Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

19. Instruments

Texte intégral

1Lorsque mon père m’emmenait en tournée, il emportait dans sa petite sacoche un stéthoscope, un appareil à tension, un marteau à réflexes, un otoscope (lampe destinée à examiner les tympans, mais aussi la bouche et les yeux) et une poignée de substances utilisables en cas d’urgence : diurétique, morphinique, trinitrine. Et, bien sûr, son carnet d’ordonnances, son tampon réglementaire et de quoi écrire.

2Quarante ans plus tard, ma « sacoche de docteur » n’était pas plus remplie. Même s’il m’arrivait de transporter dans le coffre de ma voiture une mallette pleine de médicaments et d’instruments divers, je ne m’en servais que rarement. J’avais appris que les patients attendent moins de recevoir médicaments et techniques d’exception que de bénéficier d’une présence et d’une attention soutenues, régulières, attentives et alertes.

3Beaucoup de médecins spécialisés voient leur appareillage devenir plus performant au fil des années. Ils découvrent chaque jour que la performance technologique a un prix : elle éloigne le regard de ce qu’on a sous le nez.

4Une patiente qui désire faire ôter son implant contraceptif entre dans mon bureau, désespérée. Le médecin qui a voulu le lui retirer n’a pas localisé le dispositif. Il l’a envoyée subir une échographie, qui ne l’a pas retrouvé. Il lui a ensuite fait passer une imagerie par résonance magnétique (IRM), qui n’a rien retrouvé non plus. En désespoir de cause, elle vient consulter dans mon unité. Pour la rassurer — car elle craint que l’implant n’ait été « avalé par les tissus » —, j’explique à la patiente qu’il est probablement toujours en place. L’IRM et les rayons X ne peuvent le localiser (il n’a pas une consistance « visible » par ces méthodes) et l’échographie est trop imprécise. Je lui demande dans quel bras il a été inséré, et dans quelle zone. Elle se rappelle que c’est dans le bras gauche, sans plus de précision. Or les instructions de pose recommandent au praticien d’insérer l’implant juste au-dessus du coude, dans la zone qui, le bras ballant, est en contact avec le corps. Elle me montre son bras gauche. Sur la peau, juste au-dessus du coude, je repère une minuscule cicatrice pâle, caractéristique de l’insertion. Je pose le bout du doigt sur la cicatrice, et je sens l’implant rouler sous la peau. Une courte anesthésie plus tard, l’implant est retiré.

5Lorsque des explorations sophistiquées prennent le pas sur des méthodes moins spectaculaires mais éprouvées — l’écoute et l’examen des patients —, elles ratent leur but. Et le coût en temps, dépenses matérielles, angoisses et souffrances est considérable.

6La médecine de famille semble défavorisée par son apparent manque d’outils technologiques de pointe. La réalité est tout autre. La pléthore technologique est un écran — et même, une forêt d’écrans — entre soignant et patient. Lorsque l’un et l’autre établissent ensemble une conduite à tenir, le recours à la technologie est plus avisé, moins oppressant, moins coûteux, moins dangereux. La fragmentation des recours aux spécialistes conduit les patients à surconsommer médicaments et tests, puisque chaque praticien prescrit les siens. Le médecin de famille, en revanche, est à même de contrer et, si possible, d’inverser cette inflation médicale en aidant les patients à hiérarchiser leurs besoins et à établir des priorités que diverses pressions (l’entourage, les médias, les médecins) leur ont fait perdre de vue. Pour cela, il n’a besoin que d’un seul instrument : un sens commun d’autant plus aigu qu’il est sans cesse régénéré par la réalité quotidienne.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable