Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

3. Études

Texte intégral

  • 1 Sans pour autant être reconnue comme telle par l’Université française: à l’été 2011, si l’on tapai (...)

1J’ai dix-huit ans et j’entre à la Faculté de médecine de Tours, en France. Je viens de passer un an dans une famille et une high school nord-américaines. Là-bas, lorsque j’ai confié vouloir être médecin et écrivain (j’écris depuis l’adolescence), mes interlocuteurs m’ont répondu : ce sont deux bons métiers. Six mois plus tard, tel n’est pas l’avis des étudiants en médecine français et de leurs enseignants. Pour eux, la formation médicale prime le reste. Et elle a ses dogmes : il y a des disciplines nobles — la chirurgie, l’obstétrique, la médecine interne — et d’autres qui ne le sont pas. La médecine générale est alors à peine une discipline. Il faudra attendre le début des années 2000 pour qu’elle soit considérée comme une spécialité à part entière1.

2En 1973, on est loin, très loin de cette reconnaissance. Car tout étudiant en médecine qui se respecte prépare l’internat, concours national qui ouvre, par ordre de classement, les portes des services les plus prestigieux. Pour les enseignants de médecine — et pour la plupart des praticiens et des étudiants —, une formation médicale de qualité passe obligatoirement par la filière hospitalo-universitaire : il faut devenir interne, briguer un poste de chef de clinique, devenir maître de conférences agrégé, et ainsi de suite. La médecine générale, déclarent ouvertement les enseignants hospitaliers, est un pis-aller, le dernier recours pour ceux qui n’ont ni l’intelligence, ni la volonté de s’engager dès le début de leurs études dans la voie royale. Les pourvoyeurs de soins de première ligne (on parle aujourd’hui de « soins primaires ») que sont les généralistes sont méprisables et méprisés. Les étudiants qui choisissent cette voie sont traités d’incapables ou de paresseux.

3La violence de ces propos me révolte : ils sont injustes et indignes, j’en sais quelque chose.

4Diplômé de pneumo-phtisiologie, discipline vouée à l’étude et au traitement de la tuberculose, mon père a exercé pendant de nombreuses années comme spécialiste en milieu hospitalier. Le départ de son Algérie natale en quête d’indépendance, une première émigration vers Israël, où il n’a pas pu travailler, puis un second exil vers la France métropolitaine l’ont amené à changer d’exercice. Il avait une famille à nourrir. Il a décidé de reprendre la clientèle d’un médecin généraliste.

5Un an plus tôt, mon oncle maternel, qui pratiquait la même spécialité que mon père, s’est installé à Paris en conservant son titre et sa pratique. Pourquoi Ange n’a-t-il pas fait de même ? D’abord parce que son ancienne spécialité était en voie de redéfinition depuis l’apparition des antituberculeux et des antibiotiques. Ensuite parce qu’il aimait la diversité, le caractère imprévisible des situations qu’on rencontre quand on reçoit tout le monde, et pas seulement les patients qui souffrent d’un organe ou d’une partie du corps bien précis. En médecine générale, contrairement à l’hôpital, on ne fait pas de tri des patients à leur arrivée. On reçoit tous ceux qui entrent.

6Faire de la médecine générale était aussi à ses yeux un nouveau défi intellectuel et professionnel. Formé à l’hôpital, il sait combien cette structure est utile à la population. Quelques années après son installation à Pithiviers, l’hôpital local recrute un médecin-chef pour l’un de ses services. C’est un concours sur titres. Ange se présente et obtient le poste. Pendant plus de quinze ans, il mènera de front sa pratique en cabinet privé et ses responsabilités d’attaché au service de « Médecine I ». Matin et soir, dimanches et jours fériés, il ira s’occuper de vingt-cinq ou trente malades et épauler les infirmières. Pendant mon adolescence, je l’ai vu souvent, au retour de sa tournée, apprendre de la bouche de ma mère que l’hôpital avait appelé. Il n’ôtait pas son manteau, il rappelait, il écoutait, il disait : « Je viens. »

7À la même époque, il m’est arrivé de l’accompagner dans le service. Je n’entrais pas dans la chambre des patients, bien sûr, mais je l’entendais saluer les aides-soignantes par leur nom, je le voyais discuter avec les infirmières, je le suivais dans son bureau quand il voulait me montrer et m’expliquer des radiographies, des électrocardiogrammes, des planches anatomiques — et me raconter de nouvelles histoires. Il savait que je voulais devenir médecin et il m’y préparait à sa manière.

8À de nombreuses reprises, j’ai rencontré les jeunes médecins qui le remplaçaient lorsqu’il partait assister à un congrès. Je l’entendais partager ce qu’il savait avec eux. Je croisais les étudiants qu’il accueillait dans son service. Lorsque le doyen de la Faculté de médecine de Tours chercha, au début des années 1970, des médecins prêts à accueillir de futurs généralistes au cours d’un stage pratique alors expérimental, Ange fut l’un des premiers praticiens à se porter volontaire. Il n’était pas seulement médecin généraliste et praticien hospitalier. Il était aussi un formateur.

9Si bien que lorsque j’entends doyen et professeurs en chaire dénigrer la profession que j’ai vu exercer, j’éprouve une grande colère. De quel droit jugent-ils ainsi ce qu’ils ne connaissent pas, ce qu’ils ne peuvent pas connaître ? De quel droit découragent-ils ceux qu’ils prétendent former de choisir un exercice riche et respectable ? De quel droit méprisent-ils ceux qui soignent et enseignent hors de leurs murs ?

Notes

1 Sans pour autant être reconnue comme telle par l’Université française: à l’été 2011, si l’on tapait «chaire de médecine générale» dans un moteur de recherche, l’expression renvoyait (du moins sur les premières pages de résultat) à des références belges, suisses, canadiennes et même britanniques, mais à aucune en France.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540