Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

5. Lectures

Texte intégral

1En France, dans les années 1970, tandis que l’on m’enseigne l’analyse des symptômes et le diagnostic des maladies, plusieurs figures de médecins donnent de la voix hors des murs de la faculté et publient des ouvrages marquants. Le cancérologue Léon Schwarzenberg milite pour que l’on dise la vérité aux patients atteints de cancer et qu’on s’interroge avec eux sur le traitement de la douleur et les conditions de la fin de vie. Le pédiatre Alexandre Minkowski fonde la néonatologie française et attire l’attention des médias sur l’insuffisance des moyens consacrés à cette discipline émergente. L’obstétricien Frédérick Leboyer plaide pour une naissance sans violence. Tous appellent à une pratique médicale « plus humaine » ; ils ont les honneurs des journaux, de la radio, de la télévision.

2D’autres voix, moins médiatiques car plus dissidentes, s’élèvent pour critiquer la médicalisation galopante de la société occidentale : Némésis médicale (1975) d’Ivan Illich est alors l’une des lectures obligées des étudiants engagés. Des généralistes tels Gérard Mérat (Moi, un médecin, 1975) et Jean Carpentier (Médecine générale, 1977) contribuent à cette réflexion dans des ouvrages mêlant le témoignage à l’engagement idéologique. Mais le livre qui me frappe le plus, La consultation de Norbert Bensaïd, est différent. C’est un livre engagé, sans aucun doute, mais son engagement ne réside pas dans une analyse politique ou sociale des conditions d’exercice de la médecine.

3Sous le nom de l’auteur et le titre, la couverture porte ces mots : « Le malade s’assied. Il parle. Le médecin l’écoute, l’examine, fait un diagnostic, prescrit un traitement ou des examens. Voilà le schéma. Mais ce que ce malade est venu chercher, ce qui rend la médecine générale irremplaçable, déborde ce schéma. Dans tous les cas. »

4En moins de deux cents pages, Bensaïd livre la description subtile et précise de sa pratique quotidienne à travers une suite de rencontres et d’échanges avec des patients. Son récit révèle en termes lumineux la complexité, la richesse et les ramifications innombrables de la relation de soins en médecine générale.

5La consultation me marque profondément. Bensaïd me fait entrevoir sous un jour nouveau la richesse de sa discipline en laissant clairement entendre que la médecine générale prend en compte la personne souffrante et tout son entourage — que c’est, véritablement, une médecine de la famille ; ensuite, il m’initie à l’une des formations relationnelles les plus riches que puisse entreprendre un soignant, les groupes Balint (j’y reviendrai au cours de mon itinéraire, et de ce livre) ; enfin, il me montre que l’expérience professionnelle, émotionnelle et intellectuelle d’un médecin peut être transmise par la narration.

6À la même époque, je suis exposé à des écritures plus discrètes mais non moins déterminantes. Un soir de 1977 ou 1978, deux médecins exerçant dans de petites villes du département sont reçus dans un amphithéâtre par une poignée d’étudiants. Ils font partie du tout jeune Syndicat de la médecine générale et nous ont apporté quelques numéros de leur revue trimestrielle, Pratiques ou les Cahiers de la médecine utopique. Dans ces pages, à défaut de pouvoir publier dans les revues professionnelles, des médecins de famille expriment librement leur volonté d’analyser toutes les pratiques et de parfaire leurs connaissances dans des matières notoirement mal enseignées.

7Au cours des années 1970 et 1980, en France, on pouvait, en effet, recevoir son diplôme de médecin sans jamais avoir appris à prescrire et à suivre de manière appropriée une contraception, un médicament antiépileptique, l’insuline d’une personne diabétique, la rééducation d’un patient opéré du genou. Plus grave encore : déjà, à cette époque, la quasi-totalité des revues médicales françaises étaient financées par l’industrie pharmaceutique, et le contenu éditorial laissé à l’entière liberté d’auteurs hospitalo-universitaires, même dans les revues destinées aux médecins de famille. Le savoir médical — en particulier dans le domaine du médicament — s’en trouvait profondément influencé. On sait aujourd’hui que si la prescription de médicaments psychotropes est bien plus importante en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest que dans le reste du monde, ce n’est pas en raison d’une souffrance psychologique plus grande des populations, mais le résultat direct de l’influence de l’industrie, via la presse médicale, sur le diagnostic des troubles psychologiques et les décisions de traitement.

8Signe révélateur de la grossièreté des méthodes : le niveau de discours affligeant de la publicité pharmaceutique dans les années 1960 et 1970. Lorsque je feuilletais les revues médicales de mon père, j’y découvrais des placards tels que celui-ci : dans un salon bourgeois, une jeune femme en tailleur brandit un vase de fleurs au-dessus de sa tête avec la visible intention de le fracasser sur le sol. Sous l’image, un slogan déclare : « À toutes vos petites nerveuses, prescrivez-le [tranquillisant X]. »

9À l’opposé, nombre d’articles de Pratiques, rédigés par des médecins de famille formés à la pharmacologie et à la thérapeutique, ouvrent les yeux de leurs lecteurs sur les effets secondaires des médicaments, l’infaillibilité supposée des tests diagnostiques, la relativité des « normes » biologiques imprimées dans les ouvrages de référence, les enjeux commerciaux de la désinformation médicale.

10D’autres articles de la même revue, témoignages et récits de pratique quotidienne, confirment mes intuitions : la médecine de famille est un domaine intellectuel immense, passionnant, encore largement inexploré. Ces textes m’encouragent et me fortifient dans mon choix professionnel.

11Au début des années 1980, plusieurs de ses contributeurs fondent La Revue Prescrire, première publication française indépendante consacrée au médicament et à la thérapeutique. Son comité de rédaction adopte les procédures qui ont déjà cours dans le monde médical anglais et nord-américain : les comités de pairs, la lecture critique, la recherche bibliographique, les débats contradictoires.

12Résolument tournée vers les professionnels de terrain que sont les médecins de famille et les pharmaciens d’officine, La Revue Prescrire milite pour une information scientifique fondée sur les faits et poursuit sans relâche son travail de réflexion et de divulgation. Membre de la prestigieuse International Society of Drug Bulletins (www.isdbweb.org), elle reste à ce jour le mensuel français de référence sur le médicament.

13En 1982, je soutiens ma thèse et reçois mon diplôme de docteur en médecine.

14L’année suivante, l’un des rédacteurs de La Revue Prescrire, médecin en banlieue parisienne, avec qui j’ai échangé quelques courriers, m’invite à venir assister au comité de rédaction hebdomadaire du mensuel. Dès mon arrivée, on me propose de rédiger des notes de lecture ; la semaine suivante, un article, et ainsi de suite. Je contribuerai à la revue pendant six années en tant que chroniqueur, responsable de rubrique, puis rédacteur en chef adjoint. En même temps que je me mets à exercer, j’y apprendrai ce qu’on ne m’a pas enseigné à la faculté.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable