Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Une démystification mythique

Texte intégral

  • 1 Cette Défense, destinée à réfuter une lettre du docteur Chamillart contre Arnauld, occupe 28 pages (...)

1La seconde partie de la première Provinciale est largement imitée d'un ouvrage généralement attribué à Pierre Nicole : Défense de la proposition de M. Arnauld touchant le droit contre la première Lettre de M. Chamillart, docteur de Sorbonne1. Pascal en a tiré le sujet de sa comédie : le pouvoir prochain. Il y a trouvé le principe de son raisonnement : "C'est le propre des erreurs de se combattre elles-mêmes aussi bien qu'elles combattent la vérité". Unis pour "flétrir" Arnauld par la censure de la Sorbonne, thomistes et molinistes sont en total désaccord sur le sens de l'expression qui leur sert de machine de guerre. On était persuadé à Port-Royal que l'entente de leurs parties ne subsisterait que dans le silence. L'auteur de la Défense leur donne donc longuement la parole. Alphonse Le Moyne et le père Nicolaï y exposent contradictoirement leurs idées :"M.Le Moyne répondra [...] mais le père Nicolaï l'interrompra [...] M.Le Moyne doit répondre au père Nicolaï selon ses principes [...]" On finit par aller trouver Nicolas Cornet, "ingénieux à trouver des accommodements". Il ne faut pas, explique-t-il aux deux docteurs, avoir "d'autre dessein que celui de déclarer les jansénistes hérétiques". Il convient pour cela de s'en tenir à "un pouvoir prochain indéterminé, laissant à la liberté d'un chacun de l'expliquer comme il le voudrait". Une sorte d'élève "désireux de s'informer" avait été l'occasion de ce débat. Le Moyne et Nicolaï reviennent vers lui pour lui affirmer qu'il doit confesser en général le pouvoir prochain "en faisant abstraction des deux opinions de l'École". II continue d'argumenter. On lui ferme la bouche par des menaces.

2Chez Nicole, le père Nicolaï interrompait A. Le Moyne pour lui objecter sa propre opinion. Dans la première Provinciale, le disciple de Le Moyne coupe la parole au jacobin pour le faire taire : aucun d'eux n'élucide sa pensée devant l'autre. Afin de rendre le complot manifeste, Pascal n'a repris l'idée du dialogue que pour le faire avorter. Il devait cependant donner à son lecteur le moyen de comparer les deux doctrines. Il se sert pour cela du "catéchumène" inventé par Nicole.

3Ce personnage fait le lien entre les deux groupes en menant son enquête auprès de chacun d'eux. Pascal renverse donc la scène inventée par Nicole: ce ne sont plus Nicolaï et Le Moyne qui se déplacent, mais celui qui veut s'informer. On y gagne en vraisemblance psychologique : à la manière des journalistes qui font des interviewes, celui qui est guidé par le désir de savoir va et vient pour interroger molinistes et nouveaux thomistes. Beaucoup plus actif, il est aussi beaucoup plus présent, ce qui justifie son double rôle de narrateur et d'auteur de la lettre. Du nécessaire silence des adversaires d'Arnauld, l'auteur de la Provinciale a donc tiré fort habilement une succession de brèves conversations, toutes en style direct, entre son personnage et les représentants des deux partis. Ils dialoguent ainsi malgré eux, par personne interposée, dévoilant leur duplicité et les contradictions qu'ils cherchaient à masquer en se taisant.

4Puisqu'il ne s'agit plus du débat de deux docteurs devant un catéchumène, Pascal a pu multiplier les situations. Au lieu d'un seul dialogue de trois interlocuteurs dans un lieu unique (ou de deux dialogues et de quatre interlocuteurs en deux lieux différents si l'on tient compte de la brève consultation de N. Cornet), il utilise pour sept dialogues, cinq interlocuteurs (le docteur de Navarre, un janséniste, un disciple de Le Moyne, le disciple de Nicolaï, l'enquêteur), en quatre endroits (chez le docteur de Navarre, chez le janséniste, chez le disciple de Le Moyne, chez les dominicains de la rue Saint-3acques) et cinq situations (puisqu'au couvent des jacobins, il y a deux scènes successives, l'une avec les seuls disciples de Nicolaï, l'autre après l'arrivée du disciple de Le Moyne). L'auteur des Provinciales a dédoublé la scène imaginée par Nicole afin de procéder par étapes. Il n'introduit l'expression de pouvoir prochain qu'après avoir cerné la question du pouvoir de la grâce. A la fois progressif et pédagogique, son scénario part du véritable objet de la censure et illustre le glissement qui s'est, selon les jansénistes, produit de l'essentiel à l'accessoire.

5Aussi rend-il dramatiquement manifeste l'idée générale qui sous-tend toutes les variations des dialogues : en cette affaire, malgré l'apparence, rien d'important n'a été mis en cause. Nicole avait fini par le dire : "Qui pourrait croire qu'on excitât de si grands troubles dans l'Église pour un sujet si ridicule ? qu'on remuât toutes sortes de machines, qu'on intéressât toutes les puissances séculières, qu'on occupât si longtemps la plus célèbre Faculté du monde, et que tout cet appareil se terminât à établir un véritable pouvoir d'accomplir les commandements qui est confessé de tout le monde, et de plus le mot de prochain ou de proximum abstrahendo, c'est-à-dire deux ou trois syllabes sans sens que ceux-mêmes qui en veulent faire un article de foi ne sauraient entendre ?" De cette conclusion, Pascal va faire une idée choc, celle qu'il reprend non seulement au début de sa seconde partie (p. 8), mais dès le début de sa lettre (p. 3), et de nouveau à la fin (p. 19). Le long et pesant dialogue destiné à démontrer les contradictions des adversaires d'Arnauld est devenu une succession de brèves interviewes qui les rendent évidentes. Elles imposent surtout au lecteur l'idée qu'on a fait beaucoup de bruit pour rien et que la condamnation d'Arnauld n'a doctrinalement aucune importance.

6Si Pascal se propose en effet d'informer pour désabuser, il ne cherche absolument pas à argumenter contre Le Moyne ou Nicolaï. Reprenant le principe de Nicole selon lequel leurs opinions s'entredétruisent, il n'expose pas la doctrine de la grâce de chacun des partis en cause pour en discerner la vérité à la lumière de la tradition de l'Église. Il ne privilégie apparemment aucune des interprétations qu'on en donne. Il raconte, sans les juger, ce qu'il a retenu des propos des partisans ou des adversaires d'Arnauld. Il ne peut rien approfondir, puisqu'il montre que ceux qu'il consulte, molinistes et nouveaux thomistes, refusent à l'envi d'aller au fond des choses. Il conduit son lecteur à être favorable aux jansénistes en lui présentant leur attitude (non leur doctrine) comme la seule raisonnable face aux conduites extravagantes de leurs adversaires. Dans cette Provinciale initiale, l'auteur ne fait pas de théologie. Pour mettre de son côté tous ceux qui sont de bonne foi, il distingue les vraies questions posées par le statut de la grâce des faux-fuyants trompeurs d'un pouvoir prochain ambigu. Afin de rendre Arnauld et ses partisans sympathiques, il jette le ridicule sur l'incohérence de ceux qui les attaquent.

7A prétendre qu'il n'y a pas eu en Sorbonne un véritable débat doctrinal, mais un complot contre le chef des jansénistes à l'occasion d'une délibération truquée, l'auteur des Provinciales ne gagne pas seulement de rendre ses lecteurs favorables à celui que l'on persécute, il justifie l'existence et le ton de sa lettre. La question de droit devient elle aussi une sorte de question de fait dont tout le monde peut juger. Pascal n'a pas besoin d'entrer dans des discussions difficiles, puisqu'on les a, selon lui, éludées. Il peut amuser le public par un récit facile, puisqu'on n'a pas abordé les délicates questions de la grâce qui l'auraient obligé à des développements longs et nuancés, vraisemblablement ennuyeux. Et puisqu'il ne s'agit de rien de sérieux, puisqu'on parle pour ne rien dire, il peut adopter un ton plaisant et tirer des effets comiques des paroles mêmes de ceux qu'il met en scène. La première Provinciale ne serait pas possible si elle ne reposait sur l'idée que l'éclat de la Sorbonne ne correspond à rien d'important ni de grave.

8Evidente pour tout lecteur de la lettre, cette idée l'est beaucoup moins dès que l'on entre dans le détail des faits. Le débat sur la censure comporta trois étapes. Du 1er au 17 décembre 1655, on régla les questions de procédure (trois assemblées), on écouta le rapport des commissaires sur les propositions soumises à examen (assemblée du 10 décembre), on commença à entendre les avis des évêques, puis des plus anciens docteurs, qui parièrent souvent à la fois du fait et du droit (une assemblée). Du 17 décembre 1655 au 14 janvier 1656, à de rares exceptions près, on n'argumente plus qu'autour de la question de fait (seize séances). Enfin, du 18 au 29 janvier, on discute de la question de droit. Le 23, à la date que Pascal met en tête de sa Provinciale, vingt-neuf docteurs ont opiné pendant cinq longues séances, dont une tout entière occupée la veille par l'avis du janséniste docteur Bourgeois. On ne peut, à ce moment-là, parler de débat escamoté.

  • 2 La source d'après laquelle nous avons établi notre compte-rendu des faits et des divers avis ne pe (...)

9On n'y a éludé aucun des sujets essentiels2. Le 1er et le 2 décembre, Chappelas, "le plus ancien des examinateurs", fait "un sommaire historique de toutes les disputes sur la grâce jusqu'à notre siècle". Il termine en lisant les extraits incriminés. Le 7 décembre, on écoute "fort attentivement" la lecture d'une lettre d'Arnauld "quoiqu'elle eût duré cinq quarts d'heure". Le 10 décembre, Chappelas débite "un discours à perte de vue sur la possibilité des commandements", tout nourri de références aux Pères de l'Église. Le même jour, Nicolas Cornet oppose la déclaration d'Arnauld sur saint Pierre aux canons du concile de Trente. Alphonse Le Moyne argumente dans le même sens : il ne suffit pas, dit-il, de "reconnaître dans le juste une grâce distinguée de l'efficace si l'on n'admet pas une grâce par laquelle il peut demander la grâce de l'action". Selon le père Nicolaï, le même jour, "l'erreur de M. Arnauld consistait en ce qu'ôtant à saint Pierre la grâce efficace, il n'en avait reconnu aucune autre en lui, d'où l'on pouvait conclure que saint Pierre n'avait pas été la cause de son abandon, mais Dieu seul". Aucun des examinateurs n'a tenté de fuir ce que mettait en cause la proposition examinée : le statut de la grâce dans ses rapports avec la responsabilité de l'homme et de Dieu par rapport au bien et au mal.

10Il en va de même, à partir du 18 janvier, quand commence l'examen de la proposition d'Arnauld sur saint Pierre, juste auquel la grâce aurait manqué. Chacun des cinq évêques présents argumente de son mieux sur le sujet, citant à l'envi les conciles et les Pères. Premier à opiner, l'évêque de Montauban propose un accord en cinq points: "Outre la grâce efficace à laquelle la volonté de l'homme peut résister, j'admets, aurait notamment signé l'auteur de la Seconde Lettre, la grâce habituelle et suffisante au sens des thomistes", selon laquelle "les justes peuvent observer les commandements même lorsqu'ils ne les observent pas". Tout cela est fort explicite. Aux longues justifications des docteurs jansénistes, Coppin, Mincé, Meusnier se mêlent les deux avis, fortement argumentés, de Le Moyne et de Nicolaï (19 et 21 janvier). Aucun d'eux n'a reculé devant les discussions techniques réclamées par le sujet. "Celui qui nie, explique Le Moyne, que saint Pierre ait eu aucun secours efficace ni suffisant ni actuel ni habituel pour le mettre en état d'avoir le pouvoir efficace nie par conséquent que les commandements lui aient été possibles, étant contraire à la décision du concile de Trente". Le père Nicolaï consacre toute son intervention à réfuter l'interprétation des textes des Pères qu'Arnauld avait cités pour sa défense. Bourgeois, le lendemain, traite surabondamment de saint Pierre et de la grâce.

11On ne peut donc suivre Pascal quand il affirme, dans un texte daté du 23 janvier, qu'on se refuse à traiter en Sorbonne des "plus grands principes de la grâce, comme si elle n'est pas donnée à tous les hommes, ou bien si elle est efficace" (p. 8). On ne cesse au contraire d'y argumenter longuement autour du texte d'Arnauld pour montrer en quoi il s'accorde ou non avec la doctrine de l'Église. Ce qui frappe à la lecture des résumés des différents avis, c'est le sérieux d'une discussion qui manifeste une opposition fondamentale sur la situation de l'homme par rapport à la grâce et non, comme on voudrait le faire croire au public, une habile conspiration des adversaires d'Arnauld autour d'une expression mystérieuse. "Il n'y a plus, prétend Pascal, que le mot de prochain sans aucun sens qui court risque" (p. 19). En fait, ce n'est pas à la Sorbonne, dans la dispute théologique, mais dans la première Provinciale, pour sa présentation littéraire, que ce terme occupe une place capitale.

  • 3 L'article Grâce occupe les colonnes 1554-1688 du tome V du Dictionnaire de Théologie catholique pu (...)
  • 4 Le père Nicolaï n'avait eu le temps de prononcer en séance que la première partie de son Avis, qui (...)

12Très curieusement en effet, l'auteur de la lettre y met en lumière une question qui est loin d'être centrale dans la théologie de la grâce : il n'y a pas d'entrée "pouvoir prochain" dans le très complet et traditionnel Dictionnaire de Théologie catholique3 publié en 1920. Si Le Moyne utilise cette notion dans son argumentation contre Arnauld, elle est loin de tourner tout entière autour d'elle. Dans les 87 pages de son Avis délibératif imprimé4, le père Nicolaï n'y renvoie qu'en passant, à trois ou quatre reprises. Dans les discours des cinq évêques sur lesquels s'ouvre le débat sur la question de droit comme dans ceux des vingt-neuf docteurs qui ont opiné du 18 au 22 janvier, le pouvoir prochain n'a servi ni de point de référence doctrinale, ni de machine de guerre contre Arnauld. La dispute, manifestement, n'a jamais tourné autour de cette expression.

13Son importance dans les Provinciales ne vient pas de l'actualité, mais de la source que Pascal a suivie. Elle ne se comprendrait pas sans le passage de la Défense d'Arnauld contre Chamillart qu'il a imité. C est là qu'il a puisé l'idée d'un accord purement verbal entre Le Moyne et Nicolaï, grâce à l'ambiguïté de l'expression pouvoir prochain. C'est de là qu'il a tiré l'idée d'un complot sur ce mot entre les adversaires d'Arnauld. Dans une note à la première Provinciale, "en quel sens Montalte rejette le pouvoir prochain ?", Nicole reprend la même idée. Thomistes et molinistes "feignirent pour un temps une union qui ne consistait qu'en des mots équivoques qu'on n'expliquait point et que chacun interprétait différemment. Ils choisirent le terme de pouvoir prochain. Tous s'en servaient également, mais un parti les entendait dans un sens, et l'autre dans un autre". Rien de moins sûr que cette explication. Mais elle ne prétendait pas, dans la Défense, rapporter la façon dont les docteurs de Sorbonne avaient traité de la question de droit : elle visait seulement à expliquer l'alliance des ennemis d'Arnauld. De l'aveu de l'auteur, cet ouvrage a été composé "peu après" la lettre de Chamillart auquel elle répond et "longtemps avant" la publication de l'Avis et des thèses du père Nicolaï, c'est-à-dire peu après le 11 décembre 1655 et longtemps avant le 31 janvier 1656. Comment Pascal aurait-il pu décrire véritablement les débats de Sorbonne en imitant Nicole, puisque la Défense leur était largement antérieure ? Nicolaï et Le Moyne ont donné leur avis le 21 janvier. L'épistolier date sa Provinciale du 23. Il profite du dimanche, jour où l'on ne tient pas séance, pour raconter ce qui s'est passé. Sa lettre plonge apparemment en pleine actualité, puisqu'il y met en vedette les deux docteurs qui avaient attaqué Arnauld deux jours plus tôt. Là s'arrête la ressemblance des faits et de ce qu'il raconte. Pascal avait senti l'intérêt de l'idée avancée par Nicole d'un complot des molinistes et des nouveaux thomistes autour d'une expression mystérieuse. Il l'a reprise sans se soucier du contenu réel des disputes des docteurs lors des débats sur la censure. Il lui suffisait d'avoir trouvé un fil conducteur à la fois plaisant et crédible.

  • 5 Voir p. 53 la façon dont Arnauld compare les diverses doctrines de la grâce dans la troisième de s (...)

14On comprend dès lors pourquoi l'auteur des Provinciales n'entre guère dans le détail de la doctrine du pouvoir prochain. On passe sans avertissement du "pouvoir d'accomplir les commandements"(p. 10) au pouvoir de les accomplir après avoir eu seulement, dans un premier temps, celui de prier Dieu (p. 15). La distinction de la grâce d'action et de la grâce de prière était capitale dans la doctrine d'A. Le Moyne et, tout en insistant sur le fait qu'elle ne reposait pas sur la tradition de l'Église, Arnauld n'avait pas oublié de la reprendre clairement5 Pascal l'introduit subrepticement. A l'enquêteur qui lui a demandé si les justes "ont toujours toute la grâce nécessaire pour les accomplir, en sorte qu'il ne leur manque rien de la part de Dieu", le disciple de Le Moyne répond : "Attendez. Ils ont toujours tout ce qui est nécessaire pour les observer, ou du moins pour le demander à Dieu". Le juste n'a pas besoin "de grâce efficace pour prier Dieu". On parlera ensuite tantôt de ce pouvoir prochain (p. 16, p. 17), et tantôt du pouvoir prochain en général (p. 18, p. 19). Il faut être très attentif pour se rendre compte de ces glissements. Pascal a pris la précaution de ne pas oublier une nuance importante de la pensée de ses adversaires. Mais, dans son désir d'être rapide et clair, il n'a pas tenu compte qu'elle risquait de passer inaperçue du lecteur qui ne serait pas préalablement informé. En transposant la Défense d'Arnauld contre Chamillart en explication des manœuvres de la Sorbonne, Pascal vise à l'efficacité plus qu'à l'exactitude. Jouant habilement du mécanisme que Nicole avait suggéré pour dénoncer une cabale, il n'hésite pas à expliquer une affaire qui avait effectivement lieu à ce moment-là en Sorbonne par un raisonnement antérieur aux débats, selon une mise en scène dont son prédécesseur avait pris soin d'avouer le caractère fictif.

15Nicole avait en effet fortement souligné que son dialogue de Le Moyne et de Nicolaï était imaginaire. "Supposons donc, écrit-il au moment de commencer, qu'un de ces prétendus hétérodoxes". Loin de prétendre raconter une entrevue réelle, il reconnaît d'emblée qu'il l'a inventée. Il transcrit au style indirect les propos de ses personnages, signe qu'il en garde la responsabilité. S'il rapporte la rencontre à l'indicatif, il emploie toujours le futur, lui conférant ainsi un caractère d'éventualité plus que de réalité. Il revient à la fin de la discussion sur le fait qu'elle est de son cru : "Ce discours paraîtra peut-être peu sérieux à M. Chamillart. Il m'accusera de faire répondre ces Messieurs à ma fantaisie et de former des hommes de paille pour les défaire. Mais je le prie de considérer que je ne suppose rien de faux et que, quelque subtilité qu'ils aient, ils ne sauraient dire autre chose que ce que je leur ai fait dire". Si le dialogue est imaginaire, son contenu est repris des opinions connues des docteurs représentés. A la fiction de la mise en scène correspond la vérité des idées que l'auteur a seulement voulu illustrer. Afin de les démontrer, Nicole reprend ensuite, au niveau de l'argumentation, les affirmations des diverses parties sur le pouvoir prochain. Reconnu pour tel, le dialogue fictif n'était qu'un moyen de faire comprendre, un élément de la variété du discours, un ornement de l'exposé.

16Le mouvement est inverse chez Pascal. Grâce à la fiction épistolaire, il présente son récit comme celui d'une enquête qui a effectivement eu lieu. Il emploie les temps du passé de l'indicatif et prétend reproduire les propres paroles de ceux que l'enquêteur a consultés. La confiance du lecteur dans la démonstration qui lui est faite vient aussi et surtout de ce qu'on a prétendu dès l'abord le désabuser en lui rapportant des faits réels. Les consultations successives auprès de plusieurs personnages correspondent symétriquement aux avis des docteurs de Sorbonne sur le point de fait dans la première partie. Le lecteur n'a pas plus de raison de douter de la réalité des unes que de la vérité des autres. Alors que Nicole montrait lui-même la distance entre des rencontres inventées et des disputes réelles, l'auteur des Provinciales abolit cette distance et utilise ses interviewes imaginaires pour accréditer la vérité de ce que rapporte sa lettre. A la différence de Nicole, bachelier en théologie qui se comporte en savant, Pascal joue en écrivain de la complexité des rapports de la fiction et de la réalité, intervenant en témoin qui tantôt parle à la première personne et qui tantôt rapporte le dialogue des autres par l'intermédiaire de récits présentés comme objectifs. En conduisant ses lecteurs à croire vrai ce qui n'a de vérité que dans l'ordre de la création littéraire, l'auteur des Provinciales commet à leur égard la plus nécessaire, mais aussi la plus trompeuse et la plus parfaite des impostures.

  • 6 Il avait, dès avant la première Provinciale, répondu à ceux qui l'avaient, comme Pascal, accusé d' (...)

17Il y a plus. La source dont il s'est inspiré l'a induit en erreur. Nicole l'avoue dans l' "Avis au lecteur touchant le sentiment du père Nicolaï", qu'il a placé en tête de sa Défense d'Arnauld comme Chamillart au moment de l'imprimer. Il avait, avoue-t-il, rédigé son texte "longtemps avant la publication de l'Avis et des thèses du père Nicolaï". Il les a lus depuis et s'est aperçu qu'il s'est trompé : jésuite travesti, ce dominicain "ne tend qu'à renverser les principes de saint Thomas et de toute son École". L'auteur prie en conséquence son lecteur de l'excuser d'avoir "cité ce docteur de l'ordre de saint Dominique comme un vrai thomiste". On pourra, dit-il, facilement "corriger cette faute en supposant le nom de quelque autre dominicain, au lieu de celui du père Nicolaï". Supposer, c'est-à-dire à la fois mettre à la place et inventer... Nicole confond donc à son tour réalité et fiction. Comme si le père Nicolaï n'était pas un personnage bien réel. Comme s'il n'avait pas effectivement conduit le clan des thomistes dans la commission d'examen puis dans les disputes de Sorbonne. Mais si la doctrine de Nicolaï est telle que Nicole l'a apprise après coup - et ce dominicain avait suffisamment publié avant l'affaire de Sorbonne pour qu'on n'ignorât pas sa doctrine6, où est donc le complot dénoncé par Pascal ? Selon Nicole lui-même, l'accord de Nicolaï et de Le Moyne n'est plus un accord tactique, mais le résultat de la conformité (d'une certaine conformité) de leurs doctrines. La Défense d'Arnauld contre Chamillart et toute la deuxième partie de la première Provinciale reposent sur une même erreur, qui les rejette toutes deux dans la fiction. La lettre du 23 janvier démonte une machination dont le mécanisme fonctionne d'autant plus facilement qu'il est celui du texte qui la dénonce. Elle n'en est que mieux réussie littérairement.

18Sous couleur de transcrire, dans un récit objectif, des propos exactement rapportés par un témoin, Pascal a inventé, dans le sillage de Nicole, une suite de scènes contrastées. Le sujet de l'enquête est fictif : nul complot n'a jamais eu lieu à propos du pouvoir prochain, et ce terme lui-même n'a pas reçu des circonstances l'importance que Pascal lui attribue par les effets comiques qu'il peut en tirer. Ses personnages aussi sont inventés. Le destinataire n'est qu'une façon d'incarner le public, et celui qui écrit la lettre est un auteur-personnage qui ne se confond pas avec l'auteur-personne des Provinciales. Même le père Nicolaï y est devenu un personnage supposé, aussi imaginaire que celui qui va s'informer près de son disciple. Pascal souligne à plusieurs reprises que sa lettre sur les disputes de Sorbonne est un récit. Il veut qu'on la prenne pour un reportage. Ses rapports avec la réalité sont en fait beaucoup plus complexes. La première Provinciale est un petit roman historique.

19L'auteur, à vrai dire, n'avait pas le choix. Il avait deviné que, pour séduire le public, il ne fallait pas mener devant lui de longues et difficiles discussions techniques sur la censure, mais l'intéresser en lui parlant d'autre chose. Son coup de génie a été de présenter les faits de telle façon que ce changement de sujet parût la conséquence de la conduite des adversaires d'Arnauld. De la nécessité de ne pas s'embarquer dans d'ennuyeuses démonstrations théologiques, il a déduit le sujet de sa lettre : on refuse de débattre en Sorbonne de ce qui est véritablement important. Reprenant la démonstration de Nicole à Chamillart, qui ne concernait pas ce débat, il attribue aux molinistes et aux nouveaux thomistes son propre refus d'aller au fond de l'affaire. Il a dès lors toute latitude pour remplir à sa guise le vide qu'il a lui-même créé. Obligé, pour suivre son guide, de déplacer la scène du quartier Latin au couvent du faubourg Saint-Jacques, il substitue aux avis des docteurs les prétendues manœuvres des disciples de Le Moyne et de Nicolaï. Arnauld a été victime d'un complot. Cette idée simple a le double mérite d'expliquer sa condamnation imminente et de lui ôter d'avance toute gravité. On ne peut empêcher "l'éclat" de la Sorbonne. On en cache l'importance au public en détournant son attention vers un accord imaginaire autour d'une formule mystérieuse.

Notes

1 Cette Défense, destinée à réfuter une lettre du docteur Chamillart contre Arnauld, occupe 28 pages dans le tome XX des Œuvres de celui-ci. Le passage dont Pascal a tiré le principe de sa lettre correspond à moins de 3 pages. On l'a reproduit dans nos documents (n° 4). C'est dire qu'il y a dans les Provinciales un changement d'échelle total.

2 La source d'après laquelle nous avons établi notre compte-rendu des faits et des divers avis ne peut être suspectée de partialité anti-janséniste. Nous avons suivi les mémoires manuscrits de Beaubrun, conservés à la Bibliothèque nationale (Fonds français, 13.895-13.896). Cet auteur ne se cachait pas d'appartenir au parti des disciples de saint Augustin. Nous avons cité dans les documents, quasi in-extenso, l'Avis d'Alphonse Le Moyne (n° 8).

3 L'article Grâce occupe les colonnes 1554-1688 du tome V du Dictionnaire de Théologie catholique publié en 1920 sous la direction de A. Vacant et de E. Mangenot.

4 Le père Nicolaï n'avait eu le temps de prononcer en séance que la première partie de son Avis, qui réfutait les arguments d'Arnauld. Pour faire connaître au public sa doctrine de la grâce suffisante, qui constituait son second point, il publia et distribua son Avis délibératif en latin (31 janvier), puis en français. On trouvera des extraits de ce texte dans les documents (n° 9).

5 Voir p. 53 la façon dont Arnauld compare les diverses doctrines de la grâce dans la troisième de ses Lettres apologétiques.

6 Il avait, dès avant la première Provinciale, répondu à ceux qui l'avaient, comme Pascal, accusé d'avoir trahi son ordre et de n'être qu'un jésuite travesti, notamment dans sa préface au tome II de sa Panthéologie de Rainier de Pise (voir aux documents, le n° 11).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540