Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

L'illusion épistolaire

Texte intégral

  • 1 Le pseudo-épistolier. Si l'on applique aux Provinciales la distinction que nous avons proposée dan (...)

1Un en-tête ("Monsieur"), une date ("De Paris, ce 23 janvier 1656"), l'emploi de la première personne ("Nous étions bien abusés". "Je ne suis détrompé que d'hier"), une formule de politesse finale ("je suis etc.") : Pascal, dès le début de la première Provinciale, a groupé tous les signes indiquant au lecteur qu'il est en train de lire une lettre. D'entrée, les premiers mots établissent la communauté épistolaire : l'auteur et le destinataire sont réunis dans un seul pronom personnel ("nous"), et un verbe à la première personne du pluriel les place tous deux dans la même situation par rapport à la vérité. Cela ne dure pas : "Vous serez bien surpris, continue Pascal, quand vous apprendrez par ce récit [...]".Le destinataire a une existence autonome. Dès la seconde phrase, l'épistolier1 affirme aussi la sienne : "Je ne suis détrompé que d'hier". A l'apparente identification des trois premiers mots succède la véritable relation épistolaire, qui suppose à la fois éloignement (donc différence) et volonté de rapprochement par le discours. Mais le destinataire ne pourra être désabusé qu'après un délai : l'épistolier, détrompé d'hier, a un jour d'avance, et son message mettra du temps pour parvenir à destination. Le futur constate la distance, que la lettre est chargée de combler en transmettant au provincial l'information qui lui manquait.

2La dernière phrase de la première Provinciale découvre parfaitement la structure épistolaire : "Si ce récit ne vous déplaît pas, je continuerai de vous avertir de tout ce qui se passera." Omettant le nous, qui existe seulement à l'horizon de l'échange, elle définit clairement la lettre comme le moyen de continuer à transmettre de l'information, sur ce qui se passe, entre un je et un tu par le moyen du récit."Nous étions bien abusés", au tout début, plaçait imaginairement les deux amis dans le même temps, le même espace, le même climat, par une sorte de communication immédiate, comme s'il y avait eu transmission de pensée. La phrase finale rétablit la vraie situation. Il y a le je qui écrit après s'être inmé, il y a le tu qui reçoit l'information, il y a l'objet de l'information, ("ce qui se passera") et il y a enfin le moyen de l'information (le "récit"). Le je, qui est au centre des nouvelles ("De Paris") informe celui qui en est éloigné (donc un provincial) afin de reconstituer partiellement l'unité perdue. A la charnière des deux parties de sa lettre, l'épistolier rappelle leur ancienne communauté : "Nous pensions vous et moi" (p.8). C'était une erreur : "Nous étions bien trompés". Il ne peut donc, lui qui est au centre de l'affaire, garder pour lui son savoir neuf. Il doit le faire partager à l'absent : "je suis devenu grand théologien en peu de temps, et vous en allez voir des marques". La situation respective des deux amis oblige le parisien à désabuser le provincial. Cette réalité, qui entraîne le contenu de la lettre, fonde aussi la nécessité de l'existence d'une communication épistolaire, à laquelle le lecteur est invité à se laisser prendre sans s'occuper de son caractère fictif. La forme choisie par Pascal a pour but de lui faire oublier que, libéré de tout épistolier et de tout destinataire, le texte qu'il va lire n'a été en fait inventé par son auteur qu'afin de lui faire prendre pour vrai un message habilement truqué.

3Elle lui permet par exemple de mêler les avantages d'une objectivité prétendue à ceux d'une séduisante subjectivité. En même temps qu'elle se présente comme une lettre, la première Provinciale avoue à trois reprises qu'elle est essentiellement récit. La relation fait partie des subdivisions reconnues d'un genre protéiforme. Tout le début, sur la question de fait, lui appartient : l'auteur disparaît totalement derrière la narration, menée d'un bout à l'autre à la troisième personne. On aimait ces lettres "historiques", racontant minutieusement les "particularités" d'un événement, mariage d'un roi, mort d'un Grand, haut fait militaire. Le débat de Sorbonne sur la censure d'Arnauld est élevé par Pascal à la hauteur de ces importantes nouvelles : son "éclat" apparent l'en justifie.

4Dès qu'elle se prolonge un peu, la relation risque de se confondre avec n'importe quel récit. C'est pourquoi l'auteur a choisi, pour la seconde partie de sa lettre, une autre façon de raconter. Il l'utilise en trompe-l'œil, profitant des ambiguïtés du je pour le mettre en rapport, en deçà du destinataire de la lettre, avec tous ceux près desquels il est allé, dans une suite de sept consultations, s'informer des problèmes de la grâce et du pouvoir prochain. Dans ce pseudo-reportage, Pascal accumule les je comme autant de signes épistolaires, alors que le moi mis en scène n'est plus celui de l'épistolier en train d'écrire mais celui de l'enquêteur face à autrui. A moins qu'il ne se dédouble comme dans cette phrase : "je dis donc à mon disciple de M. Le Moyne : je connais un homme [...]"(p. 17). Grâce à la souplesse de la forme épistolaire, on passe aisément du récit au reportage puis au dialogue. La mise en perspective du moi du narrateur permet d'allier plusieurs genres, et sous une apparence d'unité, une grande diversité de tons et de moyens.

5L'emploi de la première personne a également pour but d'infléchir le jugement du lecteur et de lui garantir fallacieusement la vérité de l'information qu'on lui transmet. Qui oserait accuser de mensonge l'épistolier qui s'est donné tant de mal pour tirer au clair une affaire volontairement obscurcie ? Le sérieux de son enquête est la preuve d'une bonne foi qui donne confiance. On oublie que tout cela n'est fondé que sur une vraisemblance littéraire et que le je qui nous parle est celui de l'auteur inconnu d'une lettre anonyme. Tout repose sur la réussite technique d'une missive fictive qui prétend faire prendre pour un témoignage objectif le point de vue forcément subjectif d'un je dont on se doutait bien, dès la parution de la première lettre, qu'il était celui d'un personnage imaginaire. La pseudo-réalité de l'épistolier doit en principe donner de la réalité au je de l'enquêteur. A moins qu'inversement, on ne croie suffisamment au je de l'enquêteur pour croire aussi à celui de l'épistolier. L'essentiel est que, le temps d'une lecture, l'un et l'autre ne soient pas conjointement reconnus pour ce qu'ils sont : d'heureuses fictions. Le message de vérité ne passera que si le mensonge de l'art passe inaperçu, volontairement oublié par un lecteur séduit.

6L'invention du destinataire provincial va dans le même sens. Face à l'auteur de la lettre, témoin parfaitement informé, il est l'ignorant auquel celui-là s'intéresse assez pour l'associer à son enquête et lui en révéler les résultats. Attentif à son lecteur, Pascal prévient ses demandes et ses réactions sous couleur d'être un épistolier parisien prévenant celles d'un ami : "Vous serez bien satisfait", lui dit-il, ou bien : "Vous en allez voir des marques". Comme dans une correspondance réellement échangée, il guide doucement le destinataire là où il veut. Par sa structure, qui favorise la communication entre les deux êtres qu'elle privilégie, la forme épistolaire est un outil de persuasion. Quiconque est peu ou mal informé de l'affaire de Sorbonne s'identifie aisément au provincial et cède au charme pascalien sans s'apercevoir que la lettre est un piège qu'on lui a tendu.

  • 2 Sur l'air galant et la lettre galante, voir supra, p. 75, et les références aux Conversations de M (...)

7Selon l'avertissement de Nicole en tête de l'édition collective des Provinciales en 1657, l'auteur, dans les quatre premières lettres, représente "une personne peu instruite de ces différends, comme le sont ordinairement les gens du monde dans l'état desquels il se met". Il se fait "éclaircir de ces questions insensiblement par ces docteurs qu'il consulte, en leur proposant ses doutes et recevant leurs réponses, avec tant de clarté et de naïveté que les moins intelligents entendirent ce qui semblait n'être réservé qu'aux plus habiles" (p. 471). La fiction épistolaire permet de jouer doublement sur le lecteur, qui se reconnaît à la fois dans l'auteur peu instruit et dans le destinataire qui n'a plus besoin d'être très intelligent pour comprendre de quoi il s'agit. On croyait lire une lettre, et on lisait un texte dont l'originalité n'est pas d'être épistolaire mais d'être écrit dans le langage clair et naïf des honnêtes gens. L'habileté de Pascal est d'avoir utilisé une forme apparemment capable de transformer le jargon des théologiens dans le langage des gens du monde. On ne saurait piéger davantage le lecteur. On lui annonce une lettre sur le débat en Sorbonne à propos de controverses théologiques, et tout est organisé pour qu'il ne prenne pas garde qu'auteur, destinataire et médium sont inventés ou reconstitués à sa mesure et pour qu'il ne soit pas dépaysé. On a même conservé le ton "galant"2. Loin d'être un document qui lui ferait connaître un dialogue réel et une enquête véritable, la première Provinciale est un faux inventé d'un bout à l'autre à la mesure du lecteur mondain. La forme épistolaire sert à lui cacher le but à la fois didactique et polémique de l'entreprise. Le voilà, qu'il le veuille ou non, embarqué.

8Les repères mis en place par Pascal pour donner à son texte l'apparence d'une lettre ne sont, à vrai dire, pas très nombreux. On en trouve quelques-uns au début de la lettre pour poser la communauté et la différence. C'est le seul endroit où apparaissent en quelques lignes (14) trois premières personnes du singulier, trois vous successifs et un nous collectif. L'épistolier attend alors 36 lignes avant de dire à nouveau je, de façon répétée, dans la conclusion de la première partie, et 20 lignes encore avant de réintroduire le destinataire (deux vous et un vous et moi) dans la transition vers la deuxième partie (p. 8), puis au tout début du reportage ("comme vous savez"). Il faut aller ensuite jusqu'à la conclusion de la lettre pour retrouver le destinataire, représenté cinq fois par le pronom vous ("vous écrire ce récit" etc., p. 19). Dans une lettre qui s'étend sur 339 lignes, les signes épistolaires ne sont distribués que dans les 14 lignes initiales, les 20 lignes qui terminent le premier point, les 13 lignes qui introduisent la deuxième partie et les 24 lignes finales, soit dans 71 lignes en tout. En ouvrant, à n'importe quelle page, n'importe quelle correspondance réellement échangée, on mesure combien cette proportion (21 %) est faible et combien, notamment, la présence du destinataire est faiblement marquée. Il suffit qu'on puisse croire lire par-dessus son épaule. Il ne doit pas être un écran entre le massage et le lecteur.

9Dans la deuxième Provinciale, le correspondant n'est présent que dans les douze premières lignes et dans les six dernières (6 vous en tout et, à la deuxième ligne, l'expression "notre ancien ami"). Mais Pascal fait cette fois mention des contraintes postales, indispensable fondement de toute correspondance réellement échangée. Il se montre (1ère ligne) en train de clore sa première lettre et note une nouvelle de dernière heure, apprise en fermant sa seconde (4e ligne avant la fin). Il annonce la lettre suivante, qu'il enverra, dit-il, par "l'ordinaire", c'est-à-dire par le courrier régulier. Dans une lettre où les signes de la communication entre première et deuxième personnes sont presque oubliés (22 lignes sur 358, soit 6 %), la place accordée aux conditions concrètes de l'écriture (écrire, fermer sa lettre, l'expédier par l'ordinaire) affirme le maintien de la convention épistolaire.

10Elle l'est quasi tacitement dans la quatrième lettre. A la date, au "Monsieur" et à la formule finale ne s'ajoute que la dernière phrase : "J'espère que ce que j'en apprendrai sera le sujet de notre premier entretien". On ne peut davantage escamoter un destinataire qui n'apparaît qu'implicitement dans la communauté fictive d'un entretien où l'auteur de la lettre parle seul. On ne l'évoque que pour affirmer la continuité d'un récit découpé en exposés successifs. Les lettres se détachent comme se détacheront plus tard les épisodes d'un feuilleton. Réduite à rien, la forme épistolaire sert uniquement à annoncer : la suite au prochain numéro. Pascal n'en avait pas besoin dans le corps de sa lettre : le janséniste ami qui le seconde auprès du jésuite fournit un relais suffisant. C'est avec lui que l'enquêteur dialogue, à lui que le lecteur est invité à s'identifier.

  • 3 Plus évidemment si l'on y prend garde. Mais peut-être Pascal a-t-il au contraire pensé que les nom (...)

11L'éclipse du destinataire et l'oubli de la forme épistolaire dans la quatrième lettre apparaissent d'autant plus évidemment3 que Pascal les avait plus que jamais mis en valeur dans la troisième. Fait unique, l'épistolier commence par un accusé de réception : "je viens de recevoir votre lettre". Il adopte, dans le second paragraphe, le ton de la confidence ("je vous avoue, Monsieur") et de la complicité ("Vous admirerez comme moi"). Il prend son correspondant à témoin : "Ressouvenez-vous, je vous prie [...]. Rappelez dans votre mémoire". La communauté des souvenirs resserre le lien épistolaire en élargissant dans le temps la communauté d'intérêt. Il utilise l'impératif de la première personne pour s'exhorter en même temps que son correspondant : "Pour nous, qui n'approfondissons pas tant les choses, tenons-nous en repos sur le tout. Voulons-nous être plus savants que nos maîtres ? N'entreprenons pas plus qu'eux. Nous nous égarerions dans cette recherche." Epistolier et destinataire sont ironiquement réunis dans une commune humilité. Pascal, dans le même passage, utilise même la tournure interrogative comme s'il oubliait la distance qui rend impossible toute réponse immédiate ou s'il s'installait dans un commerce épistolaire régulier. Il avait pareillement, quelques lignes plus tôt, demandé : "Croiriez-vous, Monsieur, que la plupart des gens[...] sont entrés en mauvaise humeur ?" C'est la seule fois qu'il donne tant de présence à son interlocuteur.

12On retrouve des impératifs dans les dernières lignes : "Laissons donc là leurs différends[...].Nous, qui ne sommes point docteurs, n'avons que faire à leurs démêlés. Apprenez des nouvelles de la censure à tous nos amis, et aimez-moi autant que je suis, Monsieur, etc…" Une relative apporte une précision d'importance sur le nous des correspondants. Leur communauté n'est pas celle du savoir technique des docteurs. Elle repose sur l'amitié ("aimez-moi"). Elle s'inscrit dans un large cercle d'amis qu'il faut informer. Le destinataire n'est qu'un relais vers un public plus vaste. Les lettres qu'on lui adresse ne sont pas des lettres privées, mais des lettres ouvertes destinées à être montrées. Pascal en reconnaît le caractère public. La recrudescence des signes épistolaires avait paradoxalement pour but non d'adapter la lettre à un ami unique, mais de renforcer son emprise sur tous les lecteurs qui s'identifieront à lui.

13La réponse du provincial, qui précède cette troisième lettre, va évidemment dans le même sens. Jeu sur le système épistolaire, elle révèle l'une de ses virtualités. Pascal aurait pu procéder par questions et réponses au fil d'un échange suivi. Il ne le fait pas. Même dans cette unique réponse, le provincial se contente d'approuver les lettres reçues et d'en demander la continuation. Il ne faut pas qu'il prenne trop d'importance. Comme il n'est là que pour symboliser le lecteur, il doit être suffisamment indifférencié pour que chacun puisse se projeter en lui. Dès les premières lignes, il grandit à la dimension du public : "Vos deux lettres n'ont pas été pour moi seul. Tout le monde les voit, tout le monde les entend, tout le monde les croit". Pascal profite de la structure épistolaire pour insérer, sous prétexte de réponse, une sorte de prospectus publicitaire qui garantit le succès par le succès. Les deux lettres que le provincial recopie prouvent que tous les honnêtes gens peuvent le lire. Académicien et belle dame jouent le même rôle que le provincial de la première lettre : ils anticipent sur le comportement qu'on attend du lecteur.

14En prenant place dans le jeu de la réalité et de la fiction, ils contribuent à donner aux Provinciales l'apparence de vraies lettres. On soupçonne Chapelain d'être l'auteur du premier texte et, sur le témoignage de Racine, on attribue le second à Mlle de Scudéry. On peut sans trop de peine y reconnaître leur style. Mais Pascal a bien vu qu'il importait (sans parler des raisons de discrétion et de sécurité) de laisser dans l'ombre l'identité de ses admirateurs et la provenance de leurs missives. De l'incertitude de leur origine, elles tirent la possibilité de s'insérer facilement dans une série de lettres fictives. Inversement, dans la mesure où le lecteur, intrigué, cherche à leur donner des auteurs, il les situe spontanément dans le réel plutôt que dans l'imaginaire, et l'existence supposée de ceux qui jugent le texte pascalien rejaillit sur sa nature. La réponse du provincial et les lettres qui y sont insérées servent à donner l'illusion d'une correspondance effectivement échangée et confèrent à l'ensemble auquel elles appartiennent une apparence d'authenticité. On fait d'autant plus confiance à leur contenu ("tout le monde les croit") que cette apparence fait oublier que ce sont des lettres fictives.

Notes

1 Le pseudo-épistolier. Si l'on applique aux Provinciales la distinction que nous avons proposée dans notre article "Réalité vécue et réussite littéraire" (Revue d'Histoire Littéraire de la France, 1971, repris dans Ecrire au temps de Mme de Sévigné, 1982, p. Il sq.), Pascal en est l'auteur épistolaire et le personnage qu'il met en scène à la première personne l'épistolier fictif dont l'auteur épistolaire cherche tantôt (le plus souvent) à faire oublier le caractère imaginaire, tantôt à le confondre (principalement dans les huit dernières) avec son personnage d'auteur (anonyme).

2 Sur l'air galant et la lettre galante, voir supra, p. 75, et les références aux Conversations de Mlle de Scudéry (p. 75, n. 1, et p. 80, n.l).

3 Plus évidemment si l'on y prend garde. Mais peut-être Pascal a-t-il au contraire pensé que les nombreux signes épistolaires contenus dans la précédente lettre suffisaient à assurer le caractère épistolaire de la quatrième lettre.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540