Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

La farce du pouvoir prochain

Texte intégral

  • 1 Voir ce texte, plus complètement cité dans les Documents (n° 3, A).

1En tête de la Seconde Lettre a un duc et pair figure une liste de neuf ouvrages anti-jansénistes auxquels Arnauld prétend répliquer par le sien. Il a, dans ce gros livre, regroupé ses arguments sous dix-sept chapitres (230 pages dans le tome XVIII de ses Œuvres Complètes). Le douzième (16 pages) est intitulé : "D'une grâce suffisante donnée à tous les hommes sans exception d'un seul qu'on veut faire passer pour un article de foi contre la doctrine des SS. Pères et des Papes". Il est subdivisé en une suite d'instances ou questions que l'auteur présente à ses adversaires comme autant d'objections. C'est dans la septième qu'il affirme : "La question est de savoir si, pour être catholique, on est obligé de croire comme un article de foi que jamais la tentation ou de la colère, ou de l'orgueil, ou de l'ennui, ou de la médisance, ne fait faire des fautes aux gens de bien et aux justes sans qu'ils aient, dans la tentation même, la pensée et le mouvement actuel de ne les point faire". Saint Pierre lui sert d'exemple et de preuve : "Cette grande vérité, établie par l'Évangile et attestée par les Pères, qui nous montre un juste en la personne de saint Pierre, à qui la grâce, sans laquelle on ne peut rien, a manqué dans une occasion où l'on ne peut pas dire qu'il n'ait point péché, est devenue tout d'un coup l'hérésie de Calvin si nous en croyons les disciples de Molina". Aussitôt après ce passage proposé à la censure de l'assemblée par la commission d'examen de la Sorbonne (c'est la cinquième proposition, concernant le droit), Arnauld prenait parti contre un Écrit du père Annat dont il citait un passage pour résumer la position des molinistes1.

2Il entendait, dans ce chapitre, traiter de façon précise et complexe un problème capital pour la définition de la grâce. Il l'a fait dans un développement long, précis, minutieux, dans lequel interviennent, au moyen de citations, les papes Innocent et Martin Iers, saint Léon, saint Augustin et ses commentateurs. Pour réfuter ses adversaires, le docteur janséniste fait en théologien un exposé doctrinal fondé sur l'érudition d'un spécialiste qui connaît l'histoire de l'Église et les textes auxquels il convient de se référer. Tel n'est pas le point de vue de Pascal, qui prétend au contraire que tout cela n'ayant pas été sérieusement examiné en Sorbonne, il n'a pas à s'en préoccuper. Plus encore que sur la question précédente, il laisse de côté toute discussion théorique pour se tourner vers l'exposé des faits : "Je les viens de quitter, écrit-il des disciples de Le Moyne et de Nicolaï, sur cette solide raison pour vous écrire ce récit".

3Dans la première partie de la lettre, Pascal avait donné, des "disputes" de la Sorbonne, une image fortement reconstituée mais qui en reflétait le contenu. Dans la seconde, il les abandonne à peu près complètement. Fait significatif, il quitte l'Université pour une suite de visites en ville. Il consulte un docteur de Navarre qui demeure près de chez lui et se rend chez un janséniste avant de revenir chez son voisin. Puis il va "chez un des disciples de M. Le Moyne" et chez un de ceux du père Nicolaï, "aux Jacobins", c'est-à-dire au couvent du faubourg Saint-Jacques où ce docteur exerçait les fonctions de régent. C'est en cet endroit, bien défini, que se déroulent une dernière consultation et la scène finale de la lettre qui réunit molinistes et nouveaux thomistes. Ce cheminement dans l'espace n'est pas fortuit. Il conduit au vrai centre de l'affaire. Le changement de lieu est la preuve d'un détournement, et par conséquent, d'un complot. La Sorbonne n'était que l'apparence, les rencontres au couvent des Jacobins dévoilent la réalité. Contre Arnauld, il y a collusion de ses ennemis, et sa condamnation résulte d'une alliance politique.

4Pascal empêchera le public d'être dupe : sa lettre rétablira les faits et divulguera la cabale. Elle apportera l'information que l'on voulait cacher. "Nous étions bien trompés", affirme-t-il au début de son second point comme il avait écrit dès la première ligne : "Nous étions bien abusés". Il lui suffit de publier sa lettre, et l'on passera de l'erreur à la vérité parce que l'on aura été informé. On est frappé, à une époque où la presse n'existe pas encore, de la ressemblance de cette attitude et de celle d'un journaliste d'aujourd'hui. L'auteur en utilise la méthode, suite de consultations qui constituent autant d'interviewes. Il en poursuit les buts : s'informer pour informer le public. Il en ébauche le sensationnalisme : il dénonce le scandale et révèle les dessous d'une intrigue. Dans toute cette partie de lettre, Pascal pousse à l'extrême ce droit à l'information qui en sous-tendait le début, et ce principe si moderne que tout le monde doit tout savoir. A porter le débat sur la place publique, il faut aller jusqu'au bout et ne pas se contenter, comme Arnauld, d'argumenter théologiquement ; il faut disqualifier les agissements secrets de l'adversaire en les révélant à tout le monde.

5A la grande surprise de Pascal, il s'est avéré après enquête ("j'ai pris un soin particulier à m'en informer") que les vraies questions ont été éludées. La seconde partie de la lettre s'inscrit entre deux affirmations parallèles. D'abord plus sommairement : "Il s'agit d'examiner ce que M. Arnauld a dit dans la même lettre : que la grâce, sans laquelle on ne peut rien, a manqué à saint Pierre dans sa chute. Sur quoi nous pensions, vous et moi, qu'il était question d'examiner les plus grands principes de la grâce, comme si elle n'est pas donnée à tous les hommes, ou bien si elle est efficace, mais nous étions bien trompés". Et plus précisément à la fin : "Vous voyez qu'il ne s'agit d'aucun des points suivants, et qu'ils ne sont condamnés de part ni d'autre : I. Que la grâce n'est pas donnée à tous les hommes. 2. Que tous les hommes ont le pouvoir d'accomplir les commandements de Dieu. 3. Qu'ils ont néanmoins besoin pour les accomplir, et même pour prier, d'une grâce efficace qui détermine leur volonté. 4. Que cette grâce efficace n'est pas toujours donnée à tous les justes, et qu'elle dépend de la pure miséricorde de Dieu". Aux deux extrémités du récit de son enquête, Pascal expose et réexpose le vrai sujet du vrai débat, la proposition d'Arnauld mise à la censure et ses implications directes sur la doctrine de la grâce. Et les deux fois, il reprend la même affirmation surprenante : on ne l'a point véritablement traité et il n'a été question que de bagatelles. Il suffisait de s'informer sérieusement pour comprendre le peu d'intérêt des débats en Sorbonne sur le point de droit ; il suffit pareillement de s'informer à bonne source pour comprendre que le second point "est une chose aussi peu importante que la première". Tout le monde pensait qu'on examinait en Sorbonne "les plus grands principes de la grâce". On se trompait. On a fait beaucoup de bruit pour rien.

6Cela explique pourquoi la substance dogmatique de la première Provinciale est très mince. Dans ce débat qui devrait porter sur la grâce, il n'y a qu'un renvoi d'une seule ligne à un seul docteur, saint Augustin, cité par le docteur de Navarre : "Nous savons que la grâce n'est pas donnée à tous les hommes". C'est parce qu'il n'y a rien de vraiment théologique dans le dossier que Pascal peut écrire ironiquement : "je suis devenu grand théologien en peu de temps". On en a conclu un peu vite qu'à la manière des journalistes, il avait découvert les problèmes dont il a traité en même temps qu'il les exposait à ses lecteurs. En fait, c'est la méthode qu'il a retenue pour sa première lettre qui exclut qu'il fasse vraiment de la théologie. Il ne cherche pas à entrer dans un domaine qu'Arnauld a suffisamment exploré pour les spécialistes et pour la partie du public qui désirait aller au fond de la discussion. Il n'entre en campagne que pour se placer, lui, du point de vue de l'actualité, contraint par les circonstances d'expliquer non un débat doctrinal, mais une situation, l'état d'un rapport de forces, une alliance contre nature.

7Un imaginaire débat de Sorbonne avait structuré la première partie de la lettre, la quête de l'information joue le même rôle dans la seconde. Mais cette information va paradoxalement produire de l'obscurité. L'auteur de la lettre pose les bonnes questions. On les élude et on y substitue de faux problèmes. Il voulait rapporter le sujet de la censure au provincial destinataire ; il ne peut que lui raconter comment on le lui a volontairement masqué. Il lui donne clairement l'idée d'une volontaire confusion, destinée à le tenir à l'écart parce qu'elle recouvre une manœuvre politique. Plus l'affaire se complique, plus s'impose l'idée simple d'une dérobade et d'un complot. Pascal obtient ce résultat en rapportant une série de consultations menées auprès des représentants des trois partis en présence. Il y en a eu sept, réparties en deux groupes. Les trois premières aboutissent à l'apparition d'un mot "nouveau et inconnu" : le pouvoir prochain ; les dernières rendent manifeste la collusion des jacobins et des molinistes.

8Pascal, au cours des trois premières visites, enquête sur le point litigieux. A partir de la phrase d'Arnauld incriminée, il pose à un docteur de Navarre les questions sur la grâce qui en découlent (celles qu'il a déjà énoncées). : est-elle donnée à tous les hommes ? est-elle efficace et détermine-t-elle notre volonté ? Avec clarté et netteté, il formule les deux sujets de discussions possibles, indissolublement liés entre eux puisque l'universalité de la grâce exclut son efficacité par elle-même et inversement, sous peine de ne pouvoir expliquer l'existence du péché et de la damnation. Curieusement, son interlocuteur lui répond le contraire de ce qu'on attendait d'un adversaire des jansénistes et conclut sur une affirmation étonnante : l'hérésie d'Arnauld vient de "ce qu'il ne reconnaît pas que les juste aient le pouvoir d'accomplir les commandements de Dieu en la manière que nous l'entendons". C'est désormais cette phrase (elle va, dans sa première partie, être reprise neuf fois avec des variantes de détail) qui servira de base à l'enquête. On est surpris de l'obscurité de la périphrase finale. On s'étonne qu'ayant été d'accord avec les opinions jansénistes sur les deux précédentes questions, le docteur consulté ne le soit plus avec Arnauld sur un dernier point, qui paraît la pure et simple conséquence de ce qui a été accordé.

9Arrivé chez un janséniste, l'enquêteur reprend quasi textuellement, comme s'il l'avait encore dans l'oreille, la dernière phrase du docteur de Navarre : il la rend seulement plus absolue en ajoutant "tous" et "toujours" et surtout il supprime l'étonnant "en la manière que nous l'entendons". Puis il redouble sa question en substituant les préceptes aux commandements selon une progression purement rhétorique, puisque la distinction des commandements et des préceptes ne porte que sur leur degré d'obligation. Ce redoublement sert à graver dans la mémoire du lecteur la question dont il est débattu et à équilibrer quantitativement les deux consultations successives. Il en résulte qu'apparemment les deux spécialistes visités ont soutenu la même opinion.

10De retour chez le docteur de Navarre, à la stupéfaction de l'enquêteur, cet accord est mis en question par l'irruption dans le débat d'une expression nouvelle : "Les jansénistes vous diront bien que tous les justes ont toujours le pouvoir d'accomplir les commandements: ce n'est pas de quoi nous disputons, mais ils ne vous diront pas que ce pouvoir soit prochain ; c'est là le point". A ce moment de l'enquête, pouvoir prochain remplace donc bizarrement la périphrase dont s'était précédemment servi le docteur de Navarre ("en la manière dont nous l'entendons"). Il semble y avoir progression : le problème est maintenant cerné grâce à un terme précis. Tout au cours du dialogue, diverses expressions ("ce dont il s'agit", "ce dont nous disputons", "c'est là le point", "en voir le fin") donnaient l'impression qu'on s'efforçait de définir l'objet du litige dans toute sa subtilité. A la fin de la troisième visite, on s'imagine y être enfin parvenu grâce à une expression technique. Mais on se demande en même temps si celle-ci ne risque pas de compliquer le problème au lieu d'aider à le résoudre. Son emploi ne peut contrebalancer à lui seul l'impression, qu'avaient donnée les deux visites précédentes, d'un véritable accord entre le docteur de Navarre et les jansénistes. Le lecteur est déçu de voir son attente à ce point trompée. Il partage la méfiance du narrateur, qui remarque : "Ce terme me jeta dans l'obscurité, et je crois qu'il n'a été inventé que pour brouiller". Au moment où il introduit dans le débat un élément emprunté au vocabulaire de la théologie, Pascal l'entoure de suspicion.

11Il le fait d'autant plus que le docteur de Navarre lui en fait "un mystère" et que le janséniste refuse de le lui expliquer de peur de ne pas être cru. Dans cette scène, qui occupe une place centrale entre les deux séries de trois consultations, le personnage interrogé répond fort habilement à côté de la question pour confier à l'enquêteur le vrai sens de l'affaire : le mot mystérieux n'est qu'un moyen inventé par les adversaires d'Arnauld pour aboutir à un accord purement verbal et perdre ensemble leur ennemi commun, en cachant grâce à lui leurs divergences.

12Arnauld, jusqu'à ce point du récit, était le seul personnage réel mis en cause. On devinait Nicolas Cornet derrière le docteur de Navarre, mais il n'était pas nommément désigné, et le janséniste restait anonyme. Pascal met maintenant en cause deux docteurs de Sorbonne, tous deux membres de la commission qui avait proposé la Seconde Lettre d'Arnauld à la censure : Auguste Le Moyne et Jean Nicolaï. Contre les opinions augustiniennes, le premier enseignait en effet à la Sorbonne depuis 1647 des thèses molinistes. Arnauld avait en 1650 consacré à le réfuter toute la troisième partie de son Apologie pour les saints Pères. Quant à Jean Nicolaï, il avait, à la grande surprise des jansénistes, approuvé le livre de leur ennemi, Isaac Habert, qui après avoir attaqué Jansénius dans ses sermons, s'en était pris à l'Apologie de Jansénius d'Arnauld dans sa Défense de la foi et de l'Église (1644). Il y avait entre les deux examinateurs et Arnauld un long et ancien contentieux, et beaucoup avaient cru que Le Moyne et Nicolaï auraient accepté d'être récusés pour cause d'inimitié notoire. Ils n'en firent rien, et, en les citant, Pascal rend le débat d'idées d'autant plus vif qu'il le greffe sur des querelles de personnes. Fort habilement pourtant, il ne les met en cause qu'indirectement : l'enquête a lieu auprès de leurs disciples. Il doit à son objectivité apparente de ne pas opposer des personnes, mais des écoles de pensée.

13Les cinquième et sixième consultations, près des disciples de Le Moyne et de Nicolaï, sont menées de façon parallèle, comme l'avaient été précédemment celle du docteur de Navarre et celle du janséniste. Il en résulte un effet de symétrie et, compte tenu des réponses obtenues, une sorte de répétition qui déclenche le ressort comique. Selon la formule célèbre de Bergson, du mécanique se trouve plaqué sur du vivant. Le visiteur pose chaque fois la même question: "je le suppliai de me dire ce que c'est qu'avoir le pouvoir prochain de faire quelque chose" (consultation 5) ou : "je les priai de me dire ce que c'est que pouvoir prochain" (consultation 6). Comme le disciple de Le Moyne lui a répondu: "C'est avoir tout ce qui est nécessaire pour la faire de telle sorte qu'il ne manque rien pour agir", il reprend sa définition devant ceux de Nicolaï : "N'est-ce pas celui, leur dis-je, auquel il ne manque rien pour agir ?". Et à sa grande surprise, toute semblable à celle éprouvée à son retour chez le docteur de Navarre après la visite au janséniste (consultations 2 et 3), il s'entend répondre que non. Le recours aux exemples, notamment à celui de la vue, permet de comprendre pourquoi, et de constater que les deux docteurs de Sorbonne s'accordent sur le mot, non sur l'idée. D'où le mouvement du passage : on va de l'expression pouvoir prochain à sa définition, et à la constatation des divergences entre thomistes et molinistes. On revient, pour finir, au mot prochain, seul moyen de maintenir une apparence d'union.

14Dans la septième et dernière consultation, qui a lieu devant les tenants des deux doctrines réunis au couvent des Jacobins, l'enquêteur suit l'ordre contraire, dans une sorte de démonstration inversée. Au lieu d'interroger sur l'expression pouvoir prochain, il part de la définition qu'il en a retenue de sa visite antérieure pour la proposer au disciple du père Le Moyne : "je connais un homme qui dit que tous les justes ont toujours le pouvoir de prier Dieu, mais que néanmoins ils ne prieront jamais sans une grâce efficace qui les détermine, et laquelle Dieu ne donne pas toujours à tous les justes. Est-il hérétique ?" On lui répond, après un distinguo comique, en réintroduisant le mot qu'il avait voulu éviter : "S'il appelle ce pouvoir pouvoir prochain, il sera thomiste, et partant catholique ; sinon, il sera janséniste, et partant hérétique". Tous les efforts sont vains pour refuser de s'enfermer dans cette appellation. Celui qui n'appelle ce pouvoir "ni prochain ni non prochain" est inexorablement condamné, et prochain finit par apparaître comme un mot quasi magique qui aurait sa force en lui-même, ou plutôt comme un mot de passe, signe d'un accord à ne pas transgresser. "A cela, un de ces pères voulut en apporter sa définition, mais il fut interrompu par le disciple de M. Le Moyne, qui lui dit : Voulez-vous donc recommencer nos brouilleries ?".

15Lors des cinquième et sixième consultations, où molinistes et thomistes étaient séparés, Pascal a mis l'accent sur l'opposition des doctrines. Il l'a fait d'un ton sérieux, sur le mode de la discussion, à l'aide d'exemples et de raisonnements. Dans la dernière consultation, en présence des deux partis, il étale leur refus d'accepter une définition du mot prochain et, en fin de compte, de donner une signification à leurs paroles. Apparaît alors avec évidence le caractère déraisonnable des scènes précédemment décrites, leur aspect fondamentalement truqué. On a définitivement quitté le monde du sens commun pour celui de la farce. On ne sait plus ce que parler veut dire: "Il faut, me dirent-ils tous ensemble, dire que tous les justes ont le pouvoir prochain, en faisant abstraction de tout sens : abstrahendo a sensu thomistarum et a sensu aliorum theologorum". L'emploi du latin, au lieu d'apporter à l'ordinaire l'autorité d'une citation faite dans le texte original, ressortit à la technique farcesque de l'emploi du latin de cuisine, puisque cette citation traduit des propos qui n'ont pas de signification. Équivalent des traditionnels coups de bâton, le recours à la force accentue encore, pour finir, la dégradation du climat : "Vous le direz, ou vous serez hérétique, et M. Arnauld aussi car nous sommes le plus grand nombre ; et, s'il est besoin, nous ferons venir tant de Cordeliers que nous l'emporterons".

16Au lieu d'accéder, grâce à sa patiente recherche, à une vision claire et rationnelle du sujet débattu, l'enquêteur a découvert la déraison et la manœuvre. Ce décalage entre ce qui est et ce qui devrait être rend à ce point comiques la situation et les personnages qu'elle rejaillit sur la trop grande symétrie des consultations sérieuses qui précèdent la confusion de la scène finale. Les machinations des thomistes et des molinistes apparaissent soudain réduites à une sorte de mécanique ridicule. L'échec de l'enquête justifie et amplifie l'ironie de l'ensemble du récit.

17Comme la brève partie qui concerne le point de fait, la seconde sur le point de droit est bâtie à partir de symétries simples. Autour du narrateur-enquêteur, qui sert de point de référence, s'organise une double série de consultations selon le même schéma : visite à l'un, visite à l'autre, confrontation des deux points de vue. Comme le point de référence est mobile, chaque changement de lieu sert à marquer un changement de point de vue. Dissymétrie dans la symétrie, on demeure au couvent des Jacobins dans les deux scènes finales : cette fois, c'est le disciple de Le Moyne qui s'est déplacé. Cette petite variation empêche la monotonie sans nuire au mécanisme général. Elle revêt une valeur symbolique : tous les acteurs se trouvent à la fin réunis au centre du complot. Entre les deux séries d'interviewes, le retour chez le janséniste (quatrième consultation) avait servi de pivot au moment d'indiquer à l'enquêteur, en même temps que l'existence de la cabale, la double direction dans laquelle il devrait désormais centrer sa recherche. La résidence du janséniste, la seule à ne pas être précisément mentionnée, révèle le vrai point d'attache du narrateur et symbolise la situation d'Arnauld comme de Pascal dont les retraites sont alors inconnues pour des raisons de sécurité.

18Grâce à ce mécanisme, qui est en même temps mise en scène, Pascal peut, en quelques pages, imposer au public quelques idées aussi simples que les allées et venues qu'il raconte parallèlement. Celle qui sous-tend l'ensemble de la lettre : le public a été trompé. Celle qui en organise la seconde partie : on a conclu pour perdre Arnauld un accord contre nature. Celle qui donne à la lettre sa vraie dimension: il ne faut pas se laisser égarer, et oublier le véritable objet du débat, la part de la grâce dans le salut. Il est significatif de ce point de vue que Pascal reprend, avec seulement des variantes de détail, dix fois en 270 lignes la même expression : "Les justes ont le pouvoir d'accomplir les commandements". Comme pour l'affirmation d'Arnauld sur le point de fait, l'auteur se livre sur le point de droit à une sorte de matraquage psychologique, destiné à graver dans la tête du lecteur le sujet précis de la controverse. Le but avoué de la lettre est de l'instruire et de le rendre juge d'une dispute théologique. L'objet apparent du récit (le complot du pouvoir prochain) n'est qu'un moyen de le faire accéder au message essentiel (les affirmations répétées sur le juste et la grâce). L'un est de l'ordre de l'anecdote, l'autre apporte un cadre de pensée, nécessaire à la bonne compréhension des vrais problèmes. Seul le second instruit le public et lui rend d'avance accessible la plus grande technicité d'éventuelles lettres ultérieures.

Notes

1 Voir ce texte, plus complètement cité dans les Documents (n° 3, A).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540