Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

20. Engagement

Texte intégral

1Chaque étudiant en médecine se demande très tôt quelle orientation choisir. Soins primaires ? Spécialisation ? Recherche ? Exercice hospitalier ? Pratique privée ?

2Ce choix n’a pas seulement des conséquences sur la vie professionnelle. Soigner est un métier très prenant. Comment accorder cette activité tournée vers les autres avec l’épanouissement personnel et la vie familiale ? Comment concilier les contraintes matérielles, administratives d’une profession de la santé et ses impératifs scientifiques ? Comment éviter la routine ?

3Parmi toutes les spécialités, la médecine de famille est la plus passionnante et la plus gratifiante, par l’ampleur de son champ d’action. Choisir d’être médecin de famille, c’est s’ouvrir un panorama quasi illimité de modes d’exercices : le jeune praticien peut décider dans un premier temps de s’ouvrir à tous les patients et à toutes les pratiques, puis peu à peu s’orienter vers des exercices plus spécifiques, qui correspondent à sa personnalité : pédiatrie, gynécologie, gériatrie, maladies chroniques, etc. Cette orientation se fait de manière plus progressive, plus personnelle, que le choix d’une spécialité opéré d’emblée, et sans perdre de vue la nécessité d’appréhender les personnes dans le flux de leur vie et la complexité de leur environnement. Certes, le médecin de famille travaille dans l’incertitude (il ne sait jamais « tout » sur sa spécialité), mais il apprend à faire face à celle-ci avec une compétence toujours plus grande. Il n’a jamais le temps de s’ennuyer, tant les liens qui unissent les personnes sont riches. C’est seulement en médecine de famille que l’on arpente la fine frontière de la confidentialité face à deux sœurs, à un père et à un fils ou à deux ex-conjoints assis par hasard à la même heure dans sa salle d’attente. C’est seulement dans ce cadre que l’on apprend à donner des soins en s’appuyant sur la trame des relations familiales. Et si, au fil des années, le praticien devient de plus en plus expérimenté, les mouvements incessants de la vie l’obligent à garder sa fraîcheur face aux situations nouvelles.

4Ce mélange de complexité stimulante et de constant renouvellement, aucune autre spécialité ne le propose.

5Au fil de mes vingt-cinq ans d’exercice, j’ai eu la chance de pouvoir m’engager dans bon nombre de voies : la pratique clinique, l’information médicale, la critique scientifique, la défense des intérêts des patients, l’enseignement, la recherche et, aujourd’hui la réflexion éthique. Au début de mon itinéraire, la médecine de famille cherchait encore sa voie. Depuis les années 1970, elle s’est largement épanouie. Présente partout sur la planète, la discipline est représentée par un organisme mondial, la WONCA.

6De plus, les années à venir ouvrent de nouveaux horizons. Tout ce que j’ai appris en trente ans fait aujourd’hui partie intégrante de l’enseignement dans les facultés de médecine d’Amérique du Nord, en particulier au Québec. La médecine de famille y est respectée et enseignée aux étudiants par des praticiens chevronnés, à l’université et sur le terrain. La lecture critique est un des piliers de toute formation médicale, car, plus que jamais, les médecins ont besoin de données fiables. Délivrer des soins en accord avec des données scientifiques avérées — conformément aux principes de l’Evidence Based Medicine, la médecine fondée sur les preuves — n’est pas seulement une exigence professionnelle, c’est aussi une exigence éthique. Dans les universités du Canada, mais aussi des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Scandinavie, la notion de « consentement éclairé » fait lentement mais sûrement place à celle de « décision éclairée » : il n’est plus question pour le médecin d’opérer des choix thérapeutiques « avec l’accord » du patient, mais d’accompagner celui-ci dans ses choix. De plus, les facultés de médecine modifient leur curriculum pour y intégrer les patients. À l’Université de Sherbrooke, des patientes volontaires participent à l’enseignement de la gynécologie courante, en partenariat contractuel avec la faculté. À l’Université de Montréal, en 2011 et 2012, plusieurs groupes de réflexion œuvrent à une transformation radicale de la formation médicale ; l’un de ces groupes est centré sur la notion de patient-partenaire, partenaire décisionnel et partenaire de formation. Enfin, si les groupes Balint (connus depuis plusieurs décennies au Québec) et la toute jeune Narrative Medicine ne font pas encore partie intégrante de la formation médicale, leur influence ne fait que croître parmi les enseignants de médecine de famille au Canada.

7De sorte qu’aujourd’hui les étudiants qui choisissent la médecine de famille peuvent pratiquer un exercice intellectuellement gratifiant et riche et, simultanément, grâce à cet outil de communication formidable qu’est Internet, mettre leur savoir à jour, se former à la relation de soins, participer à des recherches, rédiger et partager des articles scientifiques, contribuer aux débats collectifs sur les politiques de santé, s’engager aux côtés des patients pour une meilleure organisation du système de santé. Ils peuvent exercer dans des communautés éloignées tout en restant au fait des progrès et initiatives des plus grands centres médicaux, et être associés à leur développement.

8Un nombre toujours croissant de travaux montrent que l’avenir des soins de santé repose sur le développement accéléré de la médecine de proximité. Dans les pays qui, tel le Canada, aspirent à une meilleure allocation des ressources et à une plus grande équité dans la délivrance des soins, les professionnels de la santé ne seront plus seulement valorisés à l’aune de leurs accomplissements universitaires ou de la complexité de leurs outils technologiques, mais aussi et surtout à la mesure des services concrets, immédiats, quotidiens qu’ils rendront à la communauté. Grâce à la formation qui leur est d’ores et déjà dispensée dans les universités du Canada, les médecins de demain pratiqueront de plus en plus près des aspirations et des besoins de la population.

9Étant donné la pénurie de ressources et leur coût croissant, il importe plus que jamais de hiérarchiser les soins en fonction des besoins réels de la population, avec l’aide de celle-ci, dans un souci constant des retentissements de la technologie médicale sur l’environnement. Les médecins de famille et, avec eux, tous les professionnels de soins primaires seront, par leur implantation et la spécificité de leur pratique, les champions de ces besoins aux côtés des usagers. Leur mission consistera de plus en plus à représenter et à défendre les patients face aux décisions politiques, locales ou provinciales et aux intérêts commerciaux. Dans cette perspective, la médecine de famille est, sans aucun doute, la médecine de l’avenir. Et l’avenir commence aujourd’hui.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable