Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession médecin de famille

 | 
Marc Zaffran

Préambule

Texte intégral

1«Médecin de famille.»

2L’expression en dit beaucoup plus qu’on ne l’imagine. La figure du médecin de famille est chargée de symboles, de souvenirs d’enfance, d’émotions intenses et d’expériences de vie marquantes. Elle véhicule son poids d’histoire et de réalité contemporaine. Et, parce que l’expression est riche, il est difficile d’en faire le tour en quelques mots ou quelques pages.

3Lorsque j’étais étudiant en médecine, en France au cours des années 1970, j’ai lu plusieurs livres écrits par des médecins de famille (à l’époque, on disait «médecins généralistes» ou «omnipraticiens») alors en activité. L’époque était propice à la réflexion et aux publications sur le sujet. Certains de ces livres m’ont durablement marqué.

4Trente-cinq ans plus tard, j’entreprends à mon tour de décrire comment la médecine générale est devenue, sous mes yeux, une spécialité à part entière, qui exige de hautes compétences scientifiques et relationnelles, ainsi qu’une ouverture d’esprit et une créativité importantes. Cette définition, à elle seule, a de quoi rebuter des étudiants incertains de leurs capacités. Mon but en écrivant ce livre est de leur montrer que ces qualités ne sont pas innées et ne concernent pas seulement des individus hors du commun. On ne naît pas médecin de famille, on le devient, par la force des choses et aussi par une série de hasards et de choix.

5Je n’ai pas pour vocation d’épuiser le sujet: des équipes entières de praticiens-écrivains s’y emploient, de manière bien plus méthodique. J’aspire, plus modestement, à présenter ma profession à ceux qui n’en ont qu’une vision partielle et peut-être partiale, aux étudiants, hommes et femmes, qui, intrigués par la médecine de famille, sont peut-être inquiets ou hésitants à l’idée de s’y engager.

6Pour décrire au mieux ce que j’ai appris au cours de ces trente-cinq années de formation, de pratique et de réflexion, j’ai choisi une forme un peu particulière: celle d’un récit autobiographique couvrant quatre décennies. Certains lecteurs pourront s’en étonner. Cependant, comme Jacques Ferron, William Carlos Williams, Norbert Bensaïd et tant d’autres médecins-écrivains dans le monde, je suis intimement persuadé que la narration est l’outil humain le plus polyvalent et le plus «naturel» pour communiquer du savoir, des émotions, des réflexions et des valeurs.

7Certes, j’ai fait mes études dans les années 1970, exercé en cabinet médical rural du début des années 1980 à 1993 et dans un hôpital de province jusqu’en 2008, tout cela en France. Au futur médecin de 2011 au Québec, ma pratique personnelle pourra de prime abord sembler très éloignée, peut-être même un peu exotique.

8Mais si la réflexion et la formation médicales ont encore, au Québec, trente ans d’avance sur la France, nombre de problématiques sont similaires: difficultés d’accès aux soins, manque de disponibilité des médecins, mauvaise gestion des ressources matérielles et humaines, charges administratives écrasantes, influences négatives des industriels de la santé. Les enjeux professionnels et éthiques de la pratique médicale, la spécificité de la médecine de famille et les aspirations des professionnels sont strictement identiques des deux côtés de l’Atlantique, comme ils le sont partout sur la planète.

9La médecine de famille ne s’est pas construite du jour au lendemain. Son histoire en tant que discipline reconnue est toute jeune. Même si son évolution n’a pas été exactement la même partout dans le monde, la nature de ses activités et les questions scientifiques, sociales, politiques et éthiques qui la traversent et qu’elle soulève n’ont pas de frontières géographiques ou culturelles.

10Les particularités de la médecine de famille au Québec m’ont éclairé sur celles de mon propre exercice passé et récent. J’espère que ce récit d’une pratique très proche par son esprit aura sur les lecteurs le même effet de mise en perspective et d’éclairage que celui dont j’ai bénéficié depuis mon arrivée au Canada.

11Mais ce préambule est déjà trop long.

12Installez-vous donc, j’ai quelques histoires à vous raconter.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540