Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de l’édition numérique

 | 
Marcello Vitali-Rosati
, 
Michael E. Sinatra

Axe historique

Chapitre 2. D’Internet au web

Alain Mille

Texte intégral

1La naissance d’Internet, puis du web, a sans doute été le phénomène ayant déterminé le plus fort changement dans les modèles de production et de circulation des contenus. Ce ne sont pas tant les « nouvelles technologies » en général, mais le réseau en lui-même qui a bouleversé notre rapport à la connaissance. À ce propos, il est bon de rappeler qu’Internet et web ne sont pas synonymes – et ne sont par ailleurs pas nés au même moment. Internet est le réseau physique qui permet l’échange des données entre plusieurs ordinateurs et le web, l’ensemble des documents formatés en HTML accessibles avec un navigateur via le protocole HTTP. Ce chapitre raconte l’histoire allant des premières idées de réseau dans les années 1950 à la création d’Internet dans les années 1970, jusqu’à l’apparition du web et à son impressionnant développement à partir de la moitié des années 1990. Connaître cette histoire et ces étapes est fondamental pour comprendre les raisons des changements majeurs qui touchent aujourd’hui le monde de l’édition.

1950-1965 : faux départ

2Les militaires américains réalisent dans les années 1950-1960, au plus fort de la guerre froide, que le système de communication de leurs forces armées, très hiérarchique par nature, est particulièrement fragile dans le cas d’un conflit nucléaire. La notion de réseau maillé avec des nœuds d’interconnexion naît à cette époque pour fournir la robustesse nécessaire au système de communication qui serait utilisé en cas de déflagration nucléaire. Paul Baran de RAND Corporation, sorte de think tank de l’époque, pose les principes d’un réseau centrifuge parsemé de nœuds d’interconnexion, avec des messages transitant sans avoir de route définitivement attribuée, mais seulement des indications du from et du to dans les champs du message. La route peut alors être redéfinie dynamiquement à chaque nœuds si la route optimale précédemment calculée n’est plus disponible, de manière à chercher par tous les moyens à router le message vers un autre nœuds à même de le faire progresser vers sa destination : routage dit de la « patate chaude ». Ce système, même avec des composantes bon marché à chaque nœuds, est particulièrement simple et robuste, ce qui va être démontré formellement par un doctorant du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Leonard Kleinrock. Donald Davies le met en œuvre en 1965 au National Physics Laboratory.

3Malgré l’intérêt porté par les militaires, et les démonstrations faites, la multinationale américaine de télécommunications AT&T refuse de développer le réseau tel qu’il est décrit. En effet, ses dirigeants le considèrent comme une sorte d’auto-concurrence fatale pour leur business. Le projet de Baran est évalué à 60 millions de dollars de l’époque, alors que le système qu’il peut remplacer coûte 2 milliards de dollars par an. En 1966, le projet est remisé sur les étagères.

1962-1968 : ARPAnet

  • 1 J.C.R. Licklider, « Man-Computer Symbiosis », IRE Transactions on Human Factors in Electronics, vo (...)

4Une autre structure va être au centre du développement d’Internet : l’ARPA (Advanced Research Projects Agency). En 1962, J.C.R. Licklider y est embauché pour s’intéresser d’une part au contrôle-commande et d’autre part aux sciences du comportement1. À partir de cette impulsion, l’orientation vers des systèmes informatiques interactifs, collaboratifs, ne cesse de se développer au sein de l’ARPA : Ivan Sutherland, après le développement du SketchPad au MIT, Robert Taylor issu de la NASA (time sharing), puis Lawrence Roberts qui, pour mettre en relation les chercheurs et partager non seulement les processeurs mais aussi tous leurs résultats, développe le premier réseau de communication numérique. En octobre 1965, l’ordinateur Lincoln Labs TX-2/ANS/Q-32 communique avec le SDC’s Q32 de Thomas Marill qui a développé le réseau. C’est ce réseau qui, plus tard, en 1968, prendra le nom d’ARPAnet. Le réseau développé à l’ARPA est dans sa technologie et ses principes très proche de ce qui a été proposé par Baran à la RAND Corporation, et mis au placard par AT&T. Lawrence Roberts aurait toutefois indiqué qu’il n’était pas au courant des travaux de Baran jusqu’à octobre 1967.

5C’est une petite société, BBN (Bolt, Beranek and Newman), qui gagne le concours lancé par l’ARPA pour réaliser un réseau informatique de partage de ressources (resource sharing computer network). Le chef de projet, Frank Heart, a choisi son équipe et sa méthode de travail: « Get the very, very best people and in small numbers, so they can all know what they’re all doing. » IBM, dans le même temps, déclare qu’un tel système ne peut pas être développé sans un très gros budget. En 1969, le réseau fonctionne et deux machines communiquent ; en 1971, il y a 15 nœudss. En 1972, le réseau est lancé à la conférence ICCC (International Computer Communication Conference) à Washington, et les 60 terminaux connectés permettent aux conférenciers de réaliser que ce type de réseau fonctionne réellement.

1969-1978 : Internet

6Mais si le réseau ARPAnet est bien une réalité, il manque une pièce logicielle maîtresse pour que l’on puisse considérer qu’Internet est né. Il faut décrire les protocoles de communication, ce qui est fait en 1969 par un groupe d’étudiants relativement informel. Peu sûrs de leur légitimité et cherchant à discuter leurs idées pour édicter les protocoles, ils proposent des Request For Comments (RFC). Il s’agit pour Steve Crocker et ses amis de laisser ouvertes au maximum les possibilités de participation des pairs pour améliorer le protocole. Cette ouverture fait une grande partie du succès de la dynamique extraordinaire qui s’ensuit. Le premier résultat concret de ce travail est la création du NCP (Network Control Protocol), mais pas encore d’Internet. C’est par l’interconnexion d’un réseau filaire classique ARPAnet et d’un autre réseau hertzien de même nature (paquets) que la première communication par interconnexion de réseau est réalisée par le Stanford Research Institute. La nécessité d’interconnecter ARPAnet avec les réseaux hertziens (PRNET) et les réseaux satellites (SATNET) pousse dans le sens d’Internet. Il est à noter que les travaux des chercheurs impliqués en France dans le projet Cyclades ont inspiré l’ensemble de ces travaux. En effet, Cyclades propose déjà à l’époque trois couches réseau : la couche transmission, la couche transport et la couche application. En mai 1974, Vint Cerf et Robert Kahn publient ce qui devient le protocole TCP (Transport Control Protocol). C’est après plusieurs révisions de TCP que le protocole IP (Internetworking Protocol) est proposé par Vint Cerf, Jon Postel et Danny Cohen en janvier 1978.

Fin des années 1970 et début des années 1980 : démocratisation des ordinateurs personnels

7Il est donc démontré que ce type de réseau peut couvrir le monde, car il permet d’interconnecter les réseaux filaires, hertziens et satellites de manière robuste et économique. Cela peut s’appliquer au téléphone, naturellement, mais, encore une fois, l’industrie téléphonique se lance dans une version centripète (protocole X.25) de la transmission de paquets, issue des travaux du CCITT (Consultative Committee on International Telegraphy and Telephony) pour lesquels les choses doivent être contrôlées de bout en bout, sans reprendre à leur compte les notions de distribution et de diversité des réseaux. Le protocole X.25 garantit un fonctionnement de haute qualité quelle que soit la configuration, mais c’est une propriété finalement assez rarement nécessaire et le caractère centralisé et fermé de l’approche bloque le développement de cette technologie

8Ce choix des opérateurs de téléphonie n’est abandonné qu’en 2011 mais, malgré le faible soutien des professionnels des réseaux, Internet se développe de manière tout à fait impressionnante.

9Qu’est-ce qui explique ce développement ? De la même façon que l’idée du réseau distribué s’est imposée à l’ARPA pour la mise en connexion des utilisateurs, c’est le surgissement soudain des ordinateurs personnels qui fait sortir l’usage d’Internet des universités et centres de recherche pour l’ouvrir à tous les secteurs d’activité de la société. Après quelques réalisations visionnaires, mais avec un succès limité, il faut attendre Ken Olsen et Harlan Anderson qui créent la Digital Equipment Corporation (DEC) avec le PDP1, sans doute le premier ordinateur interactif jamais conçu. Suivi du PDP8 et d’autres mini-ordinateurs, il scelle la fin du traitement par lot. Si les interfaces sont textuelles, on assiste très vite au développement d’interfaces graphiques, intuitives et, dès 1968, Engelbart peut faire sa célèbre démonstration sur l’usage de la souris. Si les idées et même certaines réalisations sont déjà là, il s’agit de systèmes confidentiels qui ne peuvent pas facilement se décliner en masse. L’apparition des microprocesseurs va changer la donne avec l’application de l’invention des circuits intégrés à la réalisation de calculateurs sur une surface très réduite. L’Intel 4004 est d’abord considéré comme un simple circuit logique peu évolué par les sociétés informatiques. Mais, en janvier 1975, la revue Popular Electronics annonce le Altair 8800, conçu autour du Intel 4004 : « The era of personal computing in every home… has arrived. » Le succès dépasse largement les attentes des concepteurs, même si l’usage de ces ordinateurs portables est difficile et laborieux. Les micro-processeurs se succèdent (Motorola, Texas Instrument, Intel, etc.) avec des capacités de calcul et de mémoire qui augmentent significativement, créant les conditions nécessaires d’une offre massive d’ordinateurs personnels, mais pas encore les conditions suffisantes à l’émergence d’un phénomène mondial. Un club nommé le Homebrew Computer Club rassemble dans les années 1970 un mélange étonnant de militants de l’informatique de Berkeley et d’amateurs d’électronique. Les groupes hippies considèrent l’ordinateur comme un outil de réalisation personnelle et appellent dès 1972 à créer la Compagnie informatique du peuple (People’s Computer Company). C’est dans cet état d’esprit que Steve Wozniak introduit le premier Apple I au Homebrew Computer Club, et c’est avec l’Apple II, en 1977, que la notion d’ordinateur personnel, installé par la personne à partir d’éléments très simples à assembler, s’impose. Ce qui explique ce succès, c’est qu’Apple met à disposition un manuel de référence qui détaille l’ensemble du code source et les schémas électriques et électroniques. Chacun peut alors développer librement de nouveaux logiciels et de nouveaux périphériques. Visicalc (1979) marque un tournant en fournissant à l’utilisateur non informaticien la possibilité de concevoir des traitements, de réaliser des calculs : la feuille de calcul est née. Cette fois, le marché s’impose vraiment et même IBM s’en aperçoit. En août 1981, IBM vend son premier PC, appelé le 5150. L’entrée d’IBM sur le marché se fait dans la précipitation, ce qui entraîne l’abandon du processus standard de développement au profit d’un développement par une petite équipe, et l’ensemble logiciel et matériel est ouvert, à l’image de ce qui a été fait par Apple. IBM conclut un accord avec une petite société, Microsoft, qui est chargée de fournir un système d’exploitation au PC, avec la possibilité de vendre son système aux concurrents d’IBM. L’idée d’IBM est de permettre à ses utilisateurs d’installer facilement ce qui est développé par d’autres sur ses propres machines, mais c’est aussi la possibilité pour d’autres de cloner rapidement et efficacement sa propre machine avec des logiciels attractifs. Le phénomène des ordinateurs personnels, intégrant ensuite un nombre étonnant d’innovations, d’interactions, de design, de logiciels, etc. fournit les conditions alors suffisantes pour qu’Internet devienne le support d’interconnexion d’un nombre toujours plus grand d’utilisateurs d’ordinateurs personnels.

1975 : The Well, le premier réseau social

10Les conditions de la massification de l’usage de l’informatique se renforcent, mais encore faut-il que les utilisateurs puissent accéder à Internet depuis leur domicile, par leur liaison téléphonique.

11Les conditions d’utilisation du téléphone sont particulièrement réglementées, au point qu’il n’est pas autorisé de modifier une quelconque partie d’un récepteur téléphonique aussi bien aux États-Unis qu’en Europe. Ce n’est qu’à partir de 1975 qu’il est autorisé de mettre sur la ligne téléphonique d’autres terminaux que ceux livrés par l’opérateur. Ward Christensen (Bulletin Board Systems) invente la notion de modem et propose le xmodem pour les PC en 1977. Un hacker (terme qui faisait alors référence à des amateurs experts), Tom Jennings, développe Fidonet permettant avec un modem très simple de mettre en communication des ordinateurs personnels entre eux (courriel et listes de discussions).

12The Well utilise alors ces outils pour rassembler une communauté très dynamique autour d’une liste de diffusion. Il s’agit là du tout premier réseau social.

13ARPAnet et la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) connaissent ces développements, mais restent concentrés sur l’interconnexion d’ordinateurs puissants de leurs réseaux. D’autres réseaux de spécialistes se développent d’ailleurs sur ce protocole (MILNET, DECNET, MEFENET, CSNET, BITNET, etc.), alors que la téléphonie tolère les modems, mais ne s’intéresse toujours pas à la commutation de paquets.

1984 : le réseau des réseaux

14Quand la NSF (National Science Foundation) décide d’interconnecter ses principaux réseaux régionaux par une dorsale (backbone) commune, en 1984, c’est véritablement Internet qui est élevé au niveau des grands réseaux scientifiques, diffusant TCP/IP sur les grosses machines comme sur les ordinateurs personnels connectés à ces réseaux. NFSNET se développe très rapidement avec plus de 160 000 machines connectées en 1989. En février 1990, ARPAnet est délié de ses liens avec les militaires et les connexions d’ordinateurs à NFSNET se mettent à croître de manière exponentielle : 500 000 en 1991, 1 million en octobre 1992, 2 millions en octobre 1993, etc. Dans le même temps, les nouvelles applications de recherche d’information comme Gopher, Veronica et Archie sont déployées et génèrent un trafic plus important que le courriel, ce qui préfigure le développement massif du web.

1979-2009 : une histoire des structures de gestion de l’Internet

15Le développement de ce réseau de réseaux s’accompagne d’une mise en place originale de méthodes de gestion d’une structure toujours marquée par ses racines ouvertes et, d’un certain point de vue, libertaires. Vint Cerf avait créé l’Internet Configuration Control Board (ICCB) en 1979, transformé par Barry Leiner en Internet Activities Board (IAB) en 1983, réorganisé en 1989 entre l’Internet Engineering Task Force (IETF) et l’Internet Research Task Force (IRTF). En 1992, l’Internet Society (IS) est créée pour chapeauter l’IAC et l’IETF. Malgré la complexité des structures, le principe initial des Requests For Comments est gardé, avec cette idée du chantier sans fin. La question de l’attribution des noms de domaine (Domain Name System - DNS) a une histoire à rebondissements : dès 1983, une Internet Assigned Numbers Authority (IANA) est créée ad hoc, alors que le principe d’un système de nommage de domaine est imaginé la même année. En 1992, anticipant l’ouverture d’Internet, la NSF sélectionne la compagnie Network Solutions pour mettre à disposition les services d’assignation des noms de domaine et des adresses IP associées, en relation étroite avec l’IANA. Cette société a le monopole durant toute la durée de son contrat avec la NSF, jusqu’en 1998. Dès 1996, toutefois, l’International Ad Hoc Committee (IAHC) propose une nouvelle approche pour d’une part réserver des domaines de haut niveau aux gouvernements et d’autre part mettre en place des règles d’arbitrage pour éviter les conflits de nom. L‘IAHC est agréée par les comités publics compétents, et ses conclusions reprises pour créer une société à but non lucratif, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN): « it shall operate for the benefit of the Internet community as a whole ». En 2009, après plusieurs controverses mondiales, l’ICANN cesse d’être uniquement contrôlé par les États-Unis, mais est piloté par une gestion intergouvernementale (Governmental Advisory Committee).

1990 : le web

16C’est au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) que se conçoit une sorte de « clé de voûte » parachevant l’environnement numérique qui est en train de s’étendre sur l’ensemble du globe par l’interconnexion des réseaux et par la mise en relation d’ordinateurs personnels de plus en plus nombreux. Les utilisateurs avides de pouvoir les utiliser comme dispositifs d’écriture-lecture collectifs et collaboratifs avec l’information circulante comme principe restent des amateurs surpassant les difficultés techniques pour y parvenir.

  • 2 Theodor H. Nelson, Complex Information Processing: A File Structure for the Complex, the Changing (...)

17Dans les années 1980-1990, le CERN possède de très nombreux ordinateurs incompatibles entre eux, exploités par des chercheurs du monde entier. Tim Berners-Lee y développe d’abord, dans les années 1980 un logiciel, Enquire, ressemblant à une sorte de wiki (documents reliés par des hyperliens bidirectionnels) permettant d’expliciter les relations entre les personnes, les programmes et les systèmes qui se croisent au CERN. Cette idée rappelle naturellement celle de Vannevar Bush (1945) qui avait imaginé un mécanisme d’hypercartes (Memex), et Tim Berners-Lee s’appuie explicitement sur les contributions de Ted Nelson et Douglas Engelbart. Ted Nelson est en effet l’inventeur de la notion d’hypertexte2. Toutefois, Enquire ne permet de mettre en relation des documents par liens bidirectionnels qu’entre des documents appartenant à un même espace de gestion de fichiers, et souvent en pratique sur le même ordinateur. Pour aller au-delà, et mettre en relation des composantes (pas seulement documentaires) de différents environnements hétérogènes, il faut disposer d’un système de nommage universel des composantes à mettre en relation, à tisser ensemble sur la même toile. Tim Berners-Lee propose le principe d’une identification universelle : URI (Universal Resource Identifier). L’idée du World Wide Web est née. Dès octobre 1990, d’après cette idée, Tim Berners-Lee crée le langage HTML (HyperText Markup Language) basé sur le langage documentaire SGML (Standard Generalized Markup Language) existant et, en décembre 1990, il propose un premier navigateur pour voir les documents produits sur le web. Ce travail ne reçoit pas tout de suite de validation formelle par la hiérarchie du CERN et se développe lentement jusqu’à ce que Robert Cailliau rejoigne l’équipe de Tim Berners-Lee pour développer un navigateur rudimentaire qui peut fonctionner sur n’importe quel système (et pas seulement sur NEXT, la machine de développement de Tim Berners-Lee), y compris sur les vieux télétypes. Le web devient visible sur toutes les machines connectées du CERN. Tim Berners-Lee et Robert Cailliau persuadent les autorités du CERN de mettre le répertoire téléphonique du CERN sur le web, attirant ainsi les 10 000 personnes associées au CERN.

Les années 1990 : l’emballement

18Rapidement, et parce que tout est ouvert et documenté, d’autres navigateurs sont développés avec, cette fois, des possibilités d’interaction de plus en plus sophistiquées et en particulier la possibilité du clic de souris : Perry Pei Wei (1992) développe le navigateur www pour Unix (déterminant pour la communauté scientifique), puis Erwise, Midas (Unix), Samba (Mac), etc. apparaissent, sans jamais vraiment encore s’imposer. Marc Andreessen et Eric Bina du National Centre for Supercomputing Applications (NCSA) développent un nouveau navigateur en adoptant un mode coopératif de développement, bien dans l’esprit du chantier sans fin : Mosaic est disponible en février 1993. En 1994, Andreessen quitte le NCSA pour créer Netscape avec James Clark. En août 1995, Netscape entre en Bourse avec un gros succès. Cette entrée en Bourse sonne le début d’un mouvement d’intérêt très important par le secteur économique. Le web devient le support d’innombrables initiatives pour proposer des services, en particulier dans le domaine du e-commerce. Les « .com » deviennent vite la coqueluche des investisseurs. Le Nasdaq voit passer son index de 1 291 en 1996 à 4 000 en décembre 1999, avec des valeurs parfois multipliées par 100 ou 200 en une seule journée après leur introduction. En 2000, la bulle Internet éclate, entraînant des faillites en chaîne, mais aussi de sévères restructurations dans les grands groupes qui ont surinvesti dans le domaine et, pour l’essentiel, les entreprises du secteur des télécommunications.

Depuis 1994 : l’histoire en construction

19De la même façon que les structures de gestion d’Internet se sont constituées de manière informelle et en dehors des structures de normalisation internationales, Tim Berners-Lee propose de monter un consortium ouvert pour gérer l’évolution du chantier sans fin du web : le World Wide Web Consortium (W3C) naît en 1994 et assure toujours la promotion de l’interopérabilité et la standardisation des technologies web.

20Chaque année, depuis 1994, la conférence mondiale du web rassemble plus de 1 000 acteurs internationaux pour partager et faire avancer ce chantier.

21L’histoire de l’open source se tisse dans la même trame que celle de l’histoire du web. Ce principe d’ouverture est à l’évidence la clé de la réussite et du formidable développement d’Internet puis du web qui en est le service principal et dominant depuis 1995.

22Les terminaux du web se multiplient et se diversifient avec des opérateurs téléphoniques qui cette fois investissent massivement le domaine avec une offre systématique de l’accès web, le téléphone devenant parfois une fonction accessoire du terminal. L’effet est immédiat sur le taux de connexion des usagers du monde entier, y compris dans les pays très peu pourvus technologiquement et pour lesquels le téléphone mobile est un équipement essentiel dans leurs activités.

23Les chiffres clés d’Internet sont disponibles en permanence sur le web et, en 2013, ce sont 32 % des habitants du monde qui sont aussi des internautes. Internet et le web, son principal service, deviennent des biens communs à l’échelle mondiale.

24Si le web 1.0, celui des documents, a été et est toujours un immense succès, il ne correspond toutefois pas à la vision qu’était celle de Tim Berners-Lee à la création du web. Tim Berners-Lee a d’emblée tenté de persuader les développeurs de navigateurs qu’il était important que ces navigateurs ne soient pas seulement des lecteurs d’information, mais aussi des éditeurs d’information. Les notions de lecture-écriture sont indissociables pour assurer la circulation de l’information bilatérale, mettant en évidence l’importance de l’interaction dans le développement de l’environnement numérique partagé que constitue le web.

25Ce n’est qu’à partir de 2003 que ces notions deviennent majeures et que Dale Dougherty propose de nommer web 2.0 cette nouvelle phase. L’information et l’activité tendent à se fondre dans le chantier sans fin du web, ce qui pose naturellement la question du statut du document numérique à l’ère du web.

26Les utilisateurs s’emparent en effet du web pour y écrire autant que pour y lire. Les réseaux sociaux se développent à l’échelle mondiale (YouTube et Facebook dépassent le milliard d’utilisateurs actifs) et les écrits des utilisateurs deviennent des données pour les logiciels du web et rentrent dans la liste des Big Data convoitées par un marché qui y voit une activité économique potentielle croissante.

27Les écritures collaboratives émergent et démontrent des propriétés de confiance et de qualité qui confirment bien les principes d’ouverture qui ont toujours présidé au succès du développement de l’Internet et du web. Par exemple, Wikipédia en français compte 1 571 551 contributeurs, dont 5 000 très actifs. Plus de 2,4 millions d’articles Wikipédia en français sont consultés chaque jour.

28Progressivement, les espaces d’activités collectives se développent sur le web, s’ouvrant à des publics de plus en plus variés et offrant des fonctionnements privés, semi-privés ou publics. Ils rassemblent dans le navigateur des services complémentaires pour la gestion de l’activité collective privée ou professionnelle. Si ces services ne relèvent pas du web, ils s’y expriment et leurs usages y constituent autant d’écritures collectives et individuelles. Parmi ces espaces d’activités collectives, il faut noter l’importance des jeux comme World of Warcraft, qui compte 8 millions de joueurs, avec une tendance à intégrer de manière de plus en plus importante les joueurs dans la conception et le renouvellement des jeux. Toutes les activités exploitent de manière plus ou moins directe les possibilités ouvertes par un accès web sur Internet, depuis les activités culturelles (avec un énorme développement dans le domaine de la musique, de la vidéo en particulier), de services, industrielles, touristiques, agricoles, éducatives, sociales, artistiques, militantes, politiques, sécuritaires, etc.

29C’est toutefois la possibilité de trouver l’information qui déclenche l’immense succès du web comme conteneur d’information mondial. Dès 1995, Sergueï Brin et Larry Page proposent une autre méthode que l’indexation traditionnelle (Altavista, Yahoo !, etc.) thématisée et hiérarchisée, mais s’intéressent à l’indexation inverse, en partant des références aux pages et des termes des contenus comme autant d’index potentiels. Google était né. C’est donc une spirale de réussite qui se met en place entre les fournisseurs de contenus accessibles désormais sans effort et les fournisseurs de moteurs de recherche d’information. Les métiers des uns et des autres se rejoignent.

  • 3 Alain Mille, De la trace aÌ la connaissance aÌ l’ère du web, Numéro thématique Intellectica, no 59 (...)

30Au-delà de l’écriture explicite (texte) par les utilisateurs, ce sont donc toutes leurs interactions qui deviennent autant d’écritures rejoignant les données utilisables par les logiciels du web. Ces écritures sont le plus souvent nommées traces3 dans la littérature, car elles posent la question de leur observation (enregistrement des actions des utilisateurs) et celle de leur interprétation pour des actions diverses (recommandation, personnalisation, sécurité, identification, etc.). La question du statut de ces traces est posée du point de vue de la vie privée, de leur propriété, de l’éthique de leur utilisation, de leur diffusion, de leur pérennité, de leur gestion, etc.

31Le web reste par essence un chantier sans fin dont les dynamiques actuelles s’articulent autour de l’introduction d’écritures possédant une sémantique formelle, c’est-à-dire permettant des calculs interprétatifs explicites plutôt que des calculs implicites encapsulés dans les logiciels traitant les données issues des écritures des utilisateurs. Cette idée d’un web sémantique – auquel seront dédiés les chapitres 4 et 8 de ce manuel – est activement développée par une communauté de chercheurs et d’entreprises innovantes.

32Dans le même esprit, sur une initiative du W3C et avec l’esprit initial du web, le web des données, ou données liées (linked data), se propose d’écrire dans le web l’information issue de données produites par ailleurs, avec un processus éditorial semi-automatisé. Les données des institutions, les données du monde deviennent, à leur tour, des lieux de lecture-écriture en s’inscrivant dans le web.

33Documents, données, connaissances, activités sont tissés pour créer un environnement numérique évoluant maintenant de manière contributive et ouverte. Ce caractère contributif et ouvert a été et reste manifestement la condition sine qua non du développement de ce chantier sans fin.

Notes

1 J.C.R. Licklider, « Man-Computer Symbiosis », IRE Transactions on Human Factors in Electronics, vol. HFE-1, mars 1960, p. 4-11.

2 Theodor H. Nelson, Complex Information Processing: A File Structure for the Complex, the Changing and the Indeterminate, Proceeding ACM ‘65, Proceedings of the 20th National Conference, ACM New York, 1965, p. 84-100.

3 Alain Mille, De la trace aÌ la connaissance aÌ l’ère du web, Numéro thématique Intellectica, no 59, 2013.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable