Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession urbaniste

 | 
Gérard Beaudet

Devenir urbaniste au Québec

Texte intégral

1Avant le milieu des années 1960, on ne devient pas urbaniste au Québec. On s’installe dans la profession déjà formé ou on y revient après avoir reçu une formation ailleurs, principalement aux États-Unis ou en Angleterre, les deux pays qui ont le plus directement influencé nos pratiques d’aménagement depuis le tournant du xviiie au xixe siècle. C’est que l’urbanisme ne devient une préoccupation susceptible de porter l’émergence d’une profession spécifique qu’avec la Révolution tranquille et la construction d’un État québécois plus interventionniste qu’auparavant.

L’émergence de l’urbanisme au Québec

2L’urbanisme québécois n’émerge véritablement que dans la deuxième moitié du xxe siècle. Certes, quelques exercices de planification avaient présidé, avant les années 1950, à l’organisation de la plupart des petites et moyennes villes et de certains bourgs et villages. Montréal, Québec et quelques autres villes, dont Trois-Rivières, Sherbrooke, Saint-Jean, Sorel et Boucherville, avaient en effet été l’objet de plans précisant les tracés régulateurs (voirie et places publiques, emplacement des principaux monuments, configuration des enceintes). Mais la production du cadre bâti était alors et pour l’essentiel assujettie à quelques prescriptions élémentaires destinées à réguler l’implantation des bâtiments afin de réduire les risques d’incendie et de remédier aux problèmes de salubrité les plus sérieux. La pérennité de diverses traditions constructives et l’adaptation de modèles éprouvés dans l’une ou l’autre des mères patries sous-tendaient de manière implicite la composition du paysage construit. Les places publiques urbaines de l’Ancien Régime, la place de l’église dans les villages et petites villes de province, la place du marché de la plupart des bourgs et des villes, les squares montréalais d’inspiration géorgienne, de même que les avenues plantées bordées de vastes demeures bourgeoises, ont longtemps constitué les rares expressions d’une volonté de planification des espaces publics en bordure desquels se dressaient les principaux édifices institutionnels et les résidences des nantis.

3La montée des préoccupations hygiénistes, la nécessité de mettre fin à certaines pratiques immobilières anarchiques et la création de villes nouvelles seront autant d’occasions de donner sa chance à un urbanisme balbutiant. Dans un texte de 1918 intitulé La veillée des berceaux, l’économiste et sociologue Édouard Montpetit rappelait incidemment que les initiatives sociales destinées à contrer les maux et les inconvénients de l’industrialisation – dont une mortalité infantile qui conférait à Montréal un des plus tristes bilans parmi les villes occidentales – prônaient l’hygiène et l’urbanisme. C’est dans ce contexte que seront menées, à compter du début du siècle, diverses expériences d’urbanisme progressiste. Mais c’est surtout à l’écart des milieux les plus éprouvés par les problèmes que les urbanistes feront leurs premières armes. Les villes de compagnie et les nouveaux quartiers furent en effet le terrain de la plupart des premières expériences.

4C’est ainsi que les villes industrielles de Shawinigan (1899), Témiscaming (1917) et Arvida (1925), ainsi que les villes autonomes de Maisonneuve (1910) et Mont-Royal (1912) – sur l’île de Montréal – ou Montcalm (1913) – en banlieue de la haute ville de Québec – proposaient des cadres de vie façonnés en accord avec certains des principes d’un art et d’une science de l’urbain en voie de définition. Cette production s’alimentait à deux sources principales, celle des Garden Cities britanniques présentées plus haut et celle du mouvement City Beautiful états-unien. Ce dernier était né dans le sillage de l’exposition tenue à Chicago en 1893 pour commémorer le 400e anniversaire de la venue de Christophe Colomb en Amérique. Influencé par la composition néoclassique des principaux pavillons et des colonnades qui ceinturaient la grandiose cour d’honneur au centre de laquelle avait été aménagé un vaste bassin, ce mouvement associait le renouveau civique à des arrangements urbains caractérisés par l’ordre et l’harmonie des agencements monumentaux. Son influence périclitera avec la crise des années 1930. À Montréal, l’axe du boulevard Morgan, dont les extrémités sont signalées par le marché Maisonneuve (1914) et le pavillon du parc Morgan et en bordure duquel de dresse l’édifice des bains publics (1916), s’en inspirait.

5La venue au Canada de Thomas Adams en 1914 contribuera à y ancrer l’urbanisme de manière durable. Cet Écossais né en 1871 avait découvert le mouvement des cités jardins à la suite de son installation à Londres. Après avoir accepté une invitation à venir travailler au pays, il a réalisé plusieurs plans de villes nouvelles, dont celle de Témiscaming. Sa contribution à l’urbanisme canadien ne se limita toutefois pas à la production de plans inspirés des réalisations britanniques. Il a été un des cofondateurs du Town Planning Institute of Canada (1919), il a publié de nombreux articles et il a agi comme conseiller auprès du comité du Cabinet du gouvernement fédéral responsable d’un programme de prêts pour la construction de logements à prix modique. Il a aussi défendu certains principes d’un développement durable avant la lettre à titre de conseiller de la Commission canadienne de conservation, créée en 1909. Promoteur d’un urbanisme technocratique et scientifique, Thomas Adams aura favorisé la diffusion d’une approche fondée par son compatriote Patrick Geddes.

6Mais cet urbanisme de la première heure a eu relativement peu d’impact sur le terrain, hors quelques villes nouvelles et certaines banlieues jardins comme Outremont, Hampstead ou Mont-Royal. Les quartiers industriels des grandes et moyennes villes, quoique mieux organisés que les vieux faubourgs qui les avaient précédés, restaient plus souvent qu’autrement l’œuvre de promoteurs davantage préoccupés par les profits résultant d’importantes opérations foncières que par la production d’un cadre de vie de qualité et durable.

7Les choses allaient progressivement changer après la Seconde Guerre mondiale, notamment au Québec où il fallait accompagner la poussée de nouvelles banlieues pavillonnaires et la réorganisation des centres-villes, imposée entre autres par le développement des services, ainsi que par l’accroissement du parc automobile et la transformation en profondeur des modalités de déplacement des personnes et des marchandises.

La formation des urbanistes au Québec

8L’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal a été fondé en 1961. On n’y inaugurait pas l’enseignement de l’urbanisme au Québec, puisque des cours étaient offerts à l’Université McGill depuis 1947. À la même époque, à Québec, on envisageait la création d’un institut d’urbanisme qui aurait été rattaché à la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, qui était alors dirigée par le père Georges-Henri Lévesque et qui jouissait d’une réputation et d’un rayonnement enviables. La critique impitoyable de l’héritage légué par l’époque victorienne, tout autant que les pratiques architecturales et urbanistiques de son époque, incitaient par ailleurs l’historien de l’art Gérard Morisset à prôner, dès 1951, la fondation d’un institut national d’urbanisme. Aucune suite ne fut donnée à l’un ou l’autre projet, mais des cours en urbanisme étaient offerts à la Faculté d’arpentage de l’Université Laval durant les années 1950. Des enseignements en urbanisme étaient également prodigués à la Faculté des sciences sociales de l’Université de Montréal à compter de 1957. Le Québec emboîtait timidement le pas à la majorité des pays occidentaux qui avaient reconnu l’importance de l’urbanisme depuis quelques décennies.

9C’est dans ce contexte que fut ébauché le projet montréalais d’une école d’urbanisme. Jean-Claude La Haye, qui était alors à la tête d’un bureau d’études créé en 1955 et qui présidait la Société professionnelle des urbanistes du Québec depuis sa fondation en 1957, fit part de son projet au recteur de l’Université de Montréal, Mgr Irénée Lussier. En août 1960, ce dernier informait Paul Gérin-Lajoie, alors ministre de la Jeunesse et responsable du financement des universités dans le premier gouvernement de Jean Lesage, qu’un projet de création d’un institut d’urbanisme à l’Université de Montréal lui serait présenté incessamment. En accueillant ses sept premiers étudiants en septembre 1961, l’Institut lançait le premier programme québécois entièrement consacré à l’urbanisme. S’agissant d’un établissement où la formation était dispensée en français, il constitua un des lieux et des leviers d’action et de modernisation que se donna la société québécoise dans le cadre effervescent de la Révolution tranquille naissante.

10Entre le moment de la fondation de l’Institut en 1961 et l’ouverture de programmes de baccalauréat à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal, au tournant des années 1970 et 1980, l’urbanisme restera une formation professionnelle de deuxième cycle. Fidèle au caractère multidisciplinaire de la pratique, on admettait des diplômés de toutes formations, principalement l’architecture, la géographie, la sociologie et l’économie. Mais les diplômés de droit, de sciences politiques, de génie civil ou, plus récemment, des sciences ou du design de l’environnement sauront également y trouver un milieu d’accueil favorable à leurs intérêts, préoccupations et points de vue.

11Aujourd’hui, les programmes d’urbanisme de deuxième cycle offerts au Québec par les universités de Montréal, McGill et Laval ont maintenu cette ouverture, tandis que les diplômés de premier cycle sont nombreux à compléter leur formation dans une grande diversité de filières (transport, gestion de projet, conservation de l’environnement bâti, administration publique, sciences politiques, design urbain, aménagement régional, etc.).

Un parcours personnel de formation à des échelles multiples

12Ma formation en urbanisme a été acquise avant le début des années 1980. J’ai donc suivi le parcours de tous ceux qui avaient d’abord complété un programme de premier cycle dans un champ disciplinaire autre, en l’occurrence, en ce qui me concerne, l’architecture. Ayant développé dès la première année du baccalauréat un intérêt pour le patrimoine, j’ai rapidement été davantage attiré par les cadres bâtis que par les bâtiments considérés isolément. À l’instar d’autres architectes qui avaient prolongé leur parcours universitaire en s’inscrivant en urbanisme, j’envisageai sérieusement ce cheminement dès la troisième année d’un parcours de quatre ans.

13Ma participation, à l’été 1976, à un important projet de recherche sur le patrimoine mené au défunt Centre de recherche en innovation urbaine rattaché à l’Institut d’urbanisme eut toutefois un impact décisif sur mon parcours. J’y côtoyai deux géographes, Gilles Ritchot et Jean Décarie, qui auront une influence considérable sur ma carrière, le premier à titre de théoricien d’une géographie structurale et de concepteur d’une théorie de la forme urbaine, le second en tant que responsable de mon inscription à l’Institut d’urbanisme et de mon éventuel engagement à la Société technique d’aménagement régional, où j’œuvrai de 1980 à 2000, aux côtés de Claude Lamothe et Richard Bienvenu, tous deux également géographes de formation.

14Ces «mauvaises fréquentations» ont eu plusieurs conséquences. Elles m’ont d’emblée familiarisé avec une échelle d’intervention et des préoccupations qui m’éloignaient de celles de l’architecture et me reportaient sur les marges de celles de l’urbanisme, occupées depuis la fin des années 1950 par une géographie appliquée – aussi qualifiée de volontaire – d’inspiration française. Cette fréquentation de géographes m’a sensibilisé à l’apport considérable de la géographie à l’urbanisme, notamment en ce qui concerne la connaissance du fait urbain et des modalités de son inscription dans l’espace. Elle m’a éventuellement permis de découvrir l’environnement et le tourisme comme domaines d’étude et d’intervention. Finalement, elle m’a donné, grâce à la géographie structurale, un cadre de référence théorique qui alimenterait ma pratique, mais, surtout, constituerait ultérieurement le canevas de mes enseignements, de mes recherches et de mes publications universitaires.

15Engagé dans un parcours professionnel à ma sortie de l’Institut d’urbanisme en 1980, j’ai travaillé à titre d’urbaniste-conseil pour le compte de plusieurs municipalités locales et régionales. Schémas d’aménagement, de même que plans, programmes particuliers et réglementations d’urbanisme, ont été l’ordinaire d’une pratique souvent désolante de banalité, mais parfois riche d’occasions et de réalisations. Ma formation en architecture et l’expertise de mes collègues en récréotourisme m’ont également permis d’être impliqué dans de nombreux dossiers portant sur le patrimoine architectural et urbain, ainsi que sur la valorisation touristique de ressources naturelles et patrimoniales. C’est ainsi que le désormais Montréalais ayant grandi dans un environnement campagnard de la proche banlieue lavalloise découvrait le Québec et apprenait que, si on entend se rendre en Abitibi-Témiscamingue, on fréquente nécessairement l’Abitibi ou le Témiscamingue, la frontière socioculturelle étant ici aussi importante que la limite biophysique.

16Comme la plupart des urbanistes exerçant dans des agences de taille moyenne, j’avais une pratique éclatée, l’urbanisme municipal stricto sensu n’accaparant qu’une partie des connaissances et des compétences acquises. C’était là le résultat à la fois de la relative jeunesse de l’urbanisme québécois – la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, qui obligerait les municipalités locales et régionales à élaborer plans et schémas, n’avait été adoptée qu’à la fin des années 1970 – et de la diversité des profils de formation des urbanistes, qui les rendait aptes à remplir une grande variété de mandats. La tendance qui s’était instaurée dès le début des années 1960 avait toujours cours.

17La ville de Terrebonne aura été, à compter de 1980, mon premier terrain d’expérimentation. J’y aurai travaillé, pendant plus d’une décennie, sur divers dossiers reliés à l’important chantier de sauvegarde et de mise en valeur d’un patrimoine urbain dont les qualités exceptionnelles sont aujourd’hui reconnues bien au-delà de la région immédiate. Quoique plus confinés dans leur durée et moins probants du point de vue des résultats, les dossiers du Vieux-Lachine, du Vieux-La Prairie et du Vieux-Chambly ont aussi compté parmi les plus stimulants d’un point de vue professionnel. Mon intérêt pour le patrimoine m’a aussi permis de parcourir en long et en large le territoire de plus d’une vingtaine de municipalités régionales de comté, tant en vue de la réalisation de dossiers préparatoires à l’élaboration de schémas d’aménagement qu’à des fins de sensibilisation des élus aux enjeux et défis de la conservation.

18Trois-Rivières, Sherbrooke, Bedford, Sainte-Anne-des-Plaines, Salaberry-de-Valleyfield, Oka, Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River, Angliers, Témiscaming et Saint-Césaire auront été du nombre des municipalités où j’ai œuvré à divers titres. Si certaines interventions se soldaient par des résultats tangibles (l’enlèvement des marquises le long de la rue Wellington Nord à Sherbrooke ou le réaménagement de la rue Principale à Bedford), la plupart d’entre elles tenaient plus d’opérations reliées à l’élaboration et à l’application de cadres réglementaires. Mais, peu importe la nature, l’envergure et la durée des mandats, une dimension incontournable les sous-tendait: celle du politique. L’urbanisme s’y est dans tous les cas affirmé d’emblée politique, au sens le plus noble du terme, mais aussi parfois au sens le plus répréhensible.

19Si ma formation première en architecture colorait ma pratique d’urbaniste, elle m’a aussi amené à réaliser plusieurs mandats spécifiques, dont les inventaires et évaluations à des fins patrimoniales des installations de production d’Hydro-Québec, en particulier celles du Témiscamingue, du Pontiac, de la région de Montréal et de la Mauricie. Certains de ces travaux auront favorisé la découverte, in situ, d’un urbanisme de compagnie qui a significativement marqué certaines régions au début du xxe siècle, en particulier à Témiscaming, Shawinigan et Grand-Mère.

20De ce point de vue, les dix années qui ont suivi l’obtention de mon diplôme en urbanisme auront constitué une véritable formation continue. On ne s’en étonnera guère quand on sait à quel point le métier d’urbaniste en est un dont les exigences, sur le plan des connaissances, des compétences et des aptitudes, imposent une maturation lente qu’aucune formation universitaire ne peut accélérer, et encore moins remplacer.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540