Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

12. Formation

Texte intégral

1Pour faire face aux frustrations qui naissent de mes confrontations infructueuses avec des patients que je me sens incapable de cerner, il me faut chercher des réponses ailleurs que dans les traités de médecine. Je relis La consultation de Norbert Bensaïd et je me plonge dans Le médecin, son malade et la maladie, l’ouvrage fondateur du psychiatre Michael Balint.

2Cette lecture est une illumination. J’y apprends que face à « leurs » patients, l’immense majorité des soignants ont les mêmes peurs, les mêmes blocages, la même volonté de bien faire, le même sentiment de culpabilité, la même obsession de devoir assumer ce que Balint nomme leur « fonction apostolique » : convaincre leurs patients d’adhérer à leur foi en la médecine (et de suivre leurs prescriptions) ; prouver à l’univers entier (et d’abord à eux-mêmes) qu’ils sont bienveillants, avisés et puissants.

3Pour aider les soignants à surmonter ces difficultés, Balint a inventé des « groupes » de parole qui réunissent une dizaine de professionnels autour d’un « leader », animateur formé spécialement.

4À chaque séance, le « leader » invite les participants à raconter un « cas ». Un volontaire prend la parole. Il ne fait pas la description « clinique » d’un patient, mais le récit de leurs rencontres, de leurs échanges — autrement dit : de leur relation. Il ne cherche pas des conseils techniques, mais attend du groupe qu’il l’aide à comprendre « ce qui cloche » entre le patient et lui : il ne parvient pas à entendre ce que le patient lui demande ; il a le sentiment que celui-ci est sourd à ses explications, à ses conseils, à ses prescriptions ; il se sent « mis en échec » par l’attitude du patient face à son désir sincère de lui faire du bien.

5À mesure que le médecin énonce son récit, ses collègues lui font préciser les événements, éclairer les zones d’ombre, dire le fond de sa pensée. Le « travail » effectué porte sur le récit proprement dit : effort de mémoire, de construction et d’énonciation pour le « récitant » ; effort de reconstitution pour le groupe. Il porte aussi sur les réactions que ce récit suscite, sur les multiples pistes et l’analyse commune qui est faite du « cas » — dont l’élément important n’est ni le patient, ni le médecin, mais ce qui les relie.

6Pendant une séance, le narrateur se retrouve face au groupe dans la position du patient face au médecin : ce qu’il ressent est complexe, il aspire à se faire comprendre. De son côté, le reste du groupe réalise combien il est facile d’empêcher quelqu’un de s’exprimer. Tous apprennent à repenser les interactions avec les patients. Modérés par le « leader », qui s’assure que le groupe ne « maltraite » pas le récitant, les participants apprennent peu à peu à devenir « aidants », en énonçant leurs interrogations à la première personne (« J’ai le sentiment que tu es très attaché à ce patient / que ce patient t’irrite beaucoup… ») plutôt que sous la forme d’affirmations, en formulant leurs idées sous forme de suggestions et non de conseils (« Penses-tu que tu pourrais lui proposer telle ou telle chose ? ») et en soulignant qu’ils reconnaissent les sentiments exprimés dans le récit (« Je suis comme toi, dans ma clientèle, il y a un patient qui, chaque fois que je le vois, me donne envie de le jeter par la fenêtre… »).

7Une séance de groupe Balint n’apporte pas de réponse, elle ne fait pas de diagnostic, elle n’est pas une confession suivie d’une absolution ou de conseils de comportement ; c’est l’examen collectif d’une situation multidimensionnelle et l’éclairage, par chacun, de facettes jusqu’alors invisibles. Le plus remarquable est qu’il n’est pas nécessaire de raconter un cas pour tirer bénéfice du partage. Tout participant d’un groupe constate que les cas racontés par ses collègues résonnent très fortement avec ceux qui le préoccupent. Le travail du groupe apporte des éclairages à tous, et chacun repart vers sa pratique profondément enrichi et gratifié par la réflexion collective.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable