Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

16. Partages

Texte intégral

1Pour avoir exercé seul en milieu rural entre 1983 et 1993, et en équipe à l’hôpital entre 1983 et 2008, j’ai pu apprécier combien le fait d’accueillir en consultation, avec l’accord des patients, un médecin en formation est riche d’enseignements et d’ouverture pour tous les protagonistes. Pour le patient, la présence de l’étudiant est l’occasion de donner à la consultation une profondeur nouvelle; pour le praticien, les échanges entre patient et étudiant sont une mise en perspective bienvenue, éclairante; pour le médecin en formation, c’est l’occasion de découvrir que le principal outil diagnostique est l’écoute et le premier traitement, le médecin lui-même.

2À l’hôpital, lieu d’apprentissage traditionnel de leur métier, les médecins en formation sont en permanence dans une situation de confrontation, de compétition, voire de conflit, non seulement avec eux-mêmes mais aussi avec leurs condisciples, les autres soignants, les structures administratives et souvent, aussi, les patients et leur famille. La multiplicité des personnes et des contraintes accentue le stress et ne contribue pas à l’acquisition sereine du savoir. L’apprentissage en médecine familiale est à l’opposé de cette situation. Pour l’étudiant, le caractère compétitif spécifique à de nombreuses situations hospitalières est absent. Pour le médecin, l’accent est mis sur le partage et la transmission du savoir et non sur la «rentabilité» de l’activité. Au lieu de se sentir assigné à un lit tandis qu’une équipe s’affaire et discute autour de lui, le patient se sent le participant actif d’une interaction qui est aussi un apprentissage.

3Les gratifications de la pratique en médecine de famille ne se résument pas à l’enseignement. Elles proviennent aussi des perspectives de recherche, elles aussi très vastes. Par la diversité des situations qui lui sont présentées, le médecin de famille est confronté aux innombrables questions de santé que les spécialités hospitalières, trop étroitement focalisées, ne peuvent pas appréhender. Il est en première ligne pour repérer les problèmes de santé liés à l’environnement (allergies respiratoires), au travail (maladies professionnelles), aux conditions socioéconomiques (alcoolisme, toxicomanie); il est le mieux placé pour attirer sur eux l’attention des pouvoirs publics ou de chercheurs spécialisés. Son activité de recherche peut également porter sur une activité spécifique, une orientation personnelle.

  • 5 Bien que des implants aient été utilisés au Canada, ce dispositif précis (Implanon), formé d’un ré (...)

4Ici encore, je me permettrai de citer mon expérience. Au cours de mes vingt années de pratique en centre de planification (contraception, interruption de grossesse, sexualité, gynécologie courante), j’ai eu plusieurs occasions de voir apparaître de nouvelles méthodes contraceptives. L’une d’elles, l’implant sous-cutané5, déjà utilisée dans de nombreux pays, n’a été mise sur le marché français qu’en 2001. Son utilisation (pose et retrait) est très simple, et je fus l’un des premiers praticiens de mon département à en acquérir la technique et à la proposer aux personnes intéressées.

5Les patientes, par principe, choisissaient leur contraception librement parmi toutes les méthodes, en tenant compte avant tout de leurs besoins, de leurs valeurs, de leurs attentes et de leurs craintes. Mais, comme c’est fréquent lors de l’apparition d’une méthode nouvelle, les utilisatrices d’implant, rares au début, se firent plus nombreuses à mesure qu’un nombre croissant d’articles de presse faisait l’apologie de cette méthode. Toute méthode contraceptive étant susceptible d’être employée plusieurs mois ou années, il importe de bien informer leurs utilisatrices sur les effets possibles à moyen ou long terme. Or les effets indésirables de l’implant n’étaient que succinctement décrits dans les documents du fabricant, et les réponses à un certain nombre de questions pratiques manquaient.

6Chaque fois que la méthode était choisie par une patiente, je notais systématiquement tous les effets indésirables rapportés par elle, afin d’en tirer des enseignements pour les utilisatrices futures. Cette enquête a fait apparaître que certaines femmes étaient plus exposées que d’autres à des effets secondaires hormonaux de l’implant.

7Ainsi, les patientes ayant pris beaucoup de poids (entre 15 et 20 kilos) lors d’au moins une grossesse antérieure sont susceptibles d’en prendre beaucoup avec un implant, car il reproduit l’état hormonal de la grossesse; celles qui ont souffert d’acné dans leur adolescence risquent de le voir réapparaître sous l’effet de l’hormone contenue dans le dispositif; et les femmes qui ont constaté une nette baisse de leur désir sexuel pendant leurs grossesses ou lors de l’utilisation antérieure d’une autre contraception hormonale risquent d’éprouver le même phénomène.

8Au bout de cinq années de relevés systématiques, devant de nouvelles demandes de contraception par implant, j’étais en mesure d’apporter des précisions sur sa tolérance qui ne figuraient pas dans la documentation, de permettre aux patientes un choix plus éclairé, qui tienne compte de leurs antécédents personnels, et, de ce fait, de nuancer grandement les dithyrambes de la presse grand public.

9Cet exemple anecdotique n’est qu’une petite illustration des possibilités d’un champ d’investigation immense, mais il souligne sa principale caractéristique: la recherche en médecine de famille donne le meilleur d’elle-même lorsqu’elle est guidée par les observations et les interrogations des patients et y répond de manière concrète et pratique.

Notes

5 Bien que des implants aient été utilisés au Canada, ce dispositif précis (Implanon), formé d’un réservoir d’hormone de la taille d’une allumette, inséré sous la peau et procurant une contraception efficace pendant trois ans, est commercialisé dans de nombreux pays d’Europe depuis une dizaine d’années, mais ne l’était pas au Québec en 2011.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540