Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

2. Figure

Texte intégral

1Depuis toujours, j’ai le sentiment que, parmi les humains, des individus sont « faits pour soigner ». Le comportement de « soignant » n’est d’ailleurs pas spécifique de l’espèce humaine. Comme d’autres comportements instinctifs — nourrir ses petits, lancer des signaux d’avertissement à la vue d’un prédateur ou indiquer la présence d’une source de nourriture —, les soins existent chez de nombreuses espèces, y compris chez les grands primates, dont nous sommes les proches cousins.

2Il est plausible que, bien avant le développement de l’agriculture et l’invention de l’écriture, au sein des petits groupes de chasseurs-cueilleurs du paléolithique, des hommes et des femmes aidaient déjà les femmes à accoucher, réchauffaient les nouveaux-nés, donnaient à manger ou à boire à ceux qui avaient un membre cassé ou de la fièvre.

3Certains, ayant remarqué que des animaux pansaient leurs plaies avec de l’argile ou mastiquaient des plantes quand ils étaient malades, ont essayé à leur tour ; ceux qui ont survécu et guéri ont transmis leur découverte à un descendant, à une disciple.

4D’autres ont eu l’idée de faire des attelles, d’arracher des dents douloureuses ou même de trépaner le crâne d’un des leurs pour en faire sortir l’esprit ou le démon qui, pensaient-ils, le faisait convulser.

5D’autres encore, réputés capables d’entrer en contact avec l’au-delà et d’accéder aux secrets de la vie et de la mort, écoutaient et prédisaient une rechute ou une guérison. Parfois, leurs prédictions tombaient juste et leur valaient une confiance et un respect souvent mêlés de crainte. Ceux-là étaient sorciers, prêtres, chamanes. À leur manière, avec leurs moyens, ils soignaient. Ils mettaient leur expérience ou leur intuition au service d’une communauté qui les gratifiait en retour, à la mesure de ses attentes, plus encore que de leurs résultats.

6Il me semble qu’à cet égard rien n’a vraiment changé. Aujourd’hui, dans les pays développés tels le Canada ou la France, les personnes malades se tournent peu vers les prêtres. Mais le respect, la confiance et la déférence que la population porte aux médecins ont quelque chose de sacré.

7J’ai eu de la chance : je n’ai pas grandi dans la crainte des médecins ou dans l’idée qu’ils étaient des individus supérieurs à d’autres. Même si j’avais pour lui une admiration sans bornes, le médecin qui me soignait, m’éduquait et me racontait des histoires ne me semblait en rien surhumain. Je l’entendais souvent exprimer ses doutes, et son souhait d’être « moins ignorant ». Il me parlait des articles qu’il venait de lire, des choses qu’il apprenait et qu’il ne connaissait pas. Mais jamais il ne m’a laissé entendre qu’il savait ou pouvait tout.

8Malgré ses doutes, il était habité de puissantes convictions et, en particulier, celle que tout soignant est l’allié de la personne qu’il soigne. Sans complaisance, mais sans conditions.

9J’ai naturellement assimilé le médecin à une figure paternelle bienveillante. Pour cette raison, il m’a fallu, beaucoup plus tard, combattre ce paternalisme dans mes propres attitudes. Car un médecin n’est ni un juge, ni un directeur de conscience, ni un père.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540