Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échec et écriture

 | 
Annick Duperray

Deuxième section. Le siège de Londres

VI. Familière étrangete

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de leur démarche esthétisante, les histoires d'artistes réaffirment l'alliance de l'éthique et de l'esthétique telle qu'elle était déjà apparue lors des pérégrinations du naïf américain, pris au piège d'un univers londonien trop sophistiqué. Nous conviendrons donc avec M. Zeraffa que "le projet poétique de James" est aussi "éthique", qu'il existe chez James "une remarquable interférence" entre "le poétique et le sémantique"1 et que la recherche formelle implique une recherche du sens. La notion particulièrement adéquate "d'esthétisme moral" tient compte du souci jamesien de concilier mise en forme et socialité.

Nous savons depuis les histoires internationales qu'une restitution fidèle de l'endroit du décor conditionne les incursions dans ses coulisses et que l'individu ne se constitue qu'a partir du moment où il est saisi dans un imbroglio, "une fausse situation".2 James ignore le monologue intérieur, remarque Zeraffa, et les états réflexifs "portent la marque de l'être avec...

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540