Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Deux cultures

Texte intégral

1La quatrième Provinciale semble s'ajouter naturellement à la suite des trois précédentes. Elle porte sur la grâce actuelle, comme la première et la seconde ont porté sur le pouvoir prochain et la grâce suffisante, la troisième sur la proposition d'Arnauld. On découvre chaque fois un nouvel aspect du statut de la grâce selon une progression suffisamment lente pour que tout le monde puisse la suivre. Les Provinciales s'organisent comme une série de vraies lettres, découvrant la vérité au fil du temps et l'approfondissant à mesure que le destinataire devient plus qualifié pour la recevoir. Bientôt, comme dans les vraies lettres aussi, le système se compliquera, tirant de soi le principe de sa propre complexité. Pascal s'est contenté, dans les quatre premières, de jouer à la fois sur l'unité de chacune d'elles et sur la continuité de l'ensemble. Leur succession a créé un ordre, mais le lecteur garde la possibilité d'en sauter une (notamment la troisième) sans se perdre, ou bien de commencer en retard. Les lettres du début restent des libelles. Il n'y a pas encore entre elles la solidarité qui va lier les six qui les suivent, sur la casuistique, et plus encore les huit dernières à tout ce qui les précède.

2A la limite de deux ensembles, la quatrième Provinciale occupe une place charnière. On le voit bien aux personnages qu'elle met en scène. L'enquêteur avait vu "des jacobins, des docteurs et de toutes sortes de gens". Ils disparaissent. A côté de lui (et avec le destinataire-public à l'horizon), seul subsiste le janséniste. Il rattache la quatrième lettre aux deux premières. C'est d' "un janséniste s'il en fut jamais et pourtant fort bon homme" que l'enquêteur de la première Provinciale a reçu une de ses premières leçons de théologie, sur le pouvoir des justes d'accomplir les commandements (p. 10) : il l'a consulté aussitôt après le docteur de Navarre. Dans la deuxième, il a trouvé à la porte du couvent "un de ses bons amis, grand janséniste" (p. 25), différent du premier dont il ne partage pas la bonhomie. C'est lui qui pousse le dominicain dans ses derniers retranchements. Il sert à l'auteur de "second", lui permettant de redoubler les coups en même temps que les démonstrations et les exemples.

3Il reprend, pendant toute la quatrième Provinciale, le rôle qu'il n'avait tenu qu'un moment dans la deuxième moitié de la seconde, argumentant à quatre reprises pour réduire le jésuite (p. 61, 63, 64, 69). Il réapparaît dans la première partie de la cinquième lettre, où il initie l'enquêteur à la casuistique comme l'autre janséniste l'avait initié à la théologie. Sous deux formes, il intervient dans quatre lettres sur cinq, dialoguant successivement avec l'auteur, le dominicain, le jésuite et de nouveau avec l'auteur. Il est le seul, avec l'enquêteur, à rencontrer tant de monde. Support essentiel de la progression dramatique, il structure entièrement par sa présence cette quatrième Provinciale, la seule à être construite d'un bout à l'autre autour de trois personnages. Etant celui qui va jusqu'au bout de la vérité, il tend à inverser les rôles et à laisser dans l'ombre celui dont il est en principe le double. Il économise en quelque sorte le personnage principal des Provinciales, prenant sur lui tout ce qui sentirait le parti-pris. Second de l'auteur de la lettre, il est plus encore le second de Pascal, dont il trahit l'appartenance profonde. Il quittera à son tour définitivement la scène au moment où l'enquêteur entrera chez le casuiste. Mais c'est lui qui l'a orienté de ce côté-là: la cinquième lettre, de ce point de vue, n'est que la suite de la quatrième.

4Avec cette quatrième lettre, les Provinciales trouvent le lieu qui va demeurer le leur pendant les six suivantes. On quitte à nouveau la Sorbonne, mais on ne revient pas au couvent de la rue Saint-Jacques. "Il n'est rien tel que les jésuites[...] Les autres ne font que les copier. Les choses valent toujours mieux dans leur source. J'en ai donc vu un des plus habiles, et j'y étais accompagné de mon fidèle janséniste" (p. 53). A la manière dont Pascal, en ce début de lettre, désigne le nouveau centre du débat, on ne sait s'il renvoie à des personnes, à un ordre religieux ou à un endroit. Mais il faut bien qu'on se soit rendu quelque part, sans doute au Marais, près de l'église Saint-Paul, à la maison professe des jésuites. On va à la source de l'intrigue. On laisse les conséquences (cabales des jacobins, censures de Sorbonne) pour remonter à la cause. On n'avait vu que des comparses, on visite les vrais responsables. Absents de la première lettre qui ne parlait que de molinistes, apparus dans la seconde comme théologiens seulement, désignés comme les instigateurs des luttes anti-jansénistes et de la condamnation d'Arnauld dans la troisième, les jésuites occupent cette fois toute la place. Ils ne la quitteront plus, ni dans les six lettres suivantes qui attaquent leurs casuistes, ni dans les huit dernières qui leur sont nommément adressées, collectivement ou en la personne du père Annat.

5Sans plus de mise en scène, la quatrième Provinciale commence quasi d'emblée sur la question que l'enquêteur pose, sur la grâce actuelle, à un jésuite qualifié de "fort habile". Maintenant seulement, pour la première fois, on entend directement la voix de son ordre. Mais ce sont ses interlocuteurs qui dirigent le débat, rythment la lettre et en organisent le contenu. En redoublant les coups, en raison de son rôle de second, le janséniste crée assez vite une distance entre les deux camps. Sa compétence, mais aussi l'âpreté de ses convictions, entretenant la tension, il oriente le dialogue familier vers la véritable "dispute". Savant, il cite Aristote mieux que l'adversaire qu'il convainc avec ses propres arguments. Plus mondain que théologien, le jésuite ne se tire d'affaire qu'en répondant à l'appel de belles dames qui demandent à le voir. Le climat est tout différent dans les lettres 5 à 10, où l'auteur se trouve seul à seul avec un jésuite bonhomme, professeur de casuistique heureux de l'enseigner en confidence à un interlocuteur apparemment intéressé et même complice. La présence d'un tiers janséniste rattache la quatrième Provinciale aux débats des précédentes. Mais on est déjà aux Jésuites, et l'on débat avec un "bon Père" comme dans les suivantes. De ce point de vue aussi, la quatrième lettre fait transition entre deux systèmes.

6Les premières Provinciales entretiennent avec l'actualité des rapports ambigus. Elles en sont nées, et la troisième comme la première sont directement branchées sur l'événement, la censure d'Arnauld sur le point de fait, puis sur le point de droit. Aux disputes de la Sorbonne pourtant, la lettre initiale ne consacre que trois pages, bifurquant aussitôt vers un imaginaire complot sur le pouvoir prochain. Prenant prétexte d'un débat qu'elle ne raconte pas, la troisième situe la censure dans son contexte afin de justifier Arnauld. Elle ne s'inspire du déroulement réel des discussions que par l'anecdote ou, au contraire, en profondeur pour dénoncer la volonté des adversaires du jansénisme de disqualifier leur chef de file. Pour le reste, Pascal a guidé son lecteur à sa guise. Profitant de l'intérêt suscité par les délibérations sur la censure, il n'en a tiré qu'indirectement ou faiblement la matière de la première et de la troisième lettre. Il n'en garde quasi rien dans la deuxième, sur la grâce suffisante. Il s'en écarte davantage encore avec la quatrième, sur la grâce actuelle. Informé du "différend" existant entre jansénistes et jésuites sur ce point, l'enquêteur "souhaite particulièrement [en] être informé". Rien dans les avis de Sorbonne, toujours très théoriques et portant presque exclusivement sur l'interprétation des Pères et des théologiens thomistes, ne le conduisait, même partiellement, dans cette direction. La discussion sur la grâce actuelle n'intervient ici qu'en raison du choix arbitraire de Pascal, selon la seule logique de l'œuvre qu'il organise.

7En deçà de la troisième lettre, dont le sujet était dû aux circonstances, la quatrième Provinciale s'inscrit à la suite de la deuxième sur la grâce suffisante. L'auteur n'y traite pas en effet de la grâce actuelle efficace, mais seulement de la grâce actuelle suffisante des molinistes, dont il prétend montrer les conséquences néfastes dans la pratique, c'est-à-dire chez le pécheur. On part d'une définition théorique de la grâce pour aboutir à la conduite des hommes. Nicole l'a bien vu, qui donne à sa traduction un titre double : "De la grâce actuelle toujours présente et des péchés d'ignorance". Fait significatif, le mot péché, qui n'avait pas encore été prononcé, apparaît dix-sept fois dans cette lettre. En l'achevant, son auteur conclura que la doctrine de la grâce actuelle suffisante des jésuites renverse la morale (p. 71). On est donc insensiblement passé des disputes sur la grâce à la théologie morale. Désireux de quitter les arides controverses sur la théorie de la grâce, Pascal a trouvé dans l'examen des conditions du péché la meilleure des transitions vers de nouveaux sujets, apparemment plus accessibles et certainement plus attrayants. Avec la quatrième lettre, on est déjà dans la morale sans être tout à fait dans la casuistique, comme on est déjà avec un jésuite sans être encore avec un casuiste.

8Cette Provinciale prépare les suivantes, dont l'auteur a déjà vraisemblablement l'idée en tête. A la différence des précédentes, elle cesse d'être un libelle détaché pour appartenir non seulement à l'ensemble des trois lettres déjà existantes, qu'elle complète, mais encore à l'ensemble des lettres à venir sur la casuistique. Dès cette Provinciale, Pascal s'en prend aux casuistes (p. 54), et il annonce, à la fin de sa lettre, qu'il donnera dans la prochaine "d'étranges exemples" tirés de la conversation qu'il vient d'avoir avec son second sur la morale des jésuites. Cette annonce montre que l'intérêt "particulier" de l'enquêteur pour la grâce actuelle oriente volontairement l'œuvre en gestation vers la casuistique. Datée du 25 février, la quatrième Provinciale a été placée seize jours après la troisième, alors que les trois précédentes s'échelonnaient sur douze jours seulement ; il y aura vingt-quatre jours entre la quatrième et la cinquième, et les six Provinciales morales s'étaleront sur quatre mois et demi. C'est peut-être le signe que Pascal prend le temps de se documenter sur une matière neuve. C'est sûrement la preuve que la quatrième lettre appartient à un nouveau système, au rythme différent, qui dépend moins des aléas de l'actualité.

9Occupant une place charnière, la quatrième Provinciale paraît d'abord s'organiser de la même façon que les précédentes. Elle procède par définition. Mais celle que le jésuite donne de la grâce actuelle ne conduit pas vers un scénario illustrant la diversité des sens d'une même expression. On reste avec le même interlocuteur et, à la différence des thomistes, il définit volontiers et sans ambiguïté, les mots dont il se sert : "Nous appelons grâce actuelle une inspiration de Dieu par laquelle il nous fait connaître sa volonté et par laquelle il nous excite à la vouloir accomplir" (p. 54). Pressé de préciser sa pensée sans se servir d'un terme que l'enquêteur comprend mal, le jésuite ne cherche pas à le lui imposer comme on cherchait à lui imposer pouvoir prochain ou grâce suffisante. Il s'empresse de substituer la définition à la place du défini car, explique-t-il en bon logicien, "cela ne change jamais le sens du discours". Plus question donc de dénoncer ici des manœuvres cachées, fondées sur des accords purement verbaux : "Il n'y a point ici d'équivoque", souligne le bon père comme s'il voulait malicieusement suggérer qu'il a lu les premières Provinciales.

10Le projet de Pascal n'est plus de dénoncer les faux accords conclus sur des termes ambigus, mais de faire apparaître le caractère pernicieux de la doctrine des jésuites. La bataille de Sorbonne est perdue et la querelle avec les thomistes est close. Jansénistes et jésuites restent donc seuls face à face. Il n'est plus question de révéler le désaccord de gens qui se prétendent alliés, mais de mettre des adversaires en contradiction avec la tradition de l'Église, ou avec eux-mêmes, ou avec le simple bon sens. Accepter leur doctrine d'une grâce actuelle suffisante donnée à tous les hommes aboutit à des absurdités. Pour le montrer, Pascal inaugure une nouvelle méthode. Il donne la parole aux jésuites en puisant dans leurs livres ou dans ceux de leurs amis. Mais alors que dans les six Provinciales suivantes, il laisse au lecteur le soin d'en tirer lui-même les conclusions, il prend cette fois les citations pour base d'une discussion d'autant plus serrée que son double janséniste la mène avec lui.

11La démonstration s'organise à partir de trois textes, pris de trois auteurs différents : cinq lignes d'Etienne Bauny, six du père Annat, six d'Alphonse Le Moyne. A l'autorité de Bauny s'ajoute celle, "plus authentique", du père Annat, dont les opinions sont ensuite confirmées par celles de Le Moyne ("Voyez donc, me dit-il, pour vous en mieux assurer, les écrits de M. Le Moyne", p. 58). S'éclairant mutuellement, les pensées des trois auteurs sont présentées comme équivalentes. Pascal reprend en parallèle les citations de Le Moyne et du père Annat (p. 59). Il les confond au point de fondre dans une même phrase deux extraits de Le Moyne et de Bauny (p. 66). A la fin de la lettre, il donne la suite de la citation initiale de Bauny : une dizaine de lignes sur l'acte volontaire, incluant une citation d'Aristote.

12Ces citations d'adversaires ne sont pas les seules. Pascal condense en deux lignes deux passages du De natura deorum de Cicéron et en deux autres lignes la pensée épicurienne sur l'indifférence des dieux (p. 62). Il oppose aux jésuites un texte des Psaumes, une allusion aux Actes des Apôtres, un verset d'Isaïe, diverses mentions des Epîtres de Paul et des Évangiles de Luc et de Jean (p. 63-64). Il renvoie aux Confessions de saint Augustin (p. 65), et longuement, à une page de ses Rétractations (p. 70). La citation d'Aristote chez le père Bauny le conduit à citer la suite des "paroles de ce philosophe" (p. 69). Bien marquées par l'italique, les citations investissent et rythment le texte de la quatrième Provinciale. Elles occupaient déjà une place importante dans la lettre précédente. Aux textes qui lui servaient à disculper Arnauld, Pascal avait ajouté les propos d' "un savant théologien" (p. 49), une prétendue confidence du père Le Moyne (p. 51), deux passages du texte de la censure (p. 43, 44) et même un cri de la rue (p. 46). Par ces textes étrangers aux siens, il avait apporté à sa lettre la garantie de l'authenticité. Mais il avait en même temps veillé à ce que ces documents s'intègrent à sa démonstration sans en défigurer l'expression. A cette fin, il n'avait pas hésité à simplifier et à alléger les traductions du latin ou la proposition d'Arnauld elle-même. Il avait soigneusement sauvegardé l'homogénéité de son style.

13Dans la quatrième Provinciale, il en a usé de même pour les citations qui ne provenaient pas des jésuites, sauf à trois reprises, pour donner en latin quelques mots d'Aristote et de saint Augustin. Cette langue, qu'il n'avait plus employée depuis la première Provinciale où elle servait à des fins comiques, se trouve cette fois utilisée dans sa dignité de langage savant et technique. Cela marque le sérieux de la discussion, le recours, en cas de besoin, aux textes originaux. Cela montre combien cette Provinciale incline du côté de la "dispute". Dans un tout autre sens, et pour compenser ce sérieux, Pascal s'est plu à jouer avec les citations des trois auteurs représentant la pensée des jésuites. Bien qu'elles soient brèves et peu nombreuses, elles semblent envahir toute la lettre, tant Pascal les reprend et les dissémine au fil de son texte. Le passage du père Annat est cité deux fois, celui de Bauny trois, celui de Le Moyne quatre. Indépendamment de leur signification dans le raisonnement, ces extraits prennent une valeur comique du simple fait de leur répétition.

  • 1 G. Lanson, dans un important article, paru en 1900 dans la Revue d'Histoire Littéraire de la Franc (...)

14Pascal a choisi, dans ce cas, de souligner la présence dans son texte de passages qui lui sont étrangers. Ils ne lui servent pas seulement de preuves à l'appui de sa démonstration, ils lui servent stylistiquement à égayer sa lettre. Tirées de leur contexte original, les citations de Bauny et du père Annat (celle de Le Moyne est une traduction) prennent une valeur comique du seul fait qu'elles se trouvent placées dans un texte d'une écriture totalement différente. Cela est particulièrement évident pour celle du père Bauny (p. 56-57) dont Pascal souligne à plaisir le caractère baroque, notamment à la fin, quand il parle de "franchir le saut et passer outre". Détachant ce membre de phrase, il le répète en le relevant d'un malicieux "comme dit le père Bauny" (p. 60), qui porte sur la forme autant que sur le fond. Et il relève pareillement l'archaïsme, ou la technicité qui sonne comme un archaïsme aux oreilles des mondains, de la langue du père Annat parlant d'appréhension au lieu de connaissance et, au lieu de peché par action, de "coupable commission". Au-delà des divergences de fond apparaît, dans l'expression même, une profonde différence de ton et de style, voire de culture. A l'ampleur baroque des jésuites, Arnauld avait déjà opposé une expression plus nue et une façon de raisonner plus moderne1. Pascal y ajoute la rapidité, la vivacité et l'élan de la lettre galante. Les jésuites, qui s'efforcent de moderniser le christianisme, s'expriment curieusement de façon surannée. Les jansénistes, qui prêchent tradition et conservation, ont au contraire créé le grand style classique et le style aisé des mondains.

15La multiplication des citations dans la quatrième lettre témoigne de l'enrichissement du contenu doctrinal des Provinciales. Pour disqualifier l'adversaire, Pascal ne se contente plus de faire jouer d'amusants mécanismes, il tente d'établir qui défend ou non la vérité. Il n'hésite pas, dans cette intention, à mettre en parallèle les textes sur lesquels s'appuie chacun des deux partis. Désireux de convaincre son interlocuteur, surpris par la nouveauté des idées qu'il avance ("Cela vous est-il si nouveau  ?" p. 56), le jésuite, au début de la lettre, va chercher ses preuves, c'est-à-dire ses livres : "Faites état, souligne le janséniste, que jamais les Pères, les Papes, les conciles ni l'Écriture ni aucun livre de piété, même dans ces derniers temps, n'ont parlé de cette sorte : mais que pour des casuistes, et des nouveaux scolastiques, il vous en apportera un beau nombre". Tenants de la tradition et novateurs se trouvent répartis en deux catégories séparées. Comme le remarque encore le janséniste (p. 59), les autorités du jésuite sont "toutes modernes" ; celles de son parti reposent sur la continuité de l'Église. "A votre arrivée, dira l'enquêteur au jésuite de la cinquième lettre, on a vu disparaître saint Augustin, saint Chrysostome, saint Ambroise, saint Jérôme, et les autres, pour ce qui est de la morale" (p. 91). On les a remplacés par une foule d'inconnus dont les noms sonnent si bizarrement qu'on se demande si ce sont des chrétiens (p. 93). Le baroque du style de Bauny va de pair avec la barbarie de ses confrères et garants, et avec l'extravagance de leur pensée.

16Le janséniste, dans son énumération, met sur le même pied l'Écriture et les Pères, les conciles et les Papes. Mais les gens de son parti opposent souvent conciles à conciles, Papes à Papes, refusant de tenir compte des censures de l'Augustinus et ergotant sur la condamnation des cinq propositions. C'est qu'ils vivaient dans la conviction que la théologie n'est que l'explication correcte des textes de l'Écriture et des Pères, qu'elle exclut toute nouveauté, toute interprétation prétendument raisonnable, et que les théologiens et l'Église même sortent de leur domaine dès qu'ils ne se contentent pas de rapporter fidèlement la tradition, dépôt clos et invariable qui ne peut changer de sens au gré des caprices de la raison. Le tort des jésuites, et aussi de beaucoup d'autres théologiens, est de la modifier en y mêlant des inventions modernes quand ils devraient la faire revivre et en retrouver le sens primitif. C'est ainsi qu'il faut, pour la grâce, s'en tenir à saint Augustin qui avait reçu du Ciel des lumières particulières pour en arrêter la doctrine.

  • 2 Le 1er août 1641, peu après la parution de l'Augustinus. un décret du Pape rappelait l'interdictio (...)

17Les jésuites soutiennent au contraire que l'Église étant un corps vivant, la façon dont elle interprète la tradition continue à bon droit la Révélation. Elle ne peut la modifier, mais elle peut l'adapter aux préoccupations des chrétiens, qui dépendent des temps et des lieux où ils vivent. Pour remplir cette fonction, en quoi consiste son magistère, elle recourt à bon droit au raisonnable ou au vraisemblable. Dans cet esprit, le Père Bauny n'hésite pas à se référer à un philosophe païen comme Aristote2. Professeur dans la chaire royale de théologie, Alphonse Le Moyne enseignait des idées analogues. Il affirmait en pleine Sorbonne qu'en matière de grâce, comme dans toute étude théologique, saint Augustin n'a aucune autorité péremptoire. Ses affirmations, comme celles de tous les Pères, sont à comprendre à la lumière des définitions précises et sûres données par l'Église. Le concile de Trente et les décisions du Saint-Siège contre Baïus établissent avant tout la liberté de l'homme, même sous l'action de la grâce, et l'universalité de la Rédemption. Ce sont ces vérités qui doivent servir de base inébranlable et indiscutable à tout système de représentation et d'explication du fonctionnement de la grâce. Saint Augustin n'est pas, dans l'absolu, "le docteur de la grâce", comme se plaisent à l'appeler les jansénistes. Plutôt qu'à lui, il faut se référer à l'enseignement actuel de l'Église, et tenir le plus grand compte des condamnations récemment prononcées contre l'ouvrage de Jansénius.

18La quatrième Provinciale est exemplaire de ce conflit, parce que s'y opposent manifestement deux séries de textes correspondant à deux cultures différentes, celle de l'ancienne tradition et celle des modernes. Mais la même opposition apparaît aussi quand on compare la troisième lettre aux deux précédentes. Sur le pouvoir prochain et surtout sur la grâce suffisante, Pascal s'était efforcé de prouver l'orthodoxie d'Arnauld en montrant la conformité de sa pensée avec celle de la théologie scolastique issue de saint Thomas. Le docteur janséniste avait lui-même accepté l'interprétation thomiste donnée en Sorbonne à sa proposition par l'évêque de Saint-Brieuc. Dans la troisième Provinciale au contraire (à l'inverse des écrits apologétiques d'Arnauld, qui invoquent aussi des autorités scolastiques), seuls subsistent côte à côte le texte incriminé et ceux de deux Pères de l'Église. Pour le laver de tout soupçon d'hérésie, la seule bonne méthode est de montrer qu'il ne fait que reprendre la pensée des fondateurs de la tradition. En matière de théologie, la vérité, qui est immuable, doit être cherchée dans le passé.

19Telle avait été l'entreprise de Jansénius : oublier des siècles d'interprétation et d'explication, et revenir à saint Augustin ; élucider sa doctrine en montrant comment elle s'organisait dans les écrits qu'il avait laissés sans tenir compte des commentaires ultérieurs. Arnauld avait fait de même dans sa Fréquente Communion : il avait prétendu, en remontant aux sources, restituer le sens primitif du sacrement de pénitence. Le titre d'un de ses livres, l'Apologie pour les saints Pères, paru en 1651, montrait le but de sa démarche. Contre toutes les nouveautés, il défendait l'authentique doctrine de l'Église, celle des origines. Il- avait dû, depuis, pour se défendre, s'appuyer sur les docteurs scolastiques, et il le fera de plus en plus, mais par tactique : il trouvait chez saint Thomas une pensée encore proche des sources, moins déformée par les idées modernes, plus conforme à sa vision. Mais ce docteur lui-même n'était recevable que dans la mesure où il n'avait fait qu'expliquer et développer, sans la déformer ni la corrompre, la pensée de saint Augustin.

Notes

1 G. Lanson, dans un important article, paru en 1900 dans la Revue d'Histoire Littéraire de la France, a noté que Pascal avait trouvé dans une Lettre de Polémarque à Eusèbe, réfutation des répliques des jésuites aux premières attaques des jansénistes contre leur morale, une critique de l'emphase des bons Pères. L'auteur s'y moquait du "style si fleuri" du jésuite Pierre Le Moyne (différent du docteur Alphonse Le Moyne) "que quelques curieux ont voulu malicieusement faire croire ressentir plus l'afféterie d'un petit auteur de romans et d'un poète coquet que la piété sérieuse d'un religieux et la sainte gravité d'un prêtre". En 1966, dans une conférence prononcée à Aix-en-Provence devant les étudiants d'agrégation, Jean Mesnard opposait le caractère baroque du style des jésuites et la rapidité classique de celui de Pascal.

2 Le 1er août 1641, peu après la parution de l'Augustinus. un décret du Pape rappelait l'interdiction de disputer de la grâce et donnait une liste de treize ouvrages interdits. En tête figuraient l'Augustinus, puis les thèses des jésuites de Louvain. "Sur le plan dogmatique, elles reposent sur l'idée d'un Dieu bon qui règle le monde dans sa sagesse infinie. Sur le plan de la discipline de la foi, elles mettent l'accent sur l'autorité de l'Église enseignante, dont la croyance sert de règle à l'interprétation de l'Écriture et des Pères. Autant dire que les augustiniens ont tort de condamner la théologie moderne et vivante au nom de la tradition", A. Adam, op. cit. , n.l , p. 158.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540