Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

15. Emploi du temps

Texte intégral

1Outre qu’elle enseigne le caractère contre-productif des jugements et des rapports de force, la formation Balint éclaire les soignants sur la valeur du temps qui passe. Dans un souci de bien faire et d’équité, beaucoup de praticiens limitent leurs consultations à une durée fixe ; ils ont beaucoup de patients à voir, et consacrer plus de temps à un patient plutôt qu’aux autres leur semble un manquement à leurs obligations.

2Or cette manière de voir les choses est, elle aussi, inadaptée et contre-productive. Le temps est une denrée arbitraire dont les qualités sont éminemment subjectives et varient d’une personne à une autre, d’une situation à une autre.

3En médecine hospitalière, les médecins ont toujours le sentiment de manquer de temps. Cette appréciation est étroitement liée aux conditions matérielles : « Entre deux patients qui se présentent aux urgences, lequel nécessite les soins les plus urgents, puisque je ne peux pas m’occuper des deux en même temps ? » Ou : « Si je veux faire opérer ce patient, ou le mettre en réanimation, y a-t-il de la place dans le service considéré ? » Ou : « Combien de patients dois-je encore voir avant d’aller prendre du repos ? » Ou encore : « Si je ne me consacre pas entièrement à ce patient pour traiter sa maladie ou stabiliser son état, il va mourir. » Souvent, le médecin hospitalier doit prendre des décisions rapides, en un temps relativement court, qu’il doit s’efforcer de ne pas prolonger.

4En médecine de famille — lorsque l’accès au médecin se fait dans des délais raisonnables —, les choses sont très différentes. Le plus souvent, les patients ne consultent pas leur médecin de famille pour des motifs urgents. Ils ont souvent attendu plusieurs jours ou semaines avant de se décider à consulter ; ils sont pressés de parler au médecin et ils sont déterminés à livrer beaucoup d’informations pour l’éclairer sur leur état et son évolution récente ! Cependant, les patients ont toujours le sentiment que le médecin ne leur accorde pas assez de temps pendant les consultations ; de même, les médecins ont souvent l’impression que les patients mettent trop de temps à (re)venir les voir.

5Alors que le médecin hospitalier, qui peut ne jamais revoir un patient, tient parfois à avoir « tout résolu » très vite, le médecin de famille « a le temps », car il est le plus souvent assuré d’une continuité dans les soins. Le temps qui passe est un allié précieux pour lui : il montre que beaucoup de maladies infectieuses, d’origine virale, guérissent spontanément, et avec peu ou pas de traitement ; il permet d’assurer qu’un malaise survenu une seule fois et jamais renouvelé jusqu’au moment de la consultation est probablement bénin et sans lendemain ; il aide patients et médecins à distinguer entre ce qui est inquiétant et ce qui ne l’est pas, en facilitant une distance critique.

6« Tout cela est bel et bon, déclarent beaucoup de patients, en particulier au Québec, mais ici, nous manquons de médecins de famille, et ceux qui exercent sont surchargés et disent qu’ils n’ont pas le temps d’entendre nos plaintes et de répondre à nos questions. » Tandis que les médecins eux-mêmes ajoutent : « Ce n’est pas à nous de nous rendre disponibles au-delà de nos limites, mais au système de santé de former les médecins nécessaires aux besoins de la population. »

7Bien sûr, le manque de praticiens, les tâches administratives, les obligations d’activité à l’hôpital et l’indispensable formation permanente sont des contraintes chronophages. Néanmoins, une analyse soigneuse des pratiques permet de s’organiser autrement et, malgré le manque (relatif) de temps, d’améliorer la qualité des soins ; celle-ci, en effet, ne dépend pas seulement du temps écoulé, mais surtout de son contenu.

  • 1 J. N. Blau, «Time to Let the Patient Speak», British Medical Journal, 7 janvier 1989.

8Ainsi, dès la fin des années 1980, des praticiens britanniques1 montraient que le simple fait d’écouter les patients exposer leurs plaintes sans les interrompre n’allongeait pas le temps moyen de la consultation, mais leur donnait un plus grand sentiment de satisfaction à la sortie du bureau de consultation ! Ils soulignaient ainsi la place importante qu’occupent les échanges dans la relation de soins. Pendant les vingt années qui ont suivi, la réflexion sur ce point n’a fait que progresser et elle donne naissance, aujourd’hui, à des pratiques différentes. Le 15 juin 2009, un passionnant article d’Atul Gawande dans le magazine The New Yorker, « The Cost Conundrum », montrait que le coût des soins variait selon le lieu d’exercice des médecins. Lorsque les praticiens soignent des patients aisés dotés d’assurances, les soins (consultations spécialisées, examens sophistiqués) sont plus coûteux que dans les villes où les patients sont moins aisés… Mais le résultat n’est pas meilleur. Au contraire, la multiplication des examens et interventions accentue le risque d’accidents iatrogènes (dus à l’activité médicale). Il semble clair qu’en médecine comme dans d’autres domaines l’expression Less is more soit de plus en plus appropriée. De fait, un article de Julie Weed, « If all Doctors Had More Time to Listen », paru à la même époque dans The New York Times (6 juin 2009), décrivait comment des médecins de famille américains ont choisi de réduire le nombre de consultations, d’augmenter leur durée moyenne et de favoriser d’autres modes de communication avec leurs patients, comme le téléphone et Internet, améliorant ainsi non seulement la qualité des soins, mais leurs propres conditions de travail.

  • 2 H. Sing et al., «Older Patients’ Enthusiasm to Use Electronic Mail to Communicate with Their Physi (...)

9Cela n’est pas très surprenant. En médecine de famille plus encore que dans d’autres spécialités, une grande partie de l’interaction entre médecins et patients consiste à échanger des informations, ce qui peut être fait sans contact physique, mais par une conversation téléphonique (ou vidéophonique) ou par courriel. La présence physique du médecin n’est nécessaire que lorsque celui-ci doit examiner le patient. Or l’une des doléances actuelles de beaucoup de patients au Québec réside dans le fait que souvent les médecins ne les examinent plus : ils les envoient passer des tests. En France, à l’inverse, des patients reprochent aux médecins de passer plus de temps à les faire déshabiller et à leur imposer des gestes inutiles (examen gynécologique systématique, par exemple) plutôt qu’à les écouter ! Faut-il de plus souligner qu’aujourd’hui les ordinateurs sont bien plus nombreux que les médecins de famille, et que toute personne qui dispose d’un accès Internet se tournera d’abord vers son écran pour répondre aux questions de santé qu’elle se pose ? Toujours en 2009, une enquête montrait que beaucoup de patients âgés accueillaient avec enthousiasme la perspective de pouvoir communiquer avec leur médecin via courriel2.

10Il serait donc légitime — et utile — pour médecins et patients de repenser la relation de soins et de l’organiser autrement, en fonction du type d’interaction dont le patient a besoin : des moments pour les consultations qui nécessitent une présence physique ; certains, autrement répartis, pour ce qui est des échanges d’information.

11Cette réinvention des pratiques n’est pas seulement un vœu pieux : réorganiser le temps de travail aurait pour effet d’améliorer grandement les conditions d’exercice des médecins de famille, de s’appuyer sur les formes nouvelles de communication utilisées par la population et de proposer aux médecins en formation un autre modèle d’exercice, plus positif et plus attrayant. Pour remplir aujourd’hui son rôle dans la Cité, le médecin ne doit pas seulement abandonner le paternalisme, il se doit aussi de repenser son exercice sur la base du partage.

Notes

1 J. N. Blau, «Time to Let the Patient Speak», British Medical Journal, 7 janvier 1989.

2 H. Sing et al., «Older Patients’ Enthusiasm to Use Electronic Mail to Communicate with Their Physicians: Cross-Sectional Survey», Journal of Internet Medical Research, 16 juin 2009.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable