Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

14. Attitude

Texte intégral

1En changeant de posture, je change aussi d’attitude. J’accepte de ne pas tout savoir et de ne pas nécessairement avoir de réponse à toutes les questions. J’accepte aussi de ne pas tout connaître du patient qui se trouve devant moi. Car je comprends qu’il ne me livrera pas tout de lui, pas tout de suite. Et peut-être jamais. Il attend implicitement que je le reçoive et mette mon savoir et mon savoir-faire à sa disposition sans le juger.

2C’est précisément sur ce dernier point que la pratique du Balint entraîne le changement le plus considérable. Le soignant, peu à peu, apprend à ne plus porter de jugements sur les patients, leurs sentiments, leurs actes, leurs confidences, leurs mensonges ou leurs omissions. Car le succès de la relation de soins ne réside pas dans les appréciations et décisions du médecin, mais dans les choix éclairés que le patient opère pour lui-même. Ces choix ne peuvent être éclairés, et donc libres, que si le médecin abdique le désir de « prendre le pouvoir » ou de « guider » le patient vers ce qui lui semble « le bon choix ». Le seul « bon » choix est celui que le patient fait en connaissance de cause, en accord avec ses valeurs propres.

3Une anecdote, que racontait l’un de mes professeurs de médecine, chirurgien urologue, me semble illustrer parfaitement cette problématique.

4Il avait fait le diagnostic de cancer de la vessie chez un patient d’une cinquantaine d’années. Le patient lui demandait quels étaient les traitements possibles. L’urologue avait répondu qu’il y en avait essentiellement deux : la chirurgie consistait à retirer la vessie, ce qui aurait pour conséquence que le patient devrait porter une poche à urine sur le ventre jusqu’à la fin de sa vie ; la radiothérapie lui permettrait de continuer à uriner par les voies naturelles, mais le résultat en termes de survie était un peu moins bon que la chirurgie, et toute chirurgie ultérieure était impossible en raison des effets des rayons sur les organes environnants. Après avoir pesé le pour et le contre des deux options, le patient avait alors déclaré : « Je veux continuer à uriner normalement, je choisis la radiothérapie. »

5Cette attitude semble « normale », aujourd’hui, dans un pays comme le Canada. En France, pendant les années 1970, elle tranchait franchement sur l’attitude paternaliste de la majorité des médecins.

6Si le paternalisme était autrefois profondément ancré dans les différences de classe et d’éducation, il découle plutôt, chez les médecins de nos jours, du désir « apostolique » de faire le bien et de la crainte que le patient refuse de « bien se (faire) soigner ».

7Ce que révèle un groupe Balint, c’est que même les maladies les plus graves, même les situations les plus dramatiques sont toujours mieux vécues par les patients (et leur famille) qui, avec le soutien de leur médecin, sont restés maîtres de leurs décisions et de leurs choix. La défiance envers le médecin ne provient pas, le plus souvent, de son « incompétence », mais du sentiment qu’il n’a pas respecté les valeurs du patient ou, simplement, qu’il n’a pas voulu les entendre.

8Une femme était venue me consulter, très angoissée, parce qu’on avait trouvé une tumeur du sein à sa mère, âgée de plus de soixante-dix ans. Convaincu qu’il s’agissait d’un cancer, son médecin avait insisté pour la faire opérer ; la malade avait refusé ; s’en était suivi un bras de fer dont tous deux étaient sortis perdants : la malade ne voulait plus voir ce médecin, ni aucun autre. Sa fille me demandait si je pourrais la convaincre de se faire soigner.

9Je commençai d’abord par dire que je n’avais nulle autorité pour la convaincre de faire quoi que ce soit. Elle était libre de se faire soigner ou non. Mais, pour rassurer sa fille, j’ajoutai qu’un cancer à soixante-dix ans n’évolue pas du tout à la même vitesse qu’à quarante-cinq et que de nombreux cancers mettent de longues années à se manifester. Que s’il avait été découvert par hasard, cela signifiait qu’il évoluait très lentement. La patiente avait certainement des questions à poser. Son médecin avait voulu bien faire, et l’attachement qu’il avait pour cette patiente âgée avait pu troubler son jugement et l’amener à raidir son attitude, par peur de la voir mourir sans avoir pu la soigner. Pour elle, ne plus avoir de médecin, c’était se priver de réponses. Je proposai, si elle le voulait, de répondre à ses questions. Encouragée par sa fille, la patiente vint me voir. Je lui expliquai qu’une intervention n’était pas une obligation, mais que, si elle voulait avoir une bonne qualité de vie, il pouvait être utile, d’abord, de s’assurer qu’il s’agissait bien d’un cancer (ça n’avait pas été confirmé) ; ensuite, seulement, d’envisager et, éventuellement, de choisir un traitement. Je réaffirmai que l’absence de traitement était une option parfaitement légitime et respectable, s’agissant d’une patiente adulte et autonome.

10La patiente décida d’aller voir un spécialiste (lui aussi membre d’un groupe Balint…), qui confirma le diagnostic de cancer et, après lui avoir exposé toutes les options, lui prescrivit simplement, à sa demande, un traitement hormonal destiné à ralentir la croissance de la tumeur et une surveillance annuelle. Elle vécut confortablement et mourut, plusieurs années après, d’une affection sans rapport avec sa tumeur.

11Avant d’avoir participé à un groupe Balint, j’aurais été pétri d’angoisse, et mon attitude aurait probablement été proche de celle de son médecin antérieur. J’aurais perdu toute chance non seulement de poursuivre une relation de confiance avec elle, mais de l’aider à faire le choix le plus approprié à ses yeux et de l’accompagner dans ce choix.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540