Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échec et écriture

 | 
Annick Duperray

Troisième partie. Retour ou detour

III. Violence sans passion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut paraître dérisoire de parler de violence à propos d'un héros voué à l'inaction et qui mourra de n'avoir rien vécu. Néanmoins, le thème avance à pas feutrés, comme la bête tapie à l'affût de Marcher et dont il ne sait si elle doit l'anéantir ou s'il lui sera donné de la terrasser. La violence insidieusement à l'œuvre dans "The Beast In the Jungle"1 joue sur un effet paradoxal qui néglige la mise en scène objective de l'acte violent : il y a néanmoins deux morts. L'une survient tandis que s'étiole May Bartram après la première mais invisible agression de la bête attendue; la deuxième...mort...anéantissement...auto-destruction...se produit lors du second bondissement de la bête alors que Marcher, frappé de stupeur à la révélation de son aveuglement, se rend compte qu'il a, à son insu, tué May Bartram en négligeant de l'aimer. Cette "dérréalisation" de l'agression met à jour les mécanismes d'une force destructrice imputable à l'hégémonie de l'ego,2 ces glaces de l'égocentrisme q...

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540