Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

13. Posture

Texte intégral

1Pour un médecin de famille, la participation à un groupe Balint permet, face à la complexité des relations qui se tissent entre lui et l’entourage de ses patients, de ne pas s’y empêtrer. Pour les patients, c’est une bénédiction.

2Au fil des mois et des séances, le changement qui s’opère en moi est — pour reprendre les termes de Michael Balint — « limité, mais considérable ». Car il ne porte ni sur mes aptitudes, ni sur mon savoir, mais sur un élément bien plus essentiel.

3Ma posture de soignant se modifie. Je me défais progressivement de ma « fonction apostolique ». Au lieu de compenser mon sentiment d’insécurité par des comportements tantôt inquisiteurs, tantôt hyperinterventionnistes, je lâche prise. Les paroles des patients ne m’apparaissent plus comme des descriptions exactes, mais comme une transposition, une mise en mots de ce qu’ils vivent. Je n’ai pas besoin de prendre ces mots à la lettre : ce sont des mots, et non des descriptions cliniques. Je n’ai pas en à chercher le sens caché : s’il en est un, je ne le connais pas mieux qu’eux. Mais je peux m’appliquer à entendre les émotions qui pointent derrière les symptômes ou les paroles. Si je ne peux pas donner d’explication aux symptômes, je peux aider le patient à en évaluer l’impact et les conséquences. Mes priorités changent : ce qui est urgent n’est pas de faire un diagnostic ou de prescrire un traitement, c’est d’aider le patient à prendre la mesure de ce qui le fait souffrir et à choisir la solution qui lui semble la plus appropriée.

4L’une des choses les plus importantes que l’on apprend dans un groupe Balint est de réfléchir à deux fois avant de poser des questions, surtout si ces questions font partie d’un « protocole » bien rodé, acquis pendant ses études et destiné à être aussi « exhaustif » que possible. « Quand on pose des questions, on n’obtient que des réponses », disent les vieux Balintiens. Le médecin qui pose une question n’est pas n’importe quelle personne qui interroge. C’est une figure sacrée, et ses questions ne sont jamais anodines. Elles sont susceptibles, dans un contexte émotionnel complexe, d’induire des réponses qui ont toutes les raisons d’être défensives et fausses, voire de bloquer toute communication.

5Une adolescente de quatorze ans entre dans le bureau d’un jeune médecin de famille, qui ne l’a jamais vue auparavant. Très intimidée, très tendue, elle demande une contraception. Désireux de bien faire, mais surpris par la demande de la jeune fille, le médecin lui demande : « Avez-vous déjà eu des relations sexuelles ? » et, pour toute réponse, obtient… un mur de silence. Vingt minutes plus tard, la jeune fille n’a toujours pas ouvert la bouche et le jeune médecin, impuissant, la reconduit à sa porte. Quelques semaines plus tard, alors qu’il se trouve au centre d’interruption de grossesse de la ville, il aperçoit la jeune fille, qui vient de subir un avortement. Sans savoir que le praticien la connaît, l’infirmière qui a assisté à l’intervention lui confie : « Ça ne serait pas arrivé si le jeune crétin à qui elle est allée demander la pilule s’était mêlé de ce qui le regarde. Il lui a demandé si elle avait des relations sexuelles, cet idiot. Il aurait mieux fait de se taire ! » Surpris et glacé, le praticien s’étonne. « Il a eu tort de lui poser la question ? »

6« Ah, ça oui ! Bien sûr qu’elle en avait des rapports sexuels ! C’est pour ça qu’elle voulait la pilule ! Mais elle en avait avec son oncle, qui se glissait dans sa chambre toutes les nuits pour la violer. Elle ne voulait pas être enceinte, mais elle était incapable d’en parler. Quand le médecin lui a posé la question, elle n’a plus été capable de dire un mot. Et elle n’est pas allée voir un autre médecin pour demander une contraception : elle avait trop peur que ça se reproduise ! »

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540