Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Les langues de la courtoisie

Chrétien de Troyes paternel et défricheur

Alain Corbellari

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a, au début du Chevalier de la Charrette, lorsque se noue la scène-clé qui donne son titre au roman, une petite notation dont les exégètes ne font généralement qu’assez peu de cas, la considérant au mieux comme un exemple caractéristique de cette fameuse ironie dont Chrétien de Troyes a fait sa marque de fabrique.

Nous sommes au moment où arrive la charrette sur laquelle montera Lancelot, et le narrateur se livre à un petit excursus historique, et même un peu sociologique : observant qu’on se servait autrefois des charrettes comme piloris, il remarque en outre que « […] en chascune boene vile, / Ou or en a plus de trois mile, / N’en avoit a cel tens que une1 ». On sait le soin avec lequel Chrétien de Troyes met en valeur les objets emblématiques destinés à faire signe dans ses narrations, qu’il s’agisse de peignes, de lions, ou encore de graaux… Dans le cas qui nous intéresse ici, l’allusion à la rareté des charrettes isole efficacement l’objet et le fait quasiment accéder au ra...

Auteur

Université de Neuchâtel

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540