Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

11. Confusions

Texte intégral

1Les professions de la santé sont des métiers de relation. Ce qui se tisse entre soignants et patients est un réseau de liens, plus ou moins étroits, mais toujours réels. Ces liens sont sous-tendus par des émotions puissantes.

2Le plus souvent, lorsqu’il apprend son métier, le médecin en formation est invité à s’abstraire de ses émotions pour regarder les malades d’une manière « neutre et bienveillante ». Or c’est impossible. Tout soignant éprouve de la sympathie ou de l’antipathie, du désir ou du dégoût, de l’indifférence ou de l’intérêt pour les patients. Il ne mesure pas la portée de ces émotions plus clairement en situation professionnelle que dans sa vie privée.

  • 1 Le livre de Jonah Lehrer, How We Decide (New York, Houghton Mifflin Harcourt, 2009) décrit avec li (...)

3Aujourd’hui, les neuropsychologues soulignent que toute pensée humaine est d’abord de l’émotion, ensuite un acte ou une pensée réactive et, en troisième lieu seulement, une rationalisation a posteriori1. Lorsque les soignants débordent d’empathie pour tel patient et restent froids aux souffrances de tel autre, ce n’est pas pour des raisons « objectives », mais parce qu’ils sont, comme tout être humain, le jouet de leurs émotions. Beaucoup de comportements médicaux inappropriés résultent de ce que les soignants mésestiment les émotions que les patients déclenchent en eux ! Lorsqu’ils en prennent conscience, ils sont si désarmés pour faire face à cette idée qu’ils sont conduits à les passer sous silence, ce qui est la plus sûre manière d’en souffrir.

4Au fil de mes premières années d’exercice, je réalise que mon attitude inquisitrice envers certains patients et trop empathique envers certains autres est inappropriée.

5D’une part, j’ai omis de prendre les plaintes au premier degré. Or, comme le disait Freud lui-même, « Parfois, un cigare est juste un cigare. » De fait, les maux de ventre de ce patient n’étaient pas dus à sa dépression à la mort de son père, mais à… un ténia. La toux de cet enfant n’était pas due à son refus d’aller à l’école, mais à… une sinusite. Quant aux bouffées de chaleur de cette femme, elles n’étaient pas dues à la crainte de perdre son travail, mais à… sa ménopause.

6D’autre part, j’ai oublié que les plaintes les plus aiguës ne sont pas nécessairement la conséquence d’une maladie grave. Un petit nombre de patients expriment de manière spectaculaire un trouble… de la personnalité, qu’il est quasi impossible de prendre en charge — voire d’identifier — quand on est un médecin inexpérimenté.

7En discutant avec l’équipe pluridisciplinaire qui s’occupait d’elle depuis longtemps, j’ai appris que Madame V. n’avait pas de maladie physique, mais une personnalité complexe. En faisant appel à mes soins, elle avait déclenché mes réflexes de « sauveur », et c’est exactement ce qu’elle voulait. Mes efforts me semblaient vains — mais comment aurait-il pu en être autrement ? Elle ne voulait pas que je la guérisse. Elle voulait que je continue à m’occuper d’elle. Indéfiniment.

Notes

1 Le livre de Jonah Lehrer, How We Decide (New York, Houghton Mifflin Harcourt, 2009) décrit avec limpidité ces phénomènes. (En français : Faire le bon choix, Comment notre cerveau prend ses décisions, Paris, Laffont, 2011.)

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable