Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

4. Modèles

Texte intégral

1À l’intérieur des institutions dogmatiques, il y a des personnes qui ne le sont pas. Très vite, je me tourne vers les praticiens les plus ouverts de l’hôpital universitaire. Ils sont chirurgien urologue, réanimateur, cardiologue, bactériologiste, orthophoniste, hématologue ; ils ont beaucoup à transmettre et me donnent beaucoup. Leur spécialité n’est pas un univers fermé, mais un tremplin pour une soif d’apprendre qui les entraîne bien au-delà des frontières de leur exercice. Ce ne sont pas de purs esprits, tournés vers la perfection de leurs gestes et de leurs procédures. Ces femmes et ces hommes ont en commun la même attitude : tenter de comprendre ce que disent et ressentent les patients. Sans passer les paroles au crible d’une grille de symptômes, mais en essayant de percevoir les choses du point de vue de la personne souffrante.

2Que nous disent les larmes de cette femme hospitalisée pour une défaillance cardiaque consécutive à une poussée d’hypertension ? Que c’est elle qui s’occupe de tout dans son foyer. Elle peut s’engager à ne plus saler ses aliments et à prendre un diurétique, mais il est urgent pour elle de quitter l’hôpital rapidement : son mari et ses enfants sont perdus en son absence et c’est cela, d’abord, qui est prioritaire pour elle.

3Que nous dit le regard de reproche de cet homme qui a subi un grave infarctus du myocarde ? Qu’il soupçonne la gravité du diagnostic et voudrait en connaître précisément la nature et les conséquences, afin de prendre les dispositions qui conviennent pour assurer la sécurité de sa famille.

4Que signifie l’angoisse de cette femme à qui l’on a trouvé une tumeur encore non identifiée dans son rein ? « Peu importe ce que c’est. Enlevez-moi ça au plus vite. »

5Les praticiens hospitaliers que j’ai « choisis » ne sont pas généralistes, ni médecins pour certains d’entre eux, mais ce sont tous des soignants.

6Ils aiment leur discipline, leurs outils et les exigences de leur travail. Ils aiment l’hôpital, son décorum et ses rituels, mais ce qui les préoccupe avant tout, c’est le confort des personnes. Leur attitude ressemble à celles du médecin de famille que j’ai suivi en tournée pendant mon adolescence. Quel que soit leur champ de compétence, ils ont des traits communs : le goût du travail en équipe ; le respect des étudiants ; une curiosité scientifique insatiable ; une constante remise en cause de leur pratique. Ces traits me sont familiers ; je sais que je peux prendre ces soignants-là pour modèles.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable