Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

7. Contact

Texte intégral

1Je n’ai pas encore trente ans et j’ouvre un cabinet médical dans un village français de 1500 habitants. Nous sommes en 1983, dans le département de la Sarthe, à 200 kilomètres à l’ouest de Paris.

2Le village dans lequel j’exerce est en expansion. Beaucoup de jeunes couples quittent leur petit appartement du Mans, à quinze kilomètres de là, pour s’installer « à la campagne » — plus prosaïquement, dans l’un des pavillons individuels d’une zone résidentielle en construction. Heureuse à l’idée qu’un médecin s’installe sur son territoire, la commune m’a loué pour un loyer modique un bâtiment municipal désaffecté dans lequel j’ai installé un bureau de consultation et une salle d’attente, qui sert également de salle de réunion pour des séances d’information publique.

3La démographie médicale est, à l’époque, plutôt équilibrée. Sur le vaste canton exercent une demi-douzaine de médecins de famille. Ils reçoivent à leur cabinet et font un grand nombre de visites à domicile après leurs consultations, car beaucoup de personnes âgées ont du mal à se déplacer ou n’ont pas de moyen de transport et certains patients préfèrent attendre le médecin chez eux plutôt que dans une salle d’attente bondée. Je m’intègre au tour de garde : toutes les fins de semaine et les jours fériés, à tour de rôle, chaque praticien (ou son remplaçant) se rend disponible pour les patients du secteur.

4Les patients qui, les premiers, font appel à moi sont eux aussi de nouveaux arrivants. Les jeunes mères de famille, nouvellement installées avec de petits enfants, sont preneuses d’information sur la manière de faire face à une fièvre ou à des symptômes dont elles ne parviennent pas, faute d’aînée pour les éclairer, à apprécier la gravité ou la bénignité. Mais elles sont prêtes à apprendre, pour peu qu’on respecte leurs capacités.

5Je passe beaucoup de temps à expliquer qu’un enfant fiévreux ira mieux si on lui retire les six épaisseurs de vêtements qu’on lui a mises quand il grelottait. S’il préfère boire de l’eau ou manger de la crème glacée plutôt que le petit plat qu’on lui a mitonné, ça n’est pas inquiétant (et ça ne veut pas dire que sa mère ne le nourrit pas bien). Je rassure les hommes de trente ans qui toussent encore quinze jours après une bronchite (oui, c’est le tabac qui entretient leur irritation respiratoire ; non, à leur âge, ce n’est pas un cancer). Je reçois des adolescentes qui n’ont ni argent, ni transport pour aller consulter un gynécologue en ville et demander une contraception — et, du coup, je leur montre qu’un médecin de famille est tout à fait apte à leur prescrire une pilule anticonceptionnelle ou à leur poser un dispositif intra-utérin.

6Lorsque des femmes plus âgées, installées depuis plus longtemps dans la commune, viennent me consulter, je sais qu’elles m’évaluent.

7Tout patient « évalue » le médecin à qui il se confie. Et cela, même dans les situations où — comme c’est aujourd’hui le cas au Québec et dans un nombre croissant de régions de France — beaucoup de patients n’ont pas le choix du médecin.

8Par « évaluation », j’entends le processus initial complexe qui précède et conditionne la relation de confiance entre soigné et soignant. C’est un processus en grande partie inconscient, similaire à celui qui marque toutes les rencontres humaines. Chacun de nous jauge l’autre à l’aune de ses traits physiques, de son langage, de ses ornements et de son habillement. Le patient qui consulte un médecin pour la première fois double cette évaluation instinctive, immédiate, quasi instantanée de la personne par une appréciation plus spécifique — mais pas nécessairement plus consciente — du professionnel. L’attitude (regard, posture, écoute, prise de notes, commentaires, expressions du visage), le décor (de l’ameublement de la salle d’attente à la forme du bureau en passant par le confort de la table d’examen), les gestes techniques (de la prise de la tension à l’examen des zones les plus intimes) ont tous leur place dans cette « évaluation ». Bien plus tard, une fois la confiance établie, certains patients diront avec un sourire : « Vous avez bien fait de changer le papier mural de la salle d’attente, il était affreux. » Ou bien : « C’est une bonne idée d’avoir mis ces livres dans la salle d’attente. Mes enfants sont toujours contents de venir. » Ou encore : « J’osais pas vous le dire, Docteur, mais au début, vous ne mettiez pas de blouse blanche, et je trouvais ça limite correct. Depuis que vous en mettez une, je vous trouve plus sérieux. »

9Rien de ce que fait le médecin de famille n’est anodin. Rien ne passe inaperçu. Ses choix donnent parfois aux patients des indications surprenantes sur son attitude professionnelle. J’ai visité un jour le lieu de travail d’un praticien qui s’était choisi en guise de bureau un comptoir de pharmacien. Le meuble était ancien et très beau, mais si haut que, lorsqu’il s’asseyait pour écrire, les patients — installés de l’autre côté — ne le voyaient plus.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable