Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Un amalgame réussi

Texte intégral

1Pascal, dans sa quatrième Provinciale, présente comme équivalentes trois propositions tirées de trois auteurs. Reconnue comme telle par le jésuite qui les présente, leur convergence suggère celle de tous les auteurs de son ordre, dont le janséniste rappelle "le beau nombre". La première imposture de cette Provinciale est d'oublier qu'entre Bauny, Annat et Le Moyne, il y avait de grandes différences.

  • 1 Entre la cinquième édition de 1641 et 1656, date de cette Provinciale, il y avait eu au moins troi (...)
  • 2 Le titre complet montre bien le caractère pratique du livre de Bauny : "Somme des péchés qui se co (...)
  • 3 Abbé Cognet, op. cit., n. 1, p. 54.

2Premier cité, le père Etienne Bauny était un spécialiste de théologie morale. Il avait en 1634 publié une Somme des péchés qui se commettent en tous états. Malgré les censures qui l'avaient frappé, notamment en 1641 et 1644, l'ouvrage, revu et corrigé par l'auteur, avait connu une série de réimpressions dont une, en 1641, la cinquième, celle que cite le jésuite de Pascal1. Ce gros livre (1121 pages) n'était pas un traité de théologie avec des chapitres sur la grâce, mais un manuel de casuistique, s'efforçant de définir la qualité et la gravité des péchés2. "Ce mot de grâce actuelle me brouille, dit l'enquêteur. Je n'y suis pas accoutumé." Le père Bauny non plus. Il ne l'emploie pas dans le passage retenu par Pascal ni couramment dans son livre. A lire la quatrième Provinciale, on dirait que l'expression était propre aux jésuites, qui voudraient l'imposer. Certains d'entre eux l'utilisaient, mais les jansénistes non plus "ne répugnaient point à l'employer", bien qu'elle n'apparût ni dans les Pères ni dans saint Thomas3. Pour l'auteur de la Somme des péchés, il ne s'agit pas de discuter théoriquement des cheminements de la grâce, mais d'apprécier concrètement le degré de responsabilité des pécheurs.

3A la différence du père Bauny, le père Annat utilise, lui, l'expression de grâce actuelle dans le texte repris par Pascal. Professeur de philosophie et de théologie avant d'être provincial de l'ordre, confesseur de Louis XIV depuis 1654, ce jésuite est surtout un polémiste. Il s'était introduit dans le débat en écrivant, au début de 1656, un opuscule qui prétendait réfuter certaines affirmations de la Seconde Lettre à un duc et pair. La proposition relevée dans la quatrième Provinciale lui paraît tellement incontestable qu'elle est l'évidence qui lui sert de point d'appui, dans un raisonnement en forme de syllogisme, pour établir qu'Arnauld a mal interprété un passage de saint Thomas. Ce docteur a bien dit que "Dieu ne donne pas toujours sa grâce pour aimer et pour croire", mais non qu'il la refuse "lorsqu'elle est tellement nécessaire que, sans elle il est impossible d'empêcher une omission coupable", ou "une coupable commission". Le confesseur du Roi distingue le don de la grâce dans le cas de l'amour de Dieu et de la foi et dans les occasions de péché. Cette distinction n'aboutit pas à absoudre nécessairement le pécheur comme le laisse entendre Pascal en omettant le dernier membre de la citation : "S'il est damné, ce ne sera pas en punition de cette omission, mais pour ses autres crimes". Le père Annat ne disculpe pas l'incroyant, il précise le domaine de son péché. Par son contexte comme par son projet, le texte où il discute l'affirmation d'Arnauld n'a rien à voir avec celui du père Bauny qui traite de la responsabilité du pécheur chrétien.

4Celui d'A. Le Moyne a le mérite d'avoir été écrit par un métaphysicien, qui avait élaboré une théorie de la grâce pour l'enseigner à la Sorbonne. C'est contre elle qu'Arnauld avait écrit l'Apologie pour les saints Peres dont Pascal est en train de reprendre l'argumentation dans sa lettre. Il l'y introduit plaisamment, lui et son système : "Il l'a appris de nous, à la vérité, dit le bon Père, mais il l'a bien démêlé. Oh ! qu'il l'a fortement établi ! " C'est reconnaître, en le soulignant pour mieux le cacher, que le docteur Le Moyne n'est pas jésuite. C'est aussi oublier qu'il a longuement mûri sa théorie de 1642 à 1648 et en méconnaître volontairement l'originalité qu'Arnauld du moins avait reconnue en l'attaquant. Comme dans les Provinciales précédentes on ne s'apercevait guère de la différence de la grâce suffisante en général et de la grâce suffisante de prière, on ne s'aperçoit pas ici qu'on est passé du statut de l'homme qui n'a pas la foi à l'examen de la manière dont, en théorie, de façon ontologique et pas nécessairement consciente, Dieu accorde au chrétien en état de grâce le secours dont il a besoin pour le prier et obtenir ainsi la grâce qui l'empêchera de pécher. Replacé dans ce contexte, le passage de Le Moyne détaille et systématise ce qui peut apparaître comme une évidence : Dieu, en tentant un juste, lui donne toujours en même temps un secours pour l'aider à surmonter la tentation.

5Pascal a placé côte à côte, comme s'ils étaient équivalents, trois textes qui se ressemblent sans avoir la même signification. Il prétend illustrer la pensée des jésuites en puisant chez trois auteurs dont un n'appartient pas à la Compagnie. Il choisit de partir d'une définition de la grâce actuelle, et l'on ne retrouve cette expression que dans un seul des extraits cités. Le système fonctionne d'autant mieux qu'il fonctionne selon sa propre loi, celle que l'auteur lui a imposée sans tenir compte du contexte des passages qu'il a réemployés. Il a reconstruit à partir d'eux un ensemble cohérent qui suscite l'adhésion du lecteur. Mais, alors qu'il s'agissait d'un débat d'idées portant sur des notions difficiles et d'interprétation délicate, il n'a tenu compte que de l'efficacité de sa démonstration sur le lecteur mondain. A l'argumentation logique impossible à mener correctement en quelques pages, il a, par le choix des auteurs cités, et par l'organisation de sa lettre, préféré la présentation polémique et l'invention littéraire.

6Arnauld, dans son Apologie pour les saints Pères, avait consacré plus de cent pages au quatrième et au cinquième point de sa troisième partie, intitulée "De l'efficace de la grâce. De la coopération de la volonté avec la grâce". Il montrait, dans un article XV, les "absurdités incroyables dans lesquelles M. Le Moyne a été contraint de se jeter pour soutenir la nécessité de sa grâce suffisante de prière". II y relevait un "endroit important" de ce docteur, "qui fait voir combien sa doctrine est pernicieuse même dans les mœurs", celui même que Pascal cite dans sa quatrième Provinciale. Puis, dans un article XVI, il annonçait "plusieurs exemples" montrant comment, selon la doctrine de Le Moyne, "les plus grands crimes que les hommes aient commis" n'étaient plus que des "péchés matériels" que Dieu ne peut pas "imputer à péché". Il examinait, en les classant par numéros, le cas des athées, des idolâtres, des philosophes païens et des épicuriens, des chrétiens "qui n'ont point reconnu la nécessité de la grâce pour faire le bien et éviter le péché", des justes qui pèchent par ignorance ou par surprise, "de ceux qui perdent fort jeunes l'innocence de leur baptême". En appliquant le texte de Le Moyne à une série de cas pour en montrer les conséquences dans le domaine de la morale, Arnauld ruine une théorie qui, selon lui, ne laisse pratiquement plus de place pour le péché. Il procède sans mise en scène, par juxtaposition, dans un ordre qui allie une certaine logique (de l'athée au juste) à la chronologie (des païens et des juifs au chrétien d'aujourd'hui).

7Pascal ne retient pas tous ces exemples et ordonne ceux qu'il garde selon les nécessités d'une progression à la fois logique et dramatique. Les athées et les idolâtres, par lesquels débutait Arnauld, sont expédiés en cinq lignes (un paragraphe) après et non avant les philosophes et les épicuriens (dix lignes, deux paragraphes). Ces cas n'interviennent plus qu'à titre de confirmation, dans une sorte d'appendice au développement principal, qui porte sur les libertins. Pascal a en effet déplacé leur exemple, le neuvième chez Arnauld, pour le placer en tête de sa démonstration. Il savait bien que ceux qui "ne pensent jamais à Dieu" (p. 59) et "ne cherchent qu'à douter de la religion" (p. 61) lui offraient une matière particulièrement apte à intéresser les mondains auxquels il s'adressait. La peinture de ces contemporains plongeait la Provinciale en pleine actualité, puisque moralistes, polémistes et prédicateurs ne cessaient de se plaindre de la montée de l'incroyance. En les démentant par leur conduite, ceux qui s'y adonnaient faisaient concrètement et publiquement ressortir le caractère absurde et scandaleux des théories prêtées aux jésuites. Leur réfutation s'organise en trois étapes. L'enquêteur de Pascal applique aux libertins les textes de Le Moyne et d'Annat, puis ceux de Bauny. Il est alors relayé par le janséniste, qui applique rapidement les mêmes textes aux libertins, aux philosophes, aux épicuriens, puis aux infidèles et aux athées.

8La grâce actuelle, telle que la définissent les textes cités par le jésuite de la quatrième Provinciale, ne se borne pas à une incitation de Dieu à choisir et à accomplir le bien contre le mal ; elle consiste d'abord dans la connaissance préalable du bien et du mal contenus dans l'action. La faute vient de la décision de la volonté de celui qui, sachant qu'une chose est mauvaise, l'accomplit cependant (Bauny) ou ne prie pas Dieu pour lui demander la grâce de ne pas pécher (Le Moyne). Les auteurs attaqués par Pascal mettent l'accent sur la connaissance préalable du bien et du mal qui doit précéder l'action pour que celle-ci soit volontaire, et c'est en ce sens qu'est effectivement interprété par Bauny le texte d'Aristote que Pascal lui fait citer à la fin de la lettre (p. 67-68). Ils entendent insister sur la libre responsabilité de l'homme : il ne pèche que s'il choisit le mal en toute connaissance de cause et avec un plein consentement.

  • 4 Pour tout ce qui concerne le père Bauny, nous avons utilisé le mémoire de maîtrise effectué sous n (...)

9Cette doctrine, qui sera reprise plus tard dans bien des catéchismes, ne devient scandaleuse que dans les cas particuliers auxquels l'appliquent Arnauld et Pascal après lui. Selon une méthode bien connue des polémistes, ils illustrent la thèse qu'ils combattent à l'aide d'un cas limite qui en rend manifeste le mauvais fonctionnement. Contre le père Bauny, l'auteur de la lettre soutient par exemple qu'il est faux "qu'à chaque fois qu'on fait un péché, il vient un remords troubler la conscience, malgré lequel on ne laisse pas de franchir le saut et passer outre". Evoquant la conduite des libertins, il reproche au casuiste d'aller contre "leur propre expérience" et de leur donner une raison de plus de douter des vérités de la foi. Il oublie que l'objection avait été prévenue. La volonté, explique Bauny immédiatement après l'extrait retenu par Pascal, peut consentir "formellement, virtuellement ou bien tacitement", et il explique le sens de virtuellement : "La volonté est censée consentir virtuellement à l'action quand le consentement actuel et formel qu'elle y aurait auparavant donné dure encore", ce qui est toujours le cas quand "on ne l'a pas révoqué, interrompu ou empêché par quelque acte qui lui soit contraire". Autrement dit, il y a toujours un moment où on a eu à choisir en connaissance de cause, et ce choix engage le futur, même si l'on n'a plus claire conscience de continuer de choisir. Nos premières décisions continuent de nous accompagner et de nous engager. L'endurcissement du pécheur, qui l'empêche de connaître actuellement son péché, ne l'empêche nullement d'en être responsable. C'est même un péché supplémentaire, qui l'éloigne davantage encore du salut4.

10Il en va de même de l'ignorance. On ne peut, selon Bauny, être responsable de toutes ses ignorances, mais on est responsable de son information. Il peut ne pas y avoir de péché dans un acte commis par ignorance, mais il peut y avoir péché dans l'ignorance même. Alors, dit le casuiste, "le péché n'est pas contre le précepte, mais contre la diligence que [le pécheur] devait apporter à le savoir". Il ne faut jamais confondre l'ignorance avec la mauvaise foi de celui qui s'arrange pour ne pas savoir. Elle n'excuse ni la paresse ni la présomption. Elle n'est, pour Bauny, qu'un moyen de ne pas évaluer nos actions indépendamment des limites de notre attention ou de nos capacités. Car il convient, dans la pratique, de juger en fonction du niveau intellectuel des croyants. Le paysan, explique-t-il, doit connaître l'existence du dogme de la Trinité et y croire, mais il n'est pas forcé d'en avoir autre chose qu'une idée vague. L'homme de cour doit en être mieux instruit. Il faut donner à chacun une instruction et des connaissances accordées à sa condition afin que chacun puisse agir selon elle. En admettant que, dans certaines conditions, l'ignorance ôte la responsabilité, et par conséquent le péché, les jésuites prennent en compte, dans l'appréciation de la faute, les différences de connaissances dues aux différences de niveau social. Le libertin, qui fait partie des "personnes de grande qualité" (p. 61) fait partie de ceux qui peuvent le moins invoquer pour excuse une ignorance qui, dans leur cas, constituerait déjà une faute.

11La question des païens, que Pascal met quasi sur le même pied que la précédente, est d'une toute autre nature. On disputait dès le xvie siècle pour savoir si les péchés des peuples qui ignoraient Dieu leur valaient la damnation éternelle. On se posait la question pour les philosophes de l'antiquité, dont on admirait les vertus. On se la posait aussi à propos de tant de pays récemment découverts par les voyageurs, dans lesquels vivaient des peuples qui ne s'adonnaient pas toujours à tous les vices malgré leur ignorance du vrai Dieu. Si seul le croyant peut avoir la grâce, que deviennent les autres ? Cette interrogation s'imposait particulièrement aux missionnaires, dont les jésuites constituaient une large part. Pascal leur reprochera bientôt, dans la cinquième Provinciale, la façon dont ils permettaient l'idolâtrie aux chrétiens de Chine (p. 77). Il existait, sur tous ces points, une difficulté réelle, qui rejoignait celle de la grâce donnée ou non à tous les hommes.

12Après Arnauld, Pascal applique aux païens le système qu'A. Le Moyne avait élaboré en pensant aux croyants. Il l'appliquera également au père Bauny, dont la Somme des péchés ne traite que des pécheurs dont le confesseur doit apprécier les fautes et qui proclame, au chapitre de la foi, l'absolue nécessité de connaître les principaux mystères et les vérités révélées de la religion catholique pour être sauve. Loin d'avoir la moindre indulgence pour les infidèles et les idolâtres, Bauny n'évoque leur cas que pour les condamner : n'ayant jamais connu Dieu, ils vivent tous en état de péché mortel. Pour les besoins d'une démonstration par l'absurde, Pascal prête à l'ensemble de ses adversaires des audaces que ne partagent pas même ceux qu'il a lui-même choisis de mettre en scène.

13Au cas du libertin, autour duquel s'organise la première partie de la lettre, s'oppose le cas du juste (onzième exemple d'Arnauld) qui en occupe la seconde. Il devient, dans la Provinciale, le moyen de la progression dramatique. Accablé par les textes qui montraient que "Dieu n'a pas révélé ses jugements aux gentils", le jésuite cède. "Pressé par tant de témoignages de l'Écriture [..., il] commença à lâcher le pied; et laissant pécher les simples sans inspiration, il nous dit : Au moins vous ne nierez pas que les justes ne pèchent jamais sans que Dieu leur donne ... Vous reculez, lui dis-je en l'interrompant, vous reculez, mon Père". L'enquêteur se contenterait de cette victoire, mais son second janséniste prend le relais pour enlever "le dernier retranchement" de l'adversaire. A l'endurcissement du libertin succède l'aveuglement du pécheur chrétien. Pour intéresser son lecteur, Pascal n'a pas quitté le monde contemporain.

14Au jésuite, on oppose alors les erreurs de tous ceux "qui tombent souvent dans des péchés de surprise sans qu'ils s'en aperçoivent" et l'existence, affirmée par l'Ecriture, de "péchés cachés". A ceux qui affirment la responsabilité de l'homme, due à la libre décision d'un esprit éclairé, Pascal objecte, avec Arnauld, la part d'ombre qui l'habite et le rend opaque à lui-même. On croit bien faire et on fait mal, le sens de notre action ne se révélant qu'après coup. On croit vouloir bien faire, et on agit de mauvaise foi. On croit avoir bien fait, et on s'ignore au point d'ignorer que nos mobiles n'étaient pas bons. Pascal retrouve ici, pour combattre le jésuite, tout un courant de pensée, dont La Rochefoucauld donnera bientôt la version mondaine, sur les détours de l'amour-propre qui cache à chacun ses véritables et plus profondes motivations.

15Entre jansénistes et jésuites, il y avait sur ce point un débat essentiel. Les seconds, faisant confiance à la nature de l'homme et surtout à sa raison, pensaient que nulle action n'était faite sans avoir été voulue d'une façon ou d'une autre, ne serait-ce que virtuellement comme dit Bauny. Les jansénistes étaient persuadés du contraire, puisque, depuis la chute, même la volonté de l'homme se trouvait pervertie. Seul Dieu peut, par sa grâce, la corriger et la tourner vers le bien. Alors que pour leurs adversaires, la bonté de l'action vient de l'homme, puisqu'elle dépend des faits ou de sa conformité à la loi ou de la rectitude de l'intention, elle ne peut, disent-ils, provenir que de Dieu. L'action dépend seulement de ce qui l'a produite en profondeur, bonne si elle a été inspirée par l'amour de Dieu, par la charité, mauvaise si elle a été produite par l'amour-propre, l'amour de soi. Mais de cela même, l'homme n'a pas une claire vision. Ce n'est pas un donné de la conscience. La grâce se passe en nous et en même temps sans nous. Nous ne pouvons jamais savoir vraiment si nous avons ou non agi sous l'effet d'une grâce efficace, seule capable de nous délivrer de l'amour de la créature et de nous faire agir pour celui du créateur. Nous ne pouvons même pas nous juger, puisque l'amour-propre, comme l'explique Nicole, peut prendre le visage de la charité, et, plus paradoxalement encore, la charité celui de l'amour-propre.

16Il ne s'agit donc pas d'une divergence de détail sur les conditions du péché chez le juste. Il y a une opposition fondamentale entre ceux qui veulent faire accéder tous les actes de l'homme à la conscience et placer la responsabilité dans le libre arbitre, qu'il faut toujours éclairer davantage, et ceux pour lesquels nos actes nous échappent toujours et ne prennent leur sens véritable qu'en dehors de nous, dans la présence ou l'absence d'une charité donnée par Dieu avec la grâce efficace. Sous la comédie inventée par Pascal, et derrière l'ironie des mots et des situations, c'est le problème du statut de l'action humaine qui se trouve posé dans toute sa difficulté. S'appuyant sur l'Écriture, Pascal en dépossède l'homme pour en laisser à Dieu seul le jugement. Parce que les jésuites veulent, dans la ligne du concile de Trente, aider l'homme à s'évaluer et à progresser, ils affirment au contraire, avec Alphonse Le Moyne, que l'aide de Dieu consiste d'abord à l'éclairer sur la vraie nature de ses actes.

17Arnauld ne citait que Le Moyne. Il appliquait de façon théorique à un certain nombre d'exemples ce que ce docteur avait écrit de la grâce, sans prétendre que celui-ci soutenait effectivement les conséquences absurdes que l'Apologie tirait de sa définition des conditions du péché. En lui adjoignant le père Bauny, spécialiste de ceux "qui se commettent en tous états", Pascal fait basculer tout le système du côté d'une réalité à laquelle le jésuite qu'il met en scène sert, lui aussi, de garant. Il en est d'autant plus crédible pour son lecteur mondain, et il le persuade en même temps qu'il l'amuse en appliquant aux exemples tirés d'Arnauld des membres de phrase venus de l'un ou l'autre des trois auteurs dont il a cité des extraits. Tout le sel de la lettre vient de l'habileté avec laquelle il a su jouer des textes d'autrui, les découpant pour les besoins de sa démonstration, les mêlant les uns aux autres, les opposant à l'Écriture, les sertissant dans son propre texte pour en tirer à la fois des effets de sens et de style. Dans cette lettre encore, il a eu largement recours à sa pédagogie de la répétition, masquée par l'habileté de la mise en scène et la progressivité d'une démonstration déguisée en récit d'une conversation à trois personnages. A l'ordinaire, sa supériorité sur le modèle qu'il a suivi est éclatante si l'on se place du point de vue de la construction du texte et de son efficacité sur le lecteur.

  • 5 Loin de traiter comme Bauny de "la somme des péchés", le père Annat, comme on le voit dans la cita (...)

18Mais en plaçant à côté d'un passage de Le Moyne, pour les besoins de la polémique et de la construction dramatique, des extraits de deux autres auteurs, Pascal a introduit dans son texte la contradiction inhérente à tout rapprochement de citations hétérogènes. Cela apparaît quasi ouvertement dans le cas du père Annat, dont il a dû couper un membre de phrase pour l'adapter à son nouveau contexte5. Cela apparaît plus profondément encore à l'occasion du père Bauny. Pour lui aussi, l'auteur des Provinciales a dû omettre la petite phrase sur le consentement virtuel qui aurait ruiné son développement sur le libertin et sur le pécheur endurci. Et surtout, parce qu'il s'agissait d'un casuiste, qui avait effectivement traité dans le concret des questions soulevées par l'action morale, il lui fait endosser des opinions contraires à celles qu'il avait indubitablement soutenues sur le salut des païens et sur le rôle de l'ignorance. Arnauld, raisonnant à plaisir, tirait librement les conséquences d'un système qu'il condamnait sur des exemples théoriques. Pascal applique les mêmes exemples à un spécialiste de la casuistique sans se soucier des dissonances entre ce qu'il lui fait dire et ce que le jésuite avait écrit. Sans ces altérations de la vérité, on ne lirait pas plus la quatrième Provinciale qu'on ne lit les développements d'Arnauld. Elles sont à la base d'une reconstruction de la réalité selon un mécanisme qui ravit toujours le lecteur. Indispensables à la réussite littéraire de la lettre, elles n'en sont pas moins des impostures.

Notes

1 Entre la cinquième édition de 1641 et 1656, date de cette Provinciale, il y avait eu au moins trois autres éditions. Mais Pascal cite d'après la Théologie morale des jésuites d'Arnauld, dans l'édition parue en 1644, qui renvoyait à la cinquième édition de Bauny, alors toute récente.

2 Le titre complet montre bien le caractère pratique du livre de Bauny : "Somme des péchés qui se commettent en tous états ; de leurs conditions et qualités, en quelles occurrences ils sont mortels ou véniels, et en quelle façon le confesseur doit interroger son pénitent".

3 Abbé Cognet, op. cit., n. 1, p. 54.

4 Pour tout ce qui concerne le père Bauny, nous avons utilisé le mémoire de maîtrise effectué sous notre direction en 1970 par Claude Mange : "Biaise Pascal et la casuistique : l'exemple du père Bauny dans les Provinciales".

5 Loin de traiter comme Bauny de "la somme des péchés", le père Annat, comme on le voit dans la citation même de Pascal, ne parle que des "actes d'amour de Dieu ou de contrition".

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540