Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

17. Écritures

Texte intégral

1Il n’y a rien de surprenant à ce que les médecins écrivent: ils apprennent leur métier dans des livres et des articles scientifiques rédigés par leurs aînés ou leurs pairs. Ils sont appelés à transmettre par écrit des informations de toutes sortes: le compte rendu d’une consultation, les résultats d’un travail de recherche, ou le mémoire final d’un cycle de formation supérieure. Ce qui est surprenant, en revanche, c’est de constater que beaucoup de médecins n’écrivent pas. À l’heure où Internet et le courriel sont omniprésents dans la vie de tous les citoyens, les réserves du corps médical à l’égard des outils électroniques, passerelles de communication et vecteurs de leur expérience, sont singulières.

2Bien sûr, la transcription de l’expérience médicale soulève de multiples questions éthiques, parmi lesquelles la confidentialité occupe une place centrale. Mais il ne se passe pas de jour sans qu’un médecin décrive à la radio le profil psychiatrique d’une personne soupçonnée d’un crime sexuel, s’exprime à la télévision sur le cancer d’une personnalité publique ou critique dans une lettre à la presse, témoignages de patients à l’appui, la politique de santé de son gouvernement. La notion de confidentialité, à l’heure des blogues de malades et des forums d’échange d’informations entre patients, mériterait donc qu’on la reformule au lieu de la brandir comme une barrière (faussement) absolue.

3Il me semble, de toute manière, que l’une des obligations des médecins consiste à lutter contre les idées reçues, l’obscurantisme, la désinformation. À cet égard, Internet n’est pas l’ennemi du savoir, mais son meilleur allié. L’on voit, de fait, nombre de médecins créer des sites Web pour présenter leurs activités et informer les patients sur les interventions ou explorations qu’ils proposent dans leur pratique hospitalière publique ou privée. D’autres collaborent activement aux sites d’associations de patients souffrant des maladies dont ils sont les spécialistes, ce qui ne manque pas de soulever encore d’autres questions éthiques.

4Mais, dans ce domaine, les médecins de famille ont, pour leur part, encore beaucoup à faire et à inventer — à commencer par un site d’information financé par les deniers publics où apparaîtraient des contributions multidisciplinaires consacrées aux soins primaires et auquel collaboreraient non seulement les médecins de famille, mais tous les autres professionnels de soins primaires, et les patients les plus engagés dans une éducation et une promotion sanitaire équitables, critiques et indépendantes. Une sorte d’encyclopédie pratique de la santé au jour le jour, alimentée en temps réel par celles et ceux qui, en tant que professionnels ou en tant qu’usagers, œuvrent sur le terrain.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable