Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

8. Terrain

Texte intégral

1La médecine de famille est une pratique de terrain et, comme dans beaucoup de disciplines, la carte n’est pas le territoire — la pratique est très différente de ce qu’enseigne la théorie.

2Les maladies enseignées aux étudiants ont longtemps été décrites et répertoriées dans l’espace clos de l’hôpital. C’est là qu’on en a d’abord énuméré les symptômes, fixé — parfois de manière très rigide — les complications et édicté les traitements.

3Dans la vie courante, le jeune praticien découvre que le corps humain ne s’exprime pas volontiers de manière mesurable et étalonnable. Les symptômes sont moins marqués, plus vagues, plus incertains que dans les livres. Les maladies n’évoluent pas de la même manière chez tous les patients. Les traitements ne sont pas toujours tolérés de manière identique. Surtout, toutes les personnes malades n’ont pas besoin de médecin : d’une part, parce que beaucoup de maladies (infectieuses, en particulier) guérissent sans traitement ; d’autre part, parce que les patients ne consultent pas toujours un médecin parce qu’ils sont malades. On peut donc très bien connaître l’anatomie et la physiologie, mais ne rien comprendre aux raisons pour lesquelles un homme ou une femme souffre. Cela, beaucoup de patients (ou de personnes en bonne santé) le savent, mais les jeunes médecins ont du mal à le concevoir.

4Cette réalité peut inquiéter, mais elle a une facette extrêmement positive. Ce que le médecin ignore, les patients le lui enseignent. Au fil de leur pratique, les médecins de famille découvrent que chaque patient, chaque famille détient une expérience unique, irremplaçable, communicable à celui qui veut bien l’écouter.

5De ce savoir empirique, acquis au fil des années, les familles font profiter aussi bien leurs cadettes… que les jeunes médecins. Car si tous les patients n’ont pas la même lucidité, le même talent pour repérer ce qui est menaçant et ce qui ne l’est pas, les médecins peuvent — et doivent — apprendre à reconnaître les « cliniciens naturels », et les écouter.

6Une anecdote parmi des dizaines d’autres : un jour, une mère de famille m’amène sa fille, âgée de douze ans, qui souffre « un tout petit peu » du ventre. L’enfant a vomi une fois, quelques heures plus tôt, mais elle est calme, souriante, et fait à peine la grimace quand je lui palpe l’abdomen. J’élimine l’appendicite en disant que les symptômes ne sont pas assez francs. La mère secoue la tête calmement, avec le même sourire que sa fille et dit : « Je vous crois, Docteur, mais quand son frère aîné a fait l’appendicite, c’était pareil. Il a vomi une fois. Il avait un tout petit peu mal, et c’est tout. » J’aurais pu faire confiance à ce que j’avais appris dans les livres et à mon propre sens clinique. Un regard m’a suffi pour comprendre que la mère ne cherchait pas à m’apprendre mon métier, mais à me communiquer une intuition. J’ai adressé la jeune malade à un chirurgien. Elle souffrait d’un abcès de l’appendice, dont les symptômes initiaux étaient très discrets, mais qui aurait entraîné des complications graves si l’enfant n’avait pas été opérée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540