Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

De la dispute au récit

Texte intégral

1Le mot récit commence et finit quasiment la première lettre : apparu dès la dixième ligne, il revient à l'avant-dernière. "Si ce récit ne vous déplaît pas, conclut Pascal, je continuerai de vous avertir de tout ce qui se passera". On ne peut se placer plus nettement sur le plan de la simple nouvelle. L'auteur s'était, dès le second paragraphe, flatté de lui apprendre par son "récit" à quoi se terminait l'éclat des disputes de Sorbonne. Pour informer son correspondant, Pascal n'a pas recours, comme on aurait pu croire, à la technique de la discussion ou de la description des idées ; il se propose seulement de raconter. Et de fait, jusqu'à la dixième Provinciale, il va constamment substituer le récit au débat. Sa trouvaille, et ce qui donne un sens à son intervention dans le combat, c'est d'avoir eu l'idée d'employer une technique d'expression inhabituelle dans ces sortes de controverses. D'une délicate discussion de spécialistes sur un sujet rebattu, il a par ce moyen fait l'objet d'un brillant reportage sur une affaire d'actualité.

2Cette technique n'est pas innocente. Arnauld, dans ses apologies latines et dans ses défenses en français, avait cherché à démontrer l'orthodoxie de la doctrine qu'il avait soutenue. Le point de vue de Pascal est radicalement différent. Il ne prétend pas dénoncer une erreur des docteurs de Sorbonne, que ses lecteurs reconnaîtraient grâce à des citations, à des preuves, à des démonstrations. Il ne veut pas, dans un texte s'ajoutant à d'autres textes, prolonger des discussions théoriques dans lesquelles il prendrait parti en argumentant. Il entend rapporter des faits et faire reconnaître le vrai du faux par la simple peinture de ce qui s'est passé. Conséquence des écrits qui l'ont précédée et des événements qu'ils ont provoqués, la première Provinciale s'annonce comme de la pure et simple information. Elle agira sur le public et ne deviendra à son tour un événement que pour avoir su transformer les disputes de Sorbonne en récit.

3Simple modification des moyens d'expression en apparence, cette transformation change tout. Elle est à la base de la métamorphose d'une dispute théologique en objet littéraire. Sous prétexte de raconter au lieu de disputer, Pascal crée à l'image du monde réel où se disputaient les docteurs de Sorbonne, un monde imaginaire qui ne doit qu'à sa plume sa réalité et sa cohérence. Parce qu'il visait à l'efficacité, il a, peut-être sans le vouloir, imposé aux lecteurs de son temps et à ceux qui les ont suivis une vision reconstituée de la dispute, dont la vérité s'impose d'autant plus profondément aux esprits qu'elle est d'un ordre différent. Ainsi Zola a-t-il, avec Germinal, substitué aux réalités des luttes ouvrières et de la grève, une représentation symbolique dont la vérité est tout autre que celle du réalisme dont il se réclamait. Non que la première Provinciale ait été inventée au mépris des faits et qu'elle n'ait pas eu à son tour des conséquences sur le réel. Elles ont été au contraire d'autant plus profondes que son action s'est faite par le détour de la littérature.

4Dans la lettre initiale, l'art de Pascal consiste à persuader son lecteur qu'il se borne à lui dépeindre des faits alors qu'il ne cesse de les reconstruire à sa manière. Dès le début l'illusion est parfaite, et la recréation totale. A la censure d'Arnauld sur la question de fait, il consacre 68 lignes (environ deux pages pleines). Le docteur avait consacré à sa distinction du fait et du droit, c'est-à-dire à l'idée que le pape n'a pas la même autorité pour affirmer l'existence d'un fait que pour définir un point de doctrine, plus de dix pages d'une impression serrée. Pascal allège et abrège, supprimant tous les précédents et toutes les références à la tradition de l'Église sur lesquelles s'appuyait Arnauld. Il se borne à l'essentiel : l'auteur de la Seconde Lettre à un duc et pair conteste le fait mais se soumet sur le droit. Il n'a pas vu les propositions dans l'Augustinus, mais il désapprouve les idées condamnées par le Pape. Reprenant sur ce point le texte de son devancier, il le réduit de plus de la moitié. Il ajoute en revanche une idée nouvelle, utilisée par Arnauld ailleurs que dans sa lettre et reprise en séance par certains docteurs de Sorbonne : on fait dire à Jansénius le contraire de ce qu'il a voulu dire. Surtout, profitant du débat en Sorbonne, il modifie l'esprit du texte d'Arnauld en le dramatisant. Le docteur argumentait impersonnellement, parlant de "quelqu'un d'assez déraisonnable", de "personnes ayant lu un livre", de "théologiens catholiques", d'un livre où l'on dit" ; l'auteur des Provinciales se réfère, lui, à des circonstances données et à des personnes précises. De la différence des conditions dans lesquelles ont été rédigés les deux écrits, il a su tirer une leçon d'efficacité et modifier en conséquence le mode d'expression de l'idée à défendre. Il transforme pour cela la discussion d'idées en séance de Sorbonne : les raisonnements sont remplacés par un compte-rendu.

5Cela n'exclut pas l'exposé minutieux du sujet de la contestation. Paradoxalement au contraire, la méthode du récit permet à Pascal de l'énoncer à plusieurs reprises sans avoir l'air de se répéter. Grâce à ce procédé, la position d'Arnauld est énoncée trois fois en seize lignes :

  1. "[la question] de fait consiste à savoir si M. Arnauld est téméraire pour avoir dit dans sa Seconde Lettre qu'il a lu exactement le livre de Jansénius, et qu'il n'y a point trouvé les propositions condamnées par le feu Pape ; et néanmoins que, comme il condamne ces propositions en quelque lieu qu'elles se rencontrent, il les condamne dans Jansénius, si elles y sont".
  2. "la question sur cela est de savoir s'il a pu, sans témérité, témoigner par là qu'il doute que ces propositions soient de Jansénius, après que Messieurs les évêques ont déclaré qu'elles y sont".
  3. "soixante et onze docteurs entreprennent sa défense et soutiennent qu'il n'a pu répondre autre chose à ceux qui, par tant d'écrits, lui demandaient s'il tenait que ces propositions fussent dans ce livre, sinon qu'il ne les y a pas vues, et que néanmoins, il les y condamne, si elles y sont".

6La reprise des mêmes termes à la fin de chaque exposé produit comme un effet de refrain. Surtout la reprise de la même idée marque la volonté de l'auteur de bien expliquer à ses lecteurs de quoi il s'agit, de lui rendre claire et quasi familière la position d'Arnauld: refus sur le point de fait, acceptation conditionnelle sur le droit. Il veille à ce que cette reprise ne soit pas ressentie comme une répétition. Elle est ordonnée par le récit et elle y introduit une progression. Le premier énoncé renvoie à la lettre d'Arnauld, cause de la dispute, et à l'autorité la plus haute, celle du Pape. Le deuxième exprime de façon objective, au neutre de la troisième personne, le sujet du débat de Sorbonne et la position officielle prise par une importante autorité de l'Église de France, une assemblée d'évêques. Le troisième cite l'avis de soixante et onze docteurs qui ont pris parti pour l'opinion d'Arnauld et la couvrent de leur autorité dans le lieu même du débat. Cela produit un double effet de parallélisme et d'opposition. La position d'Arnauld s'est trouvée rapportée trois fois, de son point de vue, par l'auteur du récit, dans la bouche des docteurs qui lui ont été favorables. Elle est, dans le même temps, mise en balance avec trois autorités : celle du Pape, celle des évêques, celle des soixante et onze docteurs. Mais la dernière diffère des précédentes et tend à les ruiner chez le lecteur. Citée en dernier, elle produit rhétoriquement l'effet définitif et principal. Elle soutient le point de vue du bon sens : Arnauld "n'a pu répondre autre chose". Elle reproduit apparemment l'opinion du nombre : il y a le feu Pape, il y a Messieurs les évêques, mais il y a soixante et onze docteurs. Loin d'être ruinée par la condamnation prononcée par les plus hautes autorités religieuses, la thèse d'Arnauld semble sortir renforcée de l'approbation de tant de docteurs de Sorbonne dans un débat d'actualité.

7De ce triple énoncé, l'auteur des Provinciales ne se contente pourtant pas. Le progrès de son récit le conduit tout naturellement à une quatrième formulation, par renversement de l'accusation : "Quelques [docteurs] même passant plus avant, ont déclaré que, quelque recherche qu'ils en aient faite", ils n'ont "jamais trouvé" dans Jansénius les propositions condamnées, "et que même ils y en ont trouvé de toutes contraires". Pascal ne dit ni où ni lesquelles ; il reste en dehors du débat qu'il voit de l'extérieur. Il cite des opinions, parce qu'il raconte la séance et n'a pas à les justifier. Le reportage se substitue à l'exposé.

8La position d'Arnauld ainsi exposée quatre fois et présentée deux fois de façon favorable par le contexte qui l'entoure, Pascal rapporte celle de ses adversaires. Utilisant la même méthode, il continue de raconter la dispute de Sorbonne et produit le bilan du vote. Cela donne à son témoignage l'apparence d'une parfaite objectivité. "De l'autre (côté) se sont trouves quatre-vingts docteurs séculiers, et quelque quarante religieux mendiants, qui ont condamné la proposition de M. Arnauld sans vouloir examiner si ce qu'il avait dit était vrai ou faux, et ayant même déclaré qu'il ne s'agissait pas de la vérité, mais seulement de la témérité de sa proposition". Les ennemis d'Arnauld n'ont eu droit qu'à six lignes en tout, contre les vingt-cinq lignes précédentes, quatre fois moins. Surtout, Pascal utilise habilement l'arithmétique pour en minimiser les votes. Il ne dit pas que cent vingts docteurs ont voté contre Arnauld, mais "quatre-vingts docteurs séculiers" et "quelque quarante religieux mendiants". Arnauld avait demandé l'exécution du règlement et souligné l'illégalité de la présence de tant de moines. Il ajoutera qu'une censure, dans une affaire si importante, ne pouvait se faire à quelques voix près. Pascal agit autrement : parce qu'il n'écrit pas cent vingt mais quatre-vingts et quarante, on ne retient que le premier chiffre, celui des "docteurs séculiers", qui se trouve à peu de chose près contrebalancé par les soixante et onze docteurs qui ont pris parti pour Arnauld.

9Il l'est d'autant plus qu'on apprend ensuite en deux lignes : "Il s'en est de plus trouvé quinze qui n'ont point été pour la censure, et qu'on appelle indifférents". Pascal triche : ces docteurs se sont abstenus et n'ont été ni pour ni contre. Sa formulation les met malgré eux dans le camp d'Arnauld, semblant faire basculer la majorité en sa faveur. Rapin, dans ses Mémoires, écrit au contraire : "Dans la supputation des suffrages, qui se fit par le syndic après que chacun eut opiné, il s'en trouva cinquante, de compte fait, qui allaient à la censure de la question de fait plus que de l'autre partie ; sur quoi les jansénistes chicanèrent le syndic, lui reprochant de s'être mécompté de plusieurs suffrages, mais ils ne purent jamais justifier le mécompte." Le jésuite ne retient que le chiffre absolu d'une différence qui donne une majorité massive en faveur de la condamnation et disqualifie l'adversaire par d'inutiles chicanes sur des votes dont il se garde de donner le nombre. Des deux côtés, l'on se montre très habile pour manipuler, à défaut des résultats eux-mêmes, leur présentation au public. Apparemment objectif, le récit de Pascal n'a qu'un but : mettre en valeur la position d'Arnauld qualitativement et même quantitativement.

10Du déroulement du débat en Sorbonne, il donne aussi une image fortement reconstituée. Confuse et passionnée, la dispute s'y est déroulée pendant plus d'un mois, du début de décembre 1655 à la mi-janvier 1656. Il le réduit à une sorte de brève séance dont on a l'impression de suivre le déroulement régulier. Alors que le syndic comptabilise à la fin les opinions notées au fur et à mesure, elle semble s'achever brusquement sur un vote final, comme le récit des Provinciales : "Voilà comment s'est terminée la question de fait", écrit Pascal avant de passer au commentaire et de donner enfin son opinion de témoin qui a maintenant le droit à la parole puisqu'il a commencé par rapporter objectivement les divers éléments du dossier : "Mais si je craignais aussi d'être téméraire, je crois que je suivrais l'avis de la plupart des gens que je vois, qui, ayant cru jusqu'ici, sur la foi publique, que ces propositions sont dans Jansénius, commencent à se défier du contraire par le refus bizarre qu'on fait de les montrer, qui est tel que je n'ai encore vu personne qui m'ait dit les y avoir vues".

11Voici, dans ce commentaire, énoncée une cinquième fois, la position d'Arnauld, et sous la forme la plus radicale, celle qui avait été précédemment prêtée à "quelques docteurs" (quatrième énoncé). L'auteur le fait en son nom, mais aussi en généralisant sa position ("la plupart des gens que je vois"). Ainsi est-on passé de la thèse d'Arnauld à l'avis motivé de soixante et onze docteurs, puis à son opinion et à celle de presque tout le monde. Pascal, qui n'a rien démontré, fait comme s'il avait montré : le simple récit des événements a suffi à le convaincre comme les autres, car il adhère à l'opinion commune et son lecteur fera de même en s'identifiant à lui. De ce point de vue, son récit simplifié vaut mieux que les longues démonstrations d'Arnauld.

12De plus, sans qu'on s'en rende compte, il vient de faire passer la dispute de la Sorbonne à la place publique. L'opinion des docteurs est relayée par celle des "gens" prétendument rencontrés, celle de l'auteur de la lettre, celle de son destinataire, celle aussi de tous les lecteurs du libelle. Or, ce qui est en question dans les débats menés dans l'institution qui a la charge officielle de ce genre de questions, c'est précisément la qualification d'Arnauld et de ses émules pour décider contre l'opinion du Pape et des évêques. L'attitude que Pascal prend à sa suite suppose admis ce qui est au contraire défendu, à savoir la possibilité pour tout le monde de comprendre Jansénius, la liberté de chacun de décider si les propositions condamnées par le Pape s'y trouvent ou non.

13D'abord exprimée sous une forme personnelle ("si la curiosité me prenait de savoir si ces propositions sont dans Jansénius, son livre n'est pas si rare ni si gros que je ne le pusse lire tout entier pour m'en éclaircir, sans en consulter la Sorbonne"), l'idée est bientôt reprise sous une forme très générale : "Le monde devient méfiant et ne croit les choses que quand il les voit". L'objet même du débat de Sorbonne se trouve nié, puisque la témérité d'Arnauld est en cause, non la vérité de son opinion. Accepter sa thèse revient à refuser qu'il y ait des domaines réservés aux spécialistes, des questions délicates qui supposent une qualification particulière et dont seuls le Pape, éclairé par ses conseillers, ou des institutions collectives comme l'assemblée des évêques ou celle de la Faculté de théologie de Paris peuvent décider. Par le seul fait de rapporter la séance de Sorbonne afin que le public s'en rende juge, Pascal ne laisse pas le choix. Il se met du côté d'Arnauld puisqu'il reprend en pratique sa distinction des questions de fait et de doctrine (sa "conscience n'est pas intéressée" dans le débat puisqu' "il ne s'y agit point de la foi"), qu'il refuse l'autorité d'une institution qualifiée, s'en remettant au bon sens des gens informés, qu'il préconise enfin l'arbitrage recommandé par Arnauld, la lecture du livre de Jansénius.

14Ce livre est partout présent dans ces deux pages. Il est cité dans l'énoncé initial de la position d'Arnauld, à propos du vote des soixante et onze docteurs, de l'opinion de quelques docteurs qui vont "plus avant", du refus des docteurs défavorables de montrer les propositions incriminées, dans le commentaire que Pascal fait ensuite, dans la réaction de défiance de ceux qui jusque là avaient fait confiance aux autorités. De même qu'il y a cinq énoncés de la thèse d'Arnauld, il y a six renvois à l'Augustinus. Comme les précédentes, ces reprises ne sont pas des répétitions mais le moyen d'une progression. Les trois premières mentions du livre comparent successivement la lecture d'Arnauld a celles du Pape, des évêques, des docteurs qui lui sont favorables : il est seulement question de savoir si les cinq propositions dénoncées par la bulle Cum occasione sont ou non effectivement dans Jansénius. Tout change avec la quatrième mention. Quelques docteurs ont vu dans l'Augustinus tout le contraire de ce qu'on lui fait dire. Ils demandent à leurs adversaires de leur y faire voir les cinq propositions. Ils suggèrent donc l'idée de lectures non plus seulement contraires, mais contradictoires, avec possibilité d'un débat.

15Cette suggestion donne confiance aux mondains envers ceux qui semblent n'avoir rien à cacher. Un jugement moral sur la conduite des docteurs favorables à Arnauld se substitue à la déférence due à l'autorité d'un corps constitué. Il en va de même dans la cinquième mention du livre, qui pose la possibilité de sa lecture par l'auteur de la Provinciale, et plus encore dans la sixième, dont on ne sait si elle affirme sa lecture par un public indifférencié ou son absence de lecture par les spécialistes (Pascal n'a encore "vu personne" qui lui ait dit y avoir vu les propositions). La lecture qualifiée des docteurs de Sorbonne qui ont voté la censure est ainsi totalement disqualifiée au profit de tous ceux, lecteurs ou non, qui n'ont jamais vu les propositions. Le lieu de la lecture a été déplacé tandis que l'on passait de la lecture réelle de quelques-uns à la simple idée de lecture par un public indéfini, celle de tout le monde et de personne.

16Cela suffit à créer un climat pour le lecteur, bien réel, des Provinciales. Il se défie désormais de ceux qui refusent de lui ouvrir leurs dossiers. Il fait confiance à ceux qui proposent un débat et s'en remettent à son jugement. Il oublie que la lecture qu'on lui propose n'est pas si naturelle qu'il le semble, puisqu'il n'a ni le temps ni la compétence pour la faire. Tout le récit a été organisé pour susciter la méfiance envers l'autorité et une curiosité sans lendemain pour un texte que chacun se croit à tort dans la possibilité de juger lui-même. Flatté, le lecteur ne s'aperçoit pas que, séduit par Pascal, il n'a fait que remplacer une autorité, officielle et qualifiée, par une autre, plus insinuante et plus subjective. Il suit l'auteur des Provinciales, qui a prétendu lui parler au nom du bon sens et de l'évidence. Fausse quiétude, car ces qualités ne sauraient suffire pour pénétrer l'ouvrage de Jansénius.

17Du récit d'un débat (ou d'une séance) en Sorbonne, on est passé à un bref exposé de la réaction de l'auteur, qui se double de celle de tous les spectateurs informés ("ceux qui en sauront l'histoire"). Pascal suggère que l'information suffit à retourner l'opinion. Après avoir d'abord condamné Arnauld "sur la foi publique", on a été surpris d'un "refus bizarre" de montrer les propositions de 3ansénius et, par retournement de la situation, on a fini par éprouver une "impression tout opposée" à la conclusion de la Sorbonne. Parce qu'elle a suscité la défiance et donné l'occasion de s'informer, la dispute, par son existence, non par son contenu, a délivré les esprits de l'opinion reçue.

18Prétendre exposer de quoi il s'agit, et pour cela répéter, clarifier, progresser, telle sera la méthode de Pascal pendant les dix-huit Lettres provinciales : son entreprise utilise à des fins de propagande les procédés de la pédagogie et anticipe sur ceux de la publicité. Il sait reprendre et redire les slogans pour les graver dans la mémoire de son lecteur. C'est pourquoi l'exposé est construit sur un petit nombre d'idées, mises en valeur de façon différente par un récit qui intègre l'exposé des faits, la citation et le commentaire. De longues discussions sur un principe important qui opposait les docteurs de Sorbonne, Pascal a fait un débat opposant des personnes au cours d'une sorte de rapide séance tout à fait imaginaire. Sous couleur d'informer, il met son lecteur en cause et l'oblige à prendre parti. Il prétend s'adresser à son intelligence et il joue au contraire sur ses sentiments : confiance, défiance, indignation. C'est parce qu'il se sent ainsi mis en cause personnellement que l'homme d'aujourd'hui réagit encore à son appel, bien qu'il se moque complètement des raisons de la querelle théorique, vrai sujet du débat.

19A peine a-t-il conscience de ce qu'il y avait de nouveau à s'adresser ainsi à la foule anonyme, à la prendre à témoin au nom du bon sens contre une autorité reçue. "On est bien aise de se décharger de la peine d'examiner un raisonnement, écrira bientôt le père Bernard Lamy dans sa Rhétorique (1670), et pour cela de s'en fier à l'examen de ceux que l'on estime et de soumettre son jugement aux lumières de ceux en qui on voit briller une grande sagesse[...] L'autorité d'un homme de bien, sage et éclairé, est à ceux qui se défient de leurs lumières ce qu'est un appui à un malade. Personne ne veut être trompé, peu se peuvent défendre de l'erreur ; c'est pourquoi l'on est ravi de trouver une personne sous l'autorité de laquelle on se tienne à couvert". Contre cette idée, la plus largement répandue en un siècle où tant d'hommes et de femmes ont un "directeur", Pascal et Port-Royal recommandent la libre discussion et le droit pour chacun de lire et de juger soi-même. Ils sont, de ce point de vue, en avance sur leur temps. Entre leurs adversaires et eux, il n'y avait pas seulement divergence d'interprétation sur quelques obscures propositions de Jansénius, il y avait de capitales différences de mentalités. Les discussions sur la morale des casuistes en apportent d'autres excellentes preuves. Mais la modernité n'est pas toujours dans le même camp.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540