Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Autour d'un titre

Texte intégral

1On avait pu, pendant un an (23 janvier 1656-23 janvier 1657), se procurer dix-sept brefs libelles, lettres adressées à un provincial par un de ses amis parisiens. Au début de 1657, on les trouva réunis en un seul volume dans un recueil factice composé à partir des tirages au format original in-quarto. Au milieu de l'année, paraîtra une nouvelle édition corrigée, de format in-12, complétée en cours d'impression par une dix-huitième lettre, datée du 24 mars. En tête de ces recueils, on lisait : Les Provinciales ou les lettres écrites par Louis de Montalte a un Provincial de ses amis et aux RR. PP. Jésuites, sur le sujet de la morale et de la politique de ces Peres. Avec eux seulement apparaissait le pseudonyme choisi par Pascal pour recouvrir un anonymat que personne n'avait encore percé : les "Petites Lettres" avaient désormais un auteur.

2Elles étaient précédées d'un Avertissement, probablement dû à Pierre Nicole. Il y résumait le contenu et l'esprit du volume. Il y donnait aussi des précisions sur son titre : "Voilà les principales matières qui sont traitées dans ces Lettres qui ont été appelées Provinciales, parce que les premières ayant été adressées, sans aucun nom, à une personne de la campagne, l'imprimeur les publia sous ce titre : Lettres écrites à un Provincial par un de ses amis". Nicole y affirmait son impuissance à préciser qui les avait écrites : "je voudrais bien pouvoir dire maintenant quelque chose de celui duquel nous les tenons, mais le peu de connaissance qu'on en a m'en ôte le moyen, car on ne sait de lui que ce qu'il en a voulu dire. Il s'est fait connaître depuis peu par le nom de Louis de Montalte. Tout ce qu'on sait de lui est qu'il a déclaré plusieurs fois qu'il n'est ni prêtre ni docteur." Affirmation évidemment mensongère. Le rédacteur de l'Avertissement venait, pendant un an, de collaborer étroitement avec Pascal pour lui fournir la documentation dont il avait besoin et vérifier l'exactitude théologique de ce qu'il avait écrit. Grave imposture si l'on se place du point de vue moral ; déclaration nécessaire si l'on considère qu'il s'agit de fiction littéraire. Le mensonge de Nicole appartient aux conditions de lecture des Provinciales. Il fait partie des belles "inventions" d'une œuvre qui a eu l'art de quitter la théologie pour la littérature à l'insu de ses premiers lecteurs et de presque tous ceux qui les ont suivis.

3Ce que Nicole écrit du titre est probablement aussi faux que ce qu'il dit de l'auteur. Son "imposture" éclate en ce qu'il oublie que la première lettre est parue toute seule. A supposer que l'imprimeur ait pris l'initiative qu'on lui prête, il a dû employer le singulier, non le pluriel. Il suffit de se reporter à l'édition originale pour le voir, et aussi que l'intitulé de la lettre est plus long et plus explicites Lettre écrite a un Provincial par un de ses amis sur le sujet des disputes présentes de la Sorbonne. Ce titre, présenté comme le résultat d'un hasard, est paradoxalement le seul qui précise le sujet de la lettre. On placera seulement en tête de la suivante : Seconde Lettre écrite a un Provincial par un de ses amis. Une réponse du destinataire s'étant insérée à cet endroit, la troisième lettre s'intitule : Troisième Lettre pour servir de réponse a la précédente. Ce sera ensuite simplement : Quatrième Lettre (5e, 6e, 7e, 8e, 9e, 10e) écrite par un de ses amis, puis Onzième Lettre (12e, 13e, 14e, 15e, 16e) écrite par l'auteur des Lettres au Provincial aux RR. PP. Jésuites et enfin Dix-septième Lettre (18e) écrite par l'auteur des Lettres au Provincial au R.P. Annat, Jésuite. Ces titres, qui n'annoncent rien du contenu des lettres, se bornent à indiquer les changements de destinataires et à marquer fortement, fondée sur l'unité de "l'auteur des Lettres au Provincial", une continuité que souligne, malgré d'évidentes ruptures, une numérotation suivie.

4Tout cela ne peut avoir été abandonné au caprice d'un imprimeur. La longueur du titre de la lettre initiale a certainement été voulue : il fallait bien informer le lecteur de ce dont on allait lui parler. Le succès rendra inutiles d'ultérieures précisions : chacun fait confiance à l'auteur qui a su d'emblée le séduire, libre désormais, de mener le débat sur le terrain de son choix. On ne devra inventer un titre définitif que lorsque les libelles deviendront volume et que la concomitance remplacera la succession. Imparfaite dans la mesure où elle présente comme une initiative unique à propos d'une collection de textes ce qui fut une succession de choix pour des lettres dispersées dans le temps, la fausse confidence de Nicole oublie que la rédaction d'un titre est un geste capital dont l'auteur ou ses représentants ne se désintéressent jamais, même si on doit aussi parfois tenir compte des conseils de l'éditeur ou, en l'occurrence, de l'imprimeur-éditeur. A défaut de Pascal, Nicole ou Arnauld ont certainement été consultés sur le titre de la première lettre. Toute autre version des faits relève des beaux mensonges de l'art. Elle conditionne le lecteur, le prédisposant à croire vraie, et par conséquent véridique, cette lettre qu'on avait oublié de nommer.

5Les deux "impostures" de Nicole, qui font des Provinciales un livre né de père inconnu dont le fruit a été charitablement baptisé par un imprimeur de bonne volonté, vont dans le même sens : elles trahissent le caractère éminemment littéraire de ces textes fictifs qui engendrent d'eux-mêmes la fiction. Dire que l'imprimeur en a inventé le titre, c'est prétendre qu'il y était inscrit et comme lisible d'avance. L'auteur avait écrit un libelle en forme de lettre datée : "De Paris, ce 23 Janvier 1656". Puisqu'il la présente comme une lettre familière et non comme une lettre ouverte, on ne peut que lui donner le destinataire habituel à ce genre de lettre, considérée comme "une conversation en absence", c'est-à-dire un ami dont il est séparé. Forcément désigné par un mot collectif, ce destinataire doit être "de la campagne", selon le mot de Nicole, puisque la date indique que la lettre a été écrite à Paris. Plus que l'auteur ou l'imprimeur, c'est la forme épistolaire qui paraît lui avoir imposé son identité. La structure Paris (où l'on sait les nouvelles) province (où on les reçoit) fait à l'époque partie des structures de base. C'est la situation de Mme de Sévigné par rapport à Mme de Grignan, et inversement de Bussy envers ses correspondants. En 1672, quand sera créé Le Mercure galant, pour présenter son journal comme une sorte de lettre, Donneau de Visé adoptera la fiction d'une dame partant pour la province et qu'il devra tenir informée. Vers le milieu du siècle, on retrouve la même situation dans les lettres imprimées de Costar ou de Cotin. Donner aux lettres sur les débats de la Sorbonne un destinataire provincial semble donc n'être que l'innocente énonciation de la plus banale des relations épistolaires.

6Mais dans le couple Paris-Province, le second terme n'est pas la simple réplique antithétique du premier. Il en est le manque, un manque facilement associé à l'échange de lettres destiné à le compenser. "Province, écrit Furetière dans son Dictionnaire (1690), se dit aussi des pays éloignés de la cour ou de la ville capitale. Il est allé demeurer en province. C'est un homme de province qui n'a pas l'air du beau monde". Et plus loin : "Provincial : qui concerne la province. Se dit souvent en mauvais part. Un provincial, c'est un homme qui n'a pas l'air et les manières de vivre qu'on a à la cour et dans la capitale. Les provinciaux accablent de lettres et de commissions". Le provincial n'est pas provisoirement éloigné de Paris, il habite ordinairement en province. Il n'est pas privé de nouvelles seulement par occasion, mais en quelque sorte par nature. Il vit dans un éloignement qui implique l'exclusion. C'est pourquoi le mot provincial, dans le titre de la première lettre, ne désigne pas vraiment une personne, mais une fonction symbolique. A la faveur de son anonymat, il représente tous ceux à qui l'auteur s'adresse et qui, eux aussi, ne sont pas dans le coup, tous ceux qui ne connaissent pas les intrigues de la cour et de Paris (et donc de la Sorbonne) et qui se laissent prendre aux apparences, tous ceux qui, selon les premiers mots de la lettre, sont "bien abusés". Préféré à campagnard, qui aurait été trop péjoratif, le provincial qui figure dans le titre n'est donc pas aussi innocent qu'on aurait pu le croire. A la charnière du fonctionnement apparent du texte (le parisien écrit au provincial) et de l'effet que le texte doit produire en profondeur (l'information prend la place de l'ignorance), le mot invite le lecteur à s'identifier avec un personnage imaginaire et collectif. Arnauld et Nicole s'adressent à des personnes réelles dans des débats d'idées. Pascal invente un destinataire qui supporte une fiction littéraire. En laissant le titre au choix de l'imprimeur, Nicole a voulu insister sur le caractère miraculeux de ces lettres au succès inespéré. Il attire aussi l'attention sur la manière dont ce titre résulte en partie de la nature de l'œuvre et notamment de sa forme épistolaire. Mais parce que la lettre pascalienne quitte la forme de la lettre ouverte pour copier celle de la lettre familière, elle quitte ainsi le domaine du débat pour celui de la fiction.

  • 1 Néanmoins, pour des raisons qui apparaîtront à mesure qu'on lira ce livre, nous ne désignerons jam (...)

7Ce que l'Avertissement dit (ou plutôt ne dit pas) de l'auteur produit un effet analogue. Personne n'était là pour donner le manuscrit et dire comment il fallait l'intituler. Seul existe celui qui a tenu la plume et qui a dit je pour assumer la responsabilité du récit. L'auteur n'est qu'un simple personnage de ses lettres, né d'elles et avec elles : c'est un auteur-personnage, une fiction littéraire qui masque l'existence de l'auteur-personne qui a réellement écrit ces lettres inventées. Avec le temps, au bout de dix-sept lettres, le texte a fini par engendrer lui-même son auteur : la fonction écrivante qui disait je a créé un personnage dont le pseudonyme devient alors l'incarnation1. Le je (première personne) a produit de la troisième personne (Louis de Montalte), personnage fictif qui sert à désigner de façon commode l'auteur des lettres, mais qui ne lui retire pas son anonymat. Il est la somme (il n'est que la somme) de la présence d'un je-personnage affirmée par la publication échelonnée de dix-sept lettres et de ce que ce je-personnage a progressivement dit de lui pour se conférer de l'existence. L'invention de Louis de Montalte rattache définitivement les lettres à cet auteur-personnage, faisant oublier l'auteur-personne, celui que d'un autre côté, les jésuites réduisent au simple rôle de porte-parole en l'appelant "le secrétaire de Port-Royal".

8L'anonymat de l'auteur et les pseudo-indications de l'Avertissement conduisent donc d'emblée à poser les Provinciales comme des textes qui recréent le réel autant qu'ils le reproduisent. Les poursuites, les condamnations, les risques encourus poussent à la clandestinité et au changement d'identité, et ces changements, qui sont de l'ordre du vécu, ont des conséquences sur le statut des écrits qui en résultent : l'anonymat détache l'œuvre de l'auteur-personne et le conduit à poser une fiction, l'auteur-personnage, finalement identifié à un pseudonyme.

  • 2 Nous comptons les lignes et les paragraphes selon la présentation, modernisée, du texte dans l'édi (...)

9On entrevoit par cet exemple comment, dans les Provinciales, s'articulent le réel et l'imaginaire. Quand un romancier invente pseudonyme et personnages, il le fait par un geste volontaire, sans avoir à céder à des contraintes extérieures : le texte est pur récit d'une histoire inventée à plaisir, dont les points de contact avec la réalité sont les résultats des libres décisions de l'auteur. Pascal, lui, est condamné à l'anonymat en raison du sujet qu'il traite et du combat qu'il mène : il crée un personnage qui lui est imposé par les circonstances. De même pour le contenu : l'auteur recrée la réalité, mais il faut que le lecteur s'y reconnaisse, qu'il croie qu'on cherche seulement à l'informer en la lui expliquant. Telle est l'ambiguïté fondamentale du discours pascalien dans les Provinciales. Il se présente comme simple dévoilement de la réalité (témoignage vrai destiné à démystifier). Il fonctionne selon des règles littéraires qui visent à le rendre à la fois crédible et efficace (il est vraisemblable et plaisant). Il appartient à la fois au réel (les "disputes" de Sorbonne ont bien existé et les personnages mis en scène) et à l'imaginaire (tout est reconstitué depuis le je qui écrit jusqu'aux propos du père Nicolaï et du père Le Moyne). Le succès de la première Provinciale est sans doute venu essentiellement de ce qu'on y trouvait le point d'équilibre idéal entre le réel et la fiction. En 339 lignes (une dizaine de nos pages), Pascal a su faire un petit roman historique parfaitement réussi2.

10Cela ne veut pas dire que les Provinciales sont en dehors de l'actualité. Elles portent, comme leur titre l'indique, sur les disputes présentes de la Sorbonne. Elles occupent leur place dans un combat effectif. En racontant ce qui s'est passé, elles tentent d'avoir une influence sur la conduite du lecteur. Loin de le conduire dans les sentiers de l'imaginaire, elles se proposent de lui faire prendre parti dans la lutte qui se déroule alors autour de lui. Dans cette affaire, les faits et les textes s'entremêlent dans une suite d'actions et de réactions. Les premiers ont parfois moins d'importance que leur récit. Tout commence (ou tout recommence si l'on veut partir de la condamnation de l'Augustinus par Urbain VIII en 1642) le 1er Février 1655 par un événement bien réel. Le vicaire de la paroisse Saint-Sulpice à Paris refuse l'absolution à Roger du Plessis, marquis de Liancourt, suspect d'être favorable aux opinions jansénistes. Cet événement produit aussitôt un texte : Arnauid réplique par une Lettre d'un docteur de Sorbonne à une personne de condition, datée du 24 Février 1655. L'écrit polémique apparaît en réponse à une interdiction, à une action. A un geste considéré comme injuste répond un appel à l'opinion. A l'événement qui est de l'ordre de la réalité succède un geste de nature ambiguë, à la fois récit et dispute -récit des conditions d'un acte inadmissible, dispute sur sa légitimité. Réplique à un événement, la lettre a été écrite pour en devenir un à son tour : elle met en cause une injustice à réparer grâce au poids de ses arguments mais aussi sous la pression de ceux qui en partageront les convictions.

11En fait, l'écrit d'Arnauld suscite surtout d'autres écrits, destinés à le réfuter, dont un du père Annat, jésuite et confesseur du Roi. Le docteur y répond à son tour par un gros ouvrage de 250 pages in-quarto intitulé Seconde Lettre à un duc et pair, datée du 10 Juillet 1655 et adressé cette fois au duc de Luynes. Divers libelles sont alors publiés contre Arnauld par ses adversaires. Le texte a d'abord engendré du texte. On est sur le terrain bien connu de la "dispute", c'est-à-dire de la contestation raisonnée et ordonnée des idées sur le modèle des discussions scolaires. "Dispute dans les collèges, explique Furetière, est une contestation qu'ont les écoliers pour les places, pour les prix ou pour leurs exercices". Purement théoriques, ces disputes n'ont qu'un enjeu illusoire: des places ou des prix. Arnauld et ses adversaires sont habitués à ce genre d'exercice : "On fait, continue le Dictionnaire, de longues disputes dans les écoles de théologie". Le sujet s'y prête facilement: "Disputer, note encore Furetière, se dit aussi en choses spirituelles et morales. Les théologiens ont de tout temps disputé entre eux sur les questions de la grâce". D'un certain point de vue, les deux Lettres d'Arnauld et les réponses de ses adversaires sont des exercices d'école familiers, des manifestations d'habileté intellectuelle, des concours à qui emportera le prix, transpositions écrites des disputes orales dont elles ne modifient pas la nature ni les règles du jeu. Reste pourtant que l'occasion de ces écrits n'a pas été un sujet à traiter, mais un geste réel : un prêtre a refusé l'absolution à un fidèle suspect. Et le but recherché n'est pas une victoire en idée, mais en action : le prêtre doit être blâmé et le fidèle réhabilité.

12Les écrits d'Arnauld vont avoir d'autres conséquences. Au xviie siècle, on ne publie pas librement sur les matières de religion et, parmi les instances susceptibles de juger l'orthodoxie des écrits, figure notamment la Faculté de théologie de Paris, la Sorbonne, dont Arnauld est membre en qualité de docteur de cette Faculté. Le 4 Novembre 1655, le syndic de l'institution, Claude Guyart, fait décider que la seconde lettre d'Arnauld sera soumise à l'examen d'une commission. Elle en extrait bientôt cinq propositions, c'est-à-dire cinq passages qu'elle estime condamnables. Le texte a produit de l'action : celle du syndic, celle de la commission qui va entraîner un débat en Sorbonne. Il retourne par là en quelque sorte à ses origines : la dispute qu'Arnauld avait faite par écrit va devenir l'occasion de plusieurs séances où l'on disputera selon les règles traditionnelles d'une Faculté de théologie. Pascal l'a bien vu, qui fait de la première Provinciale une lettre "sur le sujet des disputes présentes de la Sorbonne".

  • 3 On trouvera le texte intégral des propositions condamnées dans les Documents (n° 3, A).

13Quatre des propositions retenues contre Arnauld dans sa Seconde Lettre portent sur ce qu'on appelait le fait. Le pape Innocent X avait, en 1653, condamné certaines propositions "à propos" de l'Augustinus de Jansénius. Arnauld et ses amis avaient alors affirmé qu'ils se soumettaient à la censure de ces propositions, mais ils ajoutaient qu'ils ne les avaient, eux, pas vues dans Jansénius et que, sur un problème de ce genre, qui était un pur point de fait, le pape pouvait s'être trompé. Arnauld l'avait écrit clairement dans sa Seconde Lettre : "Des personnes ayant lu un livre avec soin, et n'y ayant point trouvé les propositions qui sont attribuées à un auteur catholique après sa mort dans l'exposé de la constitution d'un pape, ne peuvent déclarer contre leur conscience qu'elles s'y trouvent quoique, en même temps, ils les condamnent en quelque livre qu'elles se trouvent". L'autre proposition retenue par la commission se rapportait à une question de doctrine et attaquait l'orthodoxie d'Arnauld sur la grâce3.

14A ces conclusions de la commission, présentées les 1er et 2 Décembre 1655, Arnauld répondit aussitôt par deux écrits apologétiques en latin adressés à la Sorbonne le 7 et le 10. L'assemblée de cette institution le censura néanmoins le 14 Janvier suivant sur la question de fait. Alors paraît, le 23 Janvier, la première Provinciale. Le 24, les docteurs favorables à Arnauld quittent la Sorbonne pour protester contre les conditions du débat. Cinq jours plus tard, le 29, Arnauld est censuré sur le point de droit. Rien ne montre mieux l'ambiguïté de l'affaire que le mot même de censure. Furetière le définit d'abord comme un "jugement par lequel on condamne quelque action", et il donne pour exemple l'homme qui a encouru la censure c'est-à-dire la condamnation de la justice. Elle entraîne en général une action, la peine subie par l'objet de la censure. Mais ce mot, d'après le même Dictionnaire, "se dit particulièrement des ouvrages qui regardent la religion. Il y a eu une censure de la Sorbonne contre un tel livre". En ce cas, le plus souvent, on revient dans le domaine des idées : le censuré doit renoncer à soutenir les propositions condamnées. On demeure cependant, en partie, dans le domaine de la vie : il doit marquer sa soumission. La même ambiguïté se retrouve dans le cas d'un refus de se soumettre : On appelle censures ecclésiastiques les menaces que fait l'Église des peines qui seront encourues si on contrevient à ce qu'elle ordonne, ou les peines mêmes quand elles sont encourues, comme l'interdiction, l'excommunication majeure et mineure, etc...". A la fois menace et exécution de la menace, la censure appartient tantôt à l'ordre de la représentation et tantôt à l'ordre de la réalité, encore que cette réalité n'existe, dans les exemples mentionnés, qu'à l'intérieur d'un certain système de pensée : il faut vouloir appartenir a l'Église catholique pour ressentir comme un fait d'en être exclu par excommunication.

15La première Provinciale intervient juste entre les deux condamnations d'Arnauld par la Sorbonne, et ses deux parties traitent successivement des deux points en question. Elle est essentiellement une défense d'Arnauld comme le seront aussi les trois suivantes. Le nom d'Arnauld y apparaît maintes fois alors qu'il disparaît ensuite des lettres. Les Provinciales s'inscrivent à l'origine dans le combat mené par les jansénistes pour défendre le chef du parti, et d'autres textes paraissent dans le même temps pour le défendre pareillement, textes d'Arnauld lui-même, textes aussi de Nicole, dont le rôle a été très important dans cette affaire. Car la dispute, discussion d'idées, est désormais devenue aussi une affaire, une lutte d'influences où s'affrontent toutes sortes de forces. C'est pourquoi on la sort de son cadre naturel, la Sorbonne, pour la jeter sur la place publique. Il faut désormais que, parmi tant de textes qui ont pris leur juste place dans les discussions menées en prologue ou en marge de la dispute officielle de la Sorbonne, surgisse un texte qui soit aussi et surtout un événement.

16En fait, il ne s'agit plus d'empêcher la condamnation d'Arnauld. On la sait inévitable. De cette condamnation, prononcée sur un point et imminente sur l'autre, on veut appeler à l'opinion. De même qu'Arnauld avait, quelques mois plus tôt, fait appel à elle contre le refus du vicaire de Saint-Sulpice, Pascal y fait maintenant appel contre les décisions de la Sorbonne. On veut contester le verdict des spécialistes en portant le débat ailleurs. Arnauld avait livré savamment au public tout un dossier dans ses lettres, montrant par là que, selon lui, il n'y avait pas besoin d'être théologien pour juger de théologie. C'était déjà son présupposé en 1643, quand il avait publié La Fréquente Communion, qui avait eu un très gros succès. Fort de son expérience, il croyait que l'on pouvait faire participer les gens du monde aux "disputes". Les Provinciales, apparemment, suivent l'exemple qu'il avait donné. Mais c'est en transformant complètement la nature du débat. Le titre de la première lettre l'avoue implicitement. Les textes d'Arnauld sont les pièces du procès que l'on juge ; Pascal écrit "sur le sujet des disputes". Il jouit par suite d'une marge de liberté qui l'autorise à interpréter ce qu'il est censé rapporter. Le provincial n'est pas un théologien qu'il faut convaincre par des arguments théologiques, mais un lecteur ami que l'on veut persuader en lui donnant du plaisir. Dès la lettre initiale, on a quitté le sérieux de l'école pour entrer au pays de l'imposture littéraire.

Notes

1 Néanmoins, pour des raisons qui apparaîtront à mesure qu'on lira ce livre, nous ne désignerons jamais par Montalte le personnage fictif d'épistolier et d'enquêteur mis en scène dans les Provinciales. C'est lui donner trop de réalité et risquer d'oublier qu'à chaque page de l'œuvre, comme l'a dit Valéry pour les Pensées, "on voit trop la main de Pascal".

2 Nous comptons les lignes et les paragraphes selon la présentation, modernisée, du texte dans l'édition des Provinciales par L. Cognet, Garnier, 1965. C'est à cette édition que renvoient les pages indiquées entre parenthèses dans notre texte.

3 On trouvera le texte intégral des propositions condamnées dans les Documents (n° 3, A).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540