le monde"). On comprend, dans ces conditions, qu'ils méprisent la grâce efficace :"Comme leur morale est toute païenne, la nature suffit pour l'observer" (p.78). Ainsi se trouve posé le mythe de la solidarité de tous les membres de l'ordre dans une action collectivement concertée, "un si grand corps ne pouvant subsister dans une conduite téméraire, et sans une âme qui le gouverne et qui règle tous ses mouvements : outre qu'ils ont un ordre particulier de ne rien imprimer sans l'aveu de leurs supérieurs" (p.74). S'ils ont des directeurs de conscience sévères et des relâchés, ce n'est pas le signe d'une naturelle diversité, mais la preuve de leur dessein de "gouverner toutes les consciences" et de leur habileté à le réaliser.

19Le casuiste des Provinciales est donc parfaitement fondé à parler, comme il le fait, au nom de toute sa Compagnie. Il reprend longuement, dans la neuvième lettre, l'idée avancée par le janséniste dans la cinquième, que "la Société répond de tous les livres" des Pères (p. 157). Il développe à trois reprises, dans les sixième, septième et neuvième lettres, la théorie de la double morale destinée à satisfaire à la fois ceux qui acceptent une morale austère et ceux pour lesquels il faut l'adoucir afin de ne les point rebuter (p. 103-104 ; 114-115; 157-158). Ainsi Pascal reste-t-il fidèle à sa méthode de la reprise des mêmes idées, à des moments et à des niveaux différents. Mais surtout, en plaçant dans la bouche de son jésuite des propos qui répètent et précisent ceux que le janséniste avait tenus antérieurement, il garantit pour le lecteur la vérité de la vision qu'on lui avait d'avance donnée, d'une Compagnie dont les membres couvrent sciemment "du prétexte d'une prudence divine et chrétienne" les sombres machinations de leur "prudence humaine et politique". Il ne suffit pas de les ridiculiser pour l'étrangeté de leurs noms ou par le comique de leur porte-parole. Il faut également dénoncer leur goût de la puissance et du pouvoir.

20Moqueries et accusations vont dans le même sens : disqualifier l'adversaire. On ne peut faire confiance à des religieux dont il faut à la fois rire et se méfier. Leur casuistique est à la fois ridicule et redoutable. On ne doit pas en effet en chercher le sens dans son objet affiché, la résolution des cas de conscience particuliers, mais en dehors de lui, dans les manœuvres de la Compagnie. Cessant d'être un des aspects de la théologie morale commune à tous les prêtres catholiques, elle devient dans ses mains un instrument de pouvoir. L'accusation, gratuite et assurément mensongère, systématise à l'extrême des tendances parfois décelables chez quelques individus. Comme Voltaire le fera plus tard à propos de l'Église tout entière, Pascal interprète en termes de complot volontaire les effets inévitables et naturels d'une idéologie dominante. Il présente comme la conséquence de la politique consciente de tout un ordre ce qui s'est spontanément produit sous la poussée des circonstances et d'un effort diffus d'adaptation au temps. Les jésuites n'ont pas fait de la casuistique dans le dessein formé d'étendre et d'assurer leur pouvoir, mais parce qu'ils devaient adapter aux exigences de l'époque le pouvoir dont ils disposaient. Peut-être avaient-ils compris ces exigences mieux que d'autres et donné pour cela une allure un peu plus moderne à leur casuistique. Encore faudrait-il être sûr qu'elle ait vraiment été différente.

Notes

1 165 lignes sur 493, soit 33, 46 %.

2 D. Descotes a le premier souligné, dans son étude sur la "fonction argumentative de la satire dans les Provinciales, qu'il existe une distance chronologique entre Montalte-auteur et Montalte-narrateur, ceux que nous appelons, nous, l'enquêteur et l'épistolier. Mais, comme le remarque G. Ferreyrolles (op.cit. , p.47), ce décalage est bref : "A la fin de chacune de ses conversations avec le bon Père, Montalte-personnage en sait autant que son double." D'autant que le narrateur ne laisse pas le temps s'écouler et son information s'accroître avant de la transmettre au destinataire-lecteur. Chaque conversation est immédiatement suivie d'une lettre, à l'exception toutefois de celle qui précède la sixième lettre, qui fait aussi, semble-t-il, l'objet de la septième.

3 Voir, dans l'édition Cognet, la note 3 à la page 95 et, p. 486, la variante à la page 96.

4 Il apparaîtra 57 fois dans les huit dernières.

5 Sur la place quantitative des citations dans les Provinciales, voir à l'appendice n° 16, p. 302.

6 Supra , p.40.

7 Dans l'ensemble des Provinciales, Escobar est cité 83 fois, Lessius 66, Bauny 62, Vasquez 48, Molina 32, Sanchez 25, Diana 23, Hurtado 15, Suarez 13. Quatorze casuistes ne sont cités qu'une fois (compte non tenu de la liste tirée de Diana).

8 Selon l'expression de P. Kuentz, "Un discours nommé Montalte", RHLF, 1971.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540