Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Du bon usage de l'équivoque

Texte intégral

  • 1 Selon Nicolaï, discuter sur la grâce suffisante n'éloigne donc pas nécessairement, comme le préten (...)

1A la différence du pouvoir prochain, la grâce suffisante dont Pascal a fait le sujet de la deuxième Provinciale a effectivement occupé une place importante dans les débats de la Sorbonne. Presque toute la seconde partie de l'Avis délibératif du père Nicolaï lui est expressément consacrée. Pendant trente pages, dans un travail minutieux, bourré de références et de citations, il regroupe en "cinq classes", les "autorités de saint Thomas pour prouver la grâce que nous nommons suffisante". Il ne s'est pourtant pas, dit-il, "arrêté ponctuellement à déchiffrer" tous les passages qui pouvaient servir à établir son existence selon cet auteur. Il n'a retenu que "ceux qui ont un rapport particulier" à la question traitée, "afin d'établir la grâce qui, dans la nécessité de confesser Jésus-Christ, n'a point manqué à saint Pierre"1.

2Pascal n'est guère sensible à ces développements savants. Avant même d'avoir défini la conception de la grâce des thomistes, il la disqualifie, puisque l'ami consulté déclare d'emblée : "Elle est bizarre". Puis il explique, à peu près comme Arnauld dans sa Troisième Lettre apologétique, que les thomistes affirment l'existence d'une double grâce, suffisante et donnée à tous d'une part, efficace et non donnée à tous de l'autre. La première est expédiée en moins de deux lignes; la seconde en occupe plus de quatre. Pour l'auteur des Provinciales comme pour le docteur janséniste, la grâce suffisante est nécessairement négligeable puisqu'elle a le tort de n'être pas efficace. Elle en devient même ridicule, étant contradictoire jusque dans son appellation : le comique de la deuxième Provinciale repose sur la suffisance de la grâce qui ne suffit pas, comme celui de la première reposait sur un pouvoir prochain qui n'était pas un vrai pouvoir.

3Pascal, dans cette satire, va doctrinalement beaucoup trop loin : "L'existence de la grâce seulement suffisante et celle de la grâce efficace, lit-on dans le Dictionnaire de théologie catholique, est un point de doctrine admis par tous les catholiques et contenu dans le dépôt de la Révélation." En publiant sa traduction latine des Provinciales, Nicole tente, dans une longue note, de corriger l'audace du texte original :

4"Comme la première lettre combat fortement le terme de pouvoir prochain, celle-ci combat de même celui de grâce suffisante. Je dis le terme, souligne-t-il, car il faut bien distinguer ici le terme de la chose qu'il signifie, Montalte rejetant absolument le terme, et ne rejetant pas de même les différentes idées qu'on y peut attacher". L'auteur dispute avec les nouveaux thomistes non sur la notion de grâce suffisante ("une grâce qui donne une certaine vertu intérieure, qui excite des actes imparfaits, qui attire la volonté vers le bien sans néanmoins la fléchir si elle n'est accompagnée d'une grâce efficace"), ni sur son existence chez tous les justes, pécheurs ou non, mais sur son appellation : "La question est de savoir si l'on doit appeler ou ne pas appeler cette grâce suffisante, ce qui n'est qu'une pure question de nom, qui convient mieux à la légèreté d'un Grec oisif qu'à la gravité des théologiens, à moins que la nécessité ne les oblige d'entrer dans ces sortes de disputes".

  • 2 Voir supra, p. 1.

5A en croire l'auteur de la note de l'édition latine des Provinciales, ce sont les ennemis des jansénistes qui les ont contraints à entrer dans de vaines subtilités de vocabulaire. Dans la préface du même ouvrage, il affirme plus clairement encore que la censure d'Arnauld et le débat de la Sorbonne reposent "seulement sur une question de mots", que la dispute est "une pure chicane qui ne roulait que sur des termes équivoques"2. Il restait fidèle à lui-même. Dès avant les premières Provinciales, il avait, dans sa Défense d'Arnauld contre Chamillart, montré comment Nicolaï et Le Moyne s'entendaient grâce à un pouvoir prochain dépourvu de signification. On pouvait, en redonnant leur sens aux mots, démontrer la duplicité des thomistes.

6Pascal, dans sa seconde lettre, applique de nouveau le principe de l'argumentation de Nicole. "La question de nom" s'y trouve totalement intégrée à la démonstration d'un complot entre dominicains et jésuites. Les premiers ont accepté d'appeler suffisante une grâce qui ne suffit pas pour obtenir la perte d'Arnauld. "Le nom de grâce suffisanté étant reçu des deux côtés, quoiqu'avec divers sens, explique l'ami, il n'y a personne, hors les plus fins théologiens, qui ne pensent que la chose que ce mot signifie soit tenue aussi bien par les jacobins que par les jésuites" (p. 25). Comme l'expression pouvoir prochain, celle de grâce suffisante n'a pas d'autre but que de masquer une profonde divergence doctrinale. C'est la conclusion de la Provinciale : "Vous voyez donc par là que c'est ici une suffisance politique pareille au pouvoir prochain." Thomistes et molinistes cachent leur désaccord sous un accord purement verbal.

7Pour le montrer, Pascal est conduit à accorder beaucoup de place à la signification des mots. Il revient sur celle de grâce suffisante dans chacun des trois exposés (par l'ami, l'enquêteur, le janséniste) qui constituent sa deuxième lettre. "Qui dit suffisante, déclare l'ami, dit tout ce qui est nécessaire pour agir ; et il servirait de peu aux dominicains de s'écrier qu'ils prennent en un autre sens le mot de suffisant : le peuple, accoutume à l'intelligence commune de ce terme, n'écouterait pas seulement leur explication" (p. 24). La façon dont on comprend habituellement un terme décide de son sens, et l'on ne peut s'en écarter même en expliquant en quoi on s'écarte de l'usage. Dans la ligne de Vaugelas, qui décidait des questions de grammaire et de vocabulaire en se référant à la pratique des plus honnêtes gens de la cour, Pascal fait confiance, plus généralement, à celle du "peuple".

8Consultant le thomiste, l'enquêteur reprend bientôt l'idée de son ami : "Avez-vous oublié, en quittant le monde, demande-t-il, ce que le mot suffisant y signifie ? Ne vous souvient-il pas qu'il enferme tout ce qui est nécessaire pour agir ?" (p. 26-27). "Suffisant, lit-on dans Furetière: qui suffit pour le besoin". En prenant l'exemple des rations suffisantes ou non pour nourrir les religieux, Pascal marque la volonté de définir le terme très concrètement. Quitter le monde est une expression traditionnelle pour désigner l'entrée au couvent, dans laquelle monde ne désigne pas, comme il arrive, le grand monde par opposition à la foule, mais la compagnie et la fréquentation des gens par opposition à la retraite. Le sens de suffisant que le thomiste refuse est véritablement celui de tout le monde.

  • 3 "Pour les réalistes, issus de Platon et de saint Augustin, les mots sont des manifestations concrè (...)

9Le janséniste, dans la troisième étape de l'exposé, insiste encore davantage sur la question du vocabulaire. Prenant parti contre toute la tradition "réaliste", qui croyait en un accord profond entre le son et le sens, il se montre résolument nominaliste3 : "Il y a, dit-il, deux choses dans ce mot de grâce suffisante : il y a le son, qui n'est que du vent ; et la chose qu'il signifie, qui est réelle et effective." Il convient, dans toute discussion, de ne pas changer sans le dire le sens auquel on est habitué : "Tout ce qu'il y a de personnes au monde entendent le mot de suffisant en un même sens ; les seuls nouveaux thomistes l'entendent en un autre. Toutes les femmes, qui font la moitié du monde, tous les gens de la cour, tous les gens de guerre, tous les magistrats, tous les gens de palais, les marchands, les artisans, tout le peuple, enfin toutes sortes d'hommes, excepté les dominicains, entendent par le mot de suffisant ce qui enferme tout le nécessaire". A l'usage du terme dans le peuple, puis dans le monde, succède ici son emploi selon le sexe, les principales catégories sociales, les diverses activités économiques et techniques. Pascal, dans une longue énumération, montre le total consensus qui entoure la façon dont on comprend habituellement suffisant. On ne sait plus où situer les thomistes, puisque seuls, parmi toutes sortes d'hommes, ils l'emploient dans un sens différent.

  • 4 Grâce aux définitions, écrit Pascal, "le nom imposé demeure dénué de tout autre sens, s'il en a, p (...)

10Cette définition des mots par l'usage n'est pas la seule possible. Dans De l'Esprit géométrique, Pascal accorde au savant la liberté de faire des définitions"4. Nicole, dans sa Défense d'Arnauld contre Chamillart, avait admis lui aussi que les noms ne sont pas attachés aux choses. Face à une expression comme pouvoir prochain, on ne peut absolument pas décider qui de Le Moyne ou de Nicolaï lui donne son véritable sens : "Les notions des mots sont aussi véritables les unes que les autres, pourvu qu'elles soient d'une part également autorisées par l'usage et que, de l'autre, elles n'enferment rien qui se contredise." L'auteur de la première Provinciale avait repris la même idée. Il reproche à ses adversaires de tricher sur le sens des mots en parlant du pouvoir prochain, mais ne cherche pas à le définir par référence à un usage général. Pour dissiper l'équivoque, son enquêteur se contente de s'informer. Il a fait remarquer aux disciples de Nicolaï qu'ils ne comprennent pas pouvoir prochain dans le sens que lui a expliqué le disciple de Le Moyne: "Il est vrai, me dirent-ils ; mais nous l'entendons ainsi. J'y consens, leur dis-je, car je ne dispute jamais du nom, pourvu qu'on m'avertisse du sens qu'on lui donne" (p. 16). Fidèle au principe posé pour le domaine scientifique, Pascal accepte dans cette Provinciale l'idée d'un sens technique des mots, qui peut varier avec ceux qui les emploient, à condition d'en donner des définitions claires et précises.

11L'opinion de Nicole, reprise par Pascal dans sa première lettre, n'était pas neuve à Port-Royal. En mai 1652, chez Olier, curé de Saint-Sulpice, une conférence sur la grâce suffisante s'était tenue en présence du duc et de la duchesse de Liancourt. Le père Desmares y avait remarqué que le terme, n'existant ni dans l'Écriture ni chez les Pères ni chez les anciens théologiens, n'avait en soi aucune autorité.

12Il avait souligné aussi qu'on le prenait "dans les écoles en des sens très différents". On ne pouvait donc l'employer sans explication : "L'expression de grâce suffisante étant équivoque, bien loin d'être obligé de l'adopter sans explication, on ne pouvait le faire au contraire sans prévarication, n'étant jamais permis d'user d'équivoque en matière de doctrine". Comme le feront Nicole et Pascal après lui pour le pouvoir prochain, Desmares ne privilégie aucun sens de l'expression grâce suffisante: il demande seulement qu'on ne l'emploie pas sans l'expliquer.

13L'auteur de la deuxième Provinciale adopte une attitude très différente. Il conteste au jacobin le droit de la définir librement. L'ami le fait dès le début en opposant "l'intelligence commune" du terme à tout ce que les dominicains pourraient dire pour préciser qu'ils le prennent "en un autre sens" (p. 24). Le janséniste refuse ensuite comme non fondée l'objection du thomiste : "Mais quoi de quoi vous plaignez-vous, puisque nous ne trahissons personne par cette manière de parler ? Car, dans nos écoles, nous disons ouvertement que nous l'entendons d'une manière contraire aux jésuites." Acceptable dans la querelle du pouvoir prochain, la méthode des définitions ne l'est plus dans celle de la grâce suffisante.

14Ce changement des règles du jeu vient de la différence de public. L'enquête sur le pouvoir prochain n'a lieu que chez les spécialistes, disciples de Le Moyne et de Nicolaï. L'expression n'a pas cours dans le monde : quand l'auteur de la lettre entend le mot, il lui est, dit-il, si "nouveau et inconnu" qu'il en charge sa mémoire sans le comprendre. On peut, comme les thomistes et les molinistes y invitent, le réciter sans lui donner de sens. Il n'en est pas de même pour l'expression grâce suffisante, apparemment claire tout de suite et pour tout le monde. Le sens technique d'un terme de théologie ne doit pas aller contre son usage ordinaire et constant.

15Les thomistes ne pourraient donc l'employer qu'en diffusant largement le sens particulier qu'ils lui donnent. L'ami leur reproche, au début de la lettre, d'avoir "consenti de se servir publiquement" du nom de grâce suffisante dans un sens inconnu. Quand le jacobin demande au janséniste de quoi il se plaint puisqu'on le définit entre spécialistes, celui-ci réplique : "je me plains de ce que vous ne publiez pas de toutes parts que vous entendez par grâce suffisantet[...]" (p. 28). L'idée revient dans la conclusion de la lettre : les thomistes devraient faire publier "à son de trompe" en quel sens ils parlent de grâce suffisante : "Après quoi, leur dit l'enquêteur, vous le diriez tant qu'il vous plairait, mais non pas autrement" (p. 35). Dans une affaire devenue publique, on ne peut employer un mot dans un sens contraire à l'usage que si tous ceux que cela concerne en sont suffisamment avertis. Entre la conférence de 1652 et la deuxième Provinciale, une évolution s'est produite qui a changé les conditions de la dispute. Le père Desmares acceptait la diversité des sens de l'expression parce qu'il parlait de son emploi "dans les écoles". Pascal ne l'accepte plus parce qu'elle est devenue l'affaire de tous.

  • 5 J. Plainemaison a bien clarifié le sens de l'expression grâce suffisante chez les thomistes et ava (...)

16Refusant de considérer qu'il peut y avoir en ces matières un double registre de vocabulaire, celui des docteurs et celui du monde, il ne se demande pas si le langage des honnêtes gens est capable de rendre compte des disputes sur la grâce sans les trahir. Appeler le public à eh juger, c'est nier qu'elles relèvent d'un domaine technique dont seuls des spécialistes peuvent décider. "Il faut être théologien pour en voir le fin", fait-il dire ironiquement au docteur de Navarre de la première lettre. S'il reconnaît, dans la seconde, que seuls "les plus fins théologiens" savent la différence de la grâce suffisante des molinistes et des thomistes, c'est pour rejeter sur eux les difficultés que cela pose pour comprendre de quoi il s'agit. Au moment où il proclame que la science a besoin, pour se constituer, d'un vocabulaire spécifique, il refuse à la théologie le droit d'avoir le sien. C'est que la foi n'est pas pour lui matière de science. Elle relève de la tradition, où il suffit de "savoir ce que les autres ont écrit"5. Chacun doit être capable de le faire (comme tout le monde doit être capable de lire le livre de Jansénius). En refusant aux thomistes le droit de parler leur langage, Pascal reste fidèle à sa pensée. Son argumentation n'en est que plus profondément dangereuse pour l'Église de son temps, puisqu'elle en sape les fondements mêmes : l'existence, en matière de doctrine, d'une tradition gardée, codifiée, expliquée par ces spécialistes patentés que sont pour elle ses théologiens.

17L'auteur des Provinciales ne se contente pas de privilégier le langage du monde contre celui des jacobins. Il en tire la preuve d'un complot contre Arnauld fondé sur des expressions équivoques. Après avoir fait jouer pour cela au pouvoir prochain un rôle dont on ne trouve pas de trace dans les documents, il triche sur la grâce suffisante en omettant de dire que les thomistes utilisaient depuis longtemps l'expression dans cet "autre sens" qu'il leur reproche d'employer comme s'ils l'avaient inventé pour les besoins de la cause. A défaut de remonter jusqu'aux Pères, elle appartenait au vocabulaire de la théologie depuis saint Thomas, et elle avait été définie et expliquée par ses disciples selon une tradition parfaitement établie. Elle avait reçu d'elle un sens bien antérieur aux querelles de Sorbonne. Les jacobins auxquels Pascal s'en prend n'ont qu'un tort : se servir d'un terme technique pour désigner une notion essentielle à leur théorie de la grâce.

  • 6 Nicole, dans sa longue note à la deuxième lettre, "Du terme de la grâce suffisante", présente l'af (...)

18Dans leurs écoles, et tout récemment en Sorbonne, les thomistes ne parlaient du reste pas de grâce suffisante, mais disaient en latin : gratia sufficiens. Dans leurs esprits et dans ceux de leurs lecteurs, ces mots n'éveillaient pas les mêmes connotations que celles que recevait unanimement leur traduction française de grâce suffisante. Sufficiens est le participe présent du verbe sufficere, qui veut dire placer dessous, fournir, avant de signifier suffire. Il y a là plus qu'une nuance de sens. On ne passe pas impunément du jargon latin des théologiens à la langue du peuple et du monde. Ce ne sont donc pas les thomistes qui se sont mis à "changer le sens des termes ordinaires de la religion" (p. 28), comme les en accuse Pascal. Ils comprenaient à leur façon l'expression gratia sufficiens bien avant que le public ait entendu parler de grâce suffisante. Le changement venait en fait des honnêtes gens, qui avaient donné à une expression de théologiens le sens qu'elle paraissait recevoir à l'évidence de sa traduction dans la langue de tous les jours. A une époque où la censure d'Arnauld n'est plus qu'un souvenir, le thomiste Billuart continue d'employer grâce suffisante pour marquer, en termes aristotéliciens, une pleine puissance qui a néanmoins besoin d'autre chose pour passer à l'acte. "La grâce suffisante, explique-t-il, est suffisante dans son ordre"6. Pascal soutient que les thomistes ont sciemment violé le langage pour donner un sens mystérieux à une expression bien connue. C'est au contraire la divulgation des querelles de la grâce qui a spontanément faussé la compréhension d'une expression technique traditionnelle.

19S'il fallait accuser un ordre religieux d'avoir changé le sens des termes, il aurait été plus juste de s'en prendre aux jésuites. Quand Molina avait établi sa théorie de la grâce, il avait attribué à sa grâce suffisante le sens de tout ce qui peut suffire à l'action qu'elle recevait naturellement de l'usage courant. On n'avait pas manqué, à l'époque, de l'accuser de nouveauté et les thomistes continuaient à ne pas suivre dans cette voie leurs alliés d'aujourd'hui. Pour prouver le complot contre Arnauld, Pascal n'aurait pas dû prétendre que thomistes et molinistes s'étaient accordés contre lui sur un mot dont les premiers avaient changé le sens, mais que les deux ordres s'étaient entendus sur un mot dont les molinistes avaient modifié la signification. Les lecteurs n'y auraient plus rien compris. Le moyen de commencer en leur expliquant qu'ils entendaient mal l'expression de grâce suffisante, qu'elle avait un sens théologique différent du sens qu'ils lui donnaient spontanément, que les molinistes trichaient pour s'entendre avec les thomistes et même pour faire accepter leur doctrine ? Se comportant résolument en écrivain, l'auteur des Provinciales a préféré l'efficacité de son récit et la clarté apparente d'une démonstration réussie à la complexité d'une telle situation et au respect de l'histoire d'un mot.

20Au moment où il prétend dénoncer un abus de langage chez les adversaires d'Arnauld, Pascal se trouve lui-même prisonnier de ce langage. Puisqu'il s'adresse aux mondains, il est obligé, dès qu'il veut parler de la grâce suffisante, de disqualifier le sens théologique que les thomistes donnaient traditionnellement à l'expression afin de lui garder une signification accessible aux honnêtes gens. Il lui était plus facile d'accuser ceux-ci de fausser le sens d'une expression que d'expliquer à ceux-là qu'ils étaient eux-mêmes les faussaires. Loin de chercher à dissiper l'équivoque qui résultait de l'évolution de la langue et de la diffusion d'un mot d'école dans le public, Pascal en a tiré parti. Profitant du décalage dans l'emploi d'une même expression chez deux groupes sociaux différents, il crée l'effet comique et quasi publicitaire de formules comme "la grâce suffisante qui ne suffit pas". Au mépris de la chronologie, il s'en sert pour prouver l'existence d'un complot monté contre Arnauld.

21"Les noms, écrit Pascal, sont inséparables des choses. Si le mot de grâce suffisante est une fois affermi, vous aurez beau dire que vous entendez par là une grâce qui est insuffisante, vous n'y serez pas reçu. Votre explication serait odieuse dans le monde." Bien que contraire au "réalisme" et persuadé que les noms ne sont que des signes attribués aux choses par une convention arbitraire, Pascal pense que l'usage général vaut acceptation de la convention et finit par la rendre contraignante. Même si on le lui demande, le public ne fait pas l'effort de placer sous un même mot des définitions précises mais divergentes. L'évolution de la langue peut donc, un jour, renverser la mieux établie des notions si ceux qui l'emploient traditionnellement refusent de réviser leur vocabulaire en fonction des idées communes. Elle peut aussi contribuer au triomphe d'une interprétation qui, sans elle, aurait été jugée inacceptable : les molinistes n'auraient pas vu leur grâce suffisante triompher aussi rapidement si cette notion traditionnelle n'avait reçu du vocabulaire courant une autre signification qui s'accordait mieux avec la leur. Les variations du sens des mots finissent par changer les idées.

22A propos de l'expression grâce suffisante, Pascal utilise à des fins polémiques un décalage de vocabulaire. A partir d'une formule délicate, il invente une intrigue à la fois au sens politique (l'accord des thomistes et des jésuites) et au sens théâtral (une suite de scènes progressant vers un dénouement). Pour assurer l'effet de sa démonstration dans le public, il n'hésite pas à modifier les perspectives et à rendre les thomistes responsables d'une équivoque qu'ils n'ont pas provoquée. Sans entrer dans la difficile question du rapport de la langue des honnêtes gens et du jargon des spécialistes, il varie d'une lettre à l'autre, admettant puis refusant le droit de définir les mots. Il n'énonce pas le principe sous-entendu par ces choix : la théologie n'est pas une science pour avoir droit à son langage à part. Il ne pouvait tout dire dans les quelques pages d'une lettre. Mais il ne s'est pas non plus interrogé sur les effets de cette nécessaire brièveté. Etait-il possible, en si peu d'espace, de présenter une image réduite mais fidèle d'un si vaste débat ? La concision des exposés de Pascal s'opposait-elle à l'ampleur des traités de ses amis et de ses adversaires comme le message précis au bavardage creux ou comme le résumé simpliste à l'explication nuancée ? Les premières Provinciales reposent sur une double gageure : elles transforment le mode d'expression à la fois qualitativement et quantitativement. La langue des théologiens cède la place à celle des honnêtes gens. Les lentes démonstrations exhaustives sont remplacées par de rapides mises en scène d'exemples caractéristiques. C'est à ce changement que les Provinciales doivent d'être toujours lisibles. Reconstruction du contenu des querelles, mais aussi de leur expression, elles étaient par là même différentes des traités de théologie auxquels elles prétendaient ressembler. Elles ont dû leur succès à cette équivoque. Elles lui doivent leur efficacité d'œuvre littéraire.

Notes

1 Selon Nicolaï, discuter sur la grâce suffisante n'éloigne donc pas nécessairement, comme le prétend Pascal, de l'objet du débat de Sorbonne: la phrase d'Arnauld sur saint Pierre.

2 Voir supra, p. 1.

3 "Pour les réalistes, issus de Platon et de saint Augustin, les mots sont des manifestations concrètes des idées, il y a un rapport intrinsèque entre l'idée et le mot. Pour les nominalistes, qui procèdent d'Aristote (et de saint Thomas plus tard), les idées n'ont de réalité que dans l'esprit des hommes, les mots ne sont pas les choses, ni les germes des choses, mais ne sont que des noms ; et les noms ne sont tels que par convention." G.Mounin, Histoire de la Linguistique des origines au xxe siècle, 1967, p. 114.

4 Grâce aux définitions, écrit Pascal, "le nom imposé demeure dénué de tout autre sens, s'il en a, pour n'avoir plus que celui auquel on le destine uniquement." On peut même, sans en abuser, donner le même nom à deux choses différentes "pourvu qu'on n'en confonde pas les conséquences et qu'on ne les étende pas de l'une à l'autre".

5 J. Plainemaison a bien clarifié le sens de l'expression grâce suffisante chez les thomistes et avant eux, donc avant les querelles de Sorbonne, dans l'étude citée p. 58, n. 2. Dans sa contribution à Méthodes chez Pascal, sur "la doctrine des équivoques", il note que la définition de la grâce suffisante, au sens qu'elle devrait avoir selon Pascal de tout ce qui suffit pour l'action, est reprise sept fois dans la deuxième Provinciale. Bel exemple de son constant usage de la répétition pédagogique (comme dans le message publicitaire).

6 Nicole, dans sa longue note à la deuxième lettre, "Du terme de la grâce suffisante", présente l'affaire d'une façon plus conforme à l'histoire des mots. Les thomistes, selon lui, s'offensent de ce qu'Arnauld s'écarte du "langage ordinaire des théologiens". Ils ont tort, parce qu'il a l'usage (mondain) pour lui, et qu'il peut partager le sentiment des thomistes sans utiliser leur langage. Il n'est donc plus question de montrer ceux-ci conspirant avec les jésuites pour perdre Arnauld en cachant le sens de grâce suffisante. On les montre seulement obligeant le docteur janséniste d'user d'un terme dont il ne veut pas.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540