Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

18. Fictions

Texte intégral

1J’ai commencé à écrire bien avant de devenir médecin. Dès les débuts de ma formation professionnelle, l’écriture — sous des formes très éloignées de l’écriture médicale formelle —, m’est apparue comme un outil indispensable de réflexion face à un enseignement et à des pratiques que je ne comprenais pas ou que j’avais du mal à faire miens.

2Bien après avoir commencé à exercer la médecine, j’ai publié des romans inspirés par ma pratique. Le premier, La vacation (1989), racontait l’activité d’un médecin pratiquant des avortements dans un centre hospitalier français. Le suivant, La maladie de Sachs (1998), décrivait le même personnage au sein de la petite communauté dans laquelle il était médecin de famille. Un troisième, Les trois médecins (2004), empruntait la trame épique des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas pour transposer mon expérience d’étudiant en médecine. Le plus récent, Le chœur des femmes (2009), est centré sur la relation d’apprentissage entre un médecin chevronné et un résident dans un centre de santé des femmes. Les quatre ont connu un grand succès de librairie en France, ont été traduits en plusieurs langues et m’ont valu de nombreux courriers aussi bien de soignants que d’usagers de la santé.

3J’avais choisi la forme romanesque par goût et parce qu’elle m’affranchirait, pensais-je, de toute suspicion autobiographique ou documentaire. J’ai découvert avec surprise que ces deux dimensions étaient précisément ce que les lecteurs de ces livres y avaient le plus apprécié.

4Au cours des vingt dernières années, de nombreuses universités anglophones ont créé des unités ou départements de « Medical Humanities », consacrés à l’étude des relations entre médecine, arts et sciences humaines. Les textes littéraires consacrés à la maladie sont un objet d’étude encore peu développé dans les universités francophones. Depuis toujours, des médecins publient des textes de littérature (poésie, romans, nouvelles, essais). Au xxe siècle, des médecins de famille tels A. J. Cronin (Royaume-Uni), William Carlos Williams (États-Unis), André Soubiran (France) ou Jacques Ferron (Québec) se sont faits connaître par des textes littéraires inspirés par leur expérience. Pour le grand public, et pour nombre de médecins conscients des relations entre la médecine et les arts, les liens entre médecine et littérature ne sont pas inattendus. Si le sujet central de toute littérature consiste à explorer et à rendre compte, sous une forme artistique, des émotions et comportements humains, comment s’étonner que les médecins écrivent de la littérature ? Ils devraient d’ailleurs être bien plus nombreux à le faire.

5Bien sûr, la littérature n’est pas la seule forme possible de transmission de l’expérience. Beaucoup de médecins publient des essais critiques ou polémiques, des livres pratiques, des récits autobiographiques. L’essai transmet des idées ; le document, des faits ; le témoignage, une expérience sensible.

6La fiction est cependant la forme la plus ancienne, la plus « naturelle », la plus transculturelle de transmission de l’expérience. Elle combine réflexion, description factuelle avec expérience vécue, sans privilégier l’une plutôt que les autres, en optant pour une approche esthétique. Traditionnellement considérés comme « populaires » (et, pour le monde des sciences, comme « moins sérieux » que l’essai), le roman et la nouvelle m’apparaissent cependant comme les formes les plus prometteuses de transmission de l’expérience médicale. La popularité et l’impact des œuvres romanesques écrites par des médecins, en particulier dans le monde anglophone, ne peuvent que conforter cette idée.

7Au printemps 2000, un article paru dans la revue Literature and Medicine, « Telling Stories : The Health Benefits of Narrative », attira mon attention sur James W. Pennebaker, psychologue américain de l’Université du Texas à Austin. De nombreux articles disponibles sur sa page institutionnelle rendent compte de ses travaux, qui portent sur les bénéfices psychologiques de l’écriture personnelle. Si le fait de coucher sur le papier le récit d’une expérience négative a, comme le montre Pennebaker, des effets bénéfiques pour celui qui l’a subie, on peut penser qu’il en va de même pour les soignants habités par des dilemmes intérieurs.

8J’ai organisé en 2011 au Centre de recherches en éthique de l’Université de Montréal un atelier expérimental « Éthique et fiction », qui réunissait des chercheurs en bioéthique d’origines diverses (soignants, enseignants et patients). À partir de situations réelles soulevant des questions éthiques, les participants rédigeaient une courte nouvelle, une lettre, un dialogue, un conte et soumettaient ce texte au reste du groupe. La variété des textes ainsi produits reflétait non seulement la diversité des points de vue, mais aussi la complexité et les nuances d’une situation qui, dans un livre consacré à l’éthique, aurait donné lieu à une énumération d’hypothèses toutes présentées comme équivalentes. La fiction permet une approche plus libre (en littérature, toutes les formes sont permises, de la poésie au récit fantastique) et plus audacieuse (le « politiquement correct » n’est pas de mise), et, par la juxtaposition des textes, elle offre un panorama plus nuancé, multidimensionnel de la situation traitée.

9Toutes ces expériences ont conforté ma conviction que lecture et écriture de fiction méritent d’occuper une place concrète, vivante, aux côtés de la lecture critique et de l’écriture scientifique, dans toutes les formations et professions soignantes. Elles contribueraient à une meilleure connaissance des dimensions émotionnelles des soins dans la vie des soignants comme dans celle des patients.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable