Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

La théologie expliquée aux dames

Texte intégral

1Pascal s'entretenait un jour "avec quelques amis particuliers". On regretta la façon dont "ceux qui n'étaient pas capables de juger de ces disputes" se laissaient impressionner par l'examen en Sorbonne de la Seconde Lettre d'Arnauld. "Tous ceux de la compagnie trouvèrent qu'il eût été à souhaiter qu'on eût pu désabuser le monde. Sur cela, un d'eux dit que le meilleur moyen pour y réussir était de répandre dans le public une espèce de factum, où l'on fît voir que, dans ces disputes, il ne s'agissait de rien d'important et de sérieux, mais seulement d'une question de mots, et d'une pure chicane qui ne roulait que sur des termes équivoques". Vraie ou fausse, l'anecdote rapportée par Nicole montre comment les jansénistes ont présenté le rôle des Provinciales. Un petit groupe d'initiés souhaite faire passer dans le grand public une information qui le désabusera. La dispute doit changer d'échelle : elle quittera la Sorbonne pour les salons. Elle changera aussi de mode d'expression : l'ouvrage théologique deviendra libelle satirique et polémique.

2Cette vision fausse les perspectives. Elle laisse croire qu'au moment où Pascal entre en lice, "le monde" ignorait tout des circonstances de la mise en accusation d'Arnauld, des raisons qui poussaient à le censurer, des délicats sujets qu'il avait traités dans ses ouvrages. Les Provinciales les auraient enfin répandus sur la place publique. Rien de plus faux. Au moment où Pascal commence d'écrire, il y a longtemps que les querelles de la grâce y étaient largement débattues. Elles l'avaient envahie presque aussitôt après la parution de l'Augustinus, livre du savant évêque d'Ypres, Jansénius, imprimé en Belgique en 1640, deux ans après sa mort .Son ami Saint-Cyran l'introduisit en France. Dès 1641, on en donne une édition parisienne, qui ne passe pas inaperçue. Six docteurs y apposent leur approbation tandis que les jésuites s'empressent de répandre les thèses latines qu'ils avaient, en mars 1641, soutenues contre l'Augustinus au collège de Louvain. L'ouvrage avait le tort d'avoir été écrit par l'auteur présumé du Mars gallicus, pamphlet hostile à la politique de Richelieu. Le cardinal-ministre en pressa la condamnation à Rome. Il fit nommer le docteur Alphonse Le Moyne à la Sorbonne pour y dispenser un enseignement hostile aux idées de l'évêque d'Ypres. Il chargea Isaac Habert, théologal de Paris, de prêcher ouvertement contre la nouvelle doctrine.

  • 1 A. de Meyer, Les Premières Controverses jansénistes en France, 1919, p. 140.
  • 2 Il reprenait l'interdiction générale, faite par le pape à la suite des débats sur la grâce dans le (...)
  • 3 De Meyer, op. cit., p. 144. La citation suivante se trouve p. 176.

3Du haut de la chaire, trois dimanches pendant l'Avent de 1642 et le début de 1643, l'orateur n'hésite pas à rapprocher la doctrine de Jansénius de celle des hérétiques de Charenton. Il lui reproche de ne pas tenir compte de "la foi de l'Église qui n'a jamais erré". Il reprend aussi point par point plusieurs de ses "erreurs", telle sa négation de la volonté salvifique universelle de Dieu. Habert, dont la fonction était de veiller à l'orthodoxie dans le diocèse de Paris, jouissait d'une grande réputation de savoir et de probité. Ses propos eurent un grand retentissement. Les sermons étaient en ce temps là "le moyen d'éducation populaire le plus efficace, et le public qui assistait à ceux de Notre Dame à l'époque choisie représentait ce que Paris comptait de plus distingué"1. En s'adressant ainsi aux catholiques, le théologal exerçait ses fonctions. Il disait le droit. Il prenait en même temps le risque d'intéresser les fidèles à des querelles de théologiens, car il ne pouvait empêcher l'auditoire de penser et de réagir. Sans l'avoir voulu, il avait fait le jeu du parti adverse, qui cherchait précisément à divulguer son interprétation des mystères de la grâce. Les prédicateurs jansénistes répondirent aussitôt aux sermons de Habert. Toussaint Desmares obtint de son côté un succès extraordinaire. En mars 1643, l'archevêque de Paris dut interdire par un mandement d'aborder davantage ces sujets dans les sermons et les catéchismes2. Le mal était fait. La mode était désormais d'en disputer : "les dames surtout, qui se piquaient volontiers de bel esprit, aimaient à donner leur opinion sur cette question"3. Malgré l'archevêque, on continua de prêcher et de parler.

4On se mit aussi à écrire. En 1643, pour contester la promulgation de la bulle In eminenti, qui condamnait l'Augustinus, Arnauld, tout nouveau docteur de Sorbonne, publia deux séries d'Observations, puis au début de l'année suivante, des Difficultés sur la Bulle. Il avait écrit en français, afin que chacun puisse juger. En 1644, maintenant que la mort de Richelieu laisse le champ libre aux défenseurs de Jansénius, il prend parti pour l'Augustinus. Le long titre de son ouvrage, publié anonymement, renvoyait à l'actualité : Apologie de M. Jansénius, évêque d'Ypres, et de la doctrine de saint Augustin expliquée dans son livre intitulé Augustinus. Contre trois sermons de M. Habert, théologal de Paris, prononcés dans Notre-Dame le premier et le dernier dimanche de l'Avent 1642 et le dernier dimanche de la Septuagésime. Aux attaques publiques du théologal, l'auteur voulait répondre par un ouvrage très largement diffusé. Il y réussit au-delà de ses espérances. Le public accueillit Son livre avec avidité. L'apologie "stimulait en effet à un très haut degré la curiosité des gens du monde. Elle les initiait aux questions profondes et subtiles de la grâce, dont jusque là les théologiens n'avaient parlé qu'entre eux". Une réplique de Habert entraîna, moins de six mois plus tard, une Seconde Apologie de Jansénius, qui connut encore plus de succès que la première.

5Ces livres profitaient de l'intérêt qu'Antoine Arnauld avait su attirer l'année précédente sur les controverses de ce genre. Le grand monde de Paris, édifié par les vertus des Solitaires et des religieuses de Port-Royal, était alors très favorablement disposé envers tout ce qui venait de sa famille. Une contestation entre deux illustres pénitentes sur les conditions d'accès à la Sainte Table avait été pour lui l'occasion d'un immense succès de librairie. Le P. de Ses maisons, jésuite, qui dirigeait Mme de Sablé, ne lui interdisait pas le bal la veille d'une communion comme faisait Saint-Cyran à la princesse de Guéméné. Le premier avait soutenu son avis dans un bref opuscule. Arnauld y répliqua par une vaste somme de près de 800 pages d'une écriture serrée, La Fréquente Communion.

  • 4 Edition de L. Aubineau, t. I, notamment p. 22, 33, 36, 46, etc…

6Pour expliquer sa vogue extraordinaire, le P. Rapin, dans ses Mémoires, insiste à plusieurs reprises sur la réussite formelle de l'ouvrage4. "On n'avait, déclare-t-il, encore rien vu de mieux écrit en notre langue". La qualité de l'expression entraîne l'adhésion des intelligences: "Un livre si bien écrit ne put pas éblouir les yeux sans surprendre les esprits". Même les gens avertis furent séduits : "Il surprit jusqu'aux savants, qu'il éblouit par la beauté du langage et par la pureté de la morale qui y était exposée d'un air grave et sévère". Les dames surtout s'y laissèrent prendre, "gagnées par cet air fleuri et brillant dont il était écrit, qui plut fort a tous les beaux esprits, dont le sentiment est d'un si grand poids dans un pays où l'on se pique tant de politesse". Arnauld a su trouver une façon d'écrire adaptée à l'esprit du monde. La doctrine qu'il soutient fit, pour cette raison, "un progrès bien plus considérable en France que dans la Flandre, parce qu'en Flandre, elle ne fut débitée que par des gens d'université et par des moines, au lieu qu'en France, ce n'étaient que des personnes de qualité, des beaux esprits et des dames qui la débitaient. Ainsi, l'on se faisait une espèce de mérite d'en être, car on entrait par là dans le commerce du grand monde". Le jansénisme se propage d'autant mieux qu'il est devenu à la mode.

7On pourrait suspecter le témoignage du P. Rapin, jésuite : insister sur le succès d'Arnauld près des lecteurs mondains est une façon de dévaluer sa doctrine. Écrivant après les faits, l'auteur a pu mêler les temps et attribuer à La Fréquente Communion ce qui fera le succès des Provinciales. Mais les faits confirment son témoignage : la première édition du livre fut enlevée en quelques jours, et on en a écoulé quatre autres dans les six mois. Succès durable. En 1680 encore, Mme de Sévigné emporte le livre parmi ses bagages dans un voyage en Bretagne ; elle le fait lire aux visitandines de Nantes. Il faut donc reconnaître que, peu après la parution de l'Augustinus, il y avait déjà à Paris un vaste public d'honnêtes gens, qui se sont passionnés pour les sujets réservés jusque là aux seuls théologiens. On assiste, en ce temps-là, à un phénomène tout nouveau, significatif d'un état d'esprit jusque là inconnu : cessant d'être le propre de quelques initiés, les controverses religieuses envahissent salons et ruelles. Il faut donc renoncer à l'idée, si souvent répétée, qu'Arnauld ne savait s'adresser qu'aux théologiens et que Pascal a pris le relais afin d'intéresser le grand public. Au moment où il commence les Provinciales, cela faisait au moins dix ans qu'Arnauld lui-même avait initié les mondains aux sujets les plus difficiles.

8Dès les Apologies de Jansénius en 1644, il a quitté la théologie morale et la tradition de l'Église sur la pénitence et la communion pour aborder les délicates questions de la grâce et du salut. Le P. Rapin attribue, presque dans les mêmes termes, le succès de ces ouvrages aux mêmes raisons que celui de La Fréquente Communion : "Les dames et tous les ignorants qui se piquaient d'esprit et de politesse se laissèrent si fort préoccuper de la beauté du style d'Arnauld qu'ils conçurent bien de l'estime pour lui et une grande opinion de la nouvelle doctrine". On croit prendre parti pour les idées d'Arnauld, et l'on est en fait emporté par sa manière d'écrire. "Cette Apologie, dit encore Rapin, du style dont elle était écrite, avec bien de la pureté et avec bien de l'élégance, fit beaucoup d'impression sur les esprits". Arnauld remplit avec talent le rôle de vulgarisateur : "Comme peu de personnes étaient capables de lire l'ouvrage de l'évêque d'Ypres tout entier, qui était écrit d'un air trop sombre, trop sec et trop scolastique pour être agréable, on trouvait dans l'Apologie un abrégé de sa doctrine expliquée par les conciles et par les Pères avec bien de la politesse." Cela assure à son auteur la faveur des non-spécialistes : "C'était un traité des matières les plus épineuses et les plus profondes de la théologie écrit d'un style si beau que les gens de la cour, les cavaliers et les dames pouvaient prendre plaisir à le lire, parce que l'auteur en avait non seulement retranché cet air grossier de l'école qui rebute les esprits délicats, mais même y avait mêlé cet agrément qui attire la curiosité des honnêtes gens". Cet éloge est tout juste celui que l'on fait d'ordinaire aux Provinciales. Il atteste à la fois la diffusion dans le monde d'un certain nombre de connaissances sur les matières controversées et l'emploi d'une nouvelle manière d'écrire pour les mettre à la portée de tous les gens d'esprit.

9Au service de sa défense de Jansénius, Arnauld a mis des formes d'expression accessibles au grand nombre. Il joue sur la curiosité et sur l'ignorance. Les femmes "les plus vaines et les moins modestes furent prises les premières par ce piège qui n'était préparé que pour les esprits légers, et elles trouvèrent une merveilleuse satisfaction à s'occuper de la lecture de ces grandes questions de la prédestination et de la grâce, dont on leur faisait auparavant des mystères qui étaient au-dessus de leur capacité". Tout le monde, pour avoir lu ces ouvrages ou en avoir entendu parler, se croit désormais qualifié pour prendre parti et "décider d'une pleine autorité des matières les plus importantes de la religion, car les esprits les plus bornés, les courtisans les plus ignorants, les femmes les plus mondaines disaient sans hésiter leur sentiment sur saint Augustin et sur la grâce". Comme celui de La Fréquente Communion, le succès des Apologies repose sur la futilité des mondains, avides de paraître informés sur une matière neuve et délicate. Les dames surtout "se persuadaient aisément qu'il ne fallait que devenir jansénistes pour devenir savantes".

10C'est affirmer qu'elles ne l'étaient pas effectivement. Arnauld n'a obtenu qu'un succès frauduleux, fondé sur un enseignement dont les motivations ne sont pas, comme elles devraient l'être, d'ordre purement intellectuel : "Comme on se faisait une réputation de bel esprit par cette hardiesse, le parti grossissait tous les jours par la vanité de ceux et de celles qui aspiraient à se rendre considérables en s'attachant à la nouvelle doctrine". L'attrait des écrits d'Arnauld repose sur un abus de confiance: "Comme il fallait être intelligent pour en voir le venin, et que le nombre des ignorants est toujours presque le plus considérable, dit Rapin à propos de La Fréquente Communion, le livre ne laissa pas d'être le bien reçu parmi les dames et parmi tous ceux qui se piquaient d'esprit". Le savoir ainsi répandu n'était qu'un faux-semblant de savoir. Les ignorants désormais ignorent leur ignorance. Ils croient avoir acquis une compétence en matière doctrinale et n'hésitent pas à décider en faveur du parti qui les a séduits en créant une mode par "l'agrément" de l'expression. Bien avant les Provinciales, les ouvrages d'Arnauld obligent à se demander si la qualité de la mise en forme n'est pas une imposture quand elle sert de support à une information reçue par un public incapable de juger sur le fond. Dans ce débat face au public, le risque est grand de voir l'emporter non celui qui a raison mais celui qui sait lui parler.

11Les disputes de Sorbonne à l'occasion desquelles les Provinciales ont été écrites sont un point d'aboutissement, non un point de départ. Arnauld y est mis en accusation pour cinq propositions de sa Seconde Lettre, mais on cherche surtout à profiter de la circonstance pour déconsidérer un homme dont le succès a largement contribué à répandre une doctrine condamnée par le pape et réprimée par le pouvoir. Il avait constitué pour ses livres un large public d'honnêtes gens qui n'avaient jamais appris à penser dans le cadre de la scolastique et selon les règles des doctes, mais qui se croyaient tout à fait capables de suivre le débat sur les diverses sortes de grâces. A vrai dire, ils risquaient surtout de se trouver plus que suffisamment informés de ces questions arides et de se désintéresser de sujets rebattus. Les Provinciales n'ont pas pour but de les leur faire découvrir, mais de réveiller en eux une attention lassée par la durée et le caractère répétitif des mêmes discussions. A ces gens toujours prêts à faire un succès aux nouveautés, il fallait donner autre chose que ce qu'ils avaient connu jusque là. Tandis qu'Arnauld mène le combat en Sorbonne par des dissertations en latin, tandis qu'il continue à s'adresser à ses lecteurs habituels par des libelles en français, tandis que Nicole et quelques autres exposent à tout venant la justice de sa cause selon le modèle qu'il avait fourni, Pascal intervient dans le combat comme une sorte de franc-tireur chargé de faire diversion. Puisque la matière est usée et puisque la manière d'Arnauld a cessé d'être originale, il saura les rajeunir toutes deux.

12En apprenant la vérité sur le débat de censure, le provincial auquel il s'adresse sera surpris, prétend Pascal, de voir "à quoi se termine un si grand éclat". Nicole déclare pareillement, à propos des mêmes disputes, qu'elles faisaient en Sorbonne "l'éclat que tout le monde sait". Cela confirme l'existence dans la France d'alors d'un public d'initiés aux querelles théologiques, qui s'était habitué à y voir des sortes d'événements. Partisans et artisans de la divulgation de ces disputes, les jansénistes auraient eu là de quoi se réjouir si, en la circonstance, ils ne s'étaient trouvés en porte-à-faux. "L'éclat" de la Sorbonne a été voulu par le pouvoir. La venue du chancelier et sa présence quasi constante pendant les débats l'étalaient au grand jour. La situation a donc changé. On faisait naguère bon accueil à Arnauld, dans un temps où le jansénisme naissant était presque partout considéré avec sympathie et curiosité. On risque de se détourner de lui maintenant que le pape et une assemblée d'évêques ont censuré cinq propositions plus ou moins tirées d'un livre qu'il a vigoureusement défendu, maintenant surtout qu'il se trouve accusé d'hérésie devant la Faculté de théologie de Paris. Personne, parmi les honnêtes gens, n'a envie de se sentir condamné avec lui. On risque de se détourner d'une "dispute" qui devient doctrinalement dangereuse. On ne souhaite pas se compromettre avec un parti que le pouvoir désapprouve ouvertement. D'où la nécessité de désabuser le public en lui montrant que le débat ne porte pas vraiment sur des points importants, qu'il n'y a pas matière à censurer Arnauld, que l'affaire n'est pas théologique mais politique. On se détournerait d'un hérétique ; on aura de la sympathie pour la victime d'un règlement de compte. Tel est le but de l'intervention de Pascal : conduire les mondains à ne pas se laisser prendre aux apparences de l'éclat de Sorbonne et à prendre connaissance de ce qui s'y passe, dit-on, réellement. Il l'affirme dès les premières lignes : il informe pour "désabuser".

13On n'est plus au temps de La Fréquente Communion. Les jansénistes sont maintenant en position d'infériorité par rapport à des adversaires qui mènent le jeu. Conserver la faveur du public leur est d'autant plus essentiel qu'ils ont perdu tous leurs autres appuis. La première Provinciale fait partie de leur immense effort pour faire appel à l'opinion. Comme les ouvrages d'Arnauld, elle s'adresse en principe à tous les publics: "Elle fut lue, dit Nicole, par les savants et par les ignorants". Mais c'est surtout aux seconds qu'elle était parfaitement adaptée. "Elle fit connaître, continue Nicole, combien le genre d'écrire de Montalte était propre pour appliquer le monde à cette dispute. On vit qu'il forçait en quelque sorte les plus insensibles et les plus indifférents à s'y intéresser, qu'il les remuait, qu'il les gagnait par le plaisir et que, sans avoir pour fin de leur donner un vain divertissement, il les conduisait agréablement à la connaissance de la vérité". Comme Rapin soulignait naguère que les livres d'Arnauld étaient fort bien et "agréablement" écrits, Nicole relève l'agrément de l'expression chez Pascal. Mais alors que le premier insiste aussi sur l'attrait de la nouveauté, de la curiosité et de la mode, le second met l'accent sur le plaisir du lecteur. Chez Arnauid, une certaine réussite formelle n'était que la servante d'idées qui, à elles seules, attiraient suffisamment l'attention du public. Avec Pascal, le mode d'expression devient l'indispensable appât pour la retenir. Parce qu'il faut "forcer" l'intérêt de gens lassés ou indifférents, la manière revêt désormais une importance capitale. La forme, dans les Provinciales, n'est pas seulement le moyen de communiquer un contenu dans une langue accessible comme chez Arnauld. Elle est, comme souvent dans le journalisme d'aujourd'hui, le moyen de faire exister ce contenu aux yeux d'autrui.

14Les controverses sur l'Augustinus et les disputes qui en ont résulté se sont donc déroulées sur trois plans différents. Elles ont d'abord eu lieu entre spécialistes, particulièrement à Louvain, s'inscrivant à la suite des querelles sur la grâce qui agitaient de longue date cette Faculté. Pour ces débats internes, tout le monde utilise le latin, comme l'a fait Jansénius dans son gros ouvrage. Au moment où Pascal écrit la première Provinciale, l'examen des propositions de la Seconde Lettre et les avis des lecteurs se font à la Sorbonne dans la langue obligée de l'Église et des théologiens. Mais les fidèles parlent français, et l'on emploie cette langue pour les besoins de la pédagogie, notamment dans les sermons et dans les catéchismes. Isaac Habert et le P. Desmares se situent dans cette tradition. Ils ne modifient pas fondamentalement leur mode d'exposé habituel, ils le transposent à l'usage de leurs auditeurs. Arnauld fait de même par écrit et il se trouve qu'il excelle à composer des ouvrages clairs, construits, d'un style aisé, (relativement) agréables à lire. Son projet didactique s'accorde parfaitement au dessein d'ensemble des jansénistes qui souhaitent rapprocher les fidèles de la religion. Contre la tendance majoritaire de l'Église catholique, ils traduisent en français les principaux textes de la Révélation et les grandes œuvres des Pères, notamment de saint Augustin. Ils souhaitent que la liturgie cesse d'être inacessible aux fidèles et voudraient qu'on y emploie la langue vulgaire. Point question en tout cela de concession à un monde dont on aurait besoin. On agit au contraire par charité envers le prochain, pour l'éclairer et l'aider à faire son salut.

  • 5 Écrites en français, les Provinciales s'adressent au même public de cavaliers et de dames que La F (...)

15Ce projet n'est sans doute pas absent des Provinciales. Il faut conduire le lecteur à la "connaissance de la vérité". Mais on l'y conduit "par le plaisir". Les circonstances ont obligé à franchir une nouvelle étape : on va dans un nouvel esprit vers un public que l'on s'efforce d'élargir en usant de séduction. Il faut conquérir même "les plus insensibles et les plus indifférents", ceux qui ne s'étaient pas d'eux-mêmes intéressés aux Apologies de Jansénius ou à La Fréquente Communion. On ne le fait plus seulement pour les éclairer dans leur propre intérêt, mais de manière à grossir le parti des amis de la vérité, c'est-à-dire des défenseurs d'Arnauld. Celui-ci avait écrit d'un style compréhensible pour le public, mais en conservant les méthodes et les cadres des discussions théologiques. Pascal écrit en dehors de ces modèles et de ces cadres, en fonction de l'effet à produire sur les mondains. Le contenu des premières Provinciales est tout entier subordonné au besoin de les faire lire le plus largement possible. Au lieu d'être essentiellement didactique comme celui de ses devanciers, son texte est soumis à des impératifs de forme qui transforment ses lettres en œuvre littéraire non par le hasard de leur réussite, mais par la nature du projet qu'elles réalisent5.

Notes

1 A. de Meyer, Les Premières Controverses jansénistes en France, 1919, p. 140.

2 Il reprenait l'interdiction générale, faite par le pape à la suite des débats sur la grâce dans les congrégations de auxiliis (1597-1607) de rien publier désormais sur cette question (décret de 1611, renouvelé en 1625).

3 De Meyer, op. cit., p. 144. La citation suivante se trouve p. 176.

4 Edition de L. Aubineau, t. I, notamment p. 22, 33, 36, 46, etc…

5 Écrites en français, les Provinciales s'adressent au même public de cavaliers et de dames que La Fréquente Communion d'Arnauid. Leur succès conduisit à les mettre à la portée du grand public international des théologiens et donc à les traduire en latin. Pierre Nicole, chargé de cette traduction, la fit paraître au printemps de 1657 sous le pseudonyme germanique de Wendrock. Elle connut un très grand succès et on en donna en 1665 et en 1679 une quatrième et une cinquième édition, corrigées et augmentées. Il s'y trouvait une introduction, dont est tiré le passage cité en tête de ce chapitre et utilisé de nouveau au chapitre "Des lettres galantes". Il s'y trouvait aussi d'importantes notes dont une est reproduite parmi les documents (n° 5).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540