Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession urbaniste

 | 
Gérard Beaudet

L’urbanisme et l’université

Texte intégral

1L’urbanisme est une des nombreuses filières de formation universitaire à caractère professionnel. À l’Université de Montréal, celles-ci définissent l’orientation de la majorité des programmes et accueillent la majorité des étudiants. Offerte tant au baccalauréat qu’à la maîtrise, la formation en urbanisme est fortement conditionnée par la perspective interventionniste. Les deux diplômes donnent d’ailleurs accès à la pratique et à l’inscription éventuelle au tableau des membres de l’Ordre des urbanistes du Québec.

2C’est pourquoi la connaissance du fait urbain, d’un point de vue géographique, historique, démographique, philosophique, sociologique ou économique, est subordonnée aux impératifs d’une pratique opérationnelle. Et c’est aussi pourquoi la formation fait également une place de choix aux cadres institutionnels et juridiques de cette pratique, ainsi qu’aux nombreuses méthodes qui régissent les inventaires, la saisie de données, les analyses qualitatives et quantitatives, la production de synthèses, l’expertise en géomatique et les représentations graphiques destinées à alimenter la planification, la programmation, l’intervention et la gestion.

3Mais la pertinence de l’inscription de la formation en urbanisme en contexte universitaire ne tient pas qu’à la spécificité de cette pratique. Elle se justifie également par les nombreux emprunts disciplinaires sur lesquels l’urbanisme s’est construit et dont les lieux de formation et de recherche qui portent ces disciplines ont également été progressivement logés à l’université, qu’il s’agisse, pour n’en nommer que quelques-unes, du droit, des sciences politiques, de la sociologie, de l’économie, du génie, de l’architecture, de l’architecture de paysage, de la géographie, de la démographie, de la gestion ou de l’histoire.

4Finalement, la pertinence de cette appartenance de l’urbanisme à la grande famille universitaire tient aussi à la manière dont l’urbanisme peut alimenter questionnements et recherches sur des problématiques actuelles, notamment en établissant des comparaisons avec ce qui se fait ailleurs, mais aussi à la faveur d’une ressaisie de préoccupations, de réflexions et de pratiques plus ou moins anciennes et parfois oubliées. C’est le cas, par exemple, en ce qui concerne la redécouverte de l’importance du déterminant environnemental sur la santé des populations. Un retour en arrière permet en effet de rappeler que l’urbanisme a été une des réponses apportées aux problèmes de santé et d’hygiène publiques à l’époque où les avancées de la médecine ne permettaient pas encore de solutionner efficacement et durablement ceux-ci. L’examen de nombreux écrits permet également de redécouvrir que le développement durable plonge ses racines souvent beaucoup plus loin dans le passé que les épigones qui s’ignorent ne le suggèrent et il montre que les réponses apportées, loin d’être objectivement incontestables, sont teintées, aujourd’hui comme hier, par les connaissances et les certitudes, mais aussi par les craintes et les croyances du moment.

5L’université est aussi un lieu de recherches fondamentales et appliquées. Lui appartenant, l’urbanisme n’y échappe pas. Certes, de telles recherches sont menées dans de nombreux départements dont les professeurs ayant un profil disciplinaire particulier peuvent s’intéresser au fait urbain, voire aux dynamiques et aux pratiques qui le caractérisent, et y apporter l’éclairage de leur discipline. Cela n’épuise toutefois pas la manière d’observer, d’interroger et d’interpréter le fait urbain, dès lors qu’il s’agit moins pour ces derniers de tenter d’infléchir une dynamique complexe que de la cerner, voire de tenter modestement d’en prédire le devenir.

6En d’autres termes, la recherche menée en urbanisme, aussi dépendante des emprunts disciplinaires soit-elle, reste fortement conditionnée par la finalité même de l’urbanisme, c’est-à-dire l’intervention. Le sociologue urbain – comme l’économiste, le géographe, le juriste ou le politologue urbain – œuvrant au sein d’un programme d’urbanisme aura bien sûr de grandes affinités avec ses collègues rattachés à des programmes disciplinaires d’origine. Sa manière de poser les problèmes et d’y répondre sera néanmoins influencée par la finalité première de l’urbanisme.

7Cela explique que l’enseignement de l’urbanisme repose traditionnellement sur un corps professoral mixte, composé de professionnels qui agissent toujours à titre de praticiens, de professionnels qui ont délaissé la pratique, mais y consacrent l’essentiel de leur enseignement et de leurs réflexions, ainsi que d’universitaires de carrière qui ont terminé des études doctorales, y compris, dans certains cas, après avoir fréquenté les milieux professionnels. L’insistance mise depuis quelques années par les administrations des universités sur la recherche subventionnée rend toutefois cette mixité plus difficile à maintenir dans la mesure où le recrutement de nouveaux professeurs doit de plus en plus se faire sur la base d’un parcours universitaire couronné par l’obtention d’un doctorat.

Retour à l’université

8C’est d’abord à titre de professionnel que j’ai effectué un retour à l’Institut d’urbanisme, à la toute fin des années 1980. L’expérience acquise me semblait suffisante pour qu’elle puisse être mise à contribution avec profit dans le cadre des ateliers, activités au cours desquelles les étudiants sont appelés à s’intéresser à un territoire concret pour en cerner les dynamismes, y repérer les problèmes et les atouts, et proposer des pistes d’intervention. Ce fut d’ailleurs là ma principale contribution à la formation des étudiants au cours des premières années.

9Mais, après quelques années à concilier carrières professorale et professionnelle… et obligations familiales, j’optais pour un passage à plein temps à l’université. Il s’agissait moins de consacrer la totalité de mon temps à un enseignement à contenu professionnel que de me donner les moyens d’une réflexion approfondie sur le rôle que jouent les valorisations patrimoniales, paysagères, environnementales et touristiques en regard de la formation et de la transformation dans le temps des établissements humains. D’abord mis au service de l’enseignement en atelier, l’expertise accumulée devenait le matériau d’une démarche réflexive que seule l’université rendait véritablement possible. Il s’agissait d’une réorientation de carrière qu’avait en quelque sorte préparée, sans que j’en sois pleinement conscient, ma fréquentation des géographes.

10Cette réorientation m’a d’ailleurs permis de donner une autre dimension à l’intérêt que j’avais développé pour le tourisme au gré de divers mandats professionnels En 1996, je me suis en effet joint, à la suggestion du sociologue Marc Laplante, au comité de rédaction de la revue Téoros, fondée par des collègues de l’Université du Québec à Montréal en 1982. J’y ai depuis coordonné la production de trois numéros, j’y ai publié plusieurs textes à orientation géohistorique et j’ai été codirecteur d’un ouvrage collectif sur l’espace touristique.

11Depuis mon retour d’une sabbatique passée à Londres en 2000-2001, j’ai complètement abandonné la pratique professionnelle de l’urbanisme, sans cesser pour autant d’être urbaniste et sans avoir coupé les ponts avec le monde professionnel de l’urbanisme. Si j’exerce toujours le métier d’urbaniste, c’est dorénavant sur ses marges, là où se manifestent et s’observent des transformations qui en ébranlent les fondements conceptuels et méthodologiques.

12Ma familiarité avec le Québec, quoique coupée de ses sources professionnelles, reste cependant un atout, en particulier dans le cas d’un cours de premier cycle qui propose un regard géohistorique sur Le Québec urbain. Cette familiarité permet de mobiliser des exemples qui en illustrent les différentes déclinaisons. Mais elle permet également aux étudiants de faire le pont entre une réalité qu’ils connaissent et ses dimensions plus abstraites, un aspect de leur parcours universitaire qui se révèle particulièrement important en début de formation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540